Forum pour discuter de Keroro
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sergent Keroro Shinka - Yoake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Dim 2 Nov - 0:00


Oui, j'ai eu l'autorisation de Chisa pour créer ce topic.
Non, je ne l'ai pas séquestré dans une cave pour qu'elle accepte.

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )


Dernière édition par Mukurochan le Mar 6 Jan - 15:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
ArcadeGamer
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 619
Age : 17
Localisation : dans une grotte avec le wifi
Date d'inscription : 01/05/2013

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Dim 2 Nov - 10:33

wtf? un compte à rebours pour une nouvelle fan fiction de la part de mukurochan? J'ai super hâte! (enfin il reste deux mois)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mutsumi
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 2267
Age : 21
Localisation : Canada, Québec
Date d'inscription : 28/12/2007
Titres : Membre le plus méchant 2011
Membre le plus drôle 2011
Membre de l'année 2013

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 6 Nov - 17:32

En espérant qu'on ai un peu de viande avant ses deux mois, héhé! Content de voir la partie fan-fiction vivre sur le forum!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kazuii.tumblr.com
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 1 Jan - 14:00


l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

En des temps reculés, au-delà du commencement, bien avant la création de l’espace et du temps, vivaient des êtres à l’intelligence et aux pouvoirs phénoménaux. Ils étaient les Seigneurs de l’Aurore. Ensemble, ils régnaient en maîtres dans les univers et dimensions qu’ils avaient eux-mêmes crée grâce à leur volonté. Ils firent apparaître les notions de temps, d’espace, la matière ainsi que la vie qu’ils répandirent à travers le cosmos afin d’obtenir de nouveaux êtres vivants. Ces espèces, aussi différentes les unes que les autres, se développèrent et devinrent indépendantes. Les Seigneurs de l’Aurore furent émerveillés de voir que leur création était elle-même devenu apte à développer une intelligence ainsi que des capacités. Ils se contentèrent alors de simplement les observés, pendant un long moment… Longtemps… Très longtemps… Trop longtemps… Si bien que les créations oublièrent qui était vraiment leur maîtres.

Durant cette période, les êtres ont commencés à développer des émotions telles que le doute, l’égoïsme, l’égocentrisme. Certains ont commencés à revendiquer leurs supériorités envers leurs congénères, d’autres à prétendre que ce n’était pas les Seigneurs de l’Aurore qui les avaient crée mais des idoles inventées de toutes pièces. Furieux, cinq Seigneurs de l’Aurore décidèrent de punir ces créatures : ils créèrent un autre univers moins accueillant, plus froid, plus dangereux où ils les envoyèrent en exil après les avoir fait régresser à l’état de simples cellules en début de développement. Désormais, ils n’étaient plus que des pantins, réduits à l’état de jouets que les cinq Seigneurs manipulés et torturés à leurs guises. Cela ne les empêchèrent pas d’évoluer mais les membres de l’Aurore était malin : ils s’immiscèrent dans leurs vies, créèrent les dictatures, instaurèrent la famine, envenimèrent les guerres, développèrent les maladies. Leurs buts ? Les voir s'entre-tuer, les pousser à bout jusqu'à ce qu’il n’en reste plus aucun. Les autres Seigneurs de l’Aurore, restés dans les dimensions originales, s’insurgèrent face à leur cruauté et décidèrent de les bannir. Ainsi, les cinq Seigneurs de l’Aurore devinrent la confrérie de l’Aube.

Ils eurent un jour une occasion en or de détruire ces créatures pour de bon. Deux êtres ayant développé des pouvoirs magiques surpuissants, une déesse et un dieu qui "s’aimaient", comme disait les créatures. Ensemble, ils auraient pu détruire l’univers. Et ils ont failli le faire. Le plan était simple : les pousser à mal agir. Ces deux créatures étaient si près du but, mais ils échouaient à chaque fois à cause d’une satanée résistance dirigée par une geisha aux pouvoirs mystérieux. Agacés, les membres de la confrérie ont assistés impuissants aux échecs. La fin revenait toujours au même : quelque chose n’allait pas et forçait les créatures à se réincarner pour recommencer plus tard. Cependant, lors de la treizième fois, un événement étrange se produisit. Tandis que la confrérie de l’Aube savourait le combat, il y eut soudain un grand tremblement dans tout l’univers, une déchirure que les membres ressentirent comme une affreuse douleur qui les paralysa. Tandis qu’ils retrouvaient leurs esprits, ils se rendirent compte avec horreur que leurs jouets les avaient emmené dans une autre dimension, copie conforme de la leur, et qu’ils s’étaient fait emprisonner dans une prison qu’ils avaient conçu eux même et qui s’est retourné contre eux.

Ce fut l’affront de trop. Les cinq membres puisèrent dans leurs ressources pour m'appeler afin sortir de leur cellule en jurant vengeance. Oh oui ! Ils se vengeraient, et ils ne se contenteront plus que de simples conflits destructeurs…


C'est ainsi que depuis un an, j'explore l'univers à la recherche de cette fameuse prison. J'ai cherché dans toutes les planètes possibles et imaginables mais je ne me doutais pas que celle que j'avais ignoré jusqu'alors était en réalité ma destination : la Terre.



Mon apparence cachée sous cet accoutrement ne vous dit sans doute rien.
Cependant, mon nom et mes origines vous sont peut-être familiers.

Je suis le fils d'un maître des glaces et d'un ange. J'ai été le serviteur d'un des plus grands fléaux que l'univers n'est jamais connu et je suis l'ange noir le plus puissant de toute l'histoire... Je suis Hermanus.



Je suis le dernier à pouvoir aider la confrérie de l'Aube à réaliser leurs terribles desseins et je suis le seul qui puisse briser cette nouvelle paix universelle. Tout du moins, ces êtres inférieurs parlent de pacifisme, mais il n'en ait rien. Ce n'est qu'une illusion et ils sont loin de ce douté de ce qui se passe sous leurs nez.

Vous êtes sans doute surpris de me voir rejoindre de nouveau le côté du mal mais j'ai une bonne excuse, la réponse se trouve ici... Je le sens...

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l


Hermanus se plaça devant le symbole gravé dans le sable. Son œil rouge le démangeait : déjà qu'il était risqué pour lui d'utiliser ses pouvoirs, depuis le changement de dimension, c'était devenu une tâche douloureuse. Mais il était obligé de restait tel quel : c'était le seul moyen de retrouver la confrérie de l'Aube.

Hermanus: Un peu de courage... J'y suis presque...

Il regarda rapidement autour de lui : personne à l'horizon. Ce n'était pas le moment de se faire interrompre par de stupides terriens. Il respira profondément puis se concentra : le plus dur restait à venir. Il ferma les yeux et murmura des incantations. Une énergie noire l'entoura puis son œil rouge s'ouvrit subitement : il brillait d'une lueur écarlate éblouissante. Le symbole dans le sable semblait réagir à cette énergie. Il scintilla à son tour avant de d'imploser pour devenir un escalier descendant dans les profondeurs de la terre. Hermanus s'écroula alors : cette invocation l'avait littéralement achevé. Mais il se ressaisit, il n'avait pas fait tout ce chemin pour tomber raide mort si prêt du but. Il puisa dans ses dernières forces, la main sur l'œil, et commença à descendre les escaliers. La descente semblait longue et interminable mais, heureusement, il y faisait bien plus frais qu'à l'extérieur. Le climat désertique ne lui allait décidément pas.

Hermanus: ...Et il fallait que je sois titarien... La poisse...

Il arriva enfin en bas où une grande porte se dressait devant lieu. Il s'appuya dessus quelques instants, le temps de reprendre ses esprits puis murmura quelques mots avec un timbre étrange.

Hermanus: J'en appelle aux forces mystiques qui coule dans mes veines et celles de mes aînés. Que ceux qui furent prisonniers de la cellule Opaline soient libérés et que leurs destins ne soit plus aux mains des Seigneurs de l'Aurore...

Il y eut un long silence puis un bruit sourd émana de la porte : une sorte de tintement étrange. Puis celle-ci s'ouvrit lentement, dans un grincement grave et profond. Hermanus retira lentement sa capuche. Malgré la fatigue qui avait envahi ses membres, il ne pouvait s'empêcher d'être apeuré face à ce qui se cachait derrière la porte. Il regarda timidement dans l'embrasure de la porte mais il faisait trop sombre pour voir à l'intérieur. Seul le peu de lumière qui arrivait depuis l'extérieur permettait d'y voir quelque chose. La porte finit par taper sur les côtés : le passage était ouvert. Il fit un premier pas puis s'avança timidement. Il finit par distinguer deux portes : une de chaque côté, et un grand escalier qui menait à un étage difficile à voir. Hermanus regarda longuement, le temps d'habituer son seul œil valide à l'obscurité, mais il ne semblait y avoir personne. Il se râcla la gorge et tenta de prendre un ton sur de lui, en vain.

Hermanus: ...Je... Heu... Y a quelqu'un?

- Hermanus, c'est toi?

Il sursauta : il aperçu soudain quelqu'un descendre les escaliers, comme si un fantôme venait d’apparaître. L'inconnu dévala les marches et se plaça dans la lumière : c'était une titarienne. Elle avait de long cheveux blonds, de grands yeux bleus et une combinaison rouge ressemblant à celle d'Hermanus. D'ailleurs, celui-ci sembla tout d'abord surpris puis neutre : il était trop fatigué pour éprouver quoi que ce soit.

Hermanus: ...Ma... Maman?

- Hermanus, c'est bien toi!!

La titarienne se précipita et prit Hermanus dans ses bras. Elle le serait si fort qu'il n'arrivait presque plus à respirer.

Hermanus: Maman, tu m'étouffes!...

- Oh! Je savais que tu y arriverais mon chérie, j'ai toujours cru en toi! ...Oh! Mais tu es tout pâle, et ton œil est si irrité-...

Hermanus: Ça va Maman, je vais bien!! ...Je t'assure, je suis juste un peu fatigué...

Soudain, une voix résonna dans l'antre, une voix grave et assez effrayante ponctué par un bruit de canne.

- Et il y a de quoi visiblement.

La mère d'Hermanus se tourna vers les escaliers tandis que son fils eut plutôt tendance à reculer. Un vieux Titarien se dressait devant eux, suivit par un autre plus jeune. Le jeune avait les cheveux noir coupé court avec une mèche en arrière, des yeux jaunes et la peau mauve. Il portait aussi un smoking à manche courte noir et blanc avec une rose noir dépassant de sa poche. Le plus âgé, quand à lui avait des cheveux gris en bataille, un monocle cachant son œil gauche, la peau grise pâle, une veste bleu roi et une écharpe bleu ciel. Il marchait à l'aide d'une canne argentée. Pourtant, ce qui était le plus marquant chez lui, c'était ses yeux : celui de gauche avait la sclère noire ébène, et on ne pouvait pas voir son iris avec sa lentille. Quand à celui de droite, il était... Différent. Les couleurs semblait inversé : tout son œil était blanc sauf sa pupille, noir. Il était d'ailleurs difficile de différencier sa sclère et son iris. C'est pourtant ce seul œil qui semblait fixer Hermanus avec une attention intraduisible qui le terrifiait. Sa mère le remarqua et se plaça devant son fils.

- Tu devrais t'estimer heureux qu’il nous ait retrouvés, Elcidias!

Elcidias: Je me serais estimé heureux s'il n'avait pas mit un an pour trouver notre prison. Mais je ne peux en vouloir qu'à sa mère : encore une chose que tu as mal fait, Cloera...

Cloera: Toujours aussi peu reconnaissant...

Elcidias:  Nous reparlerons de ce détail plus tard, nous avons suffisamment perdu de temps...

Le Titarien donna un coup de canne : une légère onde de choc en jaillit puis un grand lustre en cristal s'alluma au dessus de leurs têtes et éclaira toute la pièce. Elcidias descendit ensuite les marches, suivit par son alter ego, toujours silencieux, puis se plaça à quelques pas d'Hermanus et Cloera.

Elcidias: Je suppose qu'il s'est passé énormément de choses depuis que nous sommes ici, à moins que ces stupides créatures n'aient pas suffisamment d'intelligence pour se débrouiller seuls?

Hermanus n'osa pas relever les yeux pour regarder son interlocuteur en face : son regard lui faisait froid dans le dos. Et puis, il n'arrivait pas à trouver ses mots, rien que sa présence lui avait fait perdre toute confiance en lui.

Elcidias: Aurais-tu perdu ta langue?

Hermanus sursauta, il ne s'était même pas rendu compte qu'il s'était perdu dans ses pensées. Et sa voix si froide... Si direct... Et son ton si intraduisible... Si ça se trouve, il était resté immobile très longtemps. Quoi qu'il en soit, il se rattrapa. Il garda la tête basse et se lança.

Hermanus: Les choses ont effectivement beaucoup changé : les politiciens et personnalités que vous aviez corrompu ont tous perdu leurs pouvoirs et ont été remplacé. La Terre s'est ouverte au reste de l'univers et la Brigade Solaire vit désormais... Tranquillement.

Elcidias resta silencieux mais Hermanus n'osa pas le regarder : il n'arrivait pas à savoir qu'elle tête il faisait actuellement. Était-il toujours aussi neutre, ou en colère, triste? Il entendit soudain un soupir mais il ne venait pas d'Elcidias mais de son acolyte qui continua avec un ton hautain.

- Je t'avais pourtant prévenu! Nos petits joujoux sont tout aussi stupides que les autres : ils se sont fait avoir comme des insectes. C'était pourtant logique qu'ils ne survivent pas à une telle rébellion...

Elcidias: Veux-tu bien te taire, Théodore!!!

Hermanus saisit le bras de sa mère : quand Elcidias s'énervait, mieux valait ne pas être dans les parages. Et quand on disait "parage", ça se comptait plutôt en année lumière. Cependant, la tension sembla se calmer soudainement tandis qu'Elcidias se dirigeait vers les escaliers et les montait. Tout en les escaladant, il s'adressa de nouveau aux autres avec un ton si calme qu'il en devenait presque oppressant.

Elcidias: C'était un risque à prendre. Et il faut croire que, pour la première fois, les créatures nous ont vaincus. Mais cette défaite cache une réalité que je mettais refusé de voir durant tout ce temps...

Théodore: ...Et laquelle?

Elcidias arriva en haut et se tourna vers les autres. De toute sa hauteur, il semblait d'autant plus impressionnant. Finalement, Hermanus regretta de ne pas l'avoir regardé dans les yeux plus tôt. Quoi que, il semblait plus éloigné ce qui était, d'un côté, plus rassurant.

Elcidias: Nous avons imité ceux qui nous ont banni. Nous n'avons fait que regarder, sans intervenir. Nos pitoyables conseils donnés à ceux que nous pensions "exceptionnels" étaient tout aussi utiles qu'un grain de sable, si bien que nous avons peu à peu perdu notre influence... Et voilà le prix que nous payons...

Cloera: Oh! Je t'en pris Elcidias : tu parles comme si la situation était désespérée! Je te rappelle que mon fils, ici présent, à ouvert la porte. On peut sortir quand on veut!

Elcidias: Et tu penses que la possibilité de se déplacer plus loin que ces murs est suffisante? Je te rappelle que, pendant que nous étions enfermées, nous avons perdu nos pouvoirs. Même ma canne à plus de capacité que moi! Même si nous sommes immortels, nous ne sommes plus rien. Nous sommes en plus bloqué dans ces corps de Titariens répugnants! Non, non, non, ce n'est pas ce que j'appelle une victoire...

Elcidias venait de se retourner et de faire quelques pas droit devant lui, signe qu'il était anxieux. Pourtant, Hermanus sentait que ça n'allait pas durée. D'ailleurs, à ce moment précis, Elcidias commença à taper frénétiquement, et de manière lente et rythmée, sa canne sur le sol, comme s'il réfléchissait. D'ailleurs, le bruit créait une atmosphère pesante, presque étouffante. Hermanus se tourna vers sa mère qui, elle, jouait avec une de ses mèches. Théodore, quand à lui, fixait Elcidias sans prononcer un mot. Soudain, le bruit s'arrêta, Elcidias se tourna vers les autres.

Elcidias: Mais je ne suis pas désespéré pour autant, c'est même tout le contraire...

Théodore: Et je peux savoir ce qui te rend aussi sûr de toi?

Elcidias: Avant toute chose, j'aimerais m'assurer d'une chose. Hermanus, tu as ce que je t'ai demandé?

L'esprit d'Hermanus se bloqua quelques instants : au début, il ne comprenait pas de quoi parlait Elcidias. Puis tout lui revint. Il ouvrit sa cape et fouilla dans une des poches de sa veste pour en ressortir une petite télécommande qu'il essuya frénétiquement : elle avait un peu de sable. Il appuya sur le bouton central puis un hologramme, suffisamment grand pour envahir toute la pièce, apparu. C'était une suite de textes et de paragraphes.

Hermanus: J'ai fais une mise à jour il y a trois jours mais, vue qu'il n'y a pas eut de changement ces derniers mois, je pense, sauf votre respect, que c'est les dossiers les plus récents... Voilà.



(cliquez sur l'image)


Cloera et Théodore regardèrent l'hologramme avec intérêt : c'était des comptes rendus sur ce qui s'était passé dans l'univers l'année dernière. Elcidias regardait lui aussi. D'ailleurs, celui-ci esquissa un sourire narquois puis murmura "parfait" avant de continuer :

Elcidias: Regardez attentivement tout ses événements qui ont eut lieu. Toutes ses fins heureuses qu'on connut nos chères créatures, cela ne vous inspire-t-il donc rien?

Théodore: Personnellement, toute cette niaiserie me donne la nausée...

Elcidias: Effectivement. Mais ce qui m'importe, c'est le résultat : ils ont modifié énormément de choses et ont reconstruit leurs mondes sur des bases qu'ils croient solides et inviolables... Et que peut-on faire de mieux comme vengeance que de détruire justement quelque chose qui vient de renaître de ses propres cendres?

Théodore et Cloera semblait approuvé avec ferveur : on pouvait presque voir dans leurs yeux les idées qui venait de naître dans leurs esprits concernant ce plan machiavélique. Hermanus, lui, restait en retrait : ce plan l'effrayait, au contraire. Elcidias était, quand à lui, tête baissée et ricanait d'un rire rauque.

Elcidias: Oui, j'imagine déjà les choses... Mais nous n'attaquerons pas tout de suite.

Théodore: Hein?! Quoi?! Tu n'es pas sérieux : tu viens de dire qu'il fallait les détruire quand ils avaient finit de recréer leurs mondes, c'est choses faites!

Elcidias: Pas tout à fait. Ça reste des créatures, il leur faut un peu plus de temps pour s'habituer, baisser leurs gardes, ignorer le danger...

Théodore semblait pensif : il n'avait pas tort dans un sens mais il avait une telle rancœur contre les créatures qu'il se sentait bouillir d'impatience. De son côté, Elcidias faisait signe aux autres de le suivre. C'est ce qu'ils firent tout les trois, après avoir éteint l'hologramme. Ils montèrent les marches puis passèrent une arche pour arriver dans une grande salle avec cinq sièges dont un plus grand droit devant eux. Elcidias s'y installait tandis que Cloera et Théodore firent de même avec leurs sièges respectifs. Hermanus, quand à lui, se plaça à côté de sa mère.

Théodore: Quel est ton plan alors?

Elcidias: J'y viens Théodore.

Il ouvrit une petite trappe sur l’accoudoir de son siège et appuya sur un bouton qui afficha l'image de la Terre et Titar. Celles-ci semblaient changer peu à peu d'apparence.

Elcidias: Nous allons attendre environ deux ans, cela équivaut à peu près à dix années sur Titar, et nous allons les laisser vivre leur petites vies misérables et se développer à leurs rythmes... Et, au moment où ils s'y attendront le moins, nous reviendrons et les terrasserons tous un par un... Nous les détruirons jusqu'à ce qu'ils n'aient plus que la mort comme solution et leurs sois disant monde utopique deviendra leurs tombes...

Tandis qu'il parlait, sa mine devint sombre et sa voix distante, ce qui effraya d'avantage Hermanus qui commençait à en avoir le tournis... À moins que ça soit la fatigue, difficile à dire... Quoi qu'il en soit, il réussit à voir Elcidias se levait et cru l'entendre murmurer quelques mots.




Cloera: Hi! Hi! Comme c'est excitant! J'ai hâte d'y être!

Théodore: Tu n'es pas la seule, Cloera...

Elcidias: Heureusement pour nous, le temps n'est rien... En attendant, je vais encore avoir besoin de ton aide, Hermanus : pourrais-tu me faire un compte rendu sur la Brigade Sol-...

Il n'eut pas le temps de finir sa phrase, un bruit sourd retentit à côté de Cloera : Hermanus était étendu au sol, inerte.

Cloera: Oh mon dieu! Qu'est-ce qui t'arrives mon choubichou?!

Théodore: Eh bien : tu lui fais traversé un désert et il tombe raide mort, c'est triste.

Cloera: Fermes-là Théodore!! Ne t'inquiètes pas mon chérie, je vais t'amener dans ma chambre...

Cloera transporta son fils devant le regard dépité de Théodore qui soupira.

Elcidias: Vue que tu n'as rien à faire Théodore, va chercher les autres : il est temps de nous préparer à notre grand retour...

Théodore: Quand tu dis les autres, tu parles de "tout" les autres?

Elcidias: Quitte à faire notre grand retour, autant le faire bien accompagné... Nous verrons ensuite pour la Brigade Solaire quand Hermanus se réveillera...



À SUIVRE DANS : SERGENT KERORO SHINKA - YOAKE.

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )


Dernière édition par Mukurochan le Jeu 8 Jan - 16:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
ArcadeGamer
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 619
Age : 17
Localisation : dans une grotte avec le wifi
Date d'inscription : 01/05/2013

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 1 Jan - 15:26

Cool, à moi d'ouvrir la marche des commentaires (par contre j'y vais pas au pavé, je laisse ça à d'autres).

Ben c'est génial ! L'histoire est vachement bien, on suit des héros avec des intentions pas sympa c'est intéressant, les illustrations sont belles (gros coup de cœur pour l'hologramme, c'est trop stylé), etc, etc.

Bref, j'ai hâte de voir la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PutataFanGirl
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 630
Age : 20
Localisation : PizzaLand
Date d'inscription : 28/01/2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 1 Jan - 22:04

ENFIN ! 2015 s'annonce bon avec ça ! J'espère que tu feras tout péter B)

_________________

Twitter - Tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3014
Age : 26
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Dim 4 Jan - 0:20

Aaah yeaah la suiite aah!
Je ferais pas de commentaire sur l'ortographe parce que tu vas me répondre "oui je sais caca!!", ok :' (

Mais j'aime bien ce début diabolique hmmm (et vu que j'ai toujours bien aimé Hermanus hmmmmm)!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Dim 4 Jan - 3:26

Comment? Des fautes d'orthographes? Où ça? O_O
(non, je te jures, j'ai utilisé 3 logiciels au moins)

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3014
Age : 26
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Dim 4 Jan - 13:58

Je dis pas qu'il y en a énormément, mais j'en ai repéré plusieurs oui ; )

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 1:55

Bon, bah visiblement, j'aurais des lecteurs, c'est guud! x')
Petites précisions tout d'abords, avant de commencer, si vous le voulez bien :

- Les chapitres risquent d'être plus long qu'avant. En d'autres termes, finit les chapitres en 2 ou 3 parties, maintenant, c'est une partie en un seul. Donc, vous vous doutez bien que le rythme "1 chapitre par semaine", comme je faisais avant lors des deux premières partie, est impossible.

- En parlant du rythme, je vous rappelle que maintenant, je suis à la fac. Donc beh j'aurais moins de temps, mais je la finirais, rassurez-vous. De toute manière, j'ai écris le script en entier (fini l'improvisation) donc, dans le pire des cas, si je suis dans l'impossibilité de finir, je posterais le script.

- Les noms sont toujours en VF et je vous emmerde si vous êtes pas content.

- Dans un soucis de logique et de continuité, je suis dans l'obligation de ne pas faire entrer en scène le Néo Keroro et toute sa clic. Tout du moins pas dans l'histoire direct. (ET JE REFUSE D'ADMETTRE QUE KERORO A 10 500 ANS!!!!!)

- Et enfin, ai-je vraiment besoin de dire qu'il faut avoir lu les cycles précédent pour lire celui-là? Non, je dis ça parce que j'ai souvent l'habitude d'avoir affaire à des gens qui pense qu'on peut regarder Doctor Who dans le désordre vue qu'il y a plusieurs docteurs. Mais en fait, pas du tout. Et c'est pareil pour ma fanfiction : si vous lisez pas les cycles avant... Bah déjà, vous allez pas comprendre et ensuite vous allez vous spoilez rien qu'en lisant les premières lignes donc ça serait débile.

Bon, je crois que j'ai tout dit.
On va pouvoir commencer.
Allez, c'est partie.
Grand moment d'émotion, ça fait tellement longtemps que j'ai pas écris comme ça...


l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Chapitre 1 : Dix ans de calme.

Titar, 58ème planète de la nébuleuse Gamma. Cette planète, connu autrefois pour ses soldats aussi efficaces que cruels, est aujourd'hui un havre de paix et de sérénité. En pleins coeur de la capitale, une jeune titarienne avance d'un air enjoué, un petit cadeau dans les bras, en direction du siège de l'armée. Il s'agit de Karara, la fille du célèbre Dobaba, directeur de la plus grande multinationale de la galaxie. Ce qui est dur à croire vue son apparence modeste. En tout les cas, celle-ci vient d'arriver à l'intérieur du grand bâtiment abritant certains des plus grands vaisseaux de guerre. Elle salue tout ceux qu'elle croise, il faut dire qu'elle est plutôt connu ici. Non pas pour sa richesse, mais pour son "petit ami". Tout à coup, un bruit assourdissant suivi d'une rafale de vent l'a firent sursauter. Karara leva la tête : un grand vaisseau était en train de se poser devant elle. Elle sourit : elle le reconnaissait bien et était soulagé. Les personnes à bord était parti pour une mission à haut risque : ils devaient arrêter des contrebandiers vipériens. Eh oui : malgré le grand conflit qui eut lieu dix ans plus tôt, les criminels n'étaient pas devenu des anges pour autant. Elle soupira : le temps était passé si vite. Un bruit attira son attention : les occupants du vaisseaux, qui était cinq en tout, était en train de descendre et semblait avoir une conversation animée.

- Non mais franchement, je ne dis pas qu'il faudrait plus de criminels, mais quand même : quitte à nous envoyer en mission, pourquoi ne pas nous envoyer lorsqu'il y a un réel danger?!

- Tu vas quand même pas râler parce que l'armée fait attention à nous?

- Mais non, ce n'est pas ce que je veux dire, c'est just-...

- On a compris ce que tu voulais dire! Mais que veux-tu : on est victime de notre succès, et les criminels ne sont plus aussi courageux qu'avant...

Karara: Youhou! Taruru!

L'un des titariens, bleu, se tourna vers Karara puis se précipita vers elle. Il l'embrassa sur le front et la prit par la taille.

Taruru: T'aurais dû me prévenir que tu venais, je serais rentré plus vite.

Karara: Oui mais ça n'aurait pas été une surprise. Tu sais quel jour on est aujourd'hui?

Taruru: Comment je pourrais l'oublier, ça fait 1 mois qu'on en parle.

Zoruru: Ça va, on vous dérange pas trop?

Taruru sursauta et fit un bond en arrière, en tirant Karara derrière lui : Zoruru s'était placé juste derrière lui, de manière tellement discrète qu'il ne l'avait pas vue venir. Entre temps, le reste de l'unité Garuru l'avait rejoint.

Taruru: Mais ça va pas bien dans ta tête : j'ai cru que c'était les vipériens!!

Zoruru: Mais bien sur, je croyais que tu ne les craignais pas?

Taruru: Pff! Evidemment que non, j'ai juste eu peur pour ma copine : excuse moi d'être parano!

Garuru: Allons! Allons! Calmez-vous, je vous rappelle qu'on représente un peu l'élite de l'armée et qu'il serait idiot de détruire notre réputation à cause d'une scène de ménage.

Zoruru: Désolé chef.

Taruru: ...Pardon lieutenant... Euh! Je veux dire : commandant!

Garuru hocha la tête puis partie rejoindre deux autres titariens, des secrétaires en charge des comptes rendus. Pururu et Tororo se joignirent au petit groupe.

Tororo: "Je vous rappelle qu'on représente un peu l'élite de l'armée et qu'il serait idiot de détruire notre réputation à cause d'une scène de ménage", non mais franchement? Puh! Puh!

Pururu: Il n'a pas tort, dans un sens : vous ne devriez pas vous disputez comme ça, vous parliez fort quand même.

Taruru: "Vous"? Tu es sur?

Pururu: ...Ok, j'ai certes un peu haussé le ton à un moment donné, j'admet ma faute, mais il est inutile de blâmé Garuru pour autant : on a déjà suffisamment de problème avec "ça".

Karara: ...Je peux savoir ce qu'il s'est passé ou...

Taruru: Oui, oui, bien sur : en faite...


Quelques minutes plus tôt, dans une banque d'une planète voisine :

Vipérien 1: Muahahaha!!! Je crois que nous venons de faire notre plus belle prise : 200 kilos d'or! Avec tout ce fric, nous deviendrons les voleurs les plus riches qui soit!!

Vipérien 2: Imaginez tout ces pigeons que nous pourrions arnaquer sur Terre!

Vipérien 3: Et tout ce qu'on pourra se payer!!

Vipérien 1: Inutile, j'ai une meilleure idée : utiliser tout ces lingots pour acheter du matos encore plus performant pour cambrioler encore plus de banques!!!

Vipérien 3: ...Mais c'est complètement débile.

Vipérien 1: Non! Tais-toi : je suis un génie! Allez, embarquons tout ça!

Garuru: Stop!! Ne bougez plus!!!

Derrière eux, Garuru, Pururu, Taruru et Zoruru bloquaient la seule sortie possible pour les vipériens : ils étaient cerné.

Garuru: Au nom de l'autorité Titarienne, je vous ordonne de reposer les lingots et de vous rendre!!

Vipérien 1: Vous pouvez toujours rêver, nous-Oh putain, c'est la brigade solaire!!!

Vipérien 2: On se rend!! On se rend!! On plaisantait même, on volait rien du tout, on vous jures!!

Vipérien 3: S'il vous plait, ne nous faites pas de mal, on le fera plus, c'est promis!!!


De retour sur Titar :

Taruru: C'est limite s'ils mettaient pas leurs menottes tout seuls...

Karara: Oh! Dur!

Tororo: D'ailleurs, on a même pas eu besoin de les enfermer : ils attendent actuellement tranquillement dans le vaisseau que les autorités viennent les chercher.

Pururu: Tiens, en parlant du loup...

À ce moment là, deux soldats entrèrent dans le vaisseau puis en ressortir avec les trois vipériens... Qui était étrangement docile au passage.

Karara: ...Ah ouais, d'accords.

Taruru: Bon, le principal c'est qu'au moins, on les a arrêté... Et, au faites, c'est quoi ce petit paquet que tu tiens là?

Karara: C'est la "petite surprise".

Pururu: Vous fêtez quelque chose?

Karara: Aujourd'hui, c'est notre anniversaire de première rencontre!

Taruru: Le jour où je suis arrivé dans la même école qu'elle, en gros.

Pururu: Oh! C'est tellement mignon...

Zoruru: Tellement surfait...

Pururu: Chut!

Taruru: J'peux l'ouvrir?!

Karara: Vas-y mon chérie!

Taruru ouvrit son cadeau tandis que Zoruru fit quelques pas sur le côté : malgré les années passé, il ne supportait toujours pas la niaiserie. Il remarqua alors le lieutenant... Pardon, le commandant qui discutait au loin puis autre chose : un petit Titarien bleu clair qui avançait timidement au milieu des soldats. On aurait dit qu'il avait pleuré, à cause de ses yeux rougit. Zoruru se tourna alors vers Taruru.

Zoruru: Excusez moi d'interrompre votre petite fête mais, Taruru, je crois qu'il y a ton frère là bas.

Taruru se tourna vers Zoruru, surpris, puis regarda dans la direction qu'il pointait du doigt : Taroro était effectivement là bas, l'air perdu. Il échangea un regard avec Karara, tout aussi surprise, puis se décida à l'interpeller. En entendant son nom, Taroro sursauta puis aperçu son frère. Taruru eut tout juste le temps de rendre le cadeau à Karara que le petit était déjà dans ses bras en train de pleurer. Malgré ses questions, il ne répondait pas, tout du moins il n'y arrivait pas. Pururu se tourna vers les autres et les invita à reculer un peu pour les laisser seul. C'est à ce moment là que Garuru revint.

Garuru: Il y a un problème?

Pururu: On ne sait pas, Taroro est arrivé d'un coup en pleurant...

Tororo: Vue l'heure qu'il est, il doit revenir de son rendez-vous "mensuel"...

Garuru: ...Je vois.

Un long silence gêné s'installa dans le petit groupe. Cependant, malgré le brouhaha externe, on arrivait à entendre ce que disait enfin Taroro, qui pleurait encore.

Taroro: Le do... Le docteur... Il m'a dit que j'avais... toujours pas grandi... Et il a dit à Papa que... si ça continuait... j'allais... j'allais...

Il ne finit pas sa phrase et serra son frère plus fort. Taruru lui rendit son étreinte, silencieusement. Karara ne pouvait s'empêcher de se sentir gêné : quelques mois après la fin de la grande bataille, on avait découvert que Taroro avait des problèmes de croissance, il ne vieillissait plus. Aujourd'hui, il devait être un adolescent mais ce n'était pas le cas. Il n'allait plus à l'école et était obligé d'aller voir le médecin en espérant trouvé un antidote. Cela attristait beaucoup son frère et ses parents qui ne savaient plus comment gérer sa vie : allait-il vieillir un jour? Beaucoup plus lentement? Ou allait-il mourir enfant? Même les médecins l'ignoraient. Ce n'était malheureusement pas le seul : une centaine d'autres enfants, de plusieurs planètes différentes, souffraient de ce mal étrange. Personne n'avait trouvé de solution...

Taruru: Ça va aller, tu ne dois pas t'en faire : tu restes malgré tout en bonne santé et tu es en formes, c'est déjà bien, non?

Taroro: Mais j'en ai marre d'être petit!! Tout mes copains sont au collège maintenant, et moi je vais même plus à l'école!!

Taruru: Chut! Calmes toi. Je sais que tu es en colère mais tu ne dois pas t'énerver : quitte à rester dans un corps d'enfant, ça ne doit pas t'empêcher d'être plus mature, non?

Taroro: ...Non.

Taruru: Alors ne pleurs pas, fais-le au moins pour Maman...

Taroro redressa la tête, Taruru lui rendit un petit sourire. Cependant, ce petit moment doux fut interrompu par des éclats de voix : une dispute avait lieu plus loin.

Pururu: Qu'est-ce qui se passe là bas?

Garuru: Ça m'a l'air sérieux... Restez là, je vais voir.

Pururu: Hors de questions que je te laisse y aller : imagines si ça se finit en bagarre!?

Garuru: Je ne risque rien voyons, ne soit pas si craintive.

Il l'embrassa doucement sur le front et s'apprêta à partir quand un Titarien se détacha du lot : il était bleu roi avec des cheveux noirs et portait un smoking de la même couleur. Quand il vit Taroro, il se précipita vers lui, malgré les appels des autres soldats. Garuru leur fit signe qu'il s'en occupait.

- Taroro, enfin je te retrouve! Qu'est-ce qui t'as pris de t'enfuir comme ça?!

Taruru: Tu... Attends : tu t'es enfui?!

Taroro: ...J'avais envie de te voir...

Taruru: Tu as fait le chemin de l'hôpital jusqu'à l'armée tout seul?!

Taroro: Mais je voulais pas rentrer!!!

Tororo: Excusez moi, il faut combien de temps pour rejoindre l'hôpital d'ici?

Pururu: 30 minutes à pieds.

Garuru: 50 quand il y a du trafic.

Zoruru: Et sinon, qui est ce monsieur?

Pururu: Turoro, le père des deux gugusses ici présent.

Taruru: J'en reviens pas, ça t'aurais tué d'attendre que je sois rentré?!

Taroro: Mais je-...

Turoro: En voilà assez!! Taroro, si tu voulais venir à l'armée, il suffisait de me le dire, j'étais à deux doigts d'appeler la police!

Taroro: ...Chui désolé...

Turoro: ...Bon, ce n'est pas grave, plus de peur que de mal. Va à l'extérieur, le chauffeur t'attends. Quand à toi Taruru, je te prierais de changer de ton avec ton petit frère!!

Taruru: J'étais censé ne rien dire face à ça?!

Turoro: Pas avec un langage pareil! Quand tu seras rentré, tu feras tes excuses à Taroro, me suis-je bien fait comprendre?!

Taruru: ...Oui...

Turoro soupira, exaspéré, puis partie rejoindre Taroro qui était déjà à la sortie. Tout autour d'eux, des soldats, des techniciens et d'autres personnes les regardaient du coin de l'oeil, en chuchotant. Garuru fit signe aux autres de le suivre dans une petite salle adjacente, là où il serait plus tranquille.

Taruru: Je suis désolé commandant.

Garuru: Non, tu n'as pas a t'excuser, tu n'y es pour rien. Au contraire, c'est de ma faute, j'aurais du intervenir.

Karara: ...Tu veux qu'on aille se balader avant de rentrer?

Taruru: ...Je ne sais pas si...

Garuru: Tu peux y aller Taruru, j'avais juste à vous dire que je venais de faire mon rapport et que le quartier général nous est très reconnaissant. Et aussi...

Il sortit une longue liste.

Garuru: Nous allons avoir une mission de surveillance des soleils dans les prochains jours et le quartier générale a pu nous fournir un résumé de notre parcours. Donc, ne perdons pas de temps, parce qu’on n’a pas toute la journée. Voici donc la liste des soleils à vérifier : Ursae Majoris, Lyncis, Canis Majoris, Comae Berenices, Ursae Minoris, Andromedae, Herculis, Cygni, Delphini, Sextantis Arietis, Draconis, Ursae Majoris… C’est marqué deux fois, tiens… Bref ! Pegasi, Cancri, Virginis, Ceti, Leonis, Aquarii, Piscium, Pictoris, Omega Serpentis, Carinae, Mensae, Telescopii, Eridani, Rho Coronae Borealis, Indi, Sigma Persei, Tau Bootis, Tau Gruis, Alpha Arietis et Alpha Centauri... Vous voulez que je répète ? Ça tombe bien, moi non plus.

Il rangea sa liste tandis que Taruru hocha la tête puis partie, suivit par Karara, dans le plus grand silence, honteux par la scène qu'il avait vécu. À peine avait-il quitté la pièce que Pururu commença à voir rouge.

Pururu: Mais quel goujat!! Comment un père peut traiter son fils comme ça?!

Tororo: Tu ne savais pas qu'il était comme ça?

Pururu: Eh bien non : je ne l'ai vue que de loin mais, si j'avais su, je serais allé vers lui pour lui balancer mon poing dans sa tronche!!!

Garuru: Calmes toi Pururu, on va t'entendre. J'avais remarqué qu'ils avaient une relation assez tendu mais à ce point là...

Tororo: Et encore, j'ai déjà vue pire de sa part...

Pururu: Et c'est pas tout, vous avez vue comment il est fringué le gars?!

Garuru: ...Y a que toi pour remarquer ce genre de détail...

Zoruru: Montre Frank Muller, portable Lamborghini TL700, smoking Dormeuil et une gourmette.

Garuru: ...?!

Zoruru: Comme disait mon maître : "L'habit ne fait pas le moine mais le costume est tout aussi révélateur"...

Pururu: Maaaiiis~ attendez, ils gagnent combien par mois le mec?

Tororo: ...Vous... Vous êtes pas au courant?

Garuru: Il y a autre chose de choquant à savoir sur lui?

Tororo: Bah... Oui et pas qu'un peu : ce type est, en gros, le co-directeur des entreprises Dobaba...

Pururu, Garuru et Zoruru regardèrent Tororo, estomaqués : ils n'étaient absolument pas au courant et cette information était on ne peut plus surprenante.

Pururu: ...I beg your pardon?

Tororo: Je pensais que vous étiez au courant...

Zoruru: Tu es en train de me dire que l'ado attardé, que je côtoie tout les jours, est le fils de l'homme qui co-dirige une entreprise tellement riche que Bill Gates peut aller se faire voir?!

Tororo: Oui monsieur.

Garuru: ...Eh bien, c'est... Surprenant. Enfin, je veux dire, j'avais pas l'impression que Taruru était un gosse de riche.

Tororo: C'est normal, son père refuse que sa famille affiche sa richesse. puh! puh!

Pururu: ...Bon bah au moins ça explique... Rien du tout.

Garuru: En attendant, ça ne justifie pas son comportement.

Tororo: Malheureusement, les rares fois que je l'ai vue, il a toujours était comme ça. Mais bon, il ne se voit qu'une fois par semaine environ. Donc-...

Il fut interrompu, un soldat venait d'entrer dans la pièce. Celui-ci semblait gêner du dérangement mais Garuru l'invita à parler.

- Excusez moi de vous dérangez, je suis envoyé par le major Kururu, il a besoin de l'aide du caporal chef Tororo en urgence.

Tororo: En urgence? Ok, je viens, bonne fin de journée commandant!

Il fit un rapide salut militaire, rendu par son chef, puis il suivit le soldat.

Pururu: Bon! Bah c'est pas tout ça mais on va peut-être rentrer chez nous, nous aussi!

Garuru: Oui, je crois qu'on a finit pour aujourd'hui. Ça ne te dérange pas qu'on te laisse seul Zoruru?

Zoruru: Non, ne vous inquiétez pas pour moi : je comptais aller m'entraîner.

Garuru: Parfait. On se voit demain!

Zoruru: Oui, à demain.

Garuru et Pururu partirent côte à côte tandis que Zoruru se dirigea vers une autre pièce, ouvrant sur ce qui semblait être une salle de simulation. À l'intérieur, on pouvait voir Keroro en train de configurer un ordinateur.

- Déjà rentré de mission?

Zoruru: Ouep.

Dororo était sur le côté, en train de polir son katana. Il finit par le ranger tandis que Zoruru jeta un oeil sur la simulation : Keroro venait de finir de programmer l'ordinateur et était en train de se battre contre des robots géants avec, comme arme, un simple pistolet. Étrangement, il arrivait à les battre en ne tirant qu'une fois sur eux.

Dororo: Impressionnant, n'est-ce pas?

Zoruru: ...Pas mal.

Dororo: Hé! Hé! Voyons, Zoruru, il faudra bien un jour que tu reconnaisses que l'élève a dépassé le maître.

Zoruru: Pff! Tu parles, il a beau être habile, il ne sera jamais plus rapide qu'un assassin ou un ninja...

Dororo: Ça se discute...

Zoruru: Tu veux que j'entre pour prouver le contraire?

Dororo: Inutile, il s'est arrêté.

Zoruru se tourna vers Keroro qui venait de terminé son combat. Il regarda un écran qui calculait son score : 973. Il n'eut pas le temps de réagir qu'il entendit un petit applaudissement derrière lui. En se retournant, il vit son père.

Teroro: Impressionnant. Très impressionnant même.

Keroro: ...Puis-je savoir ce que vous faites ici Général?

Teroro: Je t'en pris, ne m'appelle pas Général, je viens de finir mon service. J'étais juste venu t'annoncer que, ce soir, j'allais à une réunion du congrès et qu'il était inutile de m'attendre pour manger.

Keroro: ...Et c'est tout?

Teroro: Si tu insistes : je suis tombé sur toi en train de t'entraîner et tu m'as impressionné. Si tu étais sur un vrai champs de bataille, tu aurais remporté la victoire à coup sur!

Keroro: Tss! Ça j'en doute.

Teroro: Allons, ne soit pas aussi pessimiste, tu as fais un excellent score : moi même j'ai du mal à atteindre un si haut niveau.

Keroro: Tu as du mal mais tu y arrives, toi.

Teroro soupira tandis que Keroro reprogrammait la machine. Son père s'approcha et posa sa main sur son épaule.

Teroro: Écoutes, une suite de chiffre n'est pas forcément représentative de ce que tu vaux vraiment. Le fait que tu n'ais pas atteint le score "ultime" de mille ne veut pas dire que tu es un mauvais soldat. Il faut juste que tu sois au moins au dessus 600.

Keroro: Merci Papa, tu me consoles beaucoup...

Teroro: Plus sérieusement : je sais que tu tiens à honorer ton grade en t'entraînant dur. Mais, regardes toi : tu ne dors presque plus, tu travailles beaucoup trop. À quand remonte la dernière fois où tu t'es amusé avec tes am-...

Keroro se tourna soudainement vers son père, tout en lui repoussant la main.

Keroro: Papa!! Si je fais tout ça, ce n'est pas pour un intérêt personnel : lorsque j'étais chevalier, j'ai passé mon temps à me faire ridiculiser par mes ennemis... Et j'ai perdu beaucoup trop de batailles à cause de ça.

Teroro: Tu as perdu des batailles, certes, mais au final vous avez gagné la guerre, non?

Keroro: ...Pas grâce à moi.

Teroro: Ne dis pas ça Keroro, vous y avez tous contribué, à votre manière. Et tu pourras dire tout ce que tu veux, je serais toujours fière de toi, toujours.

Keroro resta silencieux, il finit par éteindre l'écran et commença à partir.

Keroro: Eh bien, je ne le mérite pas.

Teroro: Keroro, attends!

Keroro: Non! La discussion est close!! De toute façon, si même toi tu n'es pas capable d'être objectif, autant s'arrêter là!

Keroro quitta la simulation, laissant son père seul. Il finit par quitter la pièce, sous les yeux de Dororo et Zoruru qui échangèrent un regard.

Dororo: Je crois qu'on aurait pas du écouter.

Zoruru: Moi non plus. Enfin, la salle est libre, on y va?

Dororo roula des yeux : Zoruru était décidemment incapable d'avoir de la compassion. Pendant ce temps, Pururu et Garuru était enfin rentré chez eux. Tandis que Garuru rangeait ses dossiers sur une étagère, Pururu se jeta sur la canapé avant de saisir une télécommande et d'allumer la télévision.

Garuru: Ne me dit pas que cette "mission" t'as fatigué?

Pururu: À peine...

Garuru eut un petit rire. Il referma une pochette qu'il inséra entre deux portes documents puis alla rejoindre sa... Allez, vas-y Mumu, tu peux l'écrire, inspire un bon coup...

Invité: Vas-y Muk'! Tu peux le faire!!

...Puis alla rejoindre sa compagne dans le salon.

Invité:


Il s'agenouilla pour se mettre à sa hauteur puis effleura son front.

Garuru: Ça fait quelques jours que tu n'as pas l'air en forme, tu es malade?

Pururu: Ne t'inquiète pas pour moi, tu devrais savoir depuis le temps que je fais toujours des carences en vitamines à la fin de l'automne...

Garuru: Oui mais ça ne te le fais pas à ce point là d'habitude.

Pururu: Je dois faire un petit spleen, que veux-tu : moi aussi j'ai besoin de ma dose d'action, d'inattendu...

Garuru: C'est vrai que ça fait longtemps qu'on a pas eu une mission bien dangereuse. Mais malheureusement, même en temps que commandant, je ne peux pas t'offrir ça...

Pururu: Il y a vraiment rien que tu peux me donner pour me remonter le moral?

Garuru: ...Un jus de pamplemousse rose dans un verre à cocktail avec une ombrelle en papier?

Pururu: Ce genre là oui.

Garuru: Je t'apporte ça tout de suite, ma princesse.

Il l'embrassa tendrement et se dirigea vers la cuisine. Mais, avant même qu'il passe la porte, le téléphone sonna.

Garuru: Mais avant, je réponds au téléphone!

Pururu: Depuis quand le téléphone est prioritaire à mon pamplemousse?!

Garuru: ...Arrêtes, ça vient de l'école...

Pururu, surprise, se redressa pour voir Garuru tandis qu'il décrochait.

Garuru: Allô oui?... Oui, c'est moi, oui... Oui... Là tout de suite?... Entendu... Non, non! Il n'y a aucun problème, j'arrives dans les plus bref délais... Oui, à tout de suite...

Il raccrocha et se dirigea vers la sortie.

Pururu: Un problème?

Garuru: Chiwowo s'est retrouvé dans une bagarre et la directrice me convoque.

Pururu: Encore?! Mais ça va faire 3 fois en une semaine!!

Garuru: Pourquoi crois-tu qu'elle m'a convoquée?

Pururu: ...Je vais venir avec toi.

Garuru: Il vaut mieux que j'y aille seul, la directrice m'a dit qu'un seul parent suffisait et puis, rappelle toi ce qui s'est passé la dernière fois avec les autres parents...

Pururu: J'aimerais au moins être là pour Kowawa, tu sais très bien que ça l'affecte beaucoup!

Garuru: Elle peut rentrer seule à pied, comme d'habitude. À cette heure-ci, si je me dépêche, je la croiserais à la sortie. Je la consolerais s'il le faut, tu peux en être certaine.

Pururu: ...Ok, je te fais confiance. Mais si jamais elle arrive traumatisée-...

Garuru: Ça va aller, si elle est comme sa mère, il me suffira de lui promettre un sachet de bonbons et le tour sera joué!

Pururu: Hey!

Garuru: Je plaisante chérie. J'y vais, souhaite moi bonne chance.

Pururu: Merde.

Garuru sortit de la maison et soupira : ça allait encore être un long moment douloureux à passer. Au même moment, dans le siège de l'armée, Tororo était dans une petite salle de vidéo conférence et discutait avec Kururu, qui était actuellement sur Terre. Il était entouré de deux ordinateurs et de plusieurs dizaines de dossiers qu'il feuilletait un à un.

Tororo: ...Mmh... Effectivement, il y a un truc qui va pas : pourtant, nos calculs étaient bon...

Kururu: Et pourtant, lors des tests, notre arme paralysante paralysait que dalle. Je veux pas être pessimiste mais le QG commence déjà à s'impatienter. kih! kih! kih!

Tororo: En même temps, ils sont à peine plus patient que des Daleks. Tu as vérifier si le problème ne venait pas du canon?

Kururu: J'ai vérifié chaque pièces séparément. Tout va bien au niveau du propulseur et du moteur, c'est le laser en lui même qui coince.

Tororo: ...Alors, il va falloir tout recommencer à zéro?

Kururu: Non, pas forcément, il faut juste revoir vite fait le système paralysant pour... Kih...Kih...Kih...

Tororo: ...J'aimes pas quand tu rigoles comme ça...

Kururu: Je ne riais pas.

Tororo: ...Ok, qu'est-ce que j'ai encore fais?

Kururu: Tu m'as envoyé quel version du logiciel d'exploitation du pistolet paralysant?

Tororo: ...Me dis pas que je t'ai envoyé la 3.5 au lieu de la 4.1?

Kururu: ...

Tororo: ...Ce qui ferait que, par conséquent, l'ordinateur interne ne comprendrait pas ce qu'on lui demande et programmerait mal le laser, ce qui le rendrait inefficace et expliquerait le fait que le pistolet ne marche pas.

Kururu hocha lentement la tête. Tororo regarda autour de lui, il avait trois options : soit il se cachait sous le bureau, soit il rejoignait la sortie en courant, soit il éteignait Skype.

Kururu: Inutile d'essayer de t'enfuir, je viens de bloquer toutes les issus. Kih! Kih! Kih!

Tororo: Hé! T'as pas le droit, c'est mon logiciel!!

Kururu: On est en coop', je fais ce que je veux.

Tororo: Et depuis quand le fait qu'on soit en coop' t'autorises ça? Est-ce que moi je te prend des pistolets pour te faire du chantage?!

Kururu: Tu n'avais qu'à y penser avant, j'ai étais plus intelligent que toi sur le coup.

Tororo: ...Fiou... Bon, on va régler ça calmement, pacifiquement et en toute amitié : je t'envoie le bon logiciel, tu le configures sur le pistolet et on refait les tests en oubliant la gaffe précédente, oki doki?

Kururu: ...Marché conclue. Mais je n'en ai pas fini avec toi.

À ce moment là, une porte s'ouvrit derrière Kururu : Maël apparu alors à l'écran.

Maël: Désolé Kururu, je sais que tu es en réunion, je ne fais que passer prendre mon sac.

Kururu: Sers-toi, je t'en pris.

Maël: ...Oh! Salut Tororo!

Tororo: Yo!

Maël prit son sac et sortie comme si de rien n'était. Tororo afficha alors un large sourire.

Tororo: Je vais la faire courte : tu m'épargnes et, en échange, je ne dirais rien sur le fait que tu as laissé un civile interrompre une réunion confidentiel.

Kururu: ...Tu commences à apprendre, c'est bien...

Kururu désactiva le logiciel tandis que Maël sortit de la base secrète... Qui n'était plus si secrète que ça en fait, et rejoignit April qui l'attendait à la sortie, dans l'ancienne chambre de Keroro. (pas le forum, la chambre)

Maël: Qui a commandé une pizza?

April: Ça alors, je ne savais pas que tu étais italien!

Ils rirent en coeur puis sortir tout les deux de la maison. À peine sortie, l'air glacial la paralysa quelques secondes. Mais elle se ressaisit : pour une fois qu'elle faisait une sortie avec Maël, pour son anniversaire en plus... Certes, un peu en avance, mais quand même : l'intention était notable, il faut le dire. Cependant, à peine, avait-elle fait quelques pas qu'elle aperçu son frère ainsi que Garance, Énéa et Shigure. (regardez bien le prénom "Énéa", j'ai galéré à obtenir le "e" accent aigu) La jeune ninja les remarqua à son tour et leur fit signe.

April: Alors vous aussi vous comptez sortir aujourd'hui?

Artus: Désolé de te décevoir mais on comptait rentrer plutôt. Il fait un peu frais aujourd'hui alors je comptais servir un petit thé. Ça ne te dérange pas?

April: Je te signale que c'est aussi chez toi, tant que tu ranges à la fin, ça me va...

Énéa: Mais et toi April, tu ne risques pas d'attrapé froid?

Maël: T'inquiètes Énéa, on ne comptait pas rester à l'extérieur toute l'après midi!

April: Oui, on va juste dans un café.

Énéa: Oh! C'est dommage, l'entraînement en hiver est pourtant si bénéfique...

April: ...Le... Quoi?

Énéa: Chez les ninjas, une grande partie de notre apprentissage se déroule en hiver, dans des conditions extrêmes. Cela permet d'avoir tout nos sens et nos capacités en alerte...

Shigure: Tu te souviens la fois où on est allé avec Mona (c'est Mukuro, juste pour info) dans une grotte de glace?

Énéa: Oh oui! Il faisait tellement froid qu'on a dû s'évanouir 15 fois!

April: Hein?!

Shigure: Et encore, c'est selon Mona, je la soupçonne d'avoir allumé un feu discrètement avec des brindilles...

Énéa: Par un froid pareil?

Shigure: Elle a bien réussi a utilisé une technique de foudre par temps humide...

April: ...Heu...

Énéa: Maintenant que tu le dis... Mais ça ne comptait pas, on était en train de se battre contre un camp adverse.

Shigure: D'ailleurs, je ne me souviens plus : je sais qu'on a gagné mais est-ce qu'il y avait des survivants?

April: BON! Je crois qu'on va y aller, hein! Artus, tu feras attention avec le thé!

Artus: ...Heu... Oui, oui! Allons-y! Après-toi Garance!

Garance: ...Merci beaucoup...

April accéléra le pas, en poussant Maël en avant, tandis qu'Artus s'apprêta à rentrer chez lui, suivit par Garance et les deux ninjas dont la discution semblait aussi passionné qu'intense. Malgré ce moment étrange, la journée d'April semblait démarrer sans encombre. Elle allait enfin passer un bon moment avec son petit ami, qui semblait lui aussi-...

Maël: April! Attends : regardes!

April: Qu'est-ce qu'il y a?

- Hé! Regardez qui voilà : Gyokuyami en personne!

April sursauta. Elle retourna dans sa rue et vit deux gamins à vélo arrêté devant la maison.

Garance: Laissez-le tranquille! Vous n'avez pas le droit de lui parler de la sorte!!

- Pourquoi? Il va nous buter?

April: Hé! Dis donc vous deux : je vous conseil de déguerpir sinon, j'appelle la police!

- Ouh! J'ai peur! Non mais laisses tomber : ils seront d'accords avec nous! C'est qu'un meurtrier!

Artus, mal à l'aise, rentra discrètement à l'intérieur sous le regard désolé de Garance qui changea étrangement pour un regard déterminé.

Garance: Bande de petits merdeux... Vous allez le regretter... Paul! Ordre à tout les hommes de d'attaquer ses vauriens!!

Paul: À vos ordres mademoiselle!

À ce moment précis, une horde de soldats sortirent de leurs cachettes plus ou moins improbable et entourèrent les deux garçonnets tétanisé par la peur.

April: ...Quelqu'un peut m'expliquer d'où ils sortent?

Maël: On verra ça plus tard! Viens, allons au café!

Maël poussa April plus loin, sans savoir ce qui allait se passer ensuite. Au moins, c'était un rendez vous qui démarrait presque sans encombre. Pendant ce temps, sur Titar, Garuru arrivait enfin à l'école. Plusieurs enfants en sortaient pour rejoindre leurs parents, il soupira : il était arrivé pile à l'heure. Son attention se porta sur un groupe de petites filles qui finirent par se séparer. L'une d'elle vit le commandant et courut vers lui pour se jeter dans ses bras.

Garuru: Dis donc Kowawa, je peux savoir pourquoi j'ai droit à un tel accueil?

Kowawa: Pour rien. Je suis trop contente que tu sois venu, c'est tout!

Kowawa lui rendit un grand sourire, ce par quoi il répondit par un baiser sur le front. Il la serra contre lui avant d’apercevoir la directrice de l'école qui semblait discuter avec d'autres parents.

Kowawa: Tu n'en veux pas à Chiwowo, hein?

Il sursauta et regarda sa fille : elle semblait très inquiète. Il posa ses mains sur ses épaules.

Garuru: Bien sur que non ma puce, je sais bien qu'il n'y ait pour rien. Viens allons à l'écart.

Elle obtempéra puis ils se dirigèrent vers l'angles de la rue. Arrivé là, il se remit à sa hauteur et essaya de se montrer le plus doux possible.

Garuru: Je suppose que c'est encore un coup de Nakoko?

Kowawa: Oui.

Garuru: Et il a fait comme la dernière fois.

Kowawa: ...Oui.

Garuru soupira, ça ne l'étonnait qu'à peine.

Garuru: Je t'écoute, racontes-moi tout.

Kowawa: ...C'était pendant la récré : je jouais avec les filles quand Nakoko et sa bande sont venus nous voir. Il nous a critiqué puis il a commencé a insulter toi et Maman. Chiwowo est arrivé à ce moment là et lui demandé de nous laisser tranquille. Mais il a pas voulu. Et puis, il a donné un coup de poing à Chiwowo qui s'est retrouvé par terre. Après tout le monde s'est attroupé autour et j'ai pas vue. Et ensuite, la maîtresse est arrivé et les a emmené dans le bureau de la directrice.

Garuru: ...Je vois.

Kowawa: Tu crois qu'il va être punit?

Garuru: Très sincèrement, je n'en sais rien mais je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour que ça n'arrive pas. Tu n'as pas à t’inquiéter pour lui, d'accords?

Kowawa: ...D'accords.

Garuru resta muet, sa fille commençait à avoir les yeux larmoyants. Il lui caressa tout doucement la joue puis se releva.

Garuru: Il est temps que j'aille voir la directrice. Tu pourras rentrer toute seule?

Kowawa: Oui, bien sur!

Garuru: Parfait, alors à tout à l'heure!

Kowawa: À tout à l'heure papa!

Kowawa parti en courant sous le regard bienveillant de son père. Il lui fit signe puis retourna devant l'école où l'ambiance changea soudainement. Il inspira profondément en voyant la directrice quitter les parents pour ensuite se diriger vers lui. Elle lui annonça que les parents de Nakoko venait d'arriver eux aussi puis elle l'invita à la suivre jusqu'à son bureau. Devant la porte, le père de Nakoko et la professeure discutait entre eux. Quand il vit Garuru, il le regarda de travers. Garuru préféré l'ignorer : moins il en ferait, plus ça irait vite. Ils entrèrent alors dans le bureau : Nakoko et Chiwowo était installé sur des sièges, surveillés par un pion qui quitta la pièce juste ensuite. La directrice s'installa à son tour, invita les deux pères à faire de même. Garuru, au passage, jeta un oeil à son fils : il ne semblait pas blesser et avait un regard neutre. Comme à son habitude. Quand à Nakoko, il avait une petite bosse sur le front. Il ne put s'empêcher de se sentir fière avant d'avoir un peu honte.

Directrice: Bien, je suppose qu'il est inutile de vous rappelez pourquoi vos enfants sont ici, je vais donc aller directement au fait : leur conduite est tout bonnement inacceptable et je me vois dans l'obligation de sévir.

Père de Nakoko: Je comprend tout à fait madame.

Garuru: ... (c'est ça, vas-y, ouvres ta grande gueule, abruti...)

Directrice: Mais avant toute chose, j'aimerais mettre les choses au point concernant le motif de cette dispute. Selon certains élèves, ce serait Chiwowo qui aurait lancé les hostilités.

Père de Nakoko: Ça ne m'étonne même pas, voyez-vous...

Garuru: Je ne vous permets pas, monsieur!!

Directrice: Messieurs, s'il vous plait! Je vais laissé une chance à Chiwowo de s'expliquer.

Tout les regards se braquèrent sur Chiwowo qui resta silencieux, tête baissé, semblant ignorer tout le monde.

Directrice: Nous t'écoutons Chiwowo.

Garuru: ...Chiwowo, tu peux parler librement, dis nous ce qui s'est passé.

Rien à faire, Chiwowo resta silencieux. Nakoko ricana tandis que son père soupira.

Père de Nakoko: Ce silence veut tout dire : il est clair que votre fils est coupable.

Garuru: Laissez-le tranquille!! Chiwowo, ta soeur m'a parlé tout à l'heure et m'a dit que tu n'étais pas fautif et elle est incapable de me mentir, tu le sais. Alors, s'il te plait...

Chiwowo ne bougea pas, ce qui désespéra son père : Chiwowo était du genre froid et un peu sociopathe et il détestait être mêlé à un conflit. Le voir s'avouer vaincu aussi facilement lui faisait mal. La directrice finit par sortir un stylo et à signer une feuille.

Directrice: Vous avez de la chance que nous soyons en fin de semaine. Je vais juste donner un avertissement. Mais la prochaine, ce sera le changement de classe et l'exclusion temporaire.

Père de Nakoko: Vous n'êtes pas sérieuse?! Mon fils a été blessé!!

Directrice: Il ne l'aurait pas été s'il n'était pas rentré dans un extincteur après avoir couru dans les couloirs.

Garuru: ... (ne ris pas Garuru, ne ris pas...)

Quelques minutes plus tard, ils étaient de nouveau à l'extérieur, Garuru était cependant soulagé que ça se soit mieux passer que prévue. Chiwowo n'avait toutefois pas prononcé un seul mot durant tout le chemin du retour. À mi-parcours, Garuru s'arrêta : il était temps qu'il ait une petite conversation.

Garuru: Maintenant qu'on est loin de l'école, tu peux me parler, non?

Chiwowo ne répondit pas, il ne le regardait même pas. Garuru soupira longuement, il finit par s'asseoir sur un banc adjacent et l'invita à faire de même.

Garuru: Tu sais, je peux comprendre que tu baisses les bras : ça fait trois fois que Nakoko te frappes, trois fois qu'on va chez la directrice et trois fois qu'elle te punit sans chercher à comprendre. S'il y avait une solution miracle, j'aurais déjà fait le nécessaire. Mais, en attendant, tu ne peux pas rester silencieux et attendre que ça passe : je sais que tu détestes les conflits et les complications mais garder le silence n'est pas la solution ici.

Chiwowo: Et j'étais censé dire quoi?

Enfin 5 mots, c'était un début.

Garuru: Ta version des faits, tout simplement. Tu ne vas quand même pas laisser cette espèce de crétin et son père vous insultez, toi et ta soeur, sans réagir?

Chiwowo: C'est pas nous qu'ils insultent, c'est Maman et toi...

Garuru se figea quelques instants mais tenta de le dissimuler.

Garuru: Et... Que disent-ils?

Chiwowo: La même chose à chaque fois : comme quoi t'es un lâche et un traite, que t'as pas participé à la bataille contre le dieu de la mort et que t'as tué pleins de gens. Et ils disent que Maman vaut pas mieux parce qu'elle est une soumise et qu'elle aurait jamais dû se marier avec toi.

Garuru resta silencieux et essaya de respirer profondément pour garder son calme. En réalité, il n'avait jamais raconter à ses enfants quel rôle il avait vraiment jouer durant la guerre : son fils et sa fille était persuadés qu'il avait été chevalier jusqu'au bout mais, en réalité, pas vraiment. Mais il s'était mit d'accords avec Pururu : ils ne leurs en parleraient que lorsqu'ils seront assez grand. En attendant, elle n'arrêtait pas de le rassurer : après tout, ce n'était pas de sa faute et, dés qu'il avait retrouvé ses émotions, il avait été prêt à trahir Gyokuyami. Mais ce n'était pas au goût de tous, comme le père de Nakoko, par exemple...

Chiwowo: Papa?

Garuru: ...! Oui Chiwowo?

Chiwowo: T'es dans la lune?

Garuru: ...Non, non, je réfléchissais, excuses moi... En tout les cas, retiens bien une chose : ce genre d’imbécillité, tu dois les ignorer, pas en faire une fixation. Contrairement à toi et ta soeur, Nakoko et sa bande calque leur opinion sur celle de leurs parents : ils n'ont aucun recul, aucune indépendance et aucune ouverture d'esprit. Et c'est ça que tu dois garder en tête : temps que leurs parents sont là, ils se sentiront fort, mais dés qu'ils seront seuls, ils seront incapables de juger d'eux même. Et c'est ça l'immaturité.

Chiwowo: Ça veut dire qu'ils sont cons?

Garuru: Oui exactem-... Attends! Non : Chiwowo, je t'ai pourtant interdit de dire des gros mots!

Chiwowo: Mais tu l'as dis hier.

Garuru: ...Moi, j'ai dis "con" hier?

Chiwowo: Oui, même que c'était avec Maman.

Garuru: Quand?

Chiwowo: Pendant que tu faisais à manger.

Garuru: Où?

Chiwowo: Bah, dans la cuisine!

Garuru: Et je faisais quoi?

Chiwowo: ...Tu faisais à manger, je viens de te le dire...

Garuru: Oui d'accords mais je faisais quoi à manger?

Chiwowo: T'étais entrain d’égoutter les pâtes.

Garuru: Mais pourquoi j'ai dis ce mot à ta mère?

Chiwowo: Tu parlais des voisins.

Garuru: ...Ah oui... Mais ça ne t'autorise pas à le répéter!

Chiwowo: Mais tu viens de me dire que je devais être indépendant et mature!

Garuru: Et en quoi être vulgaire justifie ce vocabulaire?

Chiwowo: Je vais à l'opposer de ton opinion.

Garuru s'apprêta à parler mais s'arrêta net : il avait raison, le petit. Enfin, pas vraiment, mais il avait compris le principe. Il regarda à droite et à gauche puis se leva.

Garuru: Bon, vue que c'est le week end, je propose qu'on oublie cet incident et qu'on rentre à la maison bien tranquillement. On en reparlera plus tard, si tu le veux bien?

Chiwowo: Et Maman et Kowawa?

Garuru: On discutera avec elles s'il le faut. Mais ça ne doit pas gâcher ces deux jours de repos, ok?

Chiwowo: ...D'accords.

Chiwowo se leva et prit la main de son père. Ils reprirent leurs routes, main dans la main. Malgré tout, l'un comme l'autre avait des appréhensions concernant cette histoire. Et ils n'étaient pas les seuls, mais pour une raison différente. Quelques kilomètres plus loin, dans une autre maison, un titarien rouge tournait en rond, semblant attendre impatiemment et nerveusement quelque chose. Et je suppose que la couleur vous aura fait deviner : c'est Giroro. Il regarda une horloge, puis son portable, puis son téléphone fixe puis de nouveau l'horloge, toujours rien. Il crut qu'il allait perdre la tête quand la porte de l'entrée s'ouvrit : Kirara entra, suivit par une petite fille, plus petite que Chiwowo et Kowawa. À peine arrivé, Giroro les rejoignit en courant et en tremblant.

Giroro: Alors?! Qu'est-ce que le médecin a dit?! Comment elle va?! C'est grave?! Il faut l'emmener aux urgences?!

Kirara: ...Alors, déjà : coucou, on est rentré. Ensuite, je te rappelle que c'était juste un examen de santé obligatoire donc rien de grave. Durant cet examen, le médecin n'a rien vue d'anormal, elle est en parfaite santé, il a juste mit ses vaccinations à jour.

Giroro: ...C'est tout?

Kirara: C'est tout.

Tinana: Regardes Papa : le docteur m'a fait un pansement avec un train dessus!

Tinana montra avec fierté son pansement avec une locomotive toute coloré, collé sur sa petite épaule. Giroro resta muet de stupeur et se contenta simplement de prendre sa fille dans ses bras et de la serrer fort contre lui. Au bout d'un moment, elle s'écarta un peu.

Tinana: J'peux y aller maintenant? Je dois faire mes devoirs?

Giroro: ...Euh... Oui, bien sur ma puce : vas-y.

Tinana sourit puis quitta le hall en sautillant. Kirara referma la porte d'entrée puis regarda Giroro avec insistance.

Giroro: ...Quoi?

Kirara: On avait pas eu une petite discussion avant de partir?

Giroro: Désolé chérie mais... Ça fait un an jour pour jour...

Kirara baissa les yeux puis enlaça Giroro. Elle semblait soudain aussi affecté.

Kirara: Je le sais bien mon Rondoudou, moi aussi j'ai eu des appréhensions mais on s'était mit d'accords : je ne veux pas qu'elle soit traité comme une fille trop fragile.
(Oui, elle l'appelle Rondoudou. Pour toutes réclamations, en particuliers si vous vous appelez Chisa, merci de vous adressez à Putafa d'abords. Elle n'a rien à voir avec ça, certes, mais allez-y quand même. Cordialement.)

Giroro: Mais c'est le cas...

Kirara: Non, ce n'est pas le cas! On sait tous qu'elle a eu des problèmes mais c'est finit maintenant. Elle ne risque rien.

Giroro: C'est ce qu'il disait eux aussi. Et, pourtant...

Kirara recula en repoussant Giroro.

Kirara: De quoi tu parles?! Ils n'ont jamais dit que Tinana n'avait pas... Ce problème!! Quoi qu'il en soit, le médecin a dit qu'elle allait bien. Si tu ne le crois pas, t'as qu'à aller demander à quelqu'un d'autre!!

Kirara quitta la pièce, en prenant soin de claquer la porte derrière elle, laissant Giroro seul, trop surpris pour dire quoi que ce soit. Il prit une toute autre direction, vers le salon, et s'installa sur un siège : mieux valait ne pas croiser sa femme (Coucou Chisa!) pour l'instant. Il resta affalé quelques secondes avant d'enfouir son visage dans ses mains. Il se trouvait stupide : stupide d'avoir autant peur, de ne pas faire confiance aux gens, d'être aussi borné, de croire que sa fille était fait en sucre. Il releva la tête et regarda dans le vide. Cela faisait quelques minutes maintenant qu'il essayait de ne pas se remémorer ce qu'il s'était passé un an plus tôt mais il lui était impossible de lutter d'avantage. Il revit d'abords Tinana à sa naissance : un petit bébé titarien, une toute petite crevette avec de belles joues bien rondes et de grand yeux bleu marine, comme son père. Elle gémissait tout doucement et s'accrochait fermement, avec ses petits doigts, sur tout ce qui approchait. Puis, le lendemain, sa petite fille était dans un berceau transparent, entourée par des machines qui faisait des bruits étranges dont elle était relié avec des câbles et des tubes. Les médecins disaient que c'était son coeur qui n'allait pas, qu'il battait pas assez fort, ou assez vite, il ne savait plus. Ça s'était arrangé au bout de trois semaines. Et, durant ses premières années, Tinana avait grandi comme tout les enfants normaux. Enfin, presque. Elle était joyeuse et épanoui, elle riait, courrait, s'amusait. C'était la belle vie. On avait même découvert qu'elle était une surdouée, ce qui fait qu'elle était obligé de faire l'école à la maison. Mais, malgré tout, elle faisait le bonheur de ses parents et ils lui rendaient leurs joies. Puis, à ces cinq ans (= age mental terrien approximatif), tout a changé. Un jour, elle est tombait au sol, elle ne bougeait plus. À l'hôpital, on lui avait dit que son problème était de retour. Et ça avait recommencé, en plus long : elle était resté 1 mois, allongé dans un lit blanc, entouré des mêmes machines et relié avec les mêmes tubes et les mêmes câbles. Giroro avait beau avoir été là tout le temps, il avait du mal à réaliser à ce moment là ce qui se passait. En sortant, plus rien n'était pareil : Tinana ne sortait plus autant qu'avant, elle n'était plus aussi libre de ses mouvements et on s'inquiétait beaucoup pour elle, malgré le fait qu'elle soit désormais en forme. Giroro soupira, il se rendit compte que le temps où il jouait avec sa fille jusqu'à en rire aux éclats lui manquait. Mais il avait peur : peur de la blessé, peur qu'elle se fasse mal, peur de retourné avec elle dans cette endroit... Il avait perdu sa mère et son frère une fois, il les avait retrouvé mais il n'aurait certainement pas de seconde chance avec Tinana.

Kirara: Giroro?

Giroro se retourna lentement : Kirara venait d'entré dans le salon et semblait avoir pleuré.

Giroro: Oui Kirara?

Kirara: ...Je voulais m'excuser, je n'aurais pas dû m'énerver comme ça. Tu as parfaitement raison de t’inquiéter... C'est juste...

Elle ne finit pas sa phrase. Il se leva et la prit dans ses bras pour la bercer.

Giroro: Non, c'est toi qui avais raison : je ne devrais pas autant m'inquiéter. Je sais que tu as peur que notre couple se brise avec cette histoire mais, crois-moi, je te jure que quoi qu'il arrive, je resterais avec toi. Jusqu'à ce que la mort nous sépare.

Kirara: Tu es sur qu'on tiendra le coup?

Giroro: Tu es bien resté avec moi alors que j'avais décimé deux planètes, non?

Kirara: ...Oui, mais ça ne compte pas!

Giroro: Et tu es resté quand j'ai quitté la brigade solaire pour rejoindre mon frère.

Kirara: J'ai failli partir quand même.

Giroro: Tu faisais juste une crise, avoues...

Kirara: J'étais sérieuse!!

Giroro: Alors qu'est-ce que tu fais ici?

Kirara resta silencieuse, plus amusé qu'autre chose. Elle allait lui répondre mais il l'a prit doucement par la nuque et l'embrassa. Mais, soudain...

Tinana: Papa, Maman, quand vous aurez fini de vous faire des bisous, vous pourrez me dire où vous avez rangé mes stylos?

Kirara: ...Dans l'étagère ma chérie!

Tinana: Merci Maman!

Tinana partit. Giroro ne bougea plus pendant quelques instants.

Kirara: Faudrait qu'on revoit aussi la discrétion...

Giroro: Je crois aussi oui... Au faites, j'allais oublier : j'ai reçu une invitation pour ce soir?

Kirara: Non, seuls les généraux sont invités, dont ton père. D'ailleurs, faut que j'envoie un mail pour l'armée.

Kirara se dirigea vers un ordinateur tandis que Giroro se décida finalement à rejoindre sa fille : autant l'aider à faire ses devoirs.

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Chisa: Bonjour. C’est moi, Chisa, et ceci est mon forum que vous voyez, derrière, là. Pas mal, non ? C’est français. Je me permets d’interrompre cette fanfiction parce qu’on se fout un peu de ma gueule. C’est du foutage de gueule et de la torture. J’aime pas trop les fan girls et les emmerdeurs. Dans cette fanfiction, Giroro s'est marié avec Kirara et a eut une fille. J’appelle ça une grosse blague. Le reste de l'histoire va se focaliser sur leur vie de couple et le fait qu'ils s'aiment à la folie. Vous allez voir que les 3/4 des scènes avec eux, ça va être des scènes de mamours. Je le vois trop arriver.

Tout à coup, quelqu'un tira sur Chisa.

Chisa: Argh!! Giroro est à moi!!!

Puis elle s'écroula au sol et mourut. Pour l'instant.

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 1:55

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Quelques heures plus tard, la nuit commençait à tomber sur Titar, tandis que Garuru, Pururu et leurs enfants étaient de retour au QG de l'armée.

Pururu: Garuru, j'apprécie que tu veuilles organiser des sorties pédagogiques pour les enfants mais il était inutile d'oublier des dossiers pour trouver un prétexte.

Garuru: Ha-Ha-Ha. Très drôle.

Kowawa: Moi j'aime bien aller à l'armée, c'est rigolo!

Garuru: Bon, ça en fera une de contente, c'est déjà ça de fait.

Un peu plus loin, Keroro et Dororo était en train de discuter. Quand Kowawa les aperçu, elle se précipita vers eux et se jeta dans les bras du ninjas.

Kowawa: Coucou Tonton Dororo! Coucou Tonton Keroro!

Dororo: Salut Kowawa!

Keroro: Bonjour.

Pururu: Kowawa, ne cours pas comme ça, il y a des soldats partout!

Garuru: On ne vous a pas vue de la journée, où étiez-vous?

Dororo: On était à la salle d'entraînement et vous?

Garuru: Petite mission. Rien de très intéressant. Enfin, on passait vite fait pour récupérer des dossiers, vous ne sauriez pas où ils-...

Garuru s'arrêta net : Keroro lui tendait une pochette avec des documents. Il les prit en le remerciant : malgré le temps passé, il y avait encore des tensions entre les deux et ce n'est pas le sourire de Kowawa qui allait y changer quelque choses. Pururu le remarqua et tenta de détendre l'atmosphère.

Pururu: Et à pars ça, vous êtes au courant pour le congrès de ce soir?!

Dororo: ...Euh... Oui, oui : mon père s'est enfermé toute la journée pour répêter son discours.

Garuru: Il a un discours à réciter?

Dororo: Non mais, vous le connaissez : il est très prévoyant et ne veux en aucun cas être prit de court.

Pururu: Je ne comprend pas pourquoi ils stressent tous : tout ce qu'ils ont à faire c'est rester assis et écouter les nouvelles directives.

Garuru: Je crois que c'est parce qu'il y a la télévision...

Dororo: ...Surement...

Tout à coup, quelqu'un interpella Garuru : c'était Tororo. Il avait une pochette sous le bras mais il n'eut pas le temps de prononcer ne serait-ce qu'un mot que Kowawa prit les devants.

Kowawa: Hé! Regardez : c'est Tonton Toutou!!

Tororo: ...Tonton quoi?!

Pururu: ...pff... hihihihi....

Garuru: ... (ne ris pas! ne ris pas! ne ris pas! ne ris pas! ne ris pas! ne ris pas! ne ris pas!)

Keroro: Je peux savoir ce que c'est?

Tororo: C'est un autre dossier que l'armée vient de me remettre, l'autre était "obsolète". Et arrêtes de rigoler Pururu, c'est pas marrant!!

Pururu: ...Dé...Désolé, c'est plus fort que moi...

Kowawa: Bah, t'aimes pas quand je t'appelle comme ça, Tonton Toutou?

Pururu reparti dans un fou rire tandis que Garuru essaya de se cacher le visage.

Tororo: C'est ça, allez-y, riez!

Dororo: Ne le prend pas mal, dis toi que c'est un surnom affectueux.

À ce moment là, Kowawa enlaça Tororo avec un grand sourire.

Kowawa: Bah oui, si je t'appelle comme ça, c'est parce que je t'aime Tonton!

Tororo resta silencieux : le sourire angélique de la petite fille eut raison de sa rancoeur. De son côté, Keroro ne semblait pas très affecté par cette scène touchante.

Keroro: Le secrétariat est décidemment incapable de faire des comptes rendus. À quoi ça sert de faire des rapports si on en arrive à ce genre de situations?!

Pururu: Franchement, qu'on ait eu un compte rendu ou non n'aurait rien changé : ce n'était qu'une petite mission sans importance, bouclé en 5 minutes.

Keroro: Pururu, chaque missions est importante : tu devrais le savoir depuis le temps! À moins que tes formations à l'hôpital te soit monté à la tête...

Pururu: Hé! Qu'est-ce tu insinues là?!

Dororo: Calmez-vous voyons, il y a des enfants à côté de nous, je vous rappelle!

Pururu regarda rapidement Kowawa et Chiwowo, l'une était en train de discuter avec Tororo tandis que l'autre regardait les vaisseaux avec son père. Elle sourit puis hocha la tête : ce n'était pas le moment. Elle vit soudain Zoruru discutait avec Jirara. Il le quitta au bout de quelques instants, l'air tendu, puis alla rejoindre les autres.

Dororo: Alors, il est venu finalement?

Zoruru: Oui. Je lui ai dis que j'allais encore y réfléchir...

Pururu: À propos de quoi? Sans être indiscrète...

Zoruru: Mon maître pense qu'il serait temps que je passe au niveau supérieur au sein de l'organisation X1. Le problème c'est que ça impliquerait que je quitte l'armée temporairement...

Pururu: Et qu'est-ce que ça t'apporterait concrètement?

Zoruru: ...Rien qui m'intéresse vraiment...

Dororo: Le seul intérêt serait qu'il devienne plus puissant. Mais l'entraînement est dur aussi bien physiquement que psychologiquement. D'après ce qu'on raconte, rares sont ceux qui reviennent indemnes.

Pururu: Tu n'es pas obligé d'accepter : tu as enfin une vie stable et tu es de nouveau en entier, sans partie robotique et tu comptes gâcher ça?

Zoruru: Non justement, c'est pour ça que je comptais refuser.

Keroro: Tu ne veux même pas essayer? Tu as l'opportunités de devenir un des meilleurs soldats et tu refuses par peur d'être "blessé"?!

Zoruru: Si tu veux tout savoir, ma santé m'importe peu! J'ai d'autres raisons de refuser et elle ne concerne pas que moi mais certaines choses qui m'entoure et que je ne veux pas abandonner!!

Keroro regarda longuement Zoruru avant de hocher la tête, tandis que Pururu se tourna vers Dororo : elle ne pensait pas que Zoruru était aussi "émotionnel". Elle hésitait entre être touché ou surprise. Quoi qu'il en soit, Dororo fit un pas vers Zoruru.

Dororo: Quoi qu'il en soit, tu as encore le temps de réfléchir et rien ne t'obligeras à partir. Tout dépendra de toi.

Zoruru: Merci Zeroro, mais je-...

Kowawa: Coucou Tonton Zouzou!!

Il y eut un moment de silence puis Pururu se remit à rire avec Dororo, Garuru et Tororo. Keroro, quand à lui, soupira et s’éclipsa.

Zoruru: ...Bonjour Kowawa.

Kowawa: T'as l'air tout triste, ça va pas?

Zoruru: Au contraire, tout va bien. Je t'assure.

Chiwowo: Faudrait peut-être que t'arrêtes de les appeler Toutou et Zouzou...

Kowawa: Mais on m'a dit que ça gênait pas!!

Chiwowo: Oui mais t'es grande maintenant, c'était mignon quand tu avais 3 ans mais maintenant, non!

Kowawa: ...Miiiii...

Le soir venu, Dororo était rentré chez lui, dans sa grande maison, oui, et était installé devant la télévision avec son petit frère, qui mangeait des chips. Sa mère ramenait un plateau avec des petits fours.

Dasasa: Oh! Ça a déjà commencé?

Yoriri: Ouais mais c'est naze pour l'instant...

Dasasa: ...Qu'est-ce que-... Yoriri : je t'avais pourtant interdit de manger des cochonneries!!

Yoriri: Mais c'est des chips!

Dasasa: Justement!

Dororo: Mère a raison, tu aurais au moins pu manger le repas avant.

Yoriri: ...Ok, c'est bon : passes les amuses gueules.

Dasasa lança un regard désespéré avant de déposer le plateau devant ses fils et de s'installer à leurs côtés. À la télévision, le débat semblait assez... Fade. Et ennuyeux aussi. Ça parlait de réformes peut intéressantes et de nouvelles lois qui avait autant d'évolutions et de changements, comparé aux anciennes, que les opus de Call Of Duty. Au bout d'un moment, Dororo se sentait piquer du nez. Remarquant que le plateau était vide, il se leva pour le prendre.

Dasasa: Inutile Zeroro, je vais faire la vaisselle moi même.

Dororo: Non, laissez, je m'en occupes.

Dororo rejoignit la cuisine et déposa le plateau dans le lave vaisselle. (c'est tout de suite moins "glamour") Au moins, ça lui aurait permis de se dégourdir les jambes. Dasasa arriva à son tour, ouvrit le réfrigérateur et en ressortie un gros gâteau.

Dororo: Mais il est énorme, nous n'arriverons jamais à le finir!

Dasasa: Eh bien, ça nous fera de quoi grignoter un peu...

Dasasa le posa sur un plan de travaille et alla chercher une bombe de chantilly.

Dororo: Mère, êtes vous sur que tout va bien?

Dasasa: Oui mon chérie, je vais très bien!

Dororo: ...Permettez moi d'en douter.

Dasasa: Tu ne devrais pas t'en faire autant...

Dororo: ...C'est Yoriri, pas vrai?

Dasasa: ...

Dororo: Mère?

Dasasa: ...Que veux-tu, j'ai du mal à m'habituer à se crise d'adolescent.

Dororo: Et c'est cela qui vous rend triste?

Dasasa: C'est juste qu'avec tout ça, je ne l'ai presque pas vue grandir. Il est entré très tôt dans l'armée et il a fallut qu'à sa première mission, il...

Elle s'arrêta. Dororo s'approcha et l'étreignit tout doucement.

Dororo: Je sais que ça a été dur pour vous, pour moi aussi. Mais, nous avons eu la chance de pouvoir tout recommencer à zéro et de les retrouver, tout les deux. Ne pensez-vous pas que c'est tout ce qui compte?

Dasasa: Si, je le pense aussi mais j'ai l'impression que malgré cette seconde chance, j'ai raté tellement de choses...

Dororo: Il n'est jamais trop tard. Vous avez encore largement de temps pour vous rattraper. Si vous voulez, dés demain, nous pourrions faire une petite sortie en famille : qu'en dites-vous?

Dasasa: ...Tout dépendra de notre emploi du temps. Enfin, nous avons un gâteau à mang-...

Yoriri: Maman, Zeroro, venez vite!!!

Dororo sursauta. Il regarda sa mère puis se précipita vers le téléviseur. Au sénat, il semblait y avoir une grande panique : plusieurs soldats clones était entré et pointait leurs armes sur les personnalités politiques présentes.

Dasasa: Mais enfin, qu'est-ce qu'il se passe?!

Yoriri: Aucunes idées, ces types sont arrivés d'un coup!!

Dororo: Ça alors, ce sont des clones!

Yoriri: Tu... Tu es sur?

Dasasa: Mais je croyais qu'ils avaient arrêté la production!

Dororo: Quelqu'un l'a visiblement redémarré...

Tout à coup, un titarien vêtu d'une grande cape rouge et d'un casque avec des cornes entra dans l'amphithéâtre.

- Eh bien, eh bien, vous organisez une réunion sénatoriale sans même m'inviter? Voilà qui est assez audacieux de votre part...

Dororo: ...M...Mais c'est...?!

Au même moment, Taruru et Karara se trouvait dans le parc et regardaient l'émission en direct sur leur smartphone. Ils semblaient eux aussi choqué.

Karara: Taruru, dis moi pas que c'est Zariri, je t'en supplie!!

Taruru: ...Désolé mais je crois que c'est bien lui...

Karara: Mais-mais-mais-mais-mais c'est pas possible : il est censé être en taule!!

Taruru: Eh bien il en est sortie. Et quelque chose me dit que ça risque de mal finir... Viens, il vaut mieux qu'on rentre chez nous, qui sait ce qu'il pourrait se passer ensuite!

Ils commencèrent à courir mains dans la mains mais, à peine avait-il fait quelques pas que le sol se mit à trembler. Karara s'accrocha fermement à Taruru qui crut voir le sol se fissurer puis un monstre, ressemblant à un loup, sortir de terre.

Karara: Mais qu'est-ce que c'est?!

Taruru: Je ne sais pas mais ça n'a pas l'air amical!

Le loup se jeta alors sur eux. Taruru se jeta sur le côté avec Karara puis lança un laser qui ne fit aucun effet.

Karara: Dis, j'espère que t'as d'autres attaques parce que celle-ci l'a à peine chatouiller!

Taruru: Pas le temps de faire des observations, cours!!!

Il la saisit puis commença à fuir face au monstre qui le poursuivait. Au même moment, se fut la même scène avec Tororo, dont le cerbère domestique, Vagabond, grognait face à une plante de l'espace qui s'apprêtait à l'attaquer. Il tenait fermement une arme à feu.

Tororo: Restes pas là Vagabond, je m'occupe de lui!!

Le cerbère regarda son maître puis se plaça derrière lui. Il activa le pistolet et visa.

Tororo: (Alors toi, j'espère que tu vas fonctionner et paralyser cette plante...) Prends ça!!

Le pistolet s'activa et lança un laser violet qui enveloppa la plante quelques secondes. Après cela, Tororo resta immobile puis baissa son arme : la plante ne semblait plus bouger. Il soupira de soulagement quand Vagabond grogna. Il n'eut pas le temps de demander ce qui n'allait pas : une liane l'agrippa et le souleva en l'air. Le cerbère aboya désespérément tandis que son maître se retrouvait saucissonné à plusieurs mètres du sol.

Tororo: (Merde! Je suis complètement bloqué!!) À l'aide!!! Vagabond!!!

Le chien de l'espace grogna puis s’élança pour mordre la plante. Celle-ci le repoussa facilement avec une autre liane et l'envoya volé quelques mètres plus loin. Le chien resta au sol inerte.

Tororo: Vagabond, non!!!

Soudain, il se sentit chuter. Et c'était le cas : il tombait vraiment. Il entendit une rafale de fusil tandis qu'il se relevait : sa liane avait été sectionné. En face de lui, Kururu et Zoruru se précipitait vers la plante. L'un avait un fusil, l'autre avait remit sa main robotique, qui n'était plus qu'un gant, pour frapper avec sa lame.

Tororo: Kururu?! Mais enfin, qu'est-ce que tu fiches ici : t'étais pas censé être sur Terre?!

Kururu: Tu te souviens du téléporteur qu'on devait tester?

Tororo: ...Euh... Ouais?

Kururu: Il marche.

Kururu arma son fusil et tira sur la plante tandis que Zoruru lançait des attaques d'assassins. Il revint soudain près d'eux.

Zoruru: C'est impossible : mes attaques ne lui font aucun effet!!

Kururu: J'avais remarqué oui : mêmes la liane que j'ai sectionné s'est régénérée...

Tororo: Qu'est-ce qu'on va faire?!

Zoruru: Il faut agir vite, j'ai réussi à la fatiguer un peu mais elle va vite contre attaqué : Kururu, appelle ton mecha, quand à toi Tororo, va mettre ton cerbère à l'abri! Je vais l'occuper!!

Ils acquiescèrent puis partir chacun dans leurs coins. Tororo se précipita vers son cerbère : il gémissait mais semblait être juste sonné.

Tororo: Vagabond, écoutes : il faut que tu te mettes à l'abri. Retournes à la maison pour protéger Papa et Maman, ne t'arrêtes surtout pas en route.

Vagabond hésita. Tororo voyait dans ses yeux qu'il voulait rester avec son maître mais ce n'était vraiment pas le moment. Le cerbère fit du surplace quelques secondes avant de faire une léchouille à Tororo puis de déguerpir vite et loin. Tororo le regarda partir puis vit son mecha ainsi que celui de Kururu atterrir. Ils y embarquèrent tout les deux puis les firent démarrer. Zoruru bondit pour se hisser sur celui de Tororo.

Zoruru: Il ne manque pas d'énergie celui-là! Il faut l'attirer loin des habitations.

Tororo: Mais et s'il s'attaque aux autres?

Kururu: C'est nous sa cible, pas les autres...

Tororo: Hein?!

Zoruru: Tu étais en pleine rue, entouré par des centaines de personnes, pourquoi ne s'est-il pas attaqué aux gens qui t'entouraient?

Tororo regarda Zoruru puis le monstre : il avait raison, il ne s'attaquait qu'à eux, mais pourquoi? D'où venait-il? Que voulait-il? Il avança cependant avec son mecha : l'heure des réponses viendrait plus tard. De l'autre côté de la ville, Giroro, Kirara et Tinana fuyait face à une sorte de dinosaures qui les poursuivait. Malgré les rafales de balles qu'ils lui lançaient, il ne semblait pas faiblir. Giroro enrageait en voyant chacune de ses balles ricocher ridiculement. Il freina soudainement, net : un autre dinosaure leurs barrait la route.

Kirara: Oh! Non : on et bloqué, qu'est-ce qu'on va faire?!

Tinana: Papa, j'ai peur!!!

Giroro: ...Pas... Pas de panique, on va s'en sortir!! Kirara : ta ceinture est rechargée?

Kirara: Oui, assez pour avoir mes ailes mais, et toi?

Giroro: Ça va aller, ne vous occupez pas de moi, prends Tinana et vas-t-en!!

Kirara: Quoi?! Hors de question que je te laisse tout seul!!

L'un des dinosaures chargea sur les trois titariens qui esquivèrent. Tinana commença à pleurer, trop effrayée par ce qu'il se passait. Kirara, qui la serrait dans ses bras, regarda Giroro désespérément. Il hocha la tête puis partie affronter, malgré tout, les deux dinosaures. Kirara finit par activer ses ailes et s'envola. Il eut tout juste le temps de la voir partir qu'un des dinosaures lui rentra dedans. Il se ressaisit, se réceptionna et lança des grenades aveuglantes. Il fit une pause, satisfait d'avoir enfin trouver un moyen de les retenir, avant d'entendre un cri strident déchirer le silence. Il se retourna et vit Kirara et Tinana chuter du ciel, une sorte de ptérodactyle à leur trousse. Il oublia les deux dinosaures quelques instants pour se précipiter pour les sauver. Heureusement, le système de sécurité de la ceinture de Kirara s'activa puis elle atterrit en douceur. Tinana semblait tétanisé par la peur mais elle et sa mère semblait allait bien. Giroro lança une grenade aveuglante sur le ptérodactyle qui hurla et vola dans tout les sens. Il voulut en faire apparaître une autre mais rien ne sortie : il était à court de munition. Il jura intérieurement puis s'occupa de Kirara qui retrouvait déjà ses esprits.

Giroro: Ça va, vous n'avez rien toutes les deux?

Kirara: Je viens de faire une chute de 20 mètres mais, à part ça, ça va.

Tinana ne répondit pas et se jeta dans les bras de son père en pleurant. Il lui rendit son étreinte : ses monstres l'avait terrorisé et ils allaient le payé cher, il se le jura.

Giroro: Je n'ai malheureusement plus de grenades et nos deux ceintures sont HS, il va falloir trouver une solution et vite...

Tinana: Papa, ils reviennent!!

Il eut tout juste le temps de voir les dinosaures à quelques mètres d'eux. Il fallait agir vite. Il passa sa fille à Kirara puis les poussa toutes les deux sur le côté. Tinana s'écroula au sol, dans les bras de sa mère. Elle essaya de se relever et vit, avec horreur, son père se faire frapper par l'un des dinosaures et retomber lourdement. L'un d'eux s'approcha de lui tandis que l'autres vint vers elles. Kirara serra fort sa fille qui ne quitta pas son père des yeux.

Tinana: Papa, s'il te plait, lèves toi!! Papa!! Nous laisse pas toutes seules!! Papa!!!

Giroro était complètement sonné mais entendait distinctement les cris de Tinana et les murmures de Kirara qui suppliait qu'on viennent l'aider. Il avait du mal à comprendre ce qui se passait autour de lui, tout ce qu'il savait, c'est qu'il y avait deux monstres, sa fille et sa femme. C'était tout. Il tenta de se relever mais la douleur le paralysa. Il commença lui aussi à désespérer.

Giroro: (Ça ne peux pas se finir ainsi... Ça ne doit pas... Ma fille et ma femme ne doivent pas mourir, pas aujourd'hui!! Mais je ne peux rien faire, rien... Rien...)

Le monstre avait désormais la gueule grande ouverte, prêt à dévorer Giroro. Pourtant, celui-ci restait immobile, comme figé dans le temps. Il n'avait besoin que d'une chose : une arme. Oui, une arme capable d'atteindre ces bêtes. Mais il ne l'avait pas. Il eut un pincement au coeur et eut envie de pleurer. Sa poitrine lui faisait mal, ou plutôt le brûlait... Il sursauta. Cette sensation, il l'avait déjà ressenti une fois. Une lueur d'espoir apparu dans son regard : il avait peut-être une chance. De loin, Kirara vit Giroro immobile, croyant le voir vivant pour la dernière fois, quand une lueur rouge l'envahit. À ce moment là, même le dinosaure se tourna vers lui. L'autre, prêt à le manger, recula avant de se faire brûler par de grandes flammes rouges qui entouraient Giroro. Tinana regardait aussi, silencieusement, muette de stupeur. Quand les flammes disparurent, Giroro était à genoux et était vêtue d'une chemise rouge, d'une cape rouge foncé et d'un pantalon noir. Le dinosaure brûlé gémit avant de se jeter à corps perdu sur lui, mais il fut accueilli par un laser de feu qui le traversa de part en part avant d'imploser en millier de particules magiques. L'autre dinosaure n'en fut pas perturbé pour autant et retourna à la charge sur les deux filles. Giroro détourna lentement le regard sur lui tout en se levant.

Giroro: C'est pas très fair play de s'attaquer au plus faible en premier...

Il tendit la main : un cercle rouge apparu au pied du dinosaure qui s'arrêta net, se demandant ce qu'il se passait. Giroro fit un clin d'oeil à Kirara, qui le regardait sans comprendre, puis il claqua des doigts. Une colonne de feu jaillit alors du cercle et le dinosaure se retrouva consumé devant le regard stupéfait de Tinana. Quand les flammes disparurent, les filles restèrent hébété tandis que Giroro s'approcha d'elles, le plus calmement du monde. Kirara réussi enfin à prononcer des mots.

Kirara: ...Giroro... tu es redevenu un chevalier?...

Giroro regarda sa main puis fit apparaître une flamme au bout de ses doigts.

Giroro: ...On dirait bien que oui.

Tinana: ...Papa...

Tinana était encore en larmes. Elle quitta les bras de sa mère pour rejoindre ceux de son père.

Giroro: Ça va aller ma princesse, c'est finit maintenant. Les monstres ne te feront plus de mal.

Tinana: Pourquoi ils nous ont attaqué? Et puis comment t'as réussi à faire ces trucs?

Giroro: Pour ta première question, je l'ignore totalement. Mais la deuxième, eh bien, c'est une longue histoire.

Kirara: Tu crois que les autres aussi ont retrouvé leurs pouvoirs?

Giroro: Logiquement, oui mais c'est difficile à dire : je viens à peine de redevenir chevalier, il faut que je me réhabitues et j'ai encore du mal à discerner les auras des autres...

Tinana: Papa : le ptérodactyle!!

Giroro releva la tête puis se leva.

Giroro: Je l'avais oublié celui-là. Enfin, mieux vaux tard que jamais... Viens à moi Zémal!

Un long silence s'installa. Giroro réessaya une nouvelle fois mais toujours rien.

Tinana: Euh... Papa, t'essaye de faire quoi là?

Giroro: ...Je... Tu veux bien m'excuser, deux secondes?

Il se retourna et ouvra sa chemise : son tatouage d'épée censé représenter Zémal n'était pas là. À la place, il y avait un tatouage de deux pistolets. Il l'effleura du bout des doigts : il brûlait doucement. Giroro ferma les yeux : il se concentra un maximum sur sa marque puis tendit ses mains sur les côtés.

Giroro: ...Je vous invoque...Croft... et Croy!!

Deux armes à feux, fait d'un métal argenté et rouge, apparurent dans ses mains. Il regarda de nouveau le ptérodactyle, qui n'était plus très loin. Il leva le bras, visa et tira. Au même moment, Keroro volait à pleine vitesse avec des ailes électriques, afin d'échapper à une espèce de serpent dragon qui le pourchassait. Il essayait à plusieurs reprises de lui tirer dessus avec des fusils d'assauts, en vain. Il remarqua alors qu'il passait au dessus du parc : en bas, Taruru et Karara fuyait face à un loup. Il serra les dents.

Keroro: ... (Alors eux aussi...)

Soudain, le dragon accéléra et le percuta, ce qui désactiva ses ailes un court instant. Il réussi toutefois à se réceptionner et à vite faire face au dragon. Taruru et Karara arrivèrent à son niveau à ce moment précis.

Karara: Adjudant Keroro?!

Taruru: Je rêve ou vous venez de littéralement tomber du ciel?

Keroro: Ce n'est pas le moment de faire de l'humour Taruru!

Le dragon fondit sur eux tandis que le loup fit un grand bond. Ils réussirent tout les trois à esquiver mais les monstres continuèrent à contre attaquer et à les harceler en boucle et en boucle. Il se passa plusieurs minutes durant lesquelles Karara passa son temps à sauter dans tout les sens. Heureusement, étant assez agile, elle s'en sortait plutôt bien.

Karara: (J'aurais jamais cru que mes cours d'acrosport soit utile un jour...)

Soudain, elle se sentit déraper. Elle tenta de se rattraper mais finit par rentrer dans un arbre. Elle se recroquevilla.

Karara: Aïe! Mon nez : ça fait super mal!!

Soudain, l'arbre trembla. Derrière, Keroro avait été projeté dessus et semblait sonné. Karara se précipita pour le secourir : le tronc avait désormais un énorme impact. Pourtant, ou plutôt heureusement, il ne semblait pas blesser.

Karara: Adjudant Keroro, s'il vous plait, répondez moi!

Keroro: ...Floris...

Karara se figea : son timbre de voix semblait différent, distant. Il résonnait même. Et pourquoi l'appelait-il Floris? Il ouvrit soudain les yeux : ses iris brillaient d'une lueur verte. Il lui prit la main et la serra doucement : une énergie couleur émeraude traversa son poignet et passa à celle de Karara. Au même moment, Taruru était perché en haut d'un sapin. (ne me demandez pas comment il a fait, je ne le sais pas moi même) Il narguait le loup qui grognait en bas.

Taruru: Alors? C'est qui le lion maintenant?! Hein?! C'est qui le lion?!

Soudain, il sentit un souffle chaud derrière lui : le dragon s'était posé à ses côtés et semblait prêt à mordre.

Taruru: ...Ok, c'est toi le lion.

Taruru sauta de l'arbre en hurlant et atterrit dans un étang adjacent. Au moment où il sortit la tête de l'eau, il remarqua que le loup et le dragon s'étaient arrêtés : ils fixaient une lumière verte. Taruru sortie de l'étendu d'eau et pu enfin mieux voir ce qu'il se passait : deux titariens étaient entouré par une grande lumière verte. Autour d'eux : l'herbe, les arbres, les fleurs, tout ce qui était issus des plantes semblait s'agiter. Étrangement, les silhouettes qu'il voyait lui semblait familière mais ses doutes se confirmèrent lorsque la lumière disparu : ils étaient tout les deux debout, main dans la main, l'un était vêtu comme un chevalier Senchô, vert. L'autre, une fille, avait une robe tea lenght blanche, une veste menthe, une cape émeraude, un legging noir et des bottines. Taruru sursauta, au risque de se faire remarquer par les monstres.

Taruru: Qu-...Mais qui-... Qu'est-ce que-... WAT DA FAKIN' FAK??!!

Keroro et Karara ne semblait pas l'avoir entendu et continuait à se regarder dans le blanc des yeux. En tout les cas, le dragon et le loup s'approchèrent de Taruru, prêt à le dévorer.

Karara: Je ne pense pas être capable de me battre contre ces choses...

Keroro: Tu le peux Karara, tout ce que tu as à faire, c'est te concentrer. Je vais te guider, ne t'en fais pas.

Taruru: Dis Obiwan, quand t'auras finit de briefer Leïla, tu pourras venir m'aider?!

Karara et Keroro regardèrent Taruru : il était repartit pour escalader une nouvelle fois l'arbre. L'ancien sergent posa ses mains sur les épaules de Karara qui inspira profondément puis tendit les bras : le sol se fissura sous les deux monstres qui se retrouvèrent empaler par des pics de terre. Tandis qu'il s'évaporait, Taruru redescendit, il semblait vexait.

Taruru: ...Euh... C'est tout?

Keroro: Je trouves ça pas mal pour une première.

Taruru: Non mais, je veux dire : on galère depuis tout à l'heure et elle les one shot avec de la boue?

Keroro: Il faut croire que seule notre énergie est capable de les atteindre...

Karara: C'est moi qui ai fait ça?

Keroro: Oui, c'est toi. Désolé de te l'annoncer ainsi mais je crois que tu es devenu une chevalière.

Taruru: Wholà! Attendez : quoi?!

Karara: Une chevalière? Comme vous?

Keroro: Il semblerait que oui.

Taruru: Mais quoi?!

Karara: Mais comment c'est possible?! Pourquoi d'un coup comme ça?

Keroro: Aucune idée. Tout à l'heure, quand je suis rentré dans l'arbre, j'ai senti une énergie en toi. Elle m'a permit de redevenir Terram et sans doute de révéler ta véritable identité.

Taruru: Mais QUOI?!

Karara: Mais... Mais je... Je ne peux pas être chevalière, je sais à peine esquiver des monstres!!

Keroro: Tu ne dois pas t'en faire, tes nouveaux pouvoirs te permettront de te défendre et de compenser...

Taruru: Non mais là : stop!!! Juste : STOP!!! On arrête le pataquès : c'est quoi ce cirque?! Qu'est-ce que vous lui avez fait?!

Keroro: Comment ça "qu'est-ce que je lui ai fais"?

Taruru: Ne faites pas l'innocent : pourquoi ma copine deviendrait chevalière du jour au lendemain alors qu'elle ne l'était pas avant?!

Karara: ...Mais c'est vrai ça : pourquoi j'étais pas là avant?

Keroro: Je peux comprendre que tu sois aussi perplexe Taruru mais je n'ai pas de réponses. Mais quelque chose me dit que ça a un lien avec ce qui se passe ce soir...

Taruru: Ah! Oui, merci, ça m'aide vachement à comprendre! En attendant, ma copine arrive à contrôler la terre et j'ai juste l'impression qu'il n'y a que moi que ça choque!!!

Karara: Moi aussi je suis choqué, si ça peut te rassurer...

Taruru resta muet et fit quelques pas en arrière, frustré. Keroro soupira puis ferma les yeux pour se concentrer.

Karara: Qu'est-ce que vous faites adjudant?

Keroro: Je déploie mon contrôle de la terre sur les alentours pour voir si j'arrive à repérer les autres. Si je suis redevenu chevalier, alors il y a des risques pour que les autres soit dans le même cas.

Taruru: Oui, tiens, parlons-en : pourquoi je suis toujours en civile moi?!

Keroro: Peut-être parce que tu n'as pas eu d'éléments déclencheurs... Rah! Rien à faire, c'est encore trop tôt, je n'ai plus l'habitude d'utiliser mes pouvoirs. Je ne peux rien faire pour le moment.

Karara: Alors qu'est-ce qu'on fait?

Taruru: Il faut qu'on retrouve les autres. Ne serait-ce que pour la tentative de coup d'état qui a lieu actuellement!

Keroro: Oui, tu as raison. Allons-y!

Keroro utilisa ses pouvoirs pour voler tandis que Taruru fit apparaître son ovni et embarqua avec Karara : il était trop risqué pour elle de voler dés maintenant. Un peu plus loin, Kururu et Tororo continuait toujours d'essayer de semer les monstres, en vain. Ils étaient 3 désormais, ils ne semblaient pas faiblir pour autant et avaient l'air de plus en plus hargneux. Soudain, un éclair gris attira l'attention de Kururu puis traversa les trois monstres. Il y eut une seconde de silence puis les trois implosèrent en particules magiques. L'éclair gris revint à un titarien, avec de grands ailes de chauves souris. Tororo resta bouche bée.

Tororo: ...Zo...Zoruru?!

Zoruru scintillait d'un éclat argenté. Il haletait, sa chemise était déchiquetée au niveau de son épaule droite et du sang coulé.

Zoruru: ...Je crois qu'on est mal...

Kururu: Comment c'est possible? Je croyais que c'était finit...

Zoruru: J'étais en haut d'un building, la plante m'a frappé à l'épaule, je suis tombé et après... Argh!

Il tomba à genoux et ses ailes disparurent : sa douleur à l'épaule le lançait. Kururu et Tororo se précipitèrent sur lui. Tororo fut le premier à terre, il aida Zoruru à s'appuyer sur son mecha mais il le repoussa doucement.

Zoruru: Ça va, ça va. Je n'ai rien de grave, j'étais juste trop chamboulé pour ressentir la douleur.

Kururu: ...Pas de doute, tu es bien redevenu un chevalier.

Tororo: Tu crois que ça expliquerait tout ce qui se passe?

Kururu: ...Je n'en sais rien... Mais si c'est le cas alors, on peut s'attendre au pire. En tout les cas, maintenant, on sait comment les vaincre.

Tororo: Tu penses pouvoir te battre avec ton épaule?

Zoruru: Oui, ça devrait aller...

Zoruru arracha un bout de sa cape pour faire un nœud tandis que Kururu prit son portable et pianota.

Kururu: Et merde, ils ont coupé tout les réseaux!

Tororo: Coupé? T'es sur que c'est pas plutôt les monstres qui ont foutu le merdier?

Kururu: J'ai des doutes, vois-tu.

Zoruru: ...Ils se réveillent...

Kururu et Tororo regardèrent Zoruru : ses yeux brillaient et il semblait absent.

Tororo: ...Euh... Zoruru? Ça va?

Kururu: Attends! Laisses moi faire : Zoruru, qui se réveillent?

Zoruru: ...Les autres chevaliers... Je les sens... Terram, Ignis... Et... Aeris... Aeris est en danger!

Tororo: Dororo?

Kururu: Où est-il?!

Zoruru: Au nord. Je... J... Je ne le vois plus... Il faut que j'y aille!!

Kururu: Pars devant, on te suit!

Tororo: Attends! Si on a pas nos pouvoirs, on sera inutile!

Kururu: Certes mais si on ne fait rien, ça reviendra au même. Dépêchons-nous!

Tororo hocha la tête tandis que Zoruru partait déjà. À peine décoller, il activa le pilotage automatique pour regarder son portable : le réseau était toujours indisponible. Il commença à avoir sérieusement peur : quoi qu'il allait se passer, ça risquait de bouleverser sa vie, encore une fois. Ils arrivèrent enfin à destination : c'était la maison de Dororo. À l'extérieur, Dororo, qui semblait blessé, faisait barrage à trois soldats qui semblait être des assassins. Derrière lui se trouvait sa mère et son frère, terrorisés.

Dororo: Qui que vous soyez, je vous conseil de ne plus faire un pas de plus!

Assassin 1: Je doutes que tu sois à la hauteur pour nous parler, Aeris. Tu es à bout de force et tu n'as même pas encore récupéré tes pouvoirs.

Dororo: ...C...Comment?

Assassin 1: À ce que je vois, tu n'es même pas au courant. Peu importe, cela nous permettra de te tuer plus rapidement! Achevez-le!!

Les deux assassins se jetèrent sur Dororo, malgré les cris de Dasasa et Yoriri. Cependant, un mur d'air les bloqua. Zoruru atterrit à ses côtés.

Zoruru: Désolé pour le retard Zeroro.

Dororo: Zoruru?! Mais comment-...

Assassin 1: Tiens, tiens, tiens, Ventus : on est venu aider son ami?

Zoruru: Qui êtes-vous au juste : qu'est-ce que vous voulez?!

Assassin 1: Malheureusement pour vous, non seulement vous êtes les chevaliers Senchô mais, en prime, Aeris est le fils d'un général qui a osé se dresser face au commandant suprême Zariri... La suite est logique.

Zoruru: Alors tout est bel et bien lié. Quoi qu'il en soit, je vous empêcherais de faire du mal à ceux qui me sont proches.

Assassin 1: Dans ce cas, laisses moi te dire que tu as lamentablement échoué.

Il glissa son regard sur le côté. Zoruru le suivit et vit Kururu et Tororo évanouit avec les deux autres assassins à leurs côtés. Il enragea intérieurement : ils étaient doué pour la discrétion. L'autre assassin ricana.

Assassin 1: Et c'est encore loin d'être terminé : attaquez Aeris et sa famille!!

Les deux autres assassins s'exécutèrent et se jetèrent sur Dororo, Dasasa et Yoriri. Zoruru se mit face à l'un d'eux tandis que Dororo barra la route à l'autre.

Dororo: Yoriri, prends notre mère avec toi et vas-t-en le plus loin possible!!

Yoriri: Mais où?!

Dororo: Suis ton instinct!!

Yoriri regarda Dororo avec insistance avant de prendre sa mère par la main et de fuir. Cependant, ce moment d'absence fut fatale pour lui : l'assassin le frappa à la côte. Zoruru, choqué, abrégea le combat en frappant son adversaire directement au coeur. Pourtant, celui-ci disparu en s'évaporant. "Ce n'est pas un assassin" se disait-il. Il revint vers Dororo et para le coup de l'autre assassin avant de le tuer : il n'y avait plus de raison de se retenir, de toute façon. Le leader, quand à lui, s'apprêta à attaquer par derrière. Mais un tir de laser l'interrompit.

Tororo: Putain mais pourquoi il marche pas?!

Kururu: Laisse tomber, on verra plus tard!

Assassin 1: Vous deux...

Kururu et Tororo regardèrent l'assassin avant de fuir vers leurs mecha et de s'envoler. Pendant ce temps, Zoruru se mit au chevet de Dororo.

Zoruru: Zeroro... Ta hanche...

Dororo: ...Je crois que je ne peux plus me battre...

Zoruru: Ça va aller, je vais m'occuper de cet enfoiré. Ta blessure n'est pas grave, tu n'en mourras pas. Il faut juste que je stoppe l’hémorragie.

Dororo: Arrêtes. C'est inutile.

Zoruru: Hors de question que je te laisse saigner à même le sol!

Dororo: Donnes moi un peu de ton énergie...

Zoruru: Pardon?

Dororo avait une légère lueur bleu dans le regard.

Dororo: Si tu le fais, cela fera réagir la part d'Aeris qui se trouve en moi et mes pouvoirs reviendront. Je t'en supplie, je veux t'aider...

Zoruru: Mais, en faisant ça, ça ne te guériras pas...

Dororo: Fais moi confiance...

Zoruru demeura silencieux. Il hésitait mais Dororo avait l'air de tellement insister. Il posa lentement sa main sur son torse et y envoya un léger champs d'énergie gris. Dororo ferma les yeux puis se crispa soudain : de l'énergie bleu l'entoura.

Zoruru: Zeroro, ça a marchait?

Dororo: Écartes toi... Vite!!

Zoruru s'exécuta mais il fut projeté par le souffle de l'énergie bleu qui venait d’apparaître. Quand il se releva, il vit Dororo, en tenue de chevaliers : ses ailes étaient déployés et sa blessure semblait guéri.

Zoruru: ...Incroyable...

Dororo: Je te l'avais dis que ça allait marché. Viens, nous devons aider Kururu et Tororo.

Il hocha la tête puis ils s'envolèrent tout les deux. De leurs côtés, Giroro, Kirara et Tinana venait d'arriver non loin de la maison de Pururu et Garuru.

Kirara: Tu es sur qu'ils sont là?

Giroro: Certains, je sens l'aura de mon frère à l'intérieur et je ne pense pas qu'il abandonnerait Pururu et ses enfants dans un moment pareil.

Kirara: Qu'est-ce qu'on fait? On sonne à la porte?

Giroro: Inutile, la porte est ouverte...

Effectivement, la porte était entrouverte. Il passa le premier, armé de ses deux nouveaux pistolets, et s'avança à l'intérieur. Tout semblait désert et lourdement silencieux. Il essaya de communiquer par télépathie mais il n'y parvenait pas, sans doute le stress. Il invita Kirara et Tinana à le suivre avant d'entendre un bruit suspect. Il stoppa la marche, se concentra et fit apparaître une flamme dans sa main.

Giroro: Garuru? Tu es là?

- Giroro?

Garuru sortie de sa cachette, armé d'un fusil : lui aussi était de nouveau un chevalier.

Garuru: Tu m'as fais peur idiot : j'ai cru que c'était encore un clone qui venait!

Giroro: Un clone?

Garuru: Oui, un clone : tu vas quand même pas me dire que je suis le seul en ville à m'être fait attaquer par ces machins?!

Giroro: Pour tout te dire, moi je me suis fais agressé par des dinosaures. Mais on verra ça plus tard, où sont les autres?

Garuru: Pururu et les enfants sont à l'étage, elle a de nouveau fusionné avec Osaken et essaye de rentrer en contact avec les autres. D'ailleurs, Kirara et Tinana, vous devriez aller les rejoindre.

Kirara: On y court.

Kirara et Tinana passèrent entre les deux pour prendre les escaliers, tandis que Garuru reprit son discours.

Garuru: Malheureusement, pour le reste de la brigade solaire, je n'ai aucune idée de l'endroit où ils se trouvent : je n'ai plus de réseau mais Pururu s'en occupe...

Giroro: ...Mais qu'est-ce qu'il se passe à la fin?

Garuru: Je n'en sais rien mais le type qui a orchestré ce merdier va le payer pour avoir osé effrayé Chiwowo et Kowawa.

Giroro: Ça va? Ils tiennent le coup?

Garuru: Je m'inquiète surtout pour Pururu, quand Osaken lui ait apparu, elle a fondu en larmes... Et Tinana?

Giroro: Elle a eut peur mais j'ai su lui montré qu'elle n'avait rien à craindre.

Garuru hocha la tête puis s'assit sur une chaise qui se trouvait à côté de lui. Giroro remarqua alors son arme : c'était un grand fusil fait d'un métal argenté avec des pièces violettes laquées. L'aura qu'elle dégageait semblait étrange.

Giroro: Alors toi aussi tu as changé d'arme?

Garuru: Son nom est Marston.

Giroro: Tu as une explication?

Garuru: Keterna m'avait parlé d'une légende, un jour. Elle disait que la corruption d'un chevalier pouvait aussi bien influencer ses pouvoirs que son arme. Et, dans le cas présent, tout chevalier Senchô jurant allégeance aux ténèbres se retrouvait armé d'une épée. Je ne vois que ça comme explica-...

Il se figea. Giroro le regarda quelques instants puis son frère se leva d'un coup.

Giroro: Qu'est-ce que tu as?

Garuru: Pururu m'appelle. Suis moi!

Giroro obéit puis rejoignit Pururu à l'étage. Elle était assise sur son lit et semblait méditer. Les enfants étaient à ses côtés et somnolaient dans les bras de Kirara. Quand ils entrèrent dans la chambre, elle s'arrêta et les invita à s'approcher.

Pururu: Je n'ai pas pu voir grand chose mais je suis sur et certaines que Keroro, Dororo et Zoruru sont redevenus des chevaliers.

Garuru: Donc, ça fait 5 sur 10. C'est un bon début, si je peux me permettre.

Pururu: Pas exactement...

Garuru: Comment ça?

Pururu: Il y a quelques choses de différents... J'ai détectais 6 chevaliers éveillés mais il y en a que 5 que j'arrive à reconnaître.

Giroro: Tu es en train de me dire qu'il y a un nouveau chevalier?

Pururu: Six à vrai dire, l'un est éveillé et les autres dorment encore. Je ne sais pas comment ça se fait ni comment c'est possible mais ça voudrait dire que vous seriez désormais 16.

Garuru: ...Seize?! Mais... D'où sortent-ils?!

Pururu: Je ne sais pas, je sens leurs présences, je sais qu'ils sont là mais impossible de savoir où.

Giroro: Eh bien c'est super! Qu'est-ce qu'on fait maintenant?

Garuru: Il faut retrouver les autres et qu'on se regroupe. Il est clair que tout ce qu'il se passe actuellement nous concerne et que quelqu'un a commandé tout ça dans le but que nous redevenions chevaliers. Et s'il nous a voulut, il va nous avoir...

Pururu: Je vais essayer, je donne rendez-vous où?

Kirara: Excusez moi, je m'incruste : il vaudrait mieux le faire sur l'aire d'entraînement extérieur de l'armée, là où il n'y a ni civile, ni soldats, ni bâtiments officiels.

Garuru: Excellente idée Kirara, Pururu, je te laisse faire. Moi et Giroro, on pars pour le point de rendez-vous.

Kirara: Et moi je fais quoi?

Garuru et Giroro s'apprêtaient à quitter la pièce mais ils s'arrêtèrent net, la porte grande ouverte. Un silence gêné s'installa.

Garuru: ...Euh... Ahem! Tu n'as qu'à faire... Enfin...Euh... Oui! Bien sur, tu peux...

Giroro: Oui, effectivement, chérie, tu peux aller... Enfin, non, tu dois...

Kirara: Dites-le tout de suite si je sers à rien.

Giroro: Comment? Non, non! Pas du tout! Tu n'es pas inutile, ne dis pas de choses pareil voyons! Même si tu n'as pas de pouvoirs, tu... Enfin, tu vois! N'est-ce pas Garuru?!

Garuru: Oui, tout à fait! Ça n'enlève en rien ton... Enfin ta... Enfin, je veux dire, pour preuve, grâce à toi, on sait où on va se retrouver!

Pururu: Ah bah bravo, devant les enfants en plus...

Kirara: Non mais ne vous fatiguez pas, j'ai compris, je vais rester en retrait et attendre tranquilou que ça se passe...

Garuru: ...Restes ici et protèges les enfants. Il n'y a que toi qui puisse le faire et je sais qu'ils seront en sécurité avec une combattante aussi doué que toi.

Kirara: ...C'est tout ce que t'as trouvé?

Giroro: Chérie, s'il te plait!

Kirara: D'accords! D'accords! Je reste là avec les enfants. Mais à la condition que vous fassiez attention à vous!

Giroro hocha la tête et tandis que Pururu se concentra. De leurs côtés, Dororo et Zoruru s'était posé dans un centre commercial. Ils avaient suivit la piste de Kururu, Tororo et l'assassin et celle-ci continuait jusqu'à l'intérieur. Ils y entrèrent mais tout semblait désert.

Dororo: Je n'aime pas ce silence...

Zoruru: Moi non plus. Il faut se dépêcher de les retrouver : leurs chances de survivre face à un assassin sont minces...

Dororo: Même si ce n'en ait pas vraiment un?

Zoruru: Il avait la technique, ça suffit amplement pour augmenter les risques.

Soudain, une explosion retentit plus loin. Ils se précipitèrent et arrivèrent dans un Starbuck (oui, oui, ça s'est exporté sur Titar) où Kururu et Tororo buvait un café. Ils avaient eux aussi leurs vêtements de chevaliers.

Dororo: ...Mais qu'est-ce que...

Tororo: Ah! Bah vous voilà! Vous en avez mis du temps! Puh! Puh!

Zoruru: Où est l'assassin?!

Kururu: On a retrouvé nos pouvoirs, du coup on l'a buté et, par conséquent, pour fêter ça, on s'est prit des cafés... Vous en voulez?

Zoruru: ...Vous vous foutez de nous là?

Tororo: Si vous voulez, y a du chocolat et du thé.

Zoruru: Dehors. Tout de suite.

Tororo: Mais-...

Zoruru fit un regard tellement menaçant que Tororo prit la poudre d'escampette avec Kururu. Zoruru soupira puis les rejoignit avec Dororo. À peine à l'extérieur, Kururu se dirigea vers son mecha, en sortit un ordinateur et commença à pianoter.

Kururu: ...Rien à faire, toujours pas de réseaux.

Dororo: La situation commence à devenir critique, si seulement on pouvait joindre les autres...

Tororo: Et si on allait au QG de l'armée? Ils ont des installations de pointes, avec un peu de chances, on a de quoi contourner ce problème de réseaux.

Kururu: Non, trop risqué : Zariri était aussi le chefs des armées. S'il a réussit à sortir, ce n'est pas tout seul.

Zoruru: Tu ne penses quand même pas qu'il y avait des traites là dedans?

Kururu: Généralement, quand des criminels sont enfermés en prisons, ce ne sont pas les bonnes soeurs qui organisent leurs évasions.

Zoruru approuva, il n'avait pas tort. Soudain, un brouhaha se fit entendre puis un nuage de fumée apparut au loin : un énorme tigre semblait poursuivre quelqu'un, un petit Titarien précisément.

Tororo: Je rêve ou c'est Taroro?

Zoruru: Et tu crois vraiment que c'est le moment de poser la question?!

Il s'arma de son chakram et s'apprêta à frapper, mais avant même qu'il ait eu le temps de faire un pas, un raz de marré submergea le tigre qui disparu. Taroro n'arrêta pas sa course pour autant et se cacha derrière Tororo.

Taroro: ...Bah! Il est passé où Tony?

Tororo: ...Qui?

Taroro: Bah Tony : la mascotte des Frosties!

Zoruru tomba à la renverse tandis que Tororo resta immobile.

Tororo: Ah bon, je croyais qu'il parlait du comédien de doublage...

Mukurochan: Ouais moi aussi...

Tororo: Qu'est-ce que tu fiches ici Muk?

Mukurochan: Moi? Oh! Rien, je traînais dans le coin avec Invité!

Invité: Coucou!

Tororo: ...euké. On va faire comme s'il s'était rien passé... Et sinon, pourquoi il te poursuivait ?

Taroro: Je sais pas moi : j’étais dans le jardin et il m’a poursuivit sans raison, alors j’ai couru…

À ce moment là, un autre Titarien chevalier arriva, suivit de deux autres : c'était Taruru, Keroro et Karara.

Dororo: Alors c'était toi Taruru?... Attendez, Karara?!

Taruru: Oui, on sait, c'est une chevalière.

Dororo: Mais comment est-ce pos-...

Keroro: Non, on ne sait pas pourquoi.

Dororo: ...D'accords.

Un long silence s'installa tandis que Karara se mêlait au groupe : elle semblait gênée par la situation. Dororo ne la comprenait que trop bien, lui même avait été dans cet état de trouble et d'incertitude. Et, tout comme elle, il n'avait pas eut le temps de se poser des questions. En tout les cas, il se jura de l'aider en cas de besoin. Tout à coup, il crut entendre une voix. Pas une voix qui venait des alentours mais une voix qui venait de lui même, qui résonnait directement dans sa tête.

Dororo: ...Vous entendez?

Kururu: ...Oui...

Taroro: De quoi? Qu'est-ce qu'il y a?

Rien à faire, ils étaient tous silencieux, même Karara. La voix qu'ils entendaient se clarifia jusqu'à être parfaitement audible.

- Chevaliers, m'entendez-vous?

Tororo: Pururu, c'est toi?

- Ah! J'arrive enfin à vous joindre! Pas trop tôt! Où êtes vous actuellement?

Dororo: À côté du centre commerciale et toi?

- Je suis chez moi. Nous n'avons plus beaucoup de temps : avec Giroro et Garuru, on se dirige vers la zone d'entrainement de l'armée, on vous donne rendez-vous là bas. Ok?

Keroro: Entendu, nous y allons sur le champ!

- Faites vite!

La voix disparue. Les autres se regardèrent puis se mirent en route. Taruru mit son frère sur son dos puis il les suivit à son tour.

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Et pendant ce temps là, au parlement titarien :

Periri: Zariri, je ne sais pas qui vous a libérez mais sachez qu'il a perdu son temps : votre tentative de coup d'état est vaine, ce n'est pas en prenant le parlement que vous réussirez à reprendre votre place de président de la planète Titar!!

Zariri: Vous pensiez sincèrement que j'allais me contenter d'une simple prise d'otages? C'est mal me connaitre. En ce moment même, cette tentative de coup d'état, comme vous dites, est en train de prendre des proportions que vous ne pouvez imaginer. Vous ne savez pas à qui vous avez affaire, amiral... D'ailleurs, en parlant de votre grade, je croyez que vous vous étiez retirer du gouvernement pour devenir... Écrivain, c'est cela?

Periri: ...Ce n'est pas votre ton hautain qui me convaincra de vos affabulations...

Zariri: ...hé! hé! hé! Toujours aussi perspicace. Mais, si vous insistez, une petite démonstration ne sera pas de refus, je suppose. Amenez les otages!!

Plusieurs clones arrivèrent aux centres de l'hémicycle avec plusieurs personnes menacés : principalement des secrétaires et des civiles qui devait se trouver à proximité du parlement.

Zariri: Et encore, ce ne sont pas les seuls que j'ai en mon pouvoir. À l'heure où on parle, mes chers clones se déploient dans toute la ville : ce n'est qu'une question de temps avant que la capitale toute entière ne s'agenouille devant moi. Toujours pas décidé à me croire?

Periri: ...Temps que le président Jorere sera là, vous ne pourrez rien contre le peuple titarien...

Zariri: Jorere? Ha!ha!ha!ha! Ce pauvre minable est en train de vivre ces dernière minutes de présidence. La fin de votre aire est proche. À tous! Et je vais commencer tout de suite, d'ailleurs. Soldats, embarquez toutes les personnes présentent!!

Ministre des affaires étrangères: Je vous demandes de vous arrêter!

Zariri: ...Il est encore là lui?

Periri: Oui, malheureusement...

Ministre des affaires étrangères: ...Mais...Mais... MAIS POURQUOI VOUS ÊTES MÉCHANTS AVEC MOI??!!

Periri: Bravo! Il est reparti pour chialer, j'espère que vous êtes fière de vous!

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 1:55

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Pururu quitta sa transe puis se leva du lit.

Kowawa: Où tu vas Maman?

Pururu: Je dois rejoindre les autres, Tata Kirara va rester avec vous et vous protégez.

Kowawa: Tu reviens vite, promis?

Pururu: C'est promis ma puce!

Kowawa suivit sa mère des yeux jusqu'à ce qu'elle disparaisse dans le couloir. Elle resta immobile puis s'appuya sur les épaules de son frère. Devant sa mine attristé, Kirara ne pouvait s'empêcher d'être déprimé à son tour. Elle eut soudain une idée :

Kirara: Hé! Les enfants, et si on se regardait la reine des neiges?!

Kowawa et Tinana: Oh oui!!!

Chiwowo: Super...

Kirara: Parfait : je vais mettre le DVD!

Elle se dirigea vers une armoire. Soudain, un cri retentit. Kowawa et Chiwowo se levèrent d'un bond : ils reconnurent le cri de leur mère. Kirara se leva à son tour et leurs fit signe de rester ici. Elle se précipita à l'extérieur et vit Pururu entouré de clones armés.

Clones: (tous en coeur) Ne faites plus un geste, Osaken.

Clone 1: Halte! Témoin détecté!

Clone 2: Analyse... Adjudant Kirara, marié au sergent Giroro, détecté. Arrestation. Arrestation.

Pururu: Kirara, ne restes pas là : cours!!

Kirara allait bouger quand l'un des clones s'arma d'un fusil et lança un laser fait d'électricité qui l'a frappa de pleins fouets et l'a fit tomber au sol. Pururu, quand à elle, tenta d'intervenir, en vain : elle contrôlait la vie, ce qui ne lui permettait pas de faire des attaques offensives. Tandis que Kirara retrouvait ses esprits, elle vit Pururu se faire arrêter ainsi que des clones rentraient dans la maison. Au même moment, Giroro et Garuru arrivaient enfin à l'air d'entraînement où tout les autres semblaient présent. Le commandant fut assez surpris de voir non seulement Taroro mais aussi Karara, qui était vêtue comme une chevalière.

Garuru: ...Alors Pururu ne s'était pas trompé, il y a bien de nouveaux chevaliers.

Taruru: Pururu l'a senti?

Giroro: Oui mais pas que, d'après elle, on serait 16 désormais...

Keroro: Seize?! Mais alors, il en reste cinq à découvrir!

Garuru: Oui, j'aurais aimé que cela se passe dans d'autres circonstances mais nous avons malheureusement des choses plus urgentes à régler. À savoir, le retour de Zariri.

Zoruru: De ce qu'on a vue en route, il semble avoir toute une armée de clones sous son commandement, et ceux-ci sont en train d'arrêter tout les titariens qu'ils croisent.

Garuru: Je suppose qu'il est inutile de vous demandez un rapport complet?

Kururu: Tout les réseaux sont HS, on a aucun accès aux bases de données et aux caméras de surveillances...

Dororo: Et on a donc aucun moyen de savoir ce qu'il se passe au sénat...

Dororo semblait distant : il commençait à s'inquiéter pour son père et les autres personnes présentes. Giroro l'épaula.

Garuru: Il ne faut pas qu'on se laisse dépasser par les événements : de toute évidence, Zariri veut redevenir président et a cherché, lui ou quelqu'un d'autres, à se débarrasser de nous. Et si on veut mieux comprendre les choses, il faut d'abords l'empêcher d'atteindre son objectif!

Giroro: Tu veux qu'on affronte Zariri?

Garuru: Son armée est exclusivement composé de clones et de monstres facile à vaincre, cela ne devrait être pas trop difficile.

Keroro: Je n'en serais pas aussi sur : s'il a trouvé le moyen de nous faire retrouver nos pouvoirs, je doute qu'il se contente que de simples bestioles. Ça doit cacher quelque chose, il ne vaut mieux pas attaquer tout de suite.

Garuru resta silencieux puis se ravisa : au début, il pensait qu'il était intervenu juste pour faire son intéressant mais son argument tenait la route.

Taruru: Alors, qu'est-ce qu'on fait?

Tororo: Puh! Puh! S'attaquer à l'armée de clones directement ne serait pas très judicieux : ils sont beaucoup trop nombreux et peuvent revenir à l'infini...

Dororo: Et nos familles?

Giroro: ...C'est vrai que depuis le début, on a aucune nouvelle d'eux...

Ils restèrent tous muets : ils étaient dans l'impasse. Le manque d'informations les handicapaient énormément. Soudain, un portail rose s'ouvrit puis 2 titariennes et 3 petits apparurent.

Garuru: Pururu?! Les enfants?!

Kowawa se jeta dans les bras de son père tandis que Pururu haletait : ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas fait de portail, elle avait perdu l'habitude. De son côté, Tinana restait près de Chiwowo, apeurée. Giroro la regarda, surpris, avant de voir Kirara. Il se figea.

Giroro: ...Ki...Kirara?

Garuru releva la tête et eut la même expression, les autres aussi : Kirara était debout, intimidée. Elle portait une tunique blanche, une veste orange, une cape vermillon, un legging et des bottes noir. Giroro s'approcha d'elle.

Giroro: ...C'est pas vrai... Pas toi... Dis moi que c'est une blague...

Kirara: S'il te plait, ne me regardes pas comme ça...

Garuru: ...Mais ...Qu'est-ce qu'il s'est passé?

Pururu: On s'est fait attaqué par des clones. J'ai failli me faire capturer. Et puis, il y a eut un flash et Kirara...

Elle ne finit pas sa phrase, les autres avait compris. Kirara, quand à elle, ne pouvant plus supporter tout ces regards braqués sur elle, se blottit contre Giroro qui la serra dans ses bras, ne sachant pas comment réagir. Il n'avait pas vraiment supporter d'être un chevalier, alors le fait de savoir que sa femme allait en être une elle aussi l’apeuré et l'attristé à la fois. Karara, quand à elle, prit le bras de Taruru qui l'embrassa doucement sur le front pour la réconforter. Garuru finit par retrouver son sang froid : cela ne devait en aucun cas le perturber.

Garuru: Le point positif, c'est que, désormais, nous savons qui est la douzième chevalière. Malheureusement, cela ne nous avance pas concernant ces événements. Je sais que cette situation vous déplaît à toutes les deux mais il va falloir faire avec le temps que tout ceci se stabilise, vous êtes d'accords?

Kirara et Karara hochèrent la tête. Garuru s'apprêta à reprendre la parole quand une aura apparu derrière eux.

- Désolé de n'être pas venu plus tôt, chevaliers...

Pururu: ...Fukuaijin?!

Fukuaijin était bien là, l'air attristé.

Pururu: Mais c'est impossible! Vous-...

Fukuaijin: Étiez censé avoir disparu. Je comprend ta stupeur. Avant de faire le Deus Ex Machina, j'ai lancé un sortilège de sauvegarde au cas où vous auriez besoin de vos pouvoirs. Et, visiblement, la situation actuelle semble le nécessité.

Garuru: Mais, pourtant, nous n'avons là qu'un coup d'état. Je ne dis pas que c'est peu mais ça ne nécessite pas qu'on redevienne chevalier...

Fukuaijin: Je crains malheureusement qu'autre chose se prépare. C'est pour cela que je vous ai fais venir ici : il faut que vous retourniez sur Arxidus afin de remettre de l'ordre. De mon côté, j'ai pris la liberté de téléporter vos familles sur Kakumei. Mais, je n'ai malheureusement pas réussi à atteindre Kerara, Dasasa, Turoro et Narara... Quelques choses semblent les bloquer et je ne me suis réveillé qu'il y a peu, je n'ai pas encore toutes mes capacités...

Dororo: Oh non... Mère...

Soudain, une nuée noirâtre apparu au sol et commença à les entourer. Par réflexe, Garuru et Giroro mirent leurs enfants au centre et les encerclèrent avec les autres pour les protéger.

Taroro: Qu'est-ce que c'est que ce truc?!

Garuru: ...Chérie, tu es toujours musophobe?

Pururu: Oui pourquoi?

Garuru: ...Désolé, je crois que c'est des rats...

Pururu resta immobile avant de se jeter dans les bras de Garuru et de l'escalader littéralement de manière à ne plus toucher le sol.

Garuru: Chérie, ne sois pas ridicule, descends tout de suite : je vais tomber!!!

Pururu: NAN!!! J'VEUX PAS!!!

Tororo: Mais pourquoi Ratatouille veut nous buter?!

Tinana: Son prénom c'est Rémy!

Tororo: Bah c'est pareil!

*DunDunDuuuun~*

Mukurochan: QU'EST-CE QUE TU AS DIT??!!!

Zoruru: Dites, ça peut pas attendre 5 minutes, on est dans une situation critique!

Mukurochan: ...Tu perds rien pour attendre...

Keroro: Ça te rassure, Pururu, si je te dis qu'ils ne sont pas normal?

Effectivement, à y regarder de plus prêt, les rats semblait être fait d'une matière noir étrange et leurs yeux était rouge scintillant, comme s'ils avaient été génétiquement modifié. Fukuaijin s'apprêta à lancer un sort.

Fukuaijin: Je ne peux malheureusement pas tous vous téléportez tout de suite, seulement quelques personnes!

Dororo: Ces rats semblent beaucoup trop nombreux, je doutes que nous réussissions à fuir!

Keroro: Ce n'est pas bien grave, on pourra les maîtriser : téléportez juste les enfants pour les mettre en sécurité en attendant!!

Tinana: Mais... Papa!!!

Giroro: Keroro a raison, on a les moyens de se défendre, pas vous!! Vous allez rester à la maison et, dés que ce sera fini, je viendrais te chercher avec tes cousins et Taroro.

Tinana: Mais je veux pas vous laisser...

Giroro: ...Ça va allez Tinana, je vais faire vite, ne t'inquiètes pas.

Tinana: Tu me le promets?

Giroro: Je le jure, au nom de ton petit coeur.

Tinana resta immobile. Elle prit son père dans ses bras, elle reçu un baiser de sa mère puis Fukuaijin la téléporta avec Chiwowo, Kowawa et Taroro. Ils étaient de retour dans la maison des jumeaux, un silence de mort y régnait. Hébétaient, ils ne savaient plus où se mettre. Chiwowo finit par prendre la parole.

Chiwowo: Venez, allons dans le salon, on y sera bien caché.

Ils approuvèrent puis se dirigèrent vers la fameuse pièce. Arrivé là bas, ils s'installèrent chacun dans un coin, sans pour autant faire une activité particulière.

Kowawa: On peut regarder la télé?

Chiwowo: Vaut mieux éviter, on risque de faire trop de bruit.

Tinana: Et puis, vue ce qu'il se passe, ça m'étonnerait que la télé marche...

Taroro: Et le téléphone?

Chiwowo: Je sais pas trop, tu veux appeler qui?

Taroro: Mon papa...

Tinana: Attends, c'est trop risqué : imagines qu'ils nous tracent avec un logiciel et tout?

Chiwowo: Si ça ne dure que quelques secondes?

Taroro: Je ferais vite, promis!

Tinana regarda intensément Chiwowo avant d'hocher la tête. Taroro se dirigea alors vers un fixe pour téléphoner, il composa le numéro et attendit.

Chiwowo: Alors?

Taroro: Ça sonne pas.

Kowawa: On est vraiment tout seul alors?

- Plus pour longtemps...

Les quatre enfants sursautèrent et se retournèrent : un titarien venait d'entrer dans la pièce, il était vêtu d'un étrange smoking noir. Chiwowo fit face à lui pour protéger les trois autres.

Chiwowo: Qui êtes vous?! Qu'est-ce que vous fichez ici?!

- Mon nom ne vous importerez que peu, sachez seulement une chose...

Une nuée de rats arriva encore une fois autour des enfants, terrorisés. Kowawa se blottit dans les bras de son frère qui fit preuve d'un courage surhumain en gardant la tête froide.

- Vous êtes les derniers actuellement, je n'ai plus que vous à mettre hors d'état de nuire...

Chiwowo: Comment ça?! Qu'est-ce que vous avez fait à nos parents?!

- Vous n'aurez qu'à leur demander... Tout du moins, s'il existe quelque chose après la mort : attaquez!!

La nuée se jeta sur les enfants, dans un fracas de petits cris stridents. Taroro ferma les yeux : il repensa à ce que lui avait dit les médecins. Ils disaient qu'il risquait de vivre très longtemps mais il allait finir là, tué par une horde de sales rongeurs. Pourtant, quelques choses le perturbait. L'atmosphère dans la pièce avait changé, même l'étrange personne semblait perturbé. Il remarqua alors un détail étrange : une étrange lueur les avaient entouré. Puis se fut le grande vide...


A SUIVRE

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Mukurochan: Bon, je peux comprendre que tu étais pris de court et que ton cerveau est parfois trop lent pour analyser convenablement une situation d'urgence... Mais de là à buter Chisa...

PutataFanGirl: Mais tu m'as dis de tirer dés qu'elle était sur le point d'utiliser ses supers pouvoirs de modos juste parce que Giroro faisait des mamours à Kirara!!

Mukurochan: Oui, et j'avais ajouter qu'il fallait d'abords utiliser la diplomatie avant la violence!

PutataFanGirl: Mais j'ai fais ça avec amour! I love you

Mukurochan: Mouais...

PutataFanGirl: Et puis, je te rappelle que c'est toi qui écris l'histoire : tu peux la ressusciter!

Mukurochan: ...Hé! T'as pas tord pour une fois! Ok, j'y vais! ...Dans 5 minutes! En attendant, j'espère que ce premier chapitre vous aura plu. Comme vous l'aurez constaté, j'ai légèrement changé le style de narration ainsi que l'ambiance, en espérant que ça ne vous dérangera pas. Les chapitres sont aussi tellement long que j'ai dû tout diviser en trois parties, d'où la nouvelle mise en page et, non, ce n'est pas exceptionnel. J'espère pouvoir vous proposez le prochain chapitre très rapidement, à la prochaine!

PutataFanGirl: Tu parles à qui?

Mukurochan: À ta mère! Very Happy



Références :
Que ma joie demeure (spectacle que je recommande très fortement !!)
Skype
Pokémon
La Classe américaine
Lara Croft
Star Wars
Red Dead Redemption
Starbuck
Frosties
Édouard Balladur (oui je suis tombé aussi bas…)
La reine des neiges.

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3014
Age : 26
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 13:01

Ah bah ok, je sens déjà que je vais m'en prendre plein la tronche dans cette nouvelle saison! Je suis dégoûtée par ce manque total de respect! Et en plus tu me rp trop mal parce que primo: je t'appelle jamais muk', mais mukuro, et oui; secondido: je suis trop rapide pour être tuée par une balle; troisiaime: je suis immortelle autant dans la vie que dans la mort; 4: trop de bisous dans cette fanfic
Sur-ce, je me désabonne.



La 1ère et la 4ème sont au moins justes! : ))))
Mis à part çà, s'était cool! On voit bien le changement et l'effort que tu nous offre dans cette série, et tu respectes mieux les personnalités des personnages (même si je sais que certains on clairement changé pour l'histoire et que c'est un jugement complètement personnel) ; ) Donc continue! Je crois que ce que j'ai vraiment aimé c'est le duo Kururu/Tororo haha!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
ArcadeGamer
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 619
Age : 17
Localisation : dans une grotte avec le wifi
Date d'inscription : 01/05/2013

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 15:43

Alors!....

En fait j'ai pas encore lu... NAN MAIS CA A L'AIR TROP LONG! (non pas que ça me dérange)

Je m'y mettrais quand j'aurais le courage, ça à l'air cool (j'ai vu mon pseudo donc forcément (enfin, c'est un code mais c'est quand même rigolo xD) d'ailleurs c'est cool de faire interagir les gens du fofo, ce n'est pas la 1ère fois que tu le fais d'ailleurs)

EDIT : j'ai pas mal avancé mais avant d'aller plus loin, c'est qui Maël ? (c'est mutsumi peut-être)
Tu en a parlé au début et je sais que je fais mon petit puriste mais pourquoi les noms VF ?
EDIT : Et Garance, Shigure et machin ? (du coup je comprends que dalle)

EDIT (en fait je fais un comment à chaque fois que je vois un truc) : Comment ça natsumi et mutsumi sont ENSEMBLE ?!! je refuse de continuer (je blague)


Dernière édition par ArcadeGamerRémy le Ven 23 Jan - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 17:39

Chisa> Mais...Mais-mais-mais-mais-mais je t'ai fais passé pour Orson Wells!! Nom d'un cachalot!! D'8

Arca> J'aurais dû faire une liste, je suis fautive :
Maël : Mutsumi.
Garance : Momoka.
Shigure : c'est un personnage qui n'a pas été doublé en français et qui apparaît que dans l'anime, c'est un vieil ami de Koyuki. (plus d'info ici : http://keroro.wikia.com/wiki/Shigure)

En tout les cas, merci pour vos avis les poussins! Wink

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mariri-Dono
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 390
Age : 17
Localisation : Dans le TARDIS avec le 10° Docteur
Date d'inscription : 04/01/2015
Titres : (Anciennement Lunana)

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 17:46

Dans le chapitr 1 c'était moi qui parlait ou quelqu'un d'autre? confused

Bon allez, je retourne dans ma lecture *commence à lire*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3014
Age : 26
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 18:02

Lunana a écrit:
Dans le chapitr 1 c'était moi qui parlait ou quelqu'un d'autre? confused

Bon allez, je retourne dans ma lecture *commence à lire*

C'est parce qu'elle a mit une fonction spéciale qui permet d'afficher le pseudo de celui qui lit! Donc à cet emplacement tu vois ton nom, et moi je vois le miens, ect...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
ArcadeGamer
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 619
Age : 17
Localisation : dans une grotte avec le wifi
Date d'inscription : 01/05/2013

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 18:29

Bon en fait, j'ai dû raté pas mal de fanfic parce que y a plein d'éléments que je comprends pas, genre les chevaliers, la bataille contre un shinigami, NATSUMI AVEC MUTSUMI, BORDEL! et tout et tout...
Du coup, je vais me fixer comme objectif de lire toutes les fanfic de muku avant de revenir (putain, chuis pas sorti de l'auberge...)

Sinon, après m'être arrêter à la fin de la baston à l'école (enfin, le RDV avec la directrice) je dois dire que ça envoie du pâté, genre ça gère la fougère quoi!

Donc bonne continuation et à dans quelques années quand j'aurais fini toutes tes fanfic xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3014
Age : 26
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 18:48

Oui parce que c'est très complexe quand même! XD J'ai déjà tout lu mais pourtant y a des éléments qui se sont évaporés de mon cerveau, alors y a des trucs que j'ai du mal à me souvenir argh

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 19:39

Mais c'est pourtant pas compliqué : en faite, ce qu'il faut retenir c'est que le cerveau de Chisa est composé à 90% de frangipane... : okjesors :

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3014
Age : 26
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 19:46

I heard you were talking shit about me?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
ArcadeGamer
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 619
Age : 17
Localisation : dans une grotte avec le wifi
Date d'inscription : 01/05/2013

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 20:07

woooh baston dans l'air... Sinon, on n'a qu'a faire un deal, j'ai qu'a manger le cerveau de Chisa parce que c'est bon la frangipane!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 20:25

Ouais! Mangeons tous ensemble le cerveau de Chisa! Very Happy
Et puis, Arca, je te rappelle qu'au tout début, j'ai écris ça :

Jack a écrit:
Et enfin, ai-je vraiment besoin de dire qu'il faut avoir lu les cycles précédent pour lire celui-là? Non, je dis ça parce que j'ai souvent l'habitude d'avoir affaire à des gens qui pense qu'on peut regarder Doctor Who dans le désordre vue qu'il y a plusieurs docteurs. Mais en fait, pas du tout. Et c'est pareil pour ma fanfiction : si vous lisez pas les cycles avant... Bah déjà, vous allez pas comprendre et ensuite vous allez vous spoilez rien qu'en lisant les premières lignes donc ça serait débile.

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3014
Age : 26
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 20:39

ArcadeGamerRémy, j'avais foi en toi, mais maintenant c'est terminé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Mariri-Dono
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 390
Age : 17
Localisation : Dans le TARDIS avec le 10° Docteur
Date d'inscription : 04/01/2015
Titres : (Anciennement Lunana)

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 23 Jan - 21:29

Ah d'accord, j'ai compris! Merci! keroro joyeux

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sergent Keroro Shinka - Yoake
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sergent Keroro Shinka - Yoake
» Sergent Keroro - Shinka cycle 2 : Les étoiles de la peur
» Keroro - Shinka cycle 1 : La disparition des étoiles noires
» Sergent Keroro - Shinka cycle 3 : La brigade solaire
» 3ème film

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La chambre de Keroro :: DIVERS :: Fan-fictions-
Sauter vers: