Forum pour discuter de Keroro
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sergent Keroro Shinka - Yoake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
ArcadeGamer
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 619
Age : 17
Localisation : dans une grotte avec le wifi
Date d'inscription : 01/05/2013

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 24 Jan - 10:11

Maieuh... Et puis d'abord, j'ai vu tout doctor who dans l'ordre (enfin pas exactement si on compte la vieille série dont j'ai grappillé quelques épisodes)

Chuis pas débile d'abord (c▼ç) , j'avais juste la flemme de relire toutes les fanfics de Muku aussi longues que l'intérieur de tardis (nan mais sérieux, qui peut me blâmer à part muku ?). J'avais très envie de lire celle-ci, parce qu'elle vient de sortir, c'est tout.

Donc si tu pouvais me mettre le lien de tes fanfic dans l'ordre de lecture, ça m'aiderait beacoup STP muku xD

Chisa : je te boude Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 24 Jan - 15:50


_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
ArcadeGamer
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 619
Age : 17
Localisation : dans une grotte avec le wifi
Date d'inscription : 01/05/2013

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 24 Jan - 15:53

meurchi bocou! (si ça s'écrit comme ça d'abord)

Je te ferais signe quand j'aurais tout fini (c'est à dire dans un peu longtemps xD)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 24 Jan - 16:04

Allez courage, Lunana l'a fait et elle s'en ait très bien sortie! ^^
...Diantre, je viens de me rendre compte que nous floodions...

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mariri-Dono
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 390
Age : 17
Localisation : Dans le TARDIS avec le 10° Docteur
Date d'inscription : 04/01/2015
Titres : (Anciennement Lunana)

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 24 Jan - 16:40

En faite j'ai lue tes fanfiction quand je n'étais pas inscrite XD

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 24 Jan - 17:59

Oh! Intéressant!
Et tu l'as découverte comment : grâce au forum lui même ou autre part?

(juste pour savoir)

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mariri-Dono
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 390
Age : 17
Localisation : Dans le TARDIS avec le 10° Docteur
Date d'inscription : 04/01/2015
Titres : (Anciennement Lunana)

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 24 Jan - 18:38

J'étais à la recherche d'une fanfiction en français à lire, puis je suis tombée sur un site où il y avait des liens de quelques fanfiction. Je suis tombée sur la tienne et j'ai commencée à lire! (Je me souviens plus le nom du site) j'ai un peu visitée le site pour voir comment c'était et hop! J'ai trouvée le reste des fanfic de la chambre de Keroro! ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 24 Jan - 18:54

Ok d'ac!

Donc, j'exige une statue en cookie à mon honneur!

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mariri-Dono
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 390
Age : 17
Localisation : Dans le TARDIS avec le 10° Docteur
Date d'inscription : 04/01/2015
Titres : (Anciennement Lunana)

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 24 Jan - 19:30

À vos ordres! *^*

*commence à sculpter un gros rocher*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PutataFanGirl
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 630
Age : 20
Localisation : PizzaLand
Date d'inscription : 28/01/2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Dim 25 Jan - 16:42

Chisa-chan a écrit:
ArcadeGamerRémy, j'avais foi en toi, mais maintenant c'est terminé.

Chisa divorce de tout le monde ! D:
Blague apart, je l'attendait depuis un petit moment, et j'ai du me le lire 5 fois pour bien comprendre (non pas que c'est dur, mais que c'est long :,D)
Super en tout cas ! ça as l'air sympa ! : D

_________________

Twitter - Tumblr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariri-Dono
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 390
Age : 17
Localisation : Dans le TARDIS avec le 10° Docteur
Date d'inscription : 04/01/2015
Titres : (Anciennement Lunana)

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Mer 18 Fév - 23:23

Mukurochan, j'ai une question! Vu que tout le monde a changé de poste (comme par exemple, Lieutenant Garuru est devenu Comandant Garuru)
Quel est leur poste de maintenant?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 19 Fév - 12:48

Et tu fais bien de la posé ma petite Lunana!
Je comptais faire une petite liste de tout les "changements" etc. au début du prochain chapitre mais bon, je pense que je vais la mettre dés maintenant, comme ça, ça sera fait!

Keroro : Adjudant
Tamama : Caporal Chef
Giroro : Sergent
Kururu : Major
Dororo : Sergent Chef
Taruru : Caporal Chef
Garuru : Commandant
Tororo : Caporal Chef
Zoruru : Sergent Chef


Pour Pururu, c'était un peu compliqué donc j'ai mis Infirmière Générale. Quand à Kirara, elle est toujours adjudante. (elle était morte tout le temps c't'andouille!)

En gros, j'ai juste monté les grades de deux niveaux avec cette liste : http://fr.wikipedia.org/wiki/Grades_de_l'Arm%C3%A9e_fran%C3%A7aise


Ensuite, bah faisons le reste avec les pseudonymes de Chevaliers et Déesses :

Keroro : Terram
Karara : Floris
Tamama : Aqua
Taruru : Iacta
Giroro : Ignis
Garuru : Tenebrae/Ardet
Kururu : Fulmen
Tororo : Mico
Dororo : Aeris
Zoruru : Ventus
Meisei : Lux
Kirara : ???

Donaré/Mois : Hikoground
Garance/Momoka : Kuraqua
April/Natsumi :  Kagufire
Énéa/Koyuki : Shinawind
Kin'iro: Narithunder
Elysione : Amalight

Voili voilou, j'espère vous avoir aidé quand même! x')

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3014
Age : 26
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 19 Fév - 15:54

Oui je pense qu'il y avait bien besoin de ce récapitulatif, merci bien haha

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 21 Fév - 16:11

Bon vue que tout le monde s'est plaint de la longueur, j'ai décidé de raccourcir ce chapitre!
(mais c'est exceptionnel!!)

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Chapitre 2 : La nouvelle génération.

Tinana ouvrit les yeux, elle avait l'impression de se réveiller après une longue nuit. Pourtant, elle n'était pas dans sa chambre. La grande lumière s'estompa et elle put enfin discerner ce qui l'entourait, elle était toujours dans le salon de Kowawa et Chiwowo mais elle n'était pas au sol : elle lévitait avec ses cousins et Taroro. Plus étranges encore, elle avait des vêtements similaire à ceux de sa mère : elle avait une veste rose fuchsia, une robe chemise taille haute blanche, des collants noirs et des bottines grises foncés. Kowawa avait une veste rose pastel, une robe tutu blanche, les mêmes collants et des babies grises. Quand aux garçons, ils avaient les mêmes vêtements que leurs aînés, mauve pour l'un, bleu ciel pour l'autre. Ils avaient aussi des capes de leurs couleurs, en plus foncés. Les enfants se regardèrent tout en retournant sur la terre ferme. Autour d'eux, la nuée de rats était en train de s'évaporer tandis que l'étrange Titarien gisait plus loin, comme s'il avait été projetait par une énergie. Chiwowo fut le premier à retrouver ses esprits, il fit signe aux autres de ne pas bouger et s'avança vers lui tandis que l'inconnu se relevait.

Kowawa: Attends, n'y va pas, il va te tuer!!

Chiwowo: J'ai pas peur de lui.

Kowawa sursauta, son frère ne semblait pas dans son état normal : une lueur mauve scintillait dans son regard. Elle resta cependant déterminé à l'arrêter et s'accrocha fermement à lui tandis que l'homme se mit à genoux et semblait choqué par ce qu'il voyait.

- ...Ce... C'est pas possible... Vous...

Chiwowo: Qu'est-ce que vous avez fait à nos parents? Répondez!

L'homme resta ébahit puis il afficha un sourire narquois, malgré ses traits tirés par la douleur. Kowawa remarqua alors qu'un filet de sang s'écouler entre ses lèvres et une tache rouge se formait sur sa chemise. Il commença toutefois à rire.

- Ça doit vous faire mal de ne pas savoir où ils sont, pas vrai? Vous êtes si jeunes après tout : vous ne tiendrez même pas 2 jours avant de mourir bêtement...

Chiwowo: Parlez pour vous, vous n'arrivez même pas à vous tenir debout.

- Oh! On a de la repartie à ce que je vois! Il y a juste un point que tu as omis : tu ne sais pas qui je suis et tu ignores qu'elles sont mes compétences. Tes parents aussi d'ailleurs, c'est ce qui les a fait courir à leurs pertes...

Chiwowo: ...Vous... Vous mentez, mon père est l'un des soldats les plus forts de l'armée!!

- ...Est-ce que c'est de la peur que je vois dans ton regard? On dirait bien que oui. Tu auras beau faire le caïd, mon petit, il n'en ait rien. Comme je vous l'ai déjà dis, vous êtes seuls désormais, une simple armée de clones suffira pour vous terrassez. D'ailleurs, quand on parle d'eux...

À ce moment précis, des bruits métalliques se firent entendre puis trois clones arrivèrent derrière le titarien mystérieux. Chiwowo échangea un regard avec sa soeur, sa cousine et Taroro : mieux valait fuir. Ils ouvrirent la porte de la baie vitré et traversèrent le jardin, suivit par les clones. Durant toute la course poursuite, Taroro n'osa pas regarder derrière lui. Les événements s'étaient enchaînés beaucoup trop rapidement pour lui. Il se contentait juste de suivre les autres, sans regarder où il allait. Il sentait ses larmes sur le point de couler le long de ses joues, ses poumons commençaient à s'enflammer et ses jambes tremblaient. Mais il tenait bon : il se refusait de croire que son frère avait disparu. Il viendrait le chercher et il le sauverait, comme il l'a toujours fait. Soudain, le petit groupe s'arrêta : ils étaient en face d'un bois, sombre et dense. Derrière eux, les cris des clones résonnaient au loin. Tinana remarqua alors que les lumières de la ville était éteintes et que seules les projecteurs de la milice permettait de distinguer quelque chose.

Tinana: On est vraiment obligé d'entrer là dedans?

Chiwowo: On a pas le choix, dépêchez-vous!

Taroro: Mais, pour allez où?!

Chiwowo: Je suis déjà passé pleins de fois à côté de ses bois, si on marche assez longtemps, on arrivera dans un village.

Kowawa: Mais c'est vachement loin!!

Chiwowo: C'est pas le moment, allez!!

Il entraîna tout le monde dans les bois mais il commença vite à regretter : le sol était jonché d'orties et de ronces qui l'écorchaient jusqu'au sang et certaines plantes semblaient presque bouger pour les attraper. Toutefois, il ne désespéra pas pour autant : il voulait que son père soit fier de lui et, quand il se retrouverait, il pourrait garder la tête haute. Mais, au vue des circonstances, il était difficile pour lui d'espérer, surtout quand sa soeur trébucha sur une racine avant de rouler bouler le long d'une pente et de tomber contre un buisson. Il se précipita vers Kowawa : elle pleurait à chaude larme.

Kowawa: J'en ai marre... Je veux ma maman!!

Chiwowo: Ne cries pas si fort, ça va aller, t'as juste des petites coupures, rien de grave!

Taroro: On peut pas continuer comme ça Chiwowo, cette forêt est infini!

Chiwowo: Ne dis pas n'importe quoi, on ne peut plus reculer de toute manière!

Soudain, des éclats de voix se firent entendre. Chiwowo saisit sa soeur puis, avec Taroro et Tinana, il se cacha dans le buisson. Il se souvint des conseils que lui avaient donné son père quand ils jouaient à "pan! pan! cache! cache!", qui consistait à se cacher et attaquer au pistolet à fléchettes quand on était repéré : respirer profondément, se concentrer sur chaque bruits, ne pas quitter ses ennemis des yeux, valoriser la ruse à l'attaque... Mais cela allait-il suffire? Quand bien même : était-ce vraiment utile? Il était comme son père maintenant, il avait des pouvoirs, il pourrait leurs tenir tête. Pourtant, mise à part les vêtements, il n'avait rien de tout ça, ce qui le surprit d'avantage : était-il vraiment devenu chevalier à son tour ou était-ce juste une illusion? il fut tenté de s'en assurer mais se rappela des clones qui venait justement d'arriver, il repoussa donc son test à plus tard. Tout du moins, il croisa les doigts pour avoir l'occasion de vérifier. Les soldats était en train de vérifier toute la zone, regardant à droite et à gauche. L'un d'eux commença à s'approcher dangereusement de la cachette des enfants. Chiwowo commença à reculer mais c'était peine perdu : ils allaient être découvert, quoi qu'il arrive.

Clone 1: Alerte! Forme de vie détecté!

Chiwowo enragea intérieurement : c'était fichu. Le clone s'approcha encore, et encore, puis passa sa main dans les branchages avant de s'arrêter net.

Clone 2: Fausse alerte! Ce ne sont pas les fugitifs! Forme de vie inconnu détecté.

Clone 1: Cette espèce nous empêche d'accomplir notre mission, nous devons la mettre hors d'état de nuire!

Clone 2: Alerte! Elle s'échappe!

Clone 1: Poursuivons-la!

Les clones partirent en courant. Chiwowo eut tout juste le temps de voir une petite lueur rose fuyant les deux soldats puis un silence pesant s'installa. Après quelques minutes, les quatre enfants sortirent de leurs cachettes, un peu hébété par la situation. Chiwowo finit par partir dans la direction opposée aux clones.

Chiwowo: Il vaut mieux en profiter, continuons.

Les autres acquiescèrent presque immédiatement, silencieusement, puis ils reprirent leurs fuites, malgré le fait qu'ils avaient envie de savoir qui avait pu les sauver. Finalement, le chemin devint moins chaotique, les arbres s'espacèrent et la broussaille devint de l'herbe tendre et plate. Ils continuèrent pendant un long moment, difficile à jauger. Malgré tout, la fatigue commençait à se faire sentir.

Taroro: On peut faire une pause?

Chiwowo: Pas tout de suite, je veux être sur de les avoir semer.

Kowawa: Mais ça fait des heures qu'on devrait être au lit! Moi j'avance plus!

Tinana: Moi non plus. De toute façon, ça fait longtemps que j'entends plus rien, ils ont dû laisser tomber.

Chiwowo: Je vous rappelle que ce sont des clones : ils sont entraînés pour être silencieux et infatigable!

Taroro: Et ils sont surtout entraîné pour ne pas nous suivre dans un endroit pareil!

Taroro s'assit contre un arbre et s'enroula dans sa cape pour se réchauffer. Chiwowo soupira, exaspéré, mais ils n'avaient pas tort au final : ils avaient couru sans s'arrêter depuis un long moment déjà et ils faisaient nuit noir. Il se rendit alors compte qu'il arrivait à peine à discerner les autres. Il finit par s'asseoir avec les trois autres et s'appuya contre une souche. Il s'aperçue à ce moment qu'il était courbaturé. Il garda toutefois les yeux ouverts, en faisant en sorte que ses trois acolytes ne s'endormiraient pas. Heureusement, Kowawa et Tinana jouait à faire des colliers d'herbes tandis que Taroro semblait perdu dans ses pensées. Chiwowo se demandait comment il vivait la situation : il savait qu'il était bien plus âgé qu'eux mais on aurait plutôt dit qu'il avait le même âge que sa cousine, ce qui lui était toujours aussi étrange malgré le temps passé. Il se recroquevilla sur lui même : il était donc le plus âgé et donc responsable de tous.

Kowawa: Tu crois que c'est Maman qui nous a sauvé?

Chiwowo sursauta et se tourna vers sa soeur qui le regardait fixement d'un air indescriptible.

Chiwowo: Comment ça "Maman"?

Kowawa: Papa m'a dit que quand Maman était Osaken, sa magie était rose, comme Will dans WITCH. Et t'as bien vue comme moi la petite lumière qui a filé dans les bois, tu crois que c'était elle?

Chiwowo: ...J'en sais rien. Mais j'aimerais bien que ce soit elle.

Taroro: Si c'était elle, ça veut dire que mon grand frère va bien?!

Chiwowo: Wohlà! Attendez : on s'emporte pas! On ne sait pas ce que c'était, si ça se trouve, c'était des lucioles rien de plus! En tout cas, on devrait s'estimer chanceux d'avoir survécu à ça.

Chiwowo se tourna sur le côté pour éviter le regard des autres. Kowawa savait ce que ça signifiait : fin de la discution. Elle allait retourner à ses colliers en herbes quand Tinana lui secoua l'épaule.

Tinana: Regardez : là!

Les autres regardèrent droit devant : il y avait une légère lueur rose sur une branche, qui descendit peu à peu dans le creux d'un arbre. Tinana se leva pour voir de plus près mais Chiwowo la retint.

Chiwowo: Arrête! T'es dingue ou quoi?!

Tinana: On risque rien! Cette chose veut nous aider!

Elle réussit à échapper à Chiwowo et s'approcha d'avantage. Il se leva à son tour, talonné par sa soeur jumelle et Taroro. En s'approchant, il suivit le regard de Tinana et découvrit, dans la souche, une petite boule de poil blanche. Cela ressemblait à un petit animal assez fin avec de grandes oreilles. Il avait aussi des gros yeux roses et, plus surprenant encore, il avait une longue queue avec une perle rose à son extrémité, qui scintillait. Il se demandait comment cet animal faisait pour la soulever tandis que celui-ci s'avança lentement vers Tinana, la renifla et se frotta affectueusement contre elle.

Chiwowo: Mais qu'est-ce que c'est que ce truc?

Tinana: J'en ai entendu parlé dans un de mes livres d'histoires : c'est un Kiridan. Mais je croyais que ces animaux avait disparu...

Taroro: J'en ai vue une fois au zoo! Après Papa m'a dit qu'ils étaient tous parti sur une étoile...

Kowawa: Qu'est-ce qu'il est mignon! On peut le garder?

Chiwowo: Et puis quoi encore?! Je vous rappelle qu'on fuit des clones et que nos parents ont disparu!!

Tinana: Mais c'est peut-être le dernier de son espèce! Et puis, il a voulu nous aider! S'il te plait, je te jures que je m'en occuperais et qu'il ne nous ralentira pas!

Chiwowo: Mais vous êtes tombé sur la tête ou quoi?! C'est un animal sauvage, et c'est vraiment pas le moment de vouloir sauvegarder une espèce!

Tinana: Mais il nous sera utile : il est dit que les Kiridans portent chances et qu'ils peuvent faire pleins de choses avec leurs perles, comme guérir des blessures, regarde!

Elle prit doucement le petit Kiridan, qui gémit légèrement, et le tendit à sa cousine. Il la toisa du regard quelques secondes puis colla sa truffe sur l'une des plaies de Kowawa et ferma les yeux. Sa perle brilla puis la plaie se referma comme par magie.

Taroro: Ouah! Comment il a fait ça?!

Kowawa: J'ai même plus mal! Merci petit Kiridan!

Tinana: Alors, tu acceptes?

Chiwowo hésita quelques secondes : c'est vrai que cette boule de poils leurs seraient utiles mais c'était un animal sauvage, qui sait ce qui pourrait se passer. Cependant, le regard implorant de sa cousine eut raison de lui.

Chiwowo: ...Ok, gardes-le mais t'as pas intérêt à t'en plaindre!

Tinana: Promis!

Chiwowo eut un petit sourire mais ce moment fut de courte durée : le petit Kiridan s'agita et parti en courant, droit devant lui. Tinana le poursuivit malgré les appels exaspéré de Chiwowo qui s'empressa de les rattraper.

Taroro: Eh bah, ça aura pas duré...

Kowawa: Je comprend maintenant pourquoi Papa n'a jamais voulu qu'on ait d'animaux à la maison...

Taroro: Ah bon? Je croyais que c'était à cause du cerbère.

Kowawa: Quel cerbère?

Taroro: ...Tu demanderas à mon frère, c'est lui qui m'a raconté.

Kowawa: Ok.

Chiwowo: Hé! venez voir!

Taroro et Kowawa se précipitèrent puis s'arrêtèrent, figer par la stupeur : une grande clairière s'ouvrait à eux. En son centre se trouvait un grand portail. Le petit Kiridan était devant et n'arrêtait pas de se retourner, tout excité.

Tinana: Ça alors! Il a trouvé un portail!

Chiwowo: ...D'accords, je retire ce que j'ai dis.

Kowawa: Mais t'as rien dit.

Chiwowo: Non mais je l'ai pensé.

Kowawa: ...Si tu le dis.

Taroro: Vous croyez qu'il faut qu'on rentre dedans?

Chiwowo: ...Ça ressemble à la magie qu'utilise les chevaliers et l'armée n'a pas les moyens de reproduire ça.

Tinana: Alors on y va?

Chiwowo hocha la tête puis s'avança le premier. Sa soeur lui prit la main tandis que Tinana saisit le petit Kiridan, qui s'agrippa dans le col de sa cape, puis passa le portail à son tour avec Taroro. Quand il arriva à son tour, le jeune titarien reconnu tout de suite les lieux : Arxidus, le QG des chevaliers Senchô. Il avait beau y être allé il y a longtemps, il se souvenait parfaitement des lieux. Son admiration fut de courte durée : un groupe de personne arriva en courant vers eux. Il s'agissait de En’you, Kin’iro, Donaré, Elysione et Fukuaijin. Kowawa se jeta dans les bras d'Elysione qui l’accueillit chaleureusement, mais on voyait que quelque chose la préoccupait.

Elysione: Je suis si heureuse que vous soyez en un seul morceau, j'ai eu tellement peur...

Kowawa: Y avait un méchant monsieur et des clones qui voulait nous attraper et tout, mais on a couru très très loin!

En'you: Vous êtes ici en sécurité désormais, c'est tout ce qui compte.

Kin'iro: Est-ce que c'est une Kiridan que je vois là?

Tinana: Oui, je l'ai trouvé dans la forêt! ...Attends, tu as dis une?

Kin'iro: Eh bien oui, si elle a les yeux et la perle rose, c'est une femelle!

Tinana: ...Bah mince alors...

Taroro: Est-ce que mon frère est là?

Personne ne répondit. En même temps, ici, le silence était lui même une réponse. Chiwowo serra le poing et se tourna vers Fukuaijin, qui était resté en retrait depuis le début.

Chiwowo: Qu'est-ce qui s'est passé?! Où sont nos parents?!

Elysione: Chiwowo, s'il te plai-...

Fukuaijin: Inutile Amalight, ils sont en droit de savoir...

Tinana: C'est si grave que ça?

Fukuaijin prit du temps avant de reprendre : elle regarda chaque enfants, un par un, et était accablé par la culpabilité au fur et à mesure. Elle finit par répondre.

Fukuaijin: La nuée de rongeur nous attaquait sans relâche. C'était littéralement des vagues qui essayait de nous submerger, si bien que j'avais presque la sensation d'étouffer... On a cependant cru être sauvé quand Aqua et Lux sont arrivé par téléportation. J'avais aussi retrouvé suffisamment d'énergie pour téléporter une autre personne. Je comptais l'utiliser pour Osaken mais les rongeurs sont devenu de plus en plus agressifs. Ce que j'ai vue alors était effroyable : la plupart des chevaliers ont disparu, submergé par les rats. Osaken m'a alors supplié de partir pour vous protéger. J'ai voulu refuser, évidemment, mais elle a utilisé ses pouvoirs pour m'y forcer. Et je me suis retrouvé ici... Croyez-moi, j'ai essayé d'y retourner mais elle a réussit à m'y empêcher avec sa volonté! Quand j'ai enfin réussi à revenir, ils avaient tous disparu...

Kin'iro: Osaken est vraiment aussi puissante qu'on le dit...

Tinana: Alors mon Papa et ma Maman sont...

En'you: Ils sont toujours en vies, rassurez-vous : dans la pièce d'à côté se trouvent les orbes représentant les pouvoirs des chevaliers Senchô et aucunes ne s'est éteintes. On ne sait peut-être pas où ils sont mais, tant qu'elles scintillent, cela veut dire qu'ils vont bien.

Donaré: En parlant des orbes, je crois qu'il faudrait qu'on leur montre...

Fukuaijin approuva. Ils invitèrent les enfants à les suivre jusqu'à la salle aux orbes. Les enfants la regardèrent, émerveillés. Même la Kiridan semblait stupéfaite. Fukuaijin se plaça de l'autre côté pour faire face aux autres.

Fukuaijin: Chaque orbes sur la table représentent les pouvoirs des chevaliers. Pour les reconnaîtrent, il suffit de voir sa couleur et l'élément qu'elle dégage. Par exemple, l'orbe de Fulmen est la jaune avec les éclairs, celle de Lux est la blanche avec des étincelles. Sauf que, comme vous le savez sans doute, il y a de nouveaux chevaliers : Floris, qui s'est réincarné en Karara, Micat, qui est Kirara. Et ensuite...

Elle s'arrêta et pointa quatre autres orbes : une rose pâle, une mauve, une magenta et une bleu pastel.

Tinana: ...C'est les notre?

Fukuaijin: Oui, il semblerait que d'une manière ou d'une autre, vous soyez devenu chevalier, ces orbes en sont la preuve. Il y a cependant un hic : dans la légende, il devait y avoir douze chevaliers pour six éléments. Or, les orbes ici présentent dégagent des énergies qui me sont inconnues. Il y a donc deux hypothèses : soit vous avez acquis l'un des six éléments, soit vous en avez engendrez deux nouveaux. Et j'espère de tout coeur que ce n'est pas la deuxième...

Chiwowo: Attendez, qu'est-ce que vous voulez dire?!

Fukuaijin: ...Durant toutes ces années, la même histoire s'est répété, encore et encore, treize fois. Mais c'est la première fois qu'elle continue aussi loin. En d'autres termes, une nouvelle histoire s'écrit. Une histoire que je ne peux contrôler comme autrefois.

En'you: Alors cette fois, on a plus de chemin tout tracé?

Fukuaijin: Votre destiné est incertaine. Je n'aurais jamais cru que cela soit négatif un jour mais, vous êtes libres : votre avenir vous appartient, c'est désormais le hasard qui décidera si vous faîtes le bon ou le mauvais choix... Et je ne pourrais rien faire, même l'Oracle et Lowana ont disparu...

La voix de Fukuaijin se mit à trembler tandis que Kin'iro prit le bras de son frère : allait-il s'en sortir? Et surtout, retrouverait-il un jour les autres chevaliers?

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Et pendant ce temps là, sur Kakumei, dans la chambre d'Arca :

Il était environ 2h00 du matin. Arca, qui faisait une nuit blanche, se décida à jouer de la guitare électrique... Tout du moins, à gratter de manière aléatoire sur les cordes dans un tintamarre inaudible. Soudain Muk entra : elle avait l'air à moitié endormi.

Muk: Avec Chisa, on arrive pas à se mettre d'accord. Moi je prétends que le machin là, t'aurais pas pu trouver mieux pour nous emmerder, elle elle pense que justement, quand il s'agit de nous emmerder, tu fais preuve d'une imagination débordante. Qu'est-ce que t'en penses?

Arca: ...C'est à dire, je comprends pas ?

Muk: Tu grattes à deux heures du matin tellement bien que Jimi Hendrix doit se retourner dans sa tombe. T'as atteint ton max, où tu as encore de la marge?

Arca: Je pourrais chanter par dessus.

Muk: ...Ok.

Cinq minutes plus tard :

Arca chantonnait en jouant de la guitare.

Arca: Un jour je seraaaai le meilleur dresseur... Je meeeeuh battrai sans répit... Je ferai tooouuuut pour être vainqueur... ♪

Soudain, quelqu'un frappa à la porte. Arca invita la personne à entrer : c'était Guimauve, Putafa et Muk.

Guimauve: Bonjour Arca!

Arca: Bonsoir plutôt?

Guimauve: ...Ouais si tu veux. Alors, comment dire...

Putafa: On sait que... Tu t'éclates avec ta guitare mais...

Muk: On a besoin de dormir à cause de la journée de merde qu'on a passé et tu fais chier tout le monde là!

Arca: ...Ah ouais? T'as encore cramé quelque chose Putafa?

Putafa: Mais non!!

Guimauve: Allons! Allons! Calmez vous! En faite, nous étions sur Titar pour faire du shopping et, tandis que nous étions à l'aéroport, il y a un coup d'état. Ce qui fait qu'on a un peu galéré de sa mère pour rentrer sur Kakumei et on s'est couché qu'il y a, grosso modo, 1 heure. Evidemment, on aime la musique, il y a pas de problèmes avec ça, c'est juste qu'on a envie de dormir là...

Arca: Ah! D'accords, non je pensais que vous vouliez qu'on chantonne des chansons vite fait, pour le fun.

Putafa: Non, pas du tout, on... Qu'on chantonne?

Muk: ...Et putain...

Deux minutes plus tard :

Muk était allongée dans le lit, la tête ensevelie sous une tonne d’oreiller, tandis que les trois loustiques chantaient.

Guimauve et Putafa: Leeeeeeees sirènes du poooooort d'Aleeeeeeeexandriiiiiiie! ♪

Arca: Nan! Nan mais en faite, c'est pourri!

Putafa: De quoi "c'est pourri"?

Arca: On chante du disco avec une guitare rock, ça va pas!

Guimauve: Bah t'as une idée de chanson?

Muk: God Killed The Queen... Louis XIV...

Arca: T'es réveillé toi?

Muk: La ferme...

3 secondes plus tard :

Guimauve, Putafa et Arca: If you want to take my body tonight!!!! Then you got to be somebody tonight!!! Use me just to make your body feel right!!! If you want to take MY BODY TOO-NIGHT!!! Well God killed the queen : MY BODY TOO-NIGHT!!! Well God killed the queen : MY BODY TOO-NIGHT!!! ♪

Tout à coup, Gilu et Chisa déboulèrent dans la chambre, armées d'une lampe de chevet et d'un lance roquette.

Gilu: MAIS C'EST QUOI CE CIRQUE??!!!

Chisa: Ça va pas bien dans vos têtes, vous avez pas vue l'heure qu'il est?!

Putafa: Excusez nous les filles, on s'est laissé prendre par...

Gilu: MAIS ON S'EN FOUT PUTAIN, ÇA FAIT 3/4 D'HEURES QU'ON ESSAYE DE LOCALISER LE BOUCAN, VOUS CROYEZ QU'ON A QU'ÇA À FOUTRE??!!!

Guimauve: Le boucan? Sympas...

Chisa: Le boucan oui!! Parce que je sais pas si vous vous en rendez compte mais on vous entend à l'autre bout de l'immeuble!!!

Muk: Elle est même pas accordée votre guitare en plus...

Arca: Bah! T'es marrante toi, je sais pas comment on accorde une guitare moi!

Gilu: Mais... Mais... Mais vous êtes cons à ce point là : vous voyez pas que ça ressemble à rien??!!

Guimauve: ...C'est vrai que les accords étaient bizarres...

Arca: Et tu pouvais pas le dire avant?!

Gilu laissa tomber sa tête sur sa main tandis que Chisa leva les yeux au ciel.

Encore deux minutes plus tard :

Gilu s'était emparé de la guitare et était en train de l'accorder. Tout le monde était assis autour d'elle, même Muk s'était réveillée. Finalement, le son semblait enfin ressembler à quelque chose.

Gilu: Voilà, vous avez plusieurs solutions pour accorder une guitare mais le plus simple encore, c'est de réussir à obtenir une gamme juste à chaque frètes, sinon c'est un coup à devenir marteau...

Gilu joua rapidement un petit air pour vérifier que ses réglages était juste quand Vel entra à son tour dans la chambre avec sa tête de psychopathe habituel.

Vel: Oui, alors, en parlant de devenir marteau, vous savez que chez moi ça peut aller assez loin? Parce que, voilà, on se pose, on analyse la situation : le barouf, ça fait des heures que ça dure et, en plus, vous vous y mettez à plusieurs! Eh bien moi, la guitare de merde, une fois que je l'ai fracassé par terre, je peux la cramer avec les meubles! Et même les gens qui sont dans la pièce, ça me fait pas peur!

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Au même moment, dans la base de la confrérie de l'aube, Elcidias regardait sur un écran, avec Cloera, plusieurs images de vidéos surveillances de Titar. Il sourit face aux spectacles qui s'offrait à lui.

Elcidias: Parfait. Absolument parfait. Mon plan se déroule encore mieux que je ne l'avais imaginé...

Cloera: Si on oublie les quatre enfants...

Elcidias: Ces quatre petits titariens? Comme s'il représentait une réelle menace pour nous...

Cloera s'apprêta à répondre quand une porte derrière eux s'ouvrit : un titarien avec un masque de crâne et totalement encapuchonné dans une cape noire épaulait Théodore, qui semblait tout aussi amoché que tout à l'heure. (...Bah oui, c'était lui, vous ne l'avez pas reconnu?)

Cloera: Oh mon dieu! Qu'est-ce qu'il t'es arrivé?

Elcidias: J'espère pour toi que tu as une bonne raison de revenir dans un tel état.

Théodore mit du temps à répondre, sa douleur lui donnait le tournis et l'étouffait.

Théodore: ...Les enfants... Ils sont... Ils... sont...

Elcidias: ...Eh bien? Qu'attends-tu? Parles!

Cloera: Elcidias, voyons!!

Théodore: Il y a eu... Cette lumière... Et d'un coup... Ils sont devenus... Chevaliers...

Elcidias reçue cette nouvelle comme un choc électrique. Il serra sa canne pour s'empêcher de trembler tandis que Cloera s'avança vers Théodore.

Cloera: Mais... C'est impossible?!

Théodore: Je vous jure... que c'est vrai... Je me tenais trop près d'eux et ils... Je... argh...

Cloera: Ne dis rien Théodore, économise tes forces.

Un, deux, trois, Théodore est à plat...

Théodore: ...Oh non, pas lui...

Quatre, Cinq, Six, il a des cicatrices...

Théodore: Cesse ta chanson idiote et montre toi... Si tu l'oses!!

Théodore regarda à droite et à gauche, stressé. Il détestait ce type, chaque fois qu'il arrivait, il savait qu'il le ferait tourner en bourrique. Il remarqua alors qu'une ombre passait vivement et rapidement autour d'eux, et la voix qu'ils entendaient semblait provenir de plusieurs endroits et en même temps nulle.

Pourquoi montrez quelque chose qui n'est ni plus ni moins qu'une illusion? Une illusion n'est qu'une chose que l'on voit sans voir. Si ça se trouve, tu me vois sans me voir et tu vois les choses telles qu'elles ne sont pas alors qu'elles sont toute autres choses.

Théodore: Une illusion?... Tss! Tu parles, tu es juste... Caché dans l'ombre...

L'ombre est au contraire la pire des cachettes. Elle ne cache rien et n'aveugle pas, contrairement à la lumière. C'est pour cela que je trouve l'esprit des illuminés fascinants : leurs bêtises est tellement visible... Quand je pense que l'on me compare à eux alors que mon esprit n'a rien à cacher. Quand au tiens Théodore, je dois avouer que cet espèce de clair-obscur me fascine...

Théodore: Elcidias, je t'en supplie...

Cloera: Je crois que ce n'est vraiment pas le moment...

En effet, Elcidias était tête baissé et respirait nerveusement. Même l'inconnu marqua une pause avant de reprendre.

Effectivement, le moment est mal choisis. Je vous laisse mes amis, et puisse le temps vous être favorable...

Théodore: C'est ça oui... Tu... Tu... aaah...

Il tomba dans les pommes. Le titarien masqué le retenait toujours. De son côté, Elcidias était toujours tête baissé, comme si il avait ignoré la discussion précédente. Une énergie noire l'entoura progressivement.

Elcidias: Va soigner Théodore. Assure-toi qu'il soit sur pied dans les plus brefs délais.

Le titarien hocha la tête et l'emmena. Cloera resta donc seul avec Elcidias qui commença à avancer rapidement vers un long couloir. Après une dizaine de seconde, elle finit par reprendre la parole.

Cloera: J'en conclue que ton plan ne se déroule plus au mieux?

Elcidias continua d'avancer sans répondre.

Cloera: Allez quoi, ce ne sont que des enfants, ils n'ont pas la maturité nécessaire pour contrôler ce genre de choses!

Elcidias: TU NE COMPRENDS DONC PAS??!!

Elcidias se tourna d'un coup vers Cloera qui recula légèrement. Son oeil tremblait de rage.

Elcidias: J'ai moi même décidé comment marcheraient les pouvoirs des chevaliers et ils devaient être douze maximum!! Ce qui veux dire que... Que...

Cloera: Calme toi voyons! Qu'est-ce que ça veut dire?

Elcidias: ...Que j'ai perdu le contrôle de la légende... Que des nouveaux pouvoirs ont été crée sans mon consentement...

Cloera: Et tu n'as pas d'explications, je présume?

Elcidias: ...Non. Mais j'en trouverais.

- Monsieur?

Cloera se pencha pour voir qui venait d'interpeller Elcidias : c'était encore un titarien vêtue d'une combinaison, d'une cape et d'un casque noirs. Elcidias se retourna à son tour.

Elcidias: Ah! Maître des ouvrages! J'espère pour vous que vous avez une bonne nouvelle pour moi?

Maître des ouvrages: En effet, je reviens du laboratoire et Le Supérieur vient de me faire un rapport.

Le visage d'Elcidias se détendit. Il afficha un sourire mesquin. Cloera se sentit, quand à elle, un peu rassuré : elle savait que le fameux "Supérieur" était quelqu'un de confiance et que tout marchait avec lui.

Elcidias: Vous avez toute mon attention...

Maître des ouvrages: Les expériences se sont à peu près toutes bien déroulés. il y a juste eut deux petits rejets mais qui seront comblés très facilement. Quand à nos deux sources d'énergies, elles sont presque épuisés mais d'après Le Supérieur, nous aurons, grâce à ce coup d'état, largement de quoi compenser...

Elcidias: Finalement, le problème des nouveaux chevaliers va vite être réglé. Maître : dites au Supérieur que nous changeons légèrement nos plans. Finalement, nos petits "essais" vont avoir un peu plus d'utilité que prévue...

Le Maître fit une révérence et s'en alla. Elcidias s'avança vers un mur adjacent et tendit son sceptre vers celui-ci : il devint un écran géant qui montrait les précédentes vidéos de caméras.

Cloera: Alors? Qu'est-ce qu'on fait maintenant?

Elcidias: Tout est déjà en place, nous allons juste nous contenter d'attendre que Théodore se remette. Dis à ton fils de se préparer : demain, nous allons opérer de grands changements...

Elcidias regarda l'écran avec tant d'attention qu'on aurait pu presque croire que les images se reflétaient dans son monocle. Cloera se décida à partir, mieux valait le laisser seul. Juste avant de quitter les lieux, elle réussit à voir, sur une partie de l'écran, l'image de l'Oracle et de Lowana enfermées dans des tubes transparents.


A SUIVRE...

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Clin d’œil à :
Witch
Kaamelott
...Bon vue qu'il y a pas beaucoup de références pop culture, je propose qu'on se refasse la scène où les petiots fuient avec la musique The Prayer, ça devrait suffire! Smile

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3014
Age : 26
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Lun 23 Fév - 13:03

Je savais bien que ce mini sketch me rappelait un truc pendant que je lisais haha!

Est-ce qu'on aura des images d'Elcidias and coe?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Dim 15 Mar - 18:56

Owii! Une fan de Kaamelott!!
Pour les dessins c'est prévue, c'est juste que là, je suis pas en forme...

(merci d'aller voir sur Facebook, j'ai la flemme de tout expliquer ici)


édit : Chat Pitre!!!
l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Chapitre 3 : Les derniers chevaliers.

Le ciel commençait à s'éclaircir sur Arxidus, signe que l'aurore arrivait. Cependant, Chiwowo était réveillé. Tout du moins, il n'avait pas dormi de la nuit malgré la fatigante course poursuite qu'il avait enduré. Il était désormais là, allongé dans un grand lit, dans une pièce qui était sois disant sa chambre, à essayer de comprendre ce qui venait de lui arriver. Concrètement, il était devenu chevalier. Mais de quoi? De qui? Comment? Pourquoi? Aucunes réponses. Il n'avait rien d'un chevalier, juste l'accoutrement : pas de pouvoirs, pas d'armes, rien. Fukuaijin devait se tromper à son sujet. Pourtant, il avait bien ressenti quelque chose quand le mystérieux monsieur l'avait attaqué...

- Tu dors pas?

Chiwowo sursauta et se tourna vers la porte : sa soeur était là, une peluche dans les bras. Elle semblait à moitié endormit.

Chiwowo: Comment t'as fais pour récupérer ton doudou?

Kowawa: C'est En'you qui est partie me le chercher.

Chiwowo hocha la tête : En'you et sa soeur avait toujours était très gentil avec eux, même s'ils n'avaient pas vraiment eu l'occasion de faire plus ample connaissance. Il se demandait d'ailleurs comment il avait réagit lorsqu'il était redevenu un dieu. En attendant, Kowawa fit quelques pas en avant, intimidé.

Kowawa: J'arrive pas à dormir, je peux venir avec toi s'il te plait?

Chiwowo: T'as pas l'impression d'être un peu vieille pour ça?

Kowawa: Mais ma chambre est trop grande! Et puis... Et puis j'ai froid!

Chiwowo: Ah non! Si c'est pour avoir un glaçon à côté de moi, c'est non!

Kowawa: Mais... Chouchou...

Chiwowo: Kowawa, faut vraiment que tu grandisses un peu! Je serais pas toujours là pour te rassurer ou... Pour dormir à côté de toi! Alors tu prend tes tripes et tu vas te coucher toute seule! Et arrête de m'appeler Chouchou!!

Kowawa: ...S'te plait...

Kowawa commença à pleurer. Chiwowo enragea intérieurement puis retira sa couverture. Kowawa le rejoignit en quatrième vitesse.

Chiwowo: Je te préviens : tu restes à plus de trois centimètres, sinon...

Kowawa: Oui, oui, promis!

Elle se blottit contre son oreiller et s'endormit presque aussitôt. Chiwowo, quand à lui, resta assis et regarda par la fenêtre : il se demandait où était son père à l'heure qu'il est. Il avait cru comprendre que les chevaliers pouvaient ressentir la présence de leurs semblables, même à plusieurs kilomètres, mais il n'avait rien, pas même une étincelle. Finalement, la présence de sa soeur lui rendit le sommeil. Il s'allongea et ferma les yeux. Quelques heures plus tard, ils se réveillèrent et se levèrent tout les deux. Chiwowo regarda rapidement le soleil puis se résigna : son oncle lui avait appris à savoir l'heure qu'il était par rapport à la position du soleil mais, vue qu'ils semblaient être dans un système solaire différent, sa technique ne devait pas fonctionner. Ils allèrent dans une sorte de salle à manger où Kin'iro préparait des pancakes avec Taroro et Tinana.

Kin'iro: Ah! Vous voilà enfin! Je viens de finir les pancakes vous en voulez?

Kowawa: Oh oui!!! Des pancakes!!!

Chiwowo: Ne cache surtout pas ta joie...

Taroro: En plus, ils sont trop bons!

Kowawa tira le bras de son frère, qui se laissa faire avec, toutefois, un certain désespoir, puis s'assit et se força à manger un peu, malgré son manque d'appétit. Soudain, une alarme retentit depuis le gant solaire (ça faisait longtemps tiens) de Kin'iro.

Tinana: Qu'est-ce qui se passe?

Kin'iro: Je ne sais pas, quelqu'un essaie de nous contacter. Je pensais d'ailleurs que mon gant ne marchait plus...

Elle appuya dessus puis un hologramme en forme d'écran apparu au dessus d'elle. Il affichait une image qui grisaillait beaucoup mais qui s'éclaircit au fur et à mesure. On entendait aussi une voix.

- Ici le professeur Narara, est-ce que quelqu'un m'entend?

Tinana: Mamie?!

L'image devint enfin claire : on pouvait voir Narara, Turoro, Kerara et Dasasa les uns contre les autres, dans un endroit très sombre.

Narara: Oh mon dieu! Les enfants : vous êtes sains et saufs!!

Kowawa: Mamie! Chui trop contente de te voir!

Taroro: Papa, t'as rien?!

Turoro: Ça va mon fils, je n'ai rien!

Chiwowo: Fukuaijin nous a dit que vous étiez tous introuvable!

Narara: Nous étions, en réalité, dans le musée. J'avais crée une cellule qui nous permettait d'échapper à toute forme de magie en nous téléportant sur Saiwoozu, au cas où il y aurait des problèmes. Mais je n'avais pas prévue que ça bloque une déesse...

Dasasa: Mais, si vous vous trouvez sur Arxidus, où sont les autres?

Kin'iro: Vos familles se trouvent toutes en sécurité sur Kakumei mais les Généraux Teroro, Goruru et Danini se sont fait capturer au sénat et les chevaliers... Ils...

Dasasa: ...Oh mon dieu...

Kerara: ...Oh non, qu'est-ce qui est arrivé à Keroro et aux autres?

Kin'iro: On... On ne sait pas justement, ils ont tous disparus... Mais d'après ce qu'on a pu voir avec leurs orbes, ils sont tous en vies, quelques parts...

Narara: Et vous n'avez pas réussi à les tracer?

Kin'iro: Fukuaijin y travaille actuellement mais elle nous a dit que quelque chose, une énergie sois disant, semblait la bloquer.

Narara: ...C'est étrange...

Dasasa: Tu as une idée de ce qui peut se passer?

Narara: Non, c'est la première fois que je vois ça. Et ça m'inquiète : si ça se trouve, la personne responsable de tout ça serait donc bien plus puissante que tout ce qu'on a connue...

Turoro: Quoi qu'il en soit, ces personnes se sont alliés aux services secrets de Zariri. Et qui sait ce qu'ils pourraient arriver s'ils nous attrapent...

Narara: ...Vous avez raison! Kin'iro, dit aux autres de retrouver en priorités les chevaliers. On pourra se débrouiller pendant ce temps là.

Kowawa: Tu te feras pas capturer Mamie?

Narara: Ne vous inquiétez pas mes petits loups, il en faut plus pour que Mamie se fasse choper!

Kerara: Faites bien attention à vous et obéissez aux dieux.

Chiwowo: On sera prudent, c'est promis.

Narara lança un dernier sourire à ces petits enfants puis l'écran s'éteignit. Taroro soupira de soulagement : au moins, son père était en vie, c'était le principal. Au même moment, au Sénat, un grand silence régnait, ce qui était rare. Plusieurs clones gardait tout les accès principaux et tout les couloirs possibles, ce qui rendait toute infiltration extrêmement difficile. Le plus sécurisé était la cave. À l'intérieur, plusieurs cagibis, locaux et bureaux  avait été réaffecté en cellules. Dans l'une d'elles se trouvaient Teroro, Goruru et Danini. Le père de Keroro dormait encore, appuyé contre une étagère, tandis que les autres attendaient, l'un plus nerveusement que l'autre. Il finit par se réveiller et mit sa main sur sa nuque.

Teroro: Ah! Mazette, j'ai jamais eu un torticolis aussi fort...

Goruru: Tu l'aurais pas eu si tu n'avais pas fait la grasse mâtiné!!

Teroro: La grasse quoi?... Attendez, où est-ce que nous sommes?

Danini: Tu as oublié?

Teroro: …On a encore trop bu, c’est ça?

Goruru: MAIS C'EST PAS POSSIBLE D'ÊTRE AUSSI-...

Danini: Goruru! Ce n'est pas le moment!

Teroro: ...Oh mon dieu, le coup d'état...

Goruru: Eh bien, il t'en aura fallu du temps!

Teroro: Je veux un topo, immédiatement !

Goruru: On est prisonnier et tu as un torticolis !

Teroro: …Excellent, tu as plus à me donner ?

Goruru: J'en aurais plus si tu t’étais réveillé plutôt !!

Teroro: Mais je t'emmerde mon vieux !!

Goruru: Mais moi aussi je t'emmerde, vieux débris !!

Danini: ...Chut! Quelqu'un vient!

Teroro et Goruru, par réflexe, se levèrent et se cachèrent sur le côté. La porte s'ouvrit et trois soldats, qui n'étaient pas des clones, entrèrent et encadrèrent les trois vétérans.

Soldat: Le commandant suprême Zariri souhaite s'entretenir avec vous. Veuillez nous suivre immédiatement.

Teroro: Et si on refuse?

Soldat: Nous avons reçu l’autorisation d'employer la force.

Teroro se tourna vers ses camarades puis abdiqua. Mieux valait ne pas se risquer à mourir vue les conditions actuelles.

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Et pendant ce temps là, sur Kakumei, dans la cuisine :

Mukurochan en train de dessiner. Tout du moins, l'inspiration ne lui vint pas. Putafa entra alors pour aller se chercher à manger et s'arrêta derrière elle. Elle regarda avec attention l'une de ses feuilles roulées en boule, prête à être jeter.

Mukurochan: Quoi?

Putafa: C'est rigolo la façon dont est roulé le papier, on dirait un astéroïde.

Mukurochan resta silencieuse tandis que Putafa partie, sans ajouter un mot. Elle regarda plus intensément la feuille et remarqua alors qu'elle avait effectivement l'aspect d'une météorite. Son regard tomba sur des figurines de Keroro ainsi que son unité et celle de Garuru, posé sur une étagère. Quelques minutes plus tard, elle s'amusa à les faire bouger.

Mukurochan: Sergent! Nous avons un problème!!

Mukurochan: Que se passe-t-il?!

Mukurochan: Gyokuyami et ses sbires se trouvent sur la planète PC pour prendre la gemme clé USB, nous devons y aller de toutes urgences!!

Mukurochan: Vite! Montons dans le vaisseau pochette de 3Ds!

*Vioum!*Zoooooom!!*

Mukurochan: Attention, un astéroïde!!

*Looping pour esquiver!*

Mukurochan: Nous avons réussi!

*Re-Zooooooom!!*Atterrissage!!*

Mukurochan: Nous y voilà!

Mukurochan: Vite, allons trouver la gemme avant eux!

Mukurochan: Attention! Garuru et Giroro nous attaque!

*DunDunDuuuun!*Apparition inexpliquééééé~*

Mukurochan: Ha! Ha! La brigade solaire : votre heure à sonner!

Mukurochan: Viles félons! Où avait vous cachez la gemme USB?!

Mukurochan: Dans ton cul!

Mukurochan: Tu paieras pour cet affront!! Bouyaaaa!!

Mukurochan: Flash mortel!!

Mukurochan: Boule de feu!!

Mukurochan: *Pan! Pan!*

Mukurochan: Aaaaaaaah~ *SBARF!!*

Mukurochan: Oh mon dieu! Ils ont balancé littéralement Taruru contre un mur!!

Mukurochan: Espèce d'enfoiré, tu vas payer!!

Mukurochan: Prenez ça dans vos gueule!! *ZIOUM!!!*

Mukurochan: Et ça aussi!! *bzzzzzz!!!*

Mukurochan: Aaaah! On est en train de se faire laminer la gueule!!

Mukurochan: Barrons-nous, vite!!

*Apparition inexpliqué de la geeeeeeeemme*

Mukurochan: La gemme enfin!!

Mukurochan: Wah! Elle est plus grosse que je le pensais!

Mukurochan: Ramenons-là au plus vite!

5 minutes plus tard :

Mukurochan: Au secours! Au secours! Je me fais kidnapper par Tchegane!!

Mukurochan: Ne t'inquiète, j'arrive avec Dororo!

*Tadadam!!*

Mukurochan: Relâche-la espèce de Black M!!

Mukurochan: Jamais de la vie!! *Vlan! Vlan!*

Mukurochan: *Esquive de la mort qui tue et* KATANA DANS TA GUEULE!!

Mukurochan: Argh! Je suis mourrut!!

Mukurochan: Ouais! Vous m'avez sauvé la vie! Mais comme je suis fidèle, je reste avec Garuru!

Mukurochan: ...Salope.

Encore 5 minutes plus tard :

Mukurochan: Alerte! Le dinosaure du futur nous attaque!!

Mukurochan: Roar!!!

Mukurochan: Nous n'avons plus le choix, parez les lasers du vaisseaux! Tirez! *Vioum! Vioum! Vioum!*

Mukurochan: *BOOM!!* Roar! Roar!

Mukurochan: Victoire! Nous lui avons pété sa face d'omelette!!

Chisa: Je peux savoir ce que tu fous?

Mukurochan se retourna lentement : Chisa était derrière elle, les yeux exorbités.

Mukurochan: ...Euh... Rien, je... Rangeais!

Chisa: ...Ok.

Chisa repartie tandis que Mukurochan retourna à ses figurines : elle se rendit compte du merdier qu'elle venait de mettre.

Mukurochan: Allons mes fidèles chevaliers, votre nouvelle mission sera de ranger cette pièce afin de vaincre la terrible impératrice Chisardonique!!

Mukurochan: Oui, nous le ferons Osaken, à l'attaque!!

Et c'est de cette manière que Mukuro écrit sa fanfiction.

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Ainsi, les trois généraux suivirent les soldats sans discuter. Ce qui marqua Teroro, c'était les fameux soldats qui les escortaient : ce n'était pas des clones et ils semblaient agir de leurs pleins grès, c'était donc des traîtres? Il n'eut pas le temps de poser la question : ils arrivèrent dans le bureau du président du Sénat qui fut reconverti en bureau de Zariri. Celui-ci, en voyant les trois soldats entrer, se leva et fit signe aux gardes de surveiller l'entrée.

Zariri: Bonjour messieurs, j'espère que votre nuit n'a pas était trop désagréable?

Teroro: Épargnez-nous vos fausses politesses, vieille baderne.

Zariri: Oh! Alors c'est ainsi que vous parlez au nouveau président de l'empire Titarien?

Teroro: Président? Tss! Ne prenez pas vos délires pour des réalités : vous n'êtes rien! Si vous croyez avoir réussi votre invasion juste en prenant le contrôle de la capitale, alors vous vous trompez lourdement...

Zariri: Vous pensiez vraiment que je me serais limité à la capitale? C'est mal me connaître. À l'heure où je vous parle, mon armée a prit le contrôle de la planète toute entière et tout les politiciens sont tombés à genoux devant moi. je suis donc le seul et unique dirigeant.

Goruru: Sauf que les choses ont changé depuis votre arrestation : Titar est désormais affilié à plusieurs planètes, les autres gouvernements ne vous laisseront jamais faire, vous aurez au moins 20 escadrons de soldats contre vous!

Zariri: Si vous croyez qu'ils me font peur, vous vous trompez. Je n'ai pas perdu dix ans en prison à ne rien faire si vous voulez tout savoir, tout était calculé : l'invasion de Titar n'était qu'un début...

Teroro: L'ambition vous perdra...

Zariri: Vous pourrez toujours essayer de vous défendre avec des mots, je pourrais toujours me défendre avec des actes. Montrez-nous la cellule A!

Les soldats hochèrent la tête puis se dirigèrent vers un écran qu'ils allumèrent : l'image d'un titarien blessé et attaché à une chaise, les yeux bandés, apparu.

Danini: Mais c'est le président Jorere?!

Goruru: Vous l'avez torturé?!

Zariri: Je n'ai fais que reprendre ce qui m'appartenait. Mais mon cher ancien premier ministre a été... Comment dire... Peu coopératif.

Teroro: N'espérez pas vous en sortir ainsi : le peuple titarien se rebellera contre vous! Il l'a toujours fait!

Zariri: Votre naïveté est très touchante mon cher, mais vous ne semblez pas vous rendre compte de ce qui est sur le point de se passer. Je contrôle toute la population, toute. Mais rassurez-vous, j'ai réservé un petit traitement de faveur à vos chers enfants...

L'ambiance se brisa alors, les trois soldats était abasourdi : qu'était-il arrivé à leurs enfants? Goruru, excédé, tenta de se jeter sur Zariri, en vain : les sbires le retinrent.

Goruru: Que leurs avez-vous fait?! Sale monstre!!!

Zariri: Tiens, tiens, tiens, aurais-je touché un point sensible?

Danini: Ne jouez pas à ce petit jeu Zariri! Répondez nous!!

Zariri: Vous dire où ils se trouvent ne vous serez que peu utile, vue votre situation actuelle. En revanche, je peux faire en sorte qu'ils ne leur arrivent rien de grave, si vous coopérez...

Le souffle de Goruru se mit à trembler : savoir ces enfants et petits enfants en danger le rendait dingue. S'ils leurs arrivaient quelque chose, il ne se le pardonnerait jamais. Teroro le remarqua et le comprenait : il s'inquiétait pour Keroro. Il finit par abdiquer.

Teroro: C'est d'accords, nous allons coopérer...

Zariri eut un sourire satisfait. Il s'installa sur son ancien bureau tout en les regardant fixement.

Zariri: Bien, alors je vais faire simple, vous n'aurez qu'une chose à faire : allez dans le siège des studios de télévision et annoncer à toute la planète et les galaxies alentours que je suis de nouveau le président de Titar et que plusieurs choses vont changer...

Teroro: Quand vous parliez de coopération, je n'avais pas compris "humiliation".

Zariri: Je doute que vous ayez la puissance nécessaire pour me contredire. Emmenez-les!

Les sbires emmenèrent Teroro, Goruru et Danini à l'extérieur où une voiture les attendaient. Teroro était fébrile à l'idée d'avoir à s'exprimer devant autant de personnes pour annoncer quelques choses d'aussi atroce. Il ne pouvait être que désolé, notamment pour Goruru dont le teint livide et les yeux vitreux en disait long sur ce qu'il ressentait. De son côté, Zariri appuya sur un bouton sur son bureau (parce que je crois qu'on est tous d'accords pour dire que tout boss qui se respect doit avoir des boutons sur son bureau) puis une image d'Elcidias s'afficha à l'écran.

Elcidias: Alors Zariri, comment se passe ton invasion?

Zariri: Mes principaux fauteurs de trouble ont était neutralisé et, d'ici une dizaine de minutes, heures titariennes, l'univers tout entier apprendra que Titar est sous mon commandement absolu.

Elcidias: Excellent! Tu n'as donc aucune objection à passer à la vitesse supérieur?

Zariri: J'allais presque vous le demandez...

Elcidias et Zariri échangèrent un sourire entendu. Le cauchemar ne faisait que commencer. Au même moment, les enfants, Donaré, Elysione, En'you et Kin'iro étaient de retour sur Titar, dans la zone d'entraînement où les chevaliers avaient été vue pour la dernière fois. Ce lieu rappelé de sombre souvenirs aux enfants mais, étrangement, il n'y avait aucune trace de l'affrontement, comme-ci aucun combat n'avait eu lieu.

En'you: C'est étrange, il n'y a même pas de traces de pattes de rongeurs. Vous êtes bien sur que c'était là?

Elysione: Je confirme : les coordonnées de téléportation de Nozomai et Meisei correspondent.

Donaré: ...Qui?

Elysione: Tamama.

Donaré: ...Ah! Oui! J'avais oublié son nom Sutaawoozien!

Kin'iro: Il n'y a même pas de traces de magies. Soit vos agresseurs étaient très puissants, soit minutieux...

Kowawa: Alors, on sait pas où sont nos parents?

Elysione: Ne t'inquiètes pas Kowawa, on va trouver une solution. Les connaissant, ils ont dû nous laisser un indice, quelques chose comme ça... Vous avez une idée?

Chiwowo: ...Non, tout est allé trop vite. On s'est fait téléporté sans qu'on ait eu le temps de faire quoi que ce soit...

Taroro: Hey! Venez voir, j'ai trouvé quelque chose!

En'you et les autres se précipitèrent vers Taroro qui pointait un petit objet enfoui dans le sol. En'you le déterra : c'était une clé USB.

Elysione: Comment as-tu fais pour le trouver aussi facilement?

Taroro: On me l'a dit.

Elysione: Qui ça "on"?

Taroro: Je sais pas.

Elysione regarda plus intensément Taroro : il avait une étincelle bleue pâle dans les yeux. De son côté, En'you utilisa son gant pour brancher la clé USB. Après quelques secondes, il sursauta.

En'you: Ça vient de Kururu!

Tinana: Tonton Kururu?!

Kin'iro: Et qu'est-ce qu'elle contient?

En'you: Des dossiers en tout genre. Je crois que ce sont les sauvegardes des logiciels qu'on utilisait quand on affrontait Gyokuyami.

Donaré: Bien joué! Je veux dire, grâce à ça, nous serons aussi performant qu'avant!

Chiwowo: Mais ça ne nous dit toujours pas où ils sont...

- Il suffit de nous le demander!

Le petit groupe se retourna brusquement puis leva les yeux au ciel : trois titariens, dont Hermanus et le Maître des ouvrages, lévitaient. Celui qui les avaient interpellé ressemblait à l'ange noir : il avait la même veste de couleur jaune, de long cheveux châtain en bataille, attachés, des yeux marrons et des lunettes rectangulaire.

Elysione: Hermanus?! Qu'est-ce que tu fiches ici?!

Hermanus: ...C'est une longue histoire...

- Allez fréraux, tu vas pas me faire croire que t'as honte d'être avec ton grand frère chéri?

Donaré: Attends, c'est ton frère?!

En'you: Genre : le mec il a un frère et il prévient même pas?!

Hermanus: ...C'était pas une priorité.

Maître des ouvrages: Ahem!

- Oui, tu as raison, trêves de bavardages.

Ils atterrirent tout les trois au sols pour faire face à leurs adversaires qui se mirent en position de combat.

- Mon nom est Alexander, vous connaissez déjà mon frère et Dark Vador, c'est le Maître des ouvrages. Mais vous risquez de ne pas avoir à le retenir.

En'you: Est-ce vous qui êtes à l'origine de la disparition des chevaliers?

Maître des ouvrages: Disparu? Allons, je vous en pris, nous n'aurions jamais osé. Nous avons prévue... Autre chose.

Taroro: Où est mon grand frère alors?!

Maître des ouvrages: Chaque choses en son temps petit. Vous allez d'abords faire la connaissance de nos petites "expériences". Soldats : approchez!

Trois silhouettes apparurent derrière eux et se mirent face à nos héros, stupéfaits. Donaré, horrifié, fit un pas en arrière.

Donaré: C'est pas vrai... Keroro...

Tinana: Et Tonton Dororo et Zoruru...

Elysione: Mais... Que... Qu'est-ce que vous leur avait fait?!

En effet, ils étaient différents : leurs vêtements étaient noirs et ils avaient des marques noirs sur le visage. Le Maître des ouvrages eut un petit rire rauque.

Maître des ouvrages: Un simple "test", comme on dit. Et il est temps de faire un essaie. Soldats : attaquez!


À SUIVRE

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Chisa: Au faites, tout à l'heure, je suis tombé sur Mukurochan en train de jouer avec des figurines.

Putafa: Sérieux?

Chisa: Sérieux.

Putafa: Et t'as dis quoi?

Chisa: Bah rien : je voulais jouer moi aussi mais elle a dit qu'elle rangeait, en faite...

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Clin d'oeil à :

- Bayonetta
- Kaamelott

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3014
Age : 26
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Lun 16 Mar - 17:11

oulah ils sont devenus méchant! (à moins que se ne soit pas les vrais hmmm)
Je prédis une petite bagarre, ai-je raison?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 18 Avr - 0:05

Une bagarre? Mais non voyons, pour qui me prends-tu? Ce serait beaucoup trop prévisible et évident! Non, je prévois de l'innovation, du changement, du nouveau et du-Bon, ok, comment t'as su?
 
l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l
 
Chapitre 4 : Dans l'autre clan.
 
L'aire d'entraînement, autrefois plat, était désormais déformé et saccagé. Comme si une tornade s'était abattue et avait tout ravagé. C'était tout du moins presque le cas : des cyclones attaquaient les enfants, défendus par Donaré, Elysione, En'you et Kin'iro qui faisait du mieux qu'ils pouvaient. Mais ce n'était que le début : le sol se mit soudain à trembler et des plantes sortirent du sol. L'une d'elle attrapa Taroro par la cheville et le propulsa dans les airs avant de le ramener vers Keroro, la tête en bas. Il le toisa quelques instant avant de ricaner, face à Taroro qui gesticulait pour se détacher, inutilement.
 
Keroro: Tiens, tiens, tiens, regardez un peu qui j'ai attrapé.
 
Taroro: Siouplait!! M'sieur Keroro, me faites pas de mal : pitié!!
 
Keroro: Tu me supplies? Allons petit, ce n'est pas digne d'un chevalier.
 
Taroro: Mais je suis PAS chevalier!!
 
Donaré: Keroro, laisse-le tranquille! Je veux dire : ne m'oblige pas à employer la force!
 
Donaré venait d'arriver à quelques mètres de Taroro, armée de son sceptre d'Angol. Keroro détourna lentement le regard vers elle : la jeune Angol fut surprise par l'air hautain qu'avait pris l'adjudant mais elle resta concentré, il ne fallait en aucun cas qu'elle faiblisse.
 
Keroro: Employer la manière forte? Toi? Mais quelle surprise : ça ne m'étonne même pas d'une Angol.
 
Donaré: Je ne te permet pas d'insulter le clan Angol de la sorte. Je ne sais pas ce qu'ils t'ont fait mais si je dois utiliser mon sceptre sur toi, je le ferais!
 
Keroro: Tiens donc! Madame est une déesse mais elle n'utilise même pas ses pouvoirs? Voilà qui est étonnant, à moins que ce soit le fait de s'attaquer à quelqu'un comme moi qui t'effraie? Après tout, j'ai bien plus d'expérience que toi : je me souviens qu'à l'époque, tu ne participais pratiquement jamais au bataille. J'aurais était curieux de voir comment tu te débrouillais avant d'en finir mais, vue que tu es décidé à utiliser tes anciennes méthodes, je vais respecté ta dernière volonté. Alors, je t'en pris, vas-y : détruit-moi.
 
Keroro avait tendu ses bras sur les côtés pour l'inviter à attaquer, ce qui paralysa Donaré. Elle ne savait plus quoi faire, d'autant plus que ses paroles l'avait tourmenté : disait-il cela pour la distraire ou était-ce ce qu'il pensait vraiment? De son côté, Taroro était, malgré lui, spectateur de la scène. Il regarda Donaré : si même elle ne savait pas contrôler la terre, alors il était fichu. Ce qu'il avait répondu à Keroro tout à l'heure était vrai : il n'avait d'un chevalier que l'accoutrement. Il commençait à en avoir marre de cette situation et le fait d'avoir la tête en bas n'arrangeait rien. Donaré, pendant ce temps, réussit enfin à prononcer quelques mots.
 
Donaré: ...Mais... Keroro...
 
Keroro: Eh bien? Que t'arrive-t-il? Tu laisses déjà tomber? Où est donc passé ton instinct de destruction? Finalement, je ne m'étais pas trompé : vous avez tous perdu votre prestance de guerriers ces dernières années. Tu m'excuseras par contre, j'ai suffisamment pleuré pour-...
 
- Donaré, écarte-toi!!
 
Donaré eut juste le temps de se retourner et de voir En'you lancer un laser avec son sceptre de dieu. Elle s'écarta à temps mais fut aveuglé par l'éclair jaune qui jaillit subitement. Quand sa vision s'éclaircit, elle vit Taroro au sol, détaché de la plante. Elle se précipita vers lui en priorité. De son côté, En'you, toujours armé de son sceptre, s'avança vers Keroro, caché par un épais nuage de poussière. Quand celui-ci s'estompa, il fut surpris de voir une armature de branches et de lianes qui disparurent subitement en particules de magie verte. Keroro était derrière : il regarda froidement En'you qui se remit en garde.
 
Keroro: Enfin un adversaire digne de moi, j'avais presque envie de laisser mes plantes carnivores vous dévorer un par un...
 
En'you: Tu es prévenu : j'ai pour habitude de finir ce que j'ai commencé et je comptes bien te faire regretter ce que tu as fais à cet enfant, hypnotisé ou non.
 
Keroro: Je n'en attendais pas moins de toi Kouzumi. Contrairement à En'you qui a fuit dans son subconscient...
 
En'you: Hé! N'en profites pas, je suis toujours là!! Pas maintenant En'you, laisse moi faire. Qui que tu sois, tu regretteras tes paroles!
 
Keroro: Si tu veux te donner bonne conscience en refusant d'admettre que tu te bats véritablement contre moi, eh bien soit : jouons le jeu!
 
Keroro se lança sur En'you. De leur côté, Alexander et Hermanus avaient ouvert un portail et quittaient les lieux. Le Maîtres des ouvrages étaient resté et semblait surpris de leur départ.
 
Maître des ouvrages: Vous nous quittez déjà?
 
Alexander: On était juste là pour les présentations, pour le spectacle, on va regarder depuis la base. On laisse le portail ouvert!
 
Maître des ouvrages: Comme vous voudrez.
 
Le Maître se retourna vers le champs de bataille. Son regard se porta sur l'autre groupe. Les enfants s'étaient caché dans un faux bunker, protégé par Elysione et Kin'iro. Dororo et Zoruru était à quelques mètres d'eux, menaçant de faire s'abattre des tornades. Le vent était si fort que les cheveux d'Elysione volait en bataille mais cela ne semblait pas la déconcentrer.
 
Elysione: Vous avez perdu la tête ou quoi?! Pourquoi vous nous attaquez : depuis quand vous obéissez à un type comme lui?!
 
Zoruru: Tu aimerais qu'on réponde à toutes tes questions, pas vrai? Ça te ferais gagner beaucoup de temps, suffisamment pour permettre aux petits de fuir. Mais n'imagines pas gagner ainsi : on ne l'a fait pas à un assassin comme moi.
 
Elysione: Tu es un assassin? Cool! Moi je suis la princesse de Sutaawoozu! Ce genre de petit jeu, je peux le faire pendant des heures alors n'esquive pas la question et répond moi!
 
Dororo: Elle a du répondant...
 
Zoruru: Pour l'instant, ce ne sont que des paroles. Mais voyons si elle peut arrêter ça.
 
Zoruru claqua des doigts puis l'une des tornades se dirigea vers elles. Elysione et Kin'iro s'unirent pour créer un bouclier de lumière et d'éclair mais celui-ci ne semblait retenir que peu voir pas du tout le cyclone.
 
Zoruru: Vous êtes au courant que la lumière et la foudre ne sont pas des éléments solides et qu'il est inutile de faire ce que vous faites?
 
Kin'iro: Pas plus... que l'air!!
 
Zoruru soupira et se tourna vers Dororo qui était en retrait depuis le début, distant mais appréciant le spectacle.
 
Zoruru: Tu veux leur prouver le contraire ou je m'en charge?
 
Dororo: ...Eh bien, amusons-nous un peu. Conserve ton énergie pour plus tard : on a pas que ça à faire aujourd'hui.
 
Ses yeux scintillèrent en bleu puis une vague d'air s'ajouta au cyclone qui brisa le bouclier. Les filles furent frappées de plein fouet et se retrouvèrent soulevées du sol avant d'atterrir lourdement contre le bunker. À l'intérieur, Chiwowo, Kowawa et Tinana était caché dans un casier, ils étaient pétrifiés par la peur.
 
Kowawa: Pourquoi on entend plus rien?
 
Chiwowo: Chut! Ne parle pas si fort!
 
Tinana: Vous croyez qu'ils sont partis?
 
Chiwowo: Je sais pas, j'en sais rien, arrêtez de me poser des questions!
 
Kowawa: J'ai peur Chouchou!
 
Chiwowo: Sans blague! Tu crois que je flippe pas peut-être?!
 
Tinana: Chiwowo, arrêtes de râler! C'est pas le moment!
 
Chiwowo: Mais quoi?!
 
Tinana: Chut! Calme-toi! Je te rappelle que Dororo et Zoruru sont des assassins, ils peuvent nous entendre et entrer ici sans qu'on s'en rendent compte!
 
Kowawa: Ils pourraient déjà être ici?
 
Tinana allait répondre puis un frisson la parcourra. Elle se retourna lentement et regarda à travers les fentes du casier : personne. Pas un bruit. Chiwowo prit les devants et ouvrit doucement la porte : le grincement résonna dans tout le bunker. Il sortit doucement et regarda prudemment à droite et à gauche : il savait que les ninjas et les assassins étaient très doué pour se cacher. Chaque fois qu'il jouait à cache cache avec eux, son père leurs demandaient de ne pas utiliser leurs capacités, que ce soit en tant que chercheurs ou cachés. Mais même avec ça, ils gagnaient toujours. Il s'avança pour laisser Tinana sortir.
 
Chiwowo: On dirait qu'ils sont pas là...
 
Tinana: J'en suis pas aussi sûr...
 
Chiwowo se tourna en sursaut vers Tinana : sa voix semblait distante et, pour couronner le tout, il y avait une petite étincelle rose fuchsia dans ses yeux. Cela voulait donc dire qu'elle avait des pouvoirs? Il n'eut pas le temps de lui poser de question : elle hurla "attention" tout en se jetant sur lui. Il atterrit lourdement sur le dos. Avant de se redresser, il vit un éclat argenté tomber du plafond et se placer devant lui. Il comprit alors : Zoruru était au plafond depuis le début.
 
Et voici les commentaires inutiles de Mumu' et Putafa:
 
 
Dororo le rejoignit et se plaça devant le casier pour empêcher Kowawa de sortir, tandis que Chiwowo se mit devant sa cousine pour la protéger.
 
Zoruru: Vous pensiez sérieusement nous berner en vous cachant ainsi? Je me sens presque insulter...
 
Chiwowo: Ne t'approche pas, sinon...
 
Zoruru: Sinon quoi? Tu vas essayer de me frapper comme les autres morveux de ton école? Je doute que ton père apprécie.
 
Chiwowo: ...Où est-ce qu'il est?
 
Zoruru: Si je ne te répond pas, tu fais quoi?
 
Chiwowo: OÙ IL EST?!
 
Dororo: Zoruru, ce n'est qu'un enfant, évite ce genre de réponse.
 
Tinana: Mais arrêtez à la fin!! Pourquoi vous faites ça?! Où sont mon papa et ma maman?!
 
Dororo et Zoruru échangèrent un regard. Kowawa, cloîtré dans le casier, n'osait plus bouger. Elle avait beau les regarder, elle ne reconnaissait plus ses "tontons". D'habitude, Dororo était sage et amicale mais là, il était hostile et distant. Quand à Zoruru, d'habitude froid mais bienveillant, il était désormais agressif et sarcastique. Rien à voir avec les soldats qui veillaient sur elle depuis sa naissance. Elle avait envie de pleurer : ne plus avoir de repaires l'effrayait. De son côté, Tinana attendait toujours la réponse, excédé par ce manque d'attention. Dororo finit par soupirer en croisant les bras puis répondit, les yeux clos, tête baissé.
 
Dororo: Nous ne sommes pas habilité à te répondre.
 
Tinana: Mais c'est une blague?! Vous... Vous... Vous êtes ignobles!!
 
Zoruru: Oui, oui, on est très très méchants. Bon, on continue le débat ou on les emmènent?
 
Dororo: On a assez perdu de temps comme ça. Je vais prévenir le Maître, essaye de les arrêter sans trop de bavures.
 
Dororo quitta le bunker tandis que Zoruru développa sa main gauche sur le côté pour sortir sa lame. Tinana remarqua alors que ce n'était pas la même que d'habitude : c'était un gant noir qui recouvrait tout le bras mais qui ne semblait pas fait de métal. Il avait le même aspect mais semblait "liquide". Chiwowo n'attendit pas d'explication quand à e changement et se mit devant elle pour la protéger.
 
Chiwowo: Ne fait pas un pas de plus!
 
Zoruru: N'essaie pas de jouer les héros, avance sans faire d'histoire.
 
Chiwowo: Non!! Jamais!!
 
Tinana et Chiwowo, à force de reculer, se retrouvèrent littéralement dos au mur. Kowawa, quand à elle, se mit à pleurer : elle en avait marre de cette situation, elle voulait juste revoir ses parents et ceux qu'elles aimaient et, au moment où elle les retrouvait enfin, tout du moins une partie, ils n'étaient plus les mêmes. Ils ne lui souriaient plus, ne lui parlaient plus gentiment. Ils étaient... Pas gentils. Littéralement. Elle pleura plus fort et pria pour que ça s'arrête tandis que Zoruru brandit sa lame.
 
Zoruru: Tu l'auras voulu Chiwowo...
 
Chiwowo: ...Ne nous frappe pas, s'te plait...
 
Zoruru: Oh! Ça alors! Le petit Chiwowo perd son courage dés qu'on pointe une arme sur lui! Ton père aurait honte de toi...
 
Kowawa: ...A...Arrête...
 
Zoruru se retourna et se figea quelques secondes. Chiwowo et Tinana eurent la même réaction : Kowawa était en boule dans le casier, elle pleurait toujours et scintillait d'une lueur rose pâle. L'assassin resta silencieux puis s'approcha de la fillette.
 
Zoruru: Intéressant, tu as finalement des pouvoirs. Mais ça ne suffira pas ma petite...
 
Kowawa: J'ai dis ARRÊÊÊÊÊÊÊÊÊÊÊÊÊTE!!!
 
Au moment où elle hurlait, une vague rose frappa Zoruru et le fit littéralement traverser le mur (oui, elle a réussi à péter un bunker, what's up doc?) devant la stupéfaction générale. Chiwowo n'eut pas le temps de comprendre que Kowawa s'évanouissait. Tinana s'était précipité pour l'aider.
 
Tinana: Kowawa, qu'est-ce qui t'arrive, réveille toi! S'il te plait!!
 
Pas de réponses. Chiwowo sortie du bunker : Zoruru avait volé plusieurs mètres. Dororo était à son chevet et l'aidait à se relever. Le Maître des ouvrages et Keroro n'était pas loin : il fallait fuir, mais où? Soudain, une lueur rose apparu à côté de Chiwowo.
 
- Chiwowo, par ici!
 
Chiwowo: Hein?
 
- Tourne à gauche et cours le plus vite possible avec ta soeur et ta cousine! Dépêche toi!
 
Chiwowo ne chercha pas à comprendre : il interpella sa cousine pour qu'il l'aide à porter Kowawa puis ils partirent tout les deux à gauche, comme prévue, et retrouvèrent les autres qui aidait Taroro, qui ne semblait pas blessé.
 
Elysione: Venez! Il ne faut pas rester là!
 
Tinana: Mais Kowawa est évanouit!
 
Kin'iro: Je vais la porter, ne t'inquiète pas!
 
À ce moment là, une autre lumière rose apparu du fond du bunker. Chiwowo crut au début que c'était sa soeur mais la lumière prit la forme d'un minuscule portail et un petit être blanc en sortie.
 
Tinana: Spinelle! T'es venu nous chercher!
 
Donaré: Spinelle?
 
Tinana: Oui, j'ai donné un nom à la Kiridan. T'aimes bien?
 
En'you: On a pas le temps, il faut s'en aller et vite!
 
Spinelle commença à sautiller dans tout les sens et se plaça au centre du groupe.
 
Tinana: Elle veut qu'on touche tous sa perle.
 
En'you: Pourquoi faire?
 
Elysione: On réfléchira après, faisons-le!
 
En'you: Tu veux qu'on fasse confiance à un Pokémon?!
 
Kin'iro: Tu sais, les Kiridans étaient des animaux très intelligents avec des pouvoirs mystérieux, donc...
 
En'you soupira intérieurement et s’exécuta. À ce moment là, la perle scintilla puis le décors autour d'eux changea. Ils se retrouvèrent sur Arxidus. Le kokorien comprit alors : le petit animal les avaient téléporté. Soulagé, il se laissa tomber au sol. Pendant ce temps là, le Maître des ouvrages était au parlement titarien avec les trois chevaliers corrompus, visiblement mécontents.
 
Maître des ouvrages: Eh bien, ce n'est certes pas glorieux mais au moins, cela m'a permis de voir vos compétences sur le terrains. Et je dois avouer que vous m'avez épatés.
 
Keroro: Désolé de vous contredire mais j'ai été lamentable : ce prétentieux retenait ses coups, il faisait exprès, croyant m'épuiser...
 
Maître des ouvrages: Il voulait juste gagner du temps contrairement à toi qui voulait en finir directement. Elcidias approuvera ta performance. Quand à vous deux...
 
Dororo: Nous les tenions, comme je vous l'ai dit, mais il y a eu cette "chose" et Zoruru a finit dans le décors.
 
Zoruru: Toute cette puissance... Je ne sais pas ce que c'était mais je n'ai jamais vue de tels pouvoirs...
 
Maître des ouvrages: Je l'ai vue moi aussi. Mais rassurez-vous, vos compétences ont été enregistré et cet événement sera étudié par la suite. En attendant, nous devons faire notre rapport à Elcidias. Il se trouve actuellement au Parlement Titarien et il ne vaux mieux pas traîner.
 
Le Maître s'engagea dans un couloir suivit par les trois autres. Ils arrivèrent dans le grand bureau où Elcidias et Zariri semblaient les attendre. En voyant les trois chevaliers, le dictateur semblait plus que satisfait, ce qui n'était pas le cas d'Elcidias qui semblait au contraire angoissé.
 
Zariri: Voilà enfin les trois chevaliers qui ont servi de test. J'ai pu admirer votre performance grâce aux caméras et je suis personnellement très impressionné. Malgré le petit incident...
 
Zariri glissa son regard vers Elcidias qui semblait toujours angoissé. Il revint vers les autres comme si de rien n'était.
 
Zariri: Quoi qu'il en soit, cette expérience fut satisfaisante à mes yeux. Par conséquent, aucune modification n'est annoncé. Continuez comme c'était prévue, vous pouvez disposer.
 
Maître des ouvrages: À vos ordres, commandant suprême.
 
Les quatre titariens quittèrent les lieux. La canne d'Elcidias commença à briller puis il redressa la tête et regarda dans le vide, l'air grave.
 
Elcidias: ...Satisfaisante? La légende est en train de se retourner contre moi et tu oses appeler ça une expérience satisfaisante?!
 
Zariri: Vous vous faites du soucis pour rien Elcidias : ce ne sont que des enfants. Ils ne contrôlent pas leurs forces et ne connaissent même pas leur nature-...
 
Elcidias: Moi non plus je ne la connais pas!!! ...Je... J... Je n'ai aucune idée de l’élément qu'ils contrôlent!! C'est la première fois que je vois ça! Et si cette petite arrive à faire ça juste en paniquant, imagines un peu si... Si...
 
Il s'arrêta net, visiblement sur le point de s'évanouir. Il s'assit en catastrophe sur un siège et tenta de reprendre son souffle. De son côté, Zariri se retourna vers son écran et zooma sur l'une des caméras.
 
Zariri: Avec un peu de chance, nous les aurons dans peu de temps. En attendant, j'ai un joli spectacle que vous devriez voir...
 
Elcidias: Je ne suis pas d'humeur Zariri...
 
Zariri: Même une confrontation père/fils?
 
Elcidias redressa la tête. Au même moment, dans un autre couloir, le Maître des ouvrages et les trois mousquetaires chevaliers se dirigeait vers la sortie. Dans le hall, ils croisèrent un groupe de soldat encadrant Teroro, Goruru et Danini. Ils revenaient tout les deux de la télévision Titarienne et semblait anéanti : avoir été forcé de diffuser un tel message leur donnait la nausée. Goruru, quand à lui, pensait encore à ses fils et ses petits enfants : il souhaitait de tout coeur que ce que lui avait dit Zariri était faux, il savait que ses fils et ses belles filles étaient des bons soldats et qu'ils ne faibliraient pas, mais la peur le dévorait. Son attention se porta soudain sur le fameux groupe de quatre. Il s'arrêta net. L'un des soldats qui l'escortait lui ordonna d'avancer mais il ne l'écouta pas. Il pointa du doigt le groupe, Teroro et Danini regardèrent à leur tour puis eurent la même réaction.
 
Teroro: ...K...Keroro?!
 
- Ne vous arrêtez pas! C'est un ordre!
 
Teroro: Keroro, qu'est-ce qu'ils t'ont fait?! Répond moi!!
 
Keroro lança un rapide regard à son père mais l'ignora avec mépris et continua sa route avec les autres. Les sbires, exaspérés, les poussèrent en avant malgré leurs réticences.
 
Teroro: Keroro!! Attends!!
 
Danini: Dororo, ne les laisses pas faire!! je t'en supplie!!
 
Goruru: Laissez tomber enfin, vous ne voyez donc pas qu'ils ne sont pas dans leur état normal?!
 
Danini: Mais c'est notre seule chance de savoir comment vont les autres!
 
Goruru: ...Je préfère éviter les illusions...
 
Goruru baissa la tête et se laissa faire par les soldats qui le ramenèrent en cellule avec Teroro et Danini, accablés. Au même moment, à Arxidus, tout le monde était réuni dans la chambre de Kowawa, qui reprenait doucement conscience. Elle ne semblait pas mal en point, heureusement.
 
Elysione: Ça va ma puce? Tu as mal quelques part?
 
Kowawa: J'ai la tête qui tourne, j'ai l'impression d'avoir fait la Tour de la Terreur...
 
Chiwowo: ...Elle va bien.
 
En'you: Étourdissement, impression de chute. Pas de doutes : elle a bien des pouvoirs.
 
Kin'iro: Oui mais quel est son élément?
 
En'you: Les filles, Taroro : vous avez une idée de ce que c'était?
 
Tinana: Je sais pas mais ça faisait trop bizarre!
 
Taroro: Ça ressemblait pas à un élément classique. J'veux dire : y avait pas de flammes ou je ne sais quoi, juste une impression.
 
Kin'iro: Et toi Chiwowo, tu as eu quelque chose?
 
Chiwowo fit non de la tête, frustré : c'était le seul à n'avoir rien eut. Il avait bien senti quelque chose après avoir eut ses vêtements de chevaliers, quand il avait menacé l'étrange type mais ça ne devait être que l'adrénaline, rien de plus. Quand à la voix qu'il avait entendu, ça devait être sa soeur qui avait dû l'aider inconsciemment. Kin'iro n'ajouta rien. Quelques minutes plus tard, les enfants était parti pour explorer la forteresse tandis que Fukuaijin était dans la salle des orbes avec les autres. Kin'iro lui montrait, avec sa montre, ce qui semblait être un enregistrement vidéo.
 
Kin'iro: Alors, vous avez une idée de ce que c'est?
 
Fukuaijin: ...Maintenant que je vois ça, j'ai peut-être une idée... Tout du moins, pour les filles. Mais, si c'est ce que je pense alors c'est... Surprenant.
 
Donaré: Que voulez-vous dire?
 
Fukuaijin resta muette. Elle se tourna vers les orbes et saisit celle de Tinana et Kowawa. Elle les regarda quelques instants puis soupira.
 
Fukuaijin: Pour tout vous dire, je me doutais déjà de la nature de leur pouvoir, mais je pensais que c'était impossible. Cependant, vue les circonstances, je pense qu'il est temps d'arrêter de se faire des illusions et d'admettre que les choses ont changé.
 
En'you: Comment ça? Où voulez vous en venir?
 
Fukuaijin: ...Un nouvel élément qui m'est encore inconnu a été crée mais un autre, que je pensais impossible à acquérir pour un chevalier, vient d'apparaître.
 
En'you: Et quel est-il?
 
Fukuaijin: La vie. Tinana et Kowawa ont les mêmes pouvoirs qu'Osaken.
 
Pendant ce temps là, sur Terre, Artus et April était tranquillement chez eux, en train de vaquer à leurs occupations habituelles. Même si l'ambiance n'y était pas : en effet, ils étaient au courant pour la disparition de leurs amis Titariens. Ils avaient été averti pour Donaré dés que c'était arrivé et était tout aussi inquiet. Ils se sentaient aussi impuissant, d'autant plus qu'aucun d'eux n'arrivait à contrôler de nouveaux les éléments. April, qui regardait la télévision, s'affala sur le canapé et bougea les mains dans tout les sens, désespérément.


April: Rah! Riens à faire : impossible de faire apparaître des flammes!! Mais pourquoi ces grenouilles stupides y arrivent et pas moi?!
 
Artus: Y "arrivaient" tu veux dire...
 
April: Je préfère éviter de parler au passé, tu les connais tout autant que moi, ils ne se laisseraient pas tuer aussi facilement.
 
Artus: Je l'espère mais, vue la situation actuelle sur Titar, je préfère même pas imaginer ce qui leur est arrivé...
 
April: ...C'est quand même bizarre tout ça, tu es sur que tu n'as rien remarqué de bizarre de ton côté?
 
Artus: Si tu parles du fait que Gyokuyami revienne, non je n'ai rien à signaler à ce niveau là. Où qu'il soit, il n'est pas là.
 
April hocha la tête, ça la rassurait plus qu'autre chose même si elle aimerait bien redevenir une déesse, ne serait-ce que pour retrouver Giroro. Soudain, le ciel à l'extérieur s'assombrit. April se redressa et soupira.
 
April: La météo s'est encore trompé! Ils avaient dit qu'il n'y aurait aucun nuage aujourd'hui!
 
Artus: April, je ne pense pas que ça soit un nuage.
 
Soudain, la télévision grisailla puis l'image d'une présentatrice apparu à l'écran.
 
- Nous interrompons votre programme pour un flash spécial. Des vaisseaux de l'armée Titarienne sont apparus dans l'atmosphère de la Terre et envahissent peu à peu l'espace aérien. L'Europe, l'Afrique et l'Asie viennent d'être survolées et ce sera bientôt le cas de l'Océanie et l'Amérique du nord et du sud. Le président Nadejda n'a pas encore fait de déclarations officielles mais les sous dirigeants Leith, Ravenswood, Perez, Clément, Cheongug et Moana appelle au calme et demande à tout les habitants de la Terre à rester chez eux et ne tenter aucune offensive.
 
April: Artus, vient voir!
 
Artus se précipita à la fenêtre avec sa soeur : effectivement, des soucoupes volantes dorés avait envahit le ciel
 
Artus: Ça ressemble à une invasion...
 
April: Quoi?! Mais c'est impossible : ça fait longtemps que les titariens et les terriens vivent en harmonie!
 
Artus: Alors pourquoi ferait-il une manœuvre pareil?
 
La télé clignota une nouvelle fois puis afficha l'image du président Milovan Nadejda, visiblement stressé par la situation. (je ferais des dessins, promis)
 
Milovan Nadejda: Mes chers compatriotes. Nous sommes actuellement en train de vivre une période difficile. J'ai la grande peine de vous annoncez que le peuple Titarien vient de déclarer la guerre aux Terriens. Je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour nous éviter une longue bataille, en attendant, je vous invite à me faire confiance, à éviter tout contacte hostile avec les Titariens et leurs alliés potentiels et à rester très prudents. Ne prenez aucun risque inutile et restez à l'abri. Ce sera tout, merci de votre attention.
 
L'écran s'éteignit. Artus et April se regardèrent : la peur se lisait dans leur regard. Ils ne comprenaient pas ce qu'i se passait mais une chose était sur : les ennuis allait recommencer.
 
l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l
 
Et pendant ce temps là, sur Kakumei :
 
Putafa: Hé! T'imagines si ta fanfiction était un film?
 
Muk: Le découpage serait hyper chiant à faire, on devrait raccourcir des tonnes de scènes et modifier des passages pour adapter le rythme à celui d'un long métrage. Donc, ça serait impossible, mieux vaux le format série télé.
 
Putafa: ...Même le premier cycle?
 
Muk: Surtout le troisième mais même le premier, oui.
 
Putafa: ...Certes... Mais t'imagines la bande annonce?
 
Muk: ...Ouais, ce serait rigolo mais, quel genre de teaser ça serait?
 
 
 
Teaser film d'épouvante :
 
"Ce film est trop flippant, j'ai eu super peur!!" - ArcadeGamer. ★
 
Garuru: Montez dans le vaisseau, on a une mission très importante à accomplir!
 
Pururu: Une mission importante?
 
Zoruru: De quoi s'agit-il?
 
Garuru: Je vous expliquerais en route...
 
 
"Je sais pas ce qu'ils ont fumé mais c'était de la bonne!" - Guimodas. ★★★
 
Garuru: Il y a quelques semaines, des chercheurs titariens ont trouvé une étrange planète ressemblant aux pays d'Amérique du Sud de la planète Terre. En explorant un temple, ils ont trouvé un espèce d’artefact placé au cœur de l'édifice. Cet objet est donc notre objectif : nous devons trouver cette pierre et la ramener!
 
Pururu: Mais pourquoi ce serait à nous de nous occuper de cette mission?
 
Garuru: Cette mission de rang A est très dangereuse mais elle correspond à nos point fort...
 
 
"Avec Gilu, on s'est mit d'accords pour interdire au moins de 18 ans, mais même ça c'est pas suffisant!" - Chisa. ★★
 
Pururu: Tu m'inquiètes depuis ce matin, qu'est-ce qui ne va pas?
 
Garuru: Je ne sais pas, j'ai un mauvais pressentiment. Mais pas comme d'habitude... Je suis stressé sans raison, j'ai l'impression d'entendre vaguement des ultrasons et puis... Je n'en peux déjà plus, je ne sais pas ce qui m'arrive...
 
 
"C'est con, je déteste les films d'horreurs : je peux même pas voir mon propre film!" - Mukurochan. ★★★★
 
Garuru: Écoutez!
 
Pururu: ...Personnellement j’entends rien...
 
Garuru: Justement! Les chercheurs avaient parlé d'une planète peuplée de beaucoup d'espèces alors comment se fait-il que l'on ne les entend pas?
 
 
"Je me suis endormi, quelqu'un peut me faire un résumé?" - Putatafangirl. ★★★★
 
Kururu: Une invitée vient d'arriver sur terre et il semblerait que ce soit urgent!
 
Pururu: Il faut que je vous parle : je suis venue pour vous demandez votre aide...
 
Giroro: Notre aide?
 
 
"Moi en général je réponds "merde"... ça colle avec tout." Léodagan.
 
Pururu: Nous devions trouver une sorte de pierre dans un temple sur une nouvelle planète mais, à peine après l'avoir découverte, il y a eu un grand flash et...
 
 
"Quelle ambianceuh, Quelle ambianceuh, Quelle ambianceuh! ♪" - Pierre Augé. ★★★★★
 
Garuru: Que se passe-t-il?
 
Pururu: Que... Qu'est-ce que c'est?
 
Taruru: Ce n'est pas bon signe...
 
 
"Ça va chier des marmottes!" - Le Fossoyeur de Film. ★★★
 
Pururu: ...Ils ont disparus...
 
Giroro: disparue!?!
 
 
Réalisé par la réincarnation de Stanley Kubrick.
 
Giroro: ...Grand frère... quand est-ce que je te retrouverais...
 
Kuraï: Je doutes que tu le revoies un jour...
 
 
Scénario co-écrit par Stephen King.
 
Dororo: Ne reste pas sur des inquiétudes et prépare toi pour la prochaine recherche, c'est la seule chose que tu puisses faire.
 
Giroro: J'ai fais la même chose avant et ça m'a coûté cher, très cher...
 
 
Produit par Ridley Scott
 
Kuraï: Cette fois, il n'y a plus d'échappatoire! Je commence à comprendre pourquoi kirara est morte...
 
Giroro: ...Comment connais tu cette histoire?
 
 
Direction artistique par Tim Burton.
 
Dororo: Arrête giroro! Ne le tue pas!
 
Giroro: De quoi tu te mêles?! Il ne fait que nous ralentir!
 
Dororo: Je t'empêches juste de faire une bêtise que tu regretteras! Reprends tes esprits : tu n'ais plus toi même!
 
 
Avec la participation exceptionnel d'Anthony Hopkins.
 
Kuraï: Tu ne voulais plus voir cette personne là, n'est-ce pas caporal ake?
 
Giroro: Je t'interdis de prononcé ce nom!!!
 
 
Et de Jack Nicholson.
 
Giroro: ...N...Non...Pas toi...
 
Kuraï: Tu avais bien dit que tu voulais revoir ton grand-frère n'est-ce pas? C'est quand même dommage que je dois emprunter son corps...
 
(insérer jumpscare ici)
 
 
 
Et pendant ce temps là, sur Kakumei :
 
Muk: ...Non.
 
Putafa: Ouais, on est d'accords. Et si c'était une comédie romantiquo/dramatique?
 
Muk: ...Une quoi? ...Et, non, attends : ça existe romantiquo?
 
 
 
Teaser film tout rose tout mignon tout triste :
 

 
Pururu: c'est pas vrai, pourquoi j'ai encore regardé ces stupides émissions de télé-réalité!?!
 
Taruru: Ah, te voilà enfin! laisse moi deviner...
 
Pururu: je le sais, pas la peine de me le rappeler!!!
 
Garuru: Toujours en retard à ce que je vois!
 
Pururu: Je suis désolé garuru...
 
Garuru: Ce n'est pas grave pururu!
 
 

 
Garuru: J'ai une question à te poser...
 
Pururu: Je t'écoute...
 
Garuru: Est-ce que... Est-ce que tu t'es inquiétais pour moi lorsque kuraï était... En moi?
 
Pururu: ...bien sur que oui, j'étais inquiète! Dés que j'ai vue que reï n'était autre que zoruru, j'ai fait le lien tout de suite et j'ai eu peur pour toi...
 
 

 
Garuru: ...Je suis désolé si je t'ais fais peur... Désormais, je serais plus prudent...
 
Pururu: Ce n'est rien, je ne t'en veux pas. Le principal, c'est que tu sois là, non?
 
Garuru: ...Oui... pour l'instant...
 
 

 
Garuru: Comment ça "encore un problème avec la terre"?!
 
Amiral Periri: Hélas oui, mais ce n'est pas la terre en elle-même mais son satellite : la lune!
 
Garuru: Et que s'est-il passé au juste?
 
 

 
Garuru: On a une mission très importante à faire sur la lune...
 
Pururu: La lune?! Mais pourquoi?
 
Garuru: Encore des histoires d'invasions... En tous cas, si on ne fait rien, la terre va disparaître à cause d'un champs de protection instable absorbeur d'énergie...
 
 

 
Keroro: QQQUUUOOOIII?!?!?! LES HUMAINS ONT DISPARUES!?!?
 
Garuru: Ils ont aussi kidnappé nos parents!
 
Meisei: Rassurez-vous, ils sont juste inconscient. Je vous proposes un marché : si vous ne voulez pas que je fasse exploser les soleils de la voix lacté et de la nébuleuse gamma et si vous ne voulez pas qu'ils soient en première ligne lors de l'explosion : donnez moi le sceptre.
 
Keroro: En... Première ligne?...
 
Giroro: Oh non...
 
Tamama: Le monstre!
 
 
 
Un film co-réalisé par Woody Allen.
 
Garuru: Il ne faut pas que tu te tracasses autant, ce n'est pas toi qui me disait que tant qu'on étaient tous ensemble, on pouvait tout surmontez?
 
Pururu: Je le sais mais... tout comme toi, j'ai un très mauvais pressentiment... Je ne veux plus perdre personne... Ni toi, ni les autres...
 
 
 
Et Baz Lurhmann.
 
Garuru: Je ne veux forcer personne donc ceux qui ont des doutes peuvent partir tout de suite. Si vous restez, vous ne pourrez plus faire demi-tour...
 
 
Avec des musiques composés par Ludovico Einaudi.
Et une chanson inédite interprété par Céline Dion.
 
En'you: Merci pour le sceptre, je m'en vais de ce pas le donner à maître meisei!
 
Giroro: Tu n'iras nul part!
 
Zoruru: Ne le donne pas!!!
 
 
Avec la participation exceptionnelle de Marley, Hatchi, Vagabond et Rouky.
 
Pururu: Garuru, ne meurs pas, je t'en supplie!!! Tu... Tu...
 
Garuru: Ne pleurs pas pururu, je détestes quand tu pleurs...
 
Pururu: Mais... Mais...
 
Garuru: Chut! Ne t'inquiète pas, je ne vais pas... Mourir... Je sais ce que n'est ni le moment ni l'endroit... Mais, au cas où... Lorsque que je t'ai vue la première fois j'ai su que c'était toi mon avenir et je le penses toujours depuis... Pururu... Je t'aime...
 
 
 
(sortie le 14 février)
Je suis sincèrement désolé...
 
 
Et pendant ce temps là, sur Kakumei :
 
Muk: Bof, j'ai jamais trop apprécié ce genre de film...
 
Putafa: Pas faux! Et un film d'action?
 
Muk: Je suis pas sur...
 
 
 
Teaser film d'action :
 
C'est l'histoire d'un extraterrestre...
 
Keroro: Je suis le sergent Keroro!
 
 
Qui va sauver le monde...
 
Pururu: Alors, ça c'est passé comment sur terre?
 
Garuru: Mal... On s'est fait repérer et résultat : zéro information...
 
Pururu: Il ne faut pas désespérer, on trouvera un moyen de vaincre Meisei!
 
Garuru: ...Cela va faire un an que Meisei est devenue le nouveau gyokuyami et plus j'y réfléchis, plus je me dis que tout ça... C'est de ma faute...
 
 
De la dictature...
 
Kin'iro: Meisei a encore fait un massacre?...
 
Tamama: ...Oui... Une mère et sa fille…  À peine âgé de 6 ans...
 
 
Face à la plus grande menace que l'univers n'est jamais connu...
 
Ombre: Crois moi, tu as fais le bon choix Meisei!
 
Meisei: ...Dois-je vraiment vous faire confiance?
 
Ombre: Ha! Ha! Ha! Tu le peux Meisei. Si nous unissons nos pouvoirs, nous pourrons allez bien plus loin que tu ne le penses...
 
 
Avec de l'action!
 
Pururu: Tu peux dire adieu à la vie...
 
Garuru: Je ne mourrais pas tant que je ne t'aurais pas à mes côtés!
 
 
Du Suspens!
 
Muk: On prend quoi? Une Mix Bucket ou une Maxi?
 
Putafa: ...Laisse moi réfléchir...
 
 
Des révélations!
 
Tamama: ...E... Elysione... C'est vrai ce que tu viens de dire?!...
 
Elysione: Oui tamama, Meisei est bien mon grand frère...
 
 
Et des réponses qui tuent!
 
Taruru: Attendez, vous n'allez quand même pas me forcer à descendre là dedans?!
 
Garuru: Ne discutes pas et va le chercher!
 
Taruru: Mais j'ai jamais fais d'escalade moi!
 
Tororo: Si tu veux, je peux te passer ton ovni?
 
Taruru: T'es dingue : imagines que les circuits se gèlent!
 
Tororo: Oui sauf que ça ne peut PAS se geler!
 
Taruru: Bien sur que si!
 
Tororo: Bien sur que non!
 
Taruru: Écoute coco, j'ai mon permis depuis vachement longtemps, je sais ce que je dis quand même!!
 
Tororo: J'ai une licence en mécanique alors, ton permis, tu peux te le mettre là où je pense!!
 
 
Réalisé par Mickael Mother Fucking Bay!
*insérerpland'explosionici*
 
 Avec les musiques de John Williams et Hans Zimmer!
 
 
 
(sortie le 11 juillet)
 
 
 
Et pendant ce temps là, sur Kakumei :
 
Muk: ...Pas mal, mais un peu trop surfait...
 
Putafa: Et que dirais-tu d'un film d'aventure science fiction/fantastique?
 
Muk: Non mais je crois que ça suff-...
 
 
 
Teaser film avec un univers tellement badass que tu aimerais vivre dedans :
 
 

 
Giroro: Cela fait déjà... Un mois...
 
Pururu: Je n'arrives toujours pas à croire qu'il ne soit plus parmi nous... J'aurais pu le sauver... Mais...
 
 

 
Keroro: D'après nos recherches, ceci serait le seul moyen de vaincre gyokuyami : les étoiles gemmiques. Un peu comme les pierres, elles amplifient les pouvoirs mais seulement ceux des déesses. Ce qui reviendrait à vaincre ce dieux de la mort grâce à des pouvoirs plus grands!
 
Dororo: Et où se trouve-t-elle?
 
Keroro: Elles se trouvent un peu partout dans l'univers et sont très facile à trouver, et c'est justement là la difficulté : il faut récupérez ces gemmes avant Gyokuyami!
 
 

 
Giroro: Comment as-tu osé l'endormir! Et puis qui es-tu?
 
Tenebrae: Tu tiens tant que ça à le savoir giroro?
 
Giroro: ...Cette voix...
 
Pururu: ...Qu...
 
Giroro: ...G...Ga...Garuru?!
 
 

 
Taruru: C'est quand même incroyable que le lieutenant soit en vie!
 
Dororo: Oui mais le problème c'est qu'il est du côté ennemie...
 
Tamama: Si j'ai bien compris nous sommes nous même des réincarnations. Il va falloir qu'on se renseigne un peu plus...
 
Kururu: C'est déjà fait! Keroro est Terram, Tamama est Aqua, Taruru est Iacta, Giroro est Ignis, Garuru est Tenebrae, Dororo est Aeris, Zoruru est Ventus, Meisei est Lux, Tororo est Mico, quant à moi je suis Fulmen.
 
 

 
Pururu: Gyokuyami n'a que de mauvaises intentions! S'il t'as ressuscité, c'était pour être sur qu'il gagnerait face à nous!
 
Garuru: Certes Osaken mais comme tu le sais, on échappe pas à son destin...
 
 

 
Giroro: Dire que je t'ai aimais... TU ÉTAIS POUR MOI LE MEILLEUR GRAND FRÈRE QUE L'ON PUISSE AVOIR!!!
 
Garuru: Désolé si je te fais de la peine mais ce n'est plus le cas! Le grand frère que j'étais auparavant est mort!
 
 

 
Garuru: Le feu n'est pas un pouvoir positif : il ne sers qu'à détruire, à anéantir la moindre vie vulnérable.
 
Giroro: N'essaye pas de m'avoir avec tes discours : je ne te crois pas.
 
Garuru: Pourtant Ignis, tu utilises tout sauf des pouvoirs positifs : le feu ne sers qu'à tuer et Ake vient de ta haine la plus intense, celle qui te ronge petit à petit depuis toutes ses années.
 
Giroro: Où veux tu en venir?!
 
Garuru: Moi qui pensais que tu comprendrais vite... Ignis, tu es désormais comme Washisaki : tu es moi. mon coeur bat à coté du tiens et ton ADN commence à changer.
 
Giroro: Mon... ADN...
 
 

 
Pururu: Dis, tu n'as pas peur de trop ressembler à garuru?
 
Giroro: ...Bien sur que si. Je ne veux pas lui ressembler comme deux gouttes d'eaux : je veux rester moi même! et si je ne fais rien, je risque peut-être de voir les autres différemment. Et peut-être... De tomber amoureux de toi... Je n'en peux plus pururu... J'en ai assez de toutes ces histoires...
 
 
Présentent... (sans déc', ils sont nombreux putain!)
 
Garuru: Alors qu'elle est ta décision?
 
Giroro: J'ai décidé... De te rejoindre, Tenebrae...
 
 
La plus grande aventure de tout les temps!
 
Osaken: Il existe un portail sur Oceafrigus qui mène à la forteresse Arxidus : le quartier général des chevaliers Senchô.
 
Taruru: Et pourquoi nous dire que maintenant que cette base existe?
 
Osaken: Au début, je pensais que c'était inutile mais visiblement la situation actuelle l'oblige. Là bas se trouve des orbes qui représentent vos pouvoirs : si on y va, on verra d'où vient le déséquilibre et comment guérir Ayamôjo et April.
 
 
Qui mènera nos héros...
 
Dororo: Je ne sais plus où j'en suis Zoruru. Entre la disparition de giroro et ce qu'à dit ma mère, je suis complètement perdue...
 
Zoruru: Qu'est-ce qu'elle t'as dit?
 
Dororo: Elle m'a dit que c'était sketa qui avait fait disparaître mon père et tuait mon frère.
 
 
Jusqu'au bout de leurs limites.
 
Keroro: Le dieu gyokuyami en personne. c'est plutôt étrange de votre part...
 
Gyokuyami: En effet, mais je suis là que dans un seul but : voir vos compétences au combat. Si nous commencions?
 
Keroro: Avec plaisir...
 
 
Avec des trahisons!
 
Zoruru: Giroro... C'est vraiment toi?
 
Giroro: Pas exactement Ventus : je suis Ignis désormais et à partir de maintenant, je serai du côté de gyokuyami…
 
 
De l'amitié!
 
Zoruru: Soyons claire : c'est la dernière fois que je te console!
 
Dororo: Aucun problème!
 
 
De l'amour!
 
Garuru: Avant qu'il ne m'arrive quoi que se soit, je voulais te dire que tu étais plus qu'une simple petite amie pour moi et que, si tout ceci n'était pas arrivé, j'aurais voulu faire ma vie avec toi et ne plus jamais te quitter... Mon petit ange...
 
 
De la fraternité!
 
Giroro: Je ne veux plus te perdre, on a déjà était séparé 2 fois, je ne supporterais pas une 3e...
 
Garuru: ...Écoute, je ne peux pas te promettre de rester avec toi pour toujours car il faudra bien à un moment que tu voles de tes propres ailes mais en attendant, saches que tu n'es pas obligé de faire tout ça pour moi : en tant que grand frère, c'est à moi de t'aider et plus je retrouve mes sentiments, plus je me sens coupable. Je n'ai pas était un grand frère exemplaire ces derniers mois et j'aurai du te parler plus tôt de cette discution... Désolé de te faire souffrir, frérot...
 
 
Des révélations!
 
Zoruru: Alors, vous m'avez effacé de sa mémoire pour-...
 
Jirara: Pour le sauver, zoruru. c'était son unique chance, son traumatisme était bien trop profond!
 
 
Des crises de nerfs!
 
Keroro: Je ne suis pas un lâche!!! Je te signale que depuis le début, c'est toi qui n'arrête pas de te faire kidnapper, tout ça parce que mademoiselle est trop faible pour se défendre seule!! Et moi, j'en ai assez de te voir pleurer à chaque fois parce que tu ne peux pas supporter que Garuru t'es traité comme une ennemie! J'ai beau te protéger et te défendre, tu t'en fou littéralement! Et le pire dans tout ça, c'est que même quand j'essaie de t'ouvrir les yeux, tu me rejettes comme un moins que rien, alors que tu sais très bien que j'ai des sentiments pour toi!!!
 
 
Des vols planés dans le mur!!
 
Keroro: KEROOOooo!!!! *pouic!*
 
 
Et un final explosif!! (littéralement)
 
Keroro: Les amis, il est temps de mettre fin au règne de ce dieu de la mort...
 
 
Embarquez dans une épopée inédite!
 
- Squadola!! Nous sommes partis!!
 
 
Produit et réalisé par les gars qui ont fait tout les films Disney et Block Buster de ces 30 dernières années!
 
Taruru: Vous êtes au courant que c'est très dangereux?!
 
Karara: Bah oui, c'est pour ça qu'on est venu!
 
Swetyty: On vit une aventure!!!
 
Taruru: Alors là, vous rêvez! je préviens vos parents sur le champs!
 
Taroro: J'ai dis à papa que tu étais d'accords pour que je viennes!
 
Taruru: Tu as dit quoi?!
 
 
Dont vous ne ressortirez pas indemne...
 
Keroro: Quelque chose à dire avant d'aller là dedans?
 
Pururu: J'ai un mauvais pressentiment...
 
Taruru: Je ne vois pas de quoi tu parles!
 
 

Dans vos salles le 17 juillet.
 
 
Et pendant ce temps là, sur Kakumei :
 
Muk: Non mais là, stop! Ça suffit!!
 
Putafa: Attend! Attend! Et si c'était une comédie musicale?!
 
Muk: Je t'interdis de-...
 
 
Teaser type musique toutes les cinq minutes :
 

 
Sketa: Libérééééé~ Délivrééééé~ Les étoiles me tendent les braaaaaaaaaaaas~
 
Dororo: ...WHAT??!! Shocked
 
 
Et pendant ce temps là, sur Kakumei :
 
Muk: Putafa!!!!
 
Putafa: Ou non, encore mieux : un film porn-... *paf!!* ...Tu viens de me gifler là?
 
Muk: Oui! Et c'était mérité!
 
Putafa: ...Mais... Mais... MAIS POU'QUOI T'AS FAIS ÇAAAAAAAA!!!! D'X
 
Muk: ...Oh merde! Je... Je suis désolé, c'est partie tout seul!! Viens faire un câlin!
 
Putafa: ...Gâté?
 
Muk: Oui, oui, viens faire gâté!
 
 

Par conséquent, le projet de film est suspendu...

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )


Dernière édition par Mukurochan le Dim 28 Juin - 4:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 18 Avr - 0:06

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l
 
Saiwoozu, la fameuse planète qui avait autrefois la pierre rose, était de nouveau au centre de l'histoire. Un portail s'ouvrit non loin du temple que l'unité de Garuru avait exploré, il y a longtemps, avant de se faire enlever : Tinana, Kowawa, Chiwowo et Taroro en sortirent, certains plus déterminés que d'autres.
 
Kowawa: Je suis pas sur que ça soit une bonne idée, on devrait peut-être prévenir Tata Elysione?
 
Taroro: Je suis d'accords avec elle!
 
Chiwowo: Mais soyez pas stupide, on ne fait qu'aller chercher ton père, notre grand mère et la maman de Keroro et Dororo, rien de plus!
 
Tinana: Justement, je pense qu'on s'embarque dans une aventure trop dangereuse! Moi aussi je veux sauver Mamie mais on peut pas y aller tout seuls! Et puis, ça se fait pas d'y aller pendant qu'ils font des recherches!!
 
Taroro: Et puis, certes, on est potentiellement chevaliers mais moi je sais pas ce que j'ai et les filles ne savent même pas contrôler la vie!.. Sans vouloir...
 
Kowawa: Y a pas de mal!
 
Chiwowo: On reste pas longtemps : on va les chercher et on rentre. C'est tout. De base, Saiwoozu n'est pas une planète dangereuse temps qu'on ne s'aventure pas dans la jungle.
 
Tinana: ...Ok mais on se dépêche.
 
Kowawa: Si j'ai bien compris, ils sont dans le temple qui se trouve à côté de nous.
 
Taroro: Bon, bah : allons-y Alonzo...
 
Les quatre enfants entamèrent leurs marches jusqu'au temple. Arrivés en bas des escaliers, ils regardèrent le sommet : il semblait si loin que même Chiwowo eut un mouvement de recule.
 
Taroro: ...Je sais que j'abuse mais il y aurait pas un escalator?
 
Chiwowo: Non.
 
Taroro: Un ascenseur?
 
Chiwowo: Non.
 
Taroro: Un télésiège?
 
Chiwowo: Non!
 
Taroro: Une navette?
 
Chiwowo: Non plus!! Il va falloir monter à pied! Si tu ne veux pas, tu n'as qu'à rester tout seul en bas!
 
Taroro: Ok! Ok! Ça va, je monte avec vous!
 
Chiwowo et Taroro commencèrent à monter les marches, suivit par les filles déjà agacé par leur dispute. Ils mirent du temps avant d'atteindre le sommet et la fatigue, le vertige et l'obscurité totale à l'intérieur eurent raison de leur courage.
 
Kowawa: Est-ce que quelqu'un a prit des torches ou un truc du genre?
 
Tinana: J'ai des jouets lumineux Disney!
(celui qui n'en a jamais eu n'a pas eut d'enfance!)
 
Chiwowo: Ça devrait suffire, allons chercher les parents...
 
- Permettez nous d'y aller à votre place!
 
Chiwowo s'immobilisa et se retourna en sursaut. Il crut d'abords qu'il rêvait mais c'était bien réel : en face de lui se trouvait son père, son oncle, sa tante, Keroro, Taruru et le fameux Maîtres des ouvrages. Ils étaient tous dans le même état que l'ancien sergent : leurs vêtements étaient noirs et ils avaient des marques de la même couleur.
 
Kowawa: Oh non... Papa...
 
Taroro: ...T...Taruru?!
 
Maître des ouvrages: J'espère que vous aimez ma petite surprise. Je me suis dit que, quittes à vous arrêter, autant le faire avec vos proches. Ça vous plait?
 
Tinana: Je sais pas ce que vous avez fait à mon papa et ma maman mais vous allez le regretter!!
 
Maître des ouvrages: Ah oui? Et avec quoi je t'en pris? Si tu parles de détecter des présences, ça ne suffira pas. À moins que ton père ait des problèmes pour se battre?
 
Le Maître se tourna vers Giroro qui plongea son regard sur sa fille : elle fut surprise de ne plus voir les yeux bienveillant et aimant qu'il avait d'habitude. À la place, son regard était froid et dure, aucun amour, juste de la détermination presque effrayante. Sa mère, quand à elle, restait tête baissée, comme si elle attendait des ordres. Giroro finit par répondre directement à Tinana.
 
Giroro: Je n'aurais aucun problème à t'affronter. Quoi que, je trouve le terme "affronter" inapproprié vue que je n'aurais même pas besoin de me battre.
 
Tinana: ...Tu...Tu bluffes! Tu dis ça juste pour m'impressionner : tu n'oserais jamais me faire du mal!
 
Giroro: Si tu tiens tant que ça à une petite démonstration... Maître?
 
Maître des ouvrages: J'allais justement te dire d'abréger : capturez les enfants et trouver les quatre fugitifs!
 
Les cinq chevaliers s'exclamèrent "à vos ordres" avant de se précipiter sur les enfants qui prirent la fuite, chacun dans un couloir différent. Chiwowo se retint de pleurer : il se sentait tellement impuissant qu'il n'avait qu'une envie, se balancer contre un mur. Depuis le début, chaque fois qu'il y avait un problème, il ne pouvait même pas l'affronter : il devait juste courir. S'il avait pu dire "merde" et s'en aller, il l'aurait déjà fait. Mais non : il était là à fuir son père dans des couloirs sombres où il ne voyait rien. Des souvenirs lui revenait en mémoire : des scènes de caches caches, de courses poursuites effrénées dans la maison qui finissaient dans la cuisine où maman était là pour le protéger. Il s'arrêta juste à temps face à un mur : un cul de sac. Il chercha désespérément une sortie quand une lueur violette attira son attention derrière lui : Garuru était à quelques mètres, une flamme violette brûlait le long de son avant bras et éclairait les environs. Il n'avait pas l'air de vouloir plaisanter : il avait ce regard sévère qu'il ne donnait qu'à ses collègues. Chiwowo essaya de garder la tête haute mais il était presque tassé sur lui même.
 
Garuru: Je dois avouer que je suis impressionné par ta vitesse. Mais arrêtons les politesses ici : tu vas gentiment me suivre, sans faire d'histoire.
 
Chiwowo: Ne... Ne t'approche pas!!
 
Garuru: Depuis quand te permets-tu de me donner des ordres?! Il faut croire que ton nouveau rôle de chevalier t'as aussi fais donné de l'irrespect!
 
Garuru continua d'avancer malgré tout, en direction de Chiwowo, terrorisé. C'était la première fois que son père lui parlai aussi durement. Il avait du mal à croire que c'était bien lui. Il eut soudain une révélation : si ça se trouve, ce n'était pas son père mais un clone. C'était même totalement possible. Tout en longeant le mur, il actionna par accident un bouton caché. Quand il s'activa, une trappe s'ouvrit puis il tomba dans un tunnel. De son côté, Taroro était caché dans une grande salle avec plusieurs colonnes. À quelques mètres de lui, Taruru détruisait chaque piliers, un par un. Il semblait fou de rage.
 
Taruru: Taroro, ma patience a des limites et tu commences sérieusement à m'agacer! Sors de ta cachette!!
 
Taruru défonça une autre colonne qui vola en éclat si près de Taroro qu'il failli recevoir des débris. Il se décida à ramper vers une autre colonne et pria pour que son frère ne l'aperçoive pas. Il l'entendait très clairement respirer nerveusement et se défouler sur tout ce qui croisait son regard, ce qui l'effraya d'avantage : qui sait ce qu'il pourrait lui faire. Soudain, une grande lueur bleu pâle envahit la pièce puis un bruit d'eau assourdissant résonna.
 
Taruru: Je vais compter jusqu'à dix! Si tu ne sors pas avant, j'enseveli toute la pièce et n'espère pas que je te sauve de la noyade! Un, deux, trois, quatre...
 
Taroro commença à réfléchir à toute vitesse : que faire? Fuir? Se rendre? L'affronter? Il risqua un regard vers son frère : il était au milieu de la pièce, un immense tourbillon d'eau au dessus de lui. Il remarqua alors une faille, à droite : il pouvait s'y glisser facilement, échapper à l'eau et s'enfuir dans le couloir par lequel il était entré. Il tenta le coup. Il se précipita en courant, pile au moment où Taruru lança sa vague. Celle-ci ensevelit tout sur son passage, mais, heureusement, Taroro avait réussi à quitter les lieux. Il crut être en sécurité quand un cri retentit puis il entendit Taruru se précipiter sur lui. De son côté, Kowawa essayait d'échapper à Kirara et Keroro, tout en essayant de trouver sa grand mère. Elle arriva dans une grande pièce avec un autel au centre : sans doute l'endroit où se trouvait la pierre rose autrefois. Malheureusement, ce lieu n'avait pas d'autres issus. Soudain, quelqu'un arriva derrière elle : c'était Tinana.
 
Kowawa: Mais qu'est-ce que tu fiches ici?
 
Tinana: Non, toi qu'est-ce que tu fiches ici?
 
Kowawa: Ne changes pas de sujet!
 
Tinana: N’esquive pas la question!
 
Des bruits interrompirent leur dispute : cette fois, elles étaient poursuivi par Keroro, Kirara et Giroro en même temps. Effrayées, elles se réfugièrent dans la salle et se cachèrent derrière l'autel, espérant leur échapper. Peu à peu, des voix s'approchèrent et devinrent plus claire :
 
Keroro: Mais où sont passés ces petites garces?!
 
Kirara: Elles sont entrées dans cette pièce.
 
Cette fois, tout semblait perdu. Les filles se recroquevillèrent l'une contre l'autre, priant pour qu'un miracle se produise. Alors que Kowawa et Tinana reconnaissaient le bruit des escaliers en pierre qu'elles avaient descendu avant d'entrer, une dalle près d'elles se mit à bouger et se délogea : une titarienne surgit d'en dessous.
 
Kowawa: Mamie?!
 
Narara: Venez vite les filles!
 
Les filles se regardèrent, surprises. Quelques secondes plus tard, Giroro déboula dans la grande salle, suivit par Keroro et Kirara : il n'y avait plus personne.
 
Giroro: ...Merde... Merde, merde, merde, merde, MERDE!!!
 
Giroro fit quelques pas dans la direction opposé et frappa un mur, frustré. Keroro, quand à lui, examina chaque coins et recoins de la pièce, lui aussi semblait en colère. Kirara, quand à elle, regarda le tout de loin, peu intéressé par les événements actuelles.
 
Keroro: Il n'y a pas d'issue, elles n'ont pas pu se volatiliser comme ça!!
 
Kirara: Elles sont plus intelligentes qu'il n'y paraît.
 
Keroro: Kirara, au lieu de faire ta je-m'en-foutiste, aide moi à les retrouver!! Et ça vaut aussi pour toi Giroro!
 
Kirara: Ouais, ouais...
 
Kirara commença à regarder plus en détails, malgré son manque flagrant d'implication. Giroro, quant à lui, mit du temps avant de retourner à l'intérieur. Visiblement très attaché à réussir sa mission, le fait de se faire berner par des gamines le rendait malade. De son côté, Taroro fuyait toujours. À peine eut-il le temps de regarder derrière lui qu'il sentit quelqu'un le happer par la cape et le tirer en l'air pour ensuite le plaquer contre le mur. Taroro garda les yeux fermés, effrayé, puis réussit enfin à les ouvrir : il vit Taruru, qui le tenait fermement. Il avait une étincelle de folie dans le regard.
 
Taruru: Je te tiens, cette fois...
 
Taroro: Grand frère, s'te plait, arrête, tu me fais peur...
 
Taruru: Arrête avec tes larmes de crocodiles!! N'essaye pas de m'amadouer : je te ramènerais de gré ou de force!
 
Taroro commença à pleurer de manière incontrôlable. Il gesticula pour se délivrer mais c'était peine perdu : Taruru le tenait si fort qu'il aurait pu se transpercer la main à travers la cape. Le petit titarien ne reconnaissait plus son frère, ce qui l'effraya d'avantage.
 
Taroro: ...Pou... Pourquoi tu fais ça?! Qu'est-ce que je t'ai fais?!
 
Taruru: ...Ce que tu m'as fais? Tu oses me le demander?! Tu es donc assez stupide pour ne pas t'en rendre compte tout seul?!
 
Taroro: ...Mais je... Tu me fais mal, lâche moi!
 
Taruru: Non, je ne te lâcherais pas!!! Tu as cru que tu pourrais m'échapper indéfiniment?! Qu'il suffisait d'avoir ton papa adoré à côté de toi pour être en sécurité?! Eh bien regarde autour de toi : tu es seul!! Il n'est pas là pour te protéger!! Ça se passe uniquement entre toi et moi!!!
 
Taroro: Mais j'ai rien fais!! Pourquoi tu m'en veux?!
 
Taruru: Oh! Ton père ne te l'a pas dit? Mince alors, j'étais persuadé qu'il te considérait comme étant assez vieux pour t'en parler.
 
Taroro: Me parler de quoi?! Et puis, pourquoi tu parles de lui comme si c'était pas aussi ton papa?!
 
Taruru: C'est malheureusement le mien. C'était tout du moins un temps soit peu le cas jusqu'à ce que tu naisses!!
 
Taroro déglutit : de quoi parlait-il? Cette situation devenait trop compliqué pour lui, il ne comprenait plus rien. Taruru reprit, cependant. Son ton changea : il semblait distant.
 
Taruru: J'étais heureux avant... Mes parents m'aimaient, me chouchoutaient, mais il a fallut que tu arrives... Et tu as tout gâché...
 
Taroro: ...Mais... Pourquoi?
 
Taruru: Ne fais pas semblant de ne pas comprendre!!! Depuis que tu es né, je vie un véritable enfer : tu es devenu le centre de toute l'attention! Déjà que mon père me snobait, il a commencé à être ignoble avec moi. Je ne pouvais plus rien faire sans être critiqué à tout bout de champs, malgré tout mes efforts!! Et toi, à côté, il te suffisait de sourire et tout le monde était à ton chevet!! Tu trouves ça normal??!!
 
Taroro: ...Je savais pas...
 
Taruru: Tu savais pas? TU SAVAIS PAS??!! Comment peux tu être aussi AVEUGLE?! Avec toutes ces gifles qu'on m'a donné!! Toutes ces heures perdus à m'entraîner pour rien!! Toute cette... Injustice...
 
Taroro: Mais c'est pas ma faute...
 
Taruru: ...Si... C'est de ta faute!! Non content de m'avoir gâché mon existence, tu pourris aussi celle de ma mère!! Celle qui se tue à petit feu en se faisant du soucis pour ta putain de maladie de merde... Tu n'es... Tu n'es qu'un parasite!! Tu n'aurais jamais dû naître, tu n'es qu'une erreur!!!
 
Quelque chose se brisa en Taroro, quelque chose qui le figea dans le temps. Les paroles de son frère venait de le marquer au fer rouge. Entre nous, quelle est la pire chose qu'on peut dire à un enfant : qu'on ne l'aime pas ou qu'il est inutile et nocif. Il resta silencieux, plongé dans un état catatonique. Taruru, quand à lui, reprenait son souffle, retrouvant peu à peu son calme. Il finit par le faire retomber au sol et le traîna avec lui. Soudain, une lueur rose apparu derrière eux.
 
- Lâche-le tout de suite!!
 
Taruru: ...Qui es-tu?!
 
Taruru n'eut comme réponse qu'un laser vert émeraude qui le propulsa plus loin. Taroro retrouva alors ses esprits et se tourna vers la lueur. Au même moment, Chiwowo sortait d'une sorte de lac souterrain où il avait plongé après être tombé dans un passage secret. Il était désormais trempé jusqu'aux os et tremblait de froid. D'autant plus qu'il ne voyait presque rien : il n'avait aucune idée de comment il allait sortir de cet endroit. Il tenta de se calmer et avança dans le noir complet, à l'aveugle. Il n'y avait pas un bruit, juste ses pas qui résonnait, si bien qu'il finit par marcher très lentement, de peur qu'on l'entende. Il repensa aux autres : Taroro, sa soeur, sa cousine, son père, son oncle, sa tante, Keroro, Taruru. Ils se demandaient ce qu'il se passait, s'ils allaient bien, si c'était bien des clones, difficile à dire pour le moment. Il finit par soupirer : réfléchir n'amenait à rien vue qu'il n'avait aucun élément de réponse. Il se concentra donc sur sa marche : il arrivait désormais à distingué les murs. Il devina qu'il se trouvait dans une caverne et que, à quelques mètres, se trouvait un escalier qui semblait ramener à l'extérieur. Il voulut accélérer le pas mais quelque chose lui glaça le sang. Le bruit de ses pas résonnait, mais pas comme tout à l'heure, on aurait dit qu'il se dédoublait. Ou plutôt... Que quelqu'un marchait en même temps que lui. Il s'arrêta net, se retourna en sursaut, et regarda. En face de lui, il n'y avait que de l'obscurité, il ne voyait même plus le lac. Chiwowo commença à trembler : pas de froid mais de peur. Il reprit son chemin, en trottinant cette fois. Mais plus il avançait, plus il sentait une présence derrière lui, il avait presque l'impression d'avoir des picotements sur sa nuque. Il accéléra encore. L'écho de la grotte s'amplifia et devint presque étouffant, comme si le son le martelait. Le petit titarien sentait presque un souffle derrière lui. Il finit par courir à en perdre le souffle jusqu'aux escaliers où il trébucha sur la troisième marche. Complètement sonné, il resta affalé pendant une dizaine de secondes, qui semblait interminable, avant de se mettre à genoux. Il avait reçu un choc à la tête mais ne semblait pas blessé, au contraire. Il tâta rapidement son visage : il n'y avait pas de sang, pas de plaies, pas de bosses. Soulagé, il se redressa. Puis s'arrêta. Quelque chose de froid et dure venait de se coller derrière sa tête. Le contact avec l'objet glacé le paralysa. Puis il senti de nouveau un souffle derrière lui.
 
Garuru: Fini de jouer maintenant, ton escapade est terminé.
 
Chiwowo: ...Non.
 
Garuru: ...Je te demande pardon?!
 
Chiwowo: Arrête ton manège, je sais que t'es pas mon père!
 
Garuru: ...Comment oses-tu, petit effronté-...
 
Chiwowo: Déjà : si tu étais mon père, tu ne me parlerais pas comme ça! Et ensuite, il m'a toujours dit que tu serais incapable de revenir sur Saiwoozu après ce qu'il s'y est passé! Alors, maintenant, tu vas me dire qui tu es et où est mon vrai papa!
 
Garuru: ...Bien joué. Franchement, bien joué Sherlock. Je ne me doutais pas que tu serais aussi "perspicace". Mais il y a cependant un hic : je n'ai peut-être plus la même enveloppe charnelle mais mon esprit est toujours le même. Malheureusement pour toi...
 
Chiwowo: Qui t'as fait ça et pourquoi?!
 
Garuru: Je doutes que tu es intérêt à le savoir vue ce qu'il t'attend. Mais une chose est sur : ces personnes m'ont ouvert les yeux et il est temps que les choses changent, à commencer par toi...
 
Chiwowo: Et comment? En me kidnappant pour m’emmener je ne sais où?!
 
Garuru: Kidnapper? Alors, pour toi : se faire obéir par son fils devrait être illégal?
 
Chiwowo: Comme ça : oui!! Tu disparais d'un coup et quand tu reviens, tu changes complètement et tu réponds à aucune question, je suis censé le prendre comment?!
 
Garuru: Tu trouves que j'ai changé? Il n'y a pourtant aucune différence... Oh! Mais j'avais oublié, tu ne sais pas tout, tu ne sais même rien.
 
Chiwowo: Mais de quoi tu parles à la fin?!
 
Garuru: Je doute que tu veuilles tout entendre.
 
Chiwowo: ...De toute façon, je m'en fiche! J'ai mes secrets, je vois pas pourquoi je devrais connaître les tiens.
 
Garuru: Même si je t'ai menti?
 
Chiwowo ne répondit pas : ce clone, ou peu importe ce qu'était cette chose, avait touché dans le mille. Chiwowo, de son côté taciturne, ne supportait pas deux choses : qu'on le mêle à des problèmes et, dans le même cas, qu'on lui mente. Pourtant, son père lui avait promis qu'il ne lui mentirait jamais. Il ne pu toutefois s'empêcher de douter.
 
Garuru: Je vois dans ton regard que ça t'intéresse.
 
Chiwowo: ...J'en ai rien à faire.
 
Chiwowo fit mine de partir en montant les marches, même si c'était complètement ridicule de sa part. Cela n'arrêta cependant pas l'étrange individu.
 
Garuru: Tu ne t'es jamais demandé pourquoi certains pensaient que j'avais été un lâche et un meurtrier?
 
Chiwowo s'arrêta mais ne se retourna pas, de peur de croiser son regard.
 
Chiwowo: ...Ils mentent.
 
Garuru: Non : j'ai réellement fais partie de l'armée de Gyokuyami et j'ai affronté ta mère et ton oncle. J'ai même été jusqu'à le pervertir à son tour pour qu'il me rejoigne.
 
Chiwowo: C'est faux!! Tu t'es battue aux côtés d'Osaken jusqu'au bout!
 
Garuru: Et quelle preuve as-tu? Tu n'y étais pas, tu n'as jamais vue de vidéos ou d'articles de journaux. Tu serais donc assez idiot pour me croire sur paroles?.. Oh! Attend, c'est vrai : je n'ai rien dis, tu n'as fais que tirer tes propres conclusions seul. Tu t'es forgé un univers rien qu'à toi et tu m'as entraîné dedans! Par ta faute, j'ai dû endurer tout ça...
 
Chiwowo: ...Mais je... Je... Tu ne m'as jamais contredit!
 
Garuru: Et c'est justement la pire erreur que je n'ai jamais faites!! J'en ai assez d'avoir à subir au quotidien ton désintéressement et ton insolence face à cette situation. À cause de toi, je ne peux plus assumer ce que je suis... Et il est temps que ça cesse...
 
Chiwowo: Quoi, tu es fière d'avoir fait... Ça?!
 
Garuru: ...Pourquoi ne le serais-je pas? J'étais l'un des combattants les plus puissants qu'il soit, j'étais immortel, invincible, tout le monde tremblait en entendant mon nom... Je n'ai pas honte de le dire, si c'était à refaire, je le ferais et j'en savourerais chaque secondes...
 
Chiwowo: Mais... Non, arrête, tu mens : tu peux pas être content d'avoir fait ça!! T'as tué des gens innocents, t'as fais du mal à maman et tonton, tu... T'étais méchant!!
 
Garuru: Qui t'as dis que j'étais "gentil" de base?! Tu voulais voir qui j'étais réellement : me voilà! Et comme je te l'ai dis, les choses vont changer : à partir de maintenant, je ne mentirais plus et tu ne dicteras plus ma vie! J'ai étais trop souple avec toi : il est temps que je reprenne les choses en main!
 
Chiwowo: Papa-...
 
Garuru: La ferme!! Tu vas maintenant me suivre sinon, je te tuerais!!
 
Garuru fit apparaître son ancienne épée et l'utilisa pour créer une vague d'énergie que Chiwowo esquiva in extremis. Il déglutit en voyant que la vague avait littéralement tranché l'escalier en deux. Pas de doute : son père était sérieux. Et il n'avait aucun moyen de se défendre.
 
Garuru: Pathétique. Absolument pathétique. N'as-tu donc rien de plus de chevaliers que cette cape?!
 
Chiwowo: Mais je suis pas chevalier!! J'ai pas de pouvoir, rien du tout!!
 
Garuru: Ah oui? Vraiment? Voilà qui est assez... Inattendu. Tu me facilites donc la tâche.
 
Garuru fit apparaître un cercle de feu autour de Chiwowo qui fut pris au piège. (non, je ne ferais pas référence à Kaamelott, pas cette fois) Il avait beau supplier son père d'arrêter, il ne fit rien, il ne répondait même plus, ce qui l'effraya d'avantage. Les flammes se rapprochaient de plus en plus, la chaleur était insoutenable, bientôt : il serait brûlé vif. Il ferma les yeux et se roula en boule : il se surprit à supplier quelqu'un de venir l'aider. N'importe qui : sa mère, sa soeur, sa cousine, son oncle, Fukuaijin, Elysione, En'you, tout ceux qu'il connaissait. Il ne voulait pas mourir et ne pouvait rien faire pour y échapper. Tout semblait perdu. Puis la sensation de chaleur s'évapora. Il rouvrit les yeux : il était dans un néant noir, une aura rose était à ses côtés.
 
- N'est pas peur Chiwowo, je suis venu t'aider.
 
Chiwowo: ...Où est-ce que je suis?
 
- Nous n'avons plus le temps, fais appel à Squall.
 
Chiwowo sursauta : ce nom "Squall", lui semblait étrangement familier. Il résonnait presque en lui, comme une sorte de déclic. L'obscurité disparu et le cercle de feu revint. Mais Chiwowo n'était plus au centre. Garuru fit disparaître le cercle et regarda autour de lui : aucune trace de son fils. Il recula d'un pas et s'immobilisa : quelque chose approchait, derrière lui. Il se jeta sur le côté en faisant une roulade et fut éblouie par une lueur mauve pâle. Quand celle-ci disparu, il pu voir, enfoncés dans le sol, des pics transparents, aux reflets violets. Il se retourna vivement : un petit Titarien était en face de lui, armé d'une épée gigantesque, faisant au moins 3 fois sa taille, dont le manche ressemblait à celui d'un pistolet. Il le regardait avec une expression intraduisible qui n'eut toutefois aucun effet sur l'ancien lieutenant.
 
Garuru: Alors, quoi qu'il arrive, tu trouveras toujours le moyen de me ralentir? Eh bien, soit : affrontons nous tel de vrais guerriers, et reçoit la correction que je comptais te donner comme un homme.
 
Chiwowo: Non! Je n'accepte pas les ordres d'un monstre comme toi! Je ne veux plus jamais te voir!!
 
Chiwowo s'entoura d'énergie mauve et s'enfuit en frappant le plafond avec sa gunblade, laissant Garuru, seul. Après avoir traversé plusieurs étages, il arriva dans un couloir où se trouvait Taroro. Il avait envie de pleurer mais il se retint.
 
Taroro: T'as affronté ton papa?
 
Chiwowo: ...Comment tu sais ç-?!
 
Il s'arrêta, les yeux rivés sur les mains de Taroro : il tenait des espèces de gants surmontés de grandes lames semblables à des griffes. Le petit titarien bleu les regarda à son tour.
 
Taroro: Elles s'appellent Durgal.
 
Chiwowo: Alors toi aussi, tu as des pouvoirs?
 
Taroro: Je sais pas quel est mon élément. J'ai juste réussi à fuir mon frère avec, et toi?
 
Chiwowo ne répondit pas : lui non plus n'avait pas de réponse après tout ce qui s'était passé. Et la lueur rose n'était plus dans les parages. Exaspéré, il ne répondit pas et s'en alla, suivit par Taroro, silencieux. Il n'y avait plus un bruit dans le temple, comme si la précédente course poursuite n'avait pas eu lieu. Ils arrièrent enfin à l'extérieur où plusieurs personnes étaient présentes.
 
Chiwowo: Mamie?!
 
Taroro: Papa!!!
 
Taroro se précipita dans les bras de son père tandis que Narara serra son petit fils contre lui. Kerara, Dasasa, Kowawa et Tinana était elles aussi présentent. Malgré tout, Chiwowo n'arrivait pas à se réjouir : les paroles de son père le tourmentait, et sa grand mère le voyait.
 
Narara: Un problème mon petit sucre?
 
Chiwowo: J'préfère pas en parler...
 
Narara n'insista pas : Chiwowo était bien comme son fils, il ne valait mieux pas en rajouter quand il était tourmenté. Le soir venu, les parents étaient sur Kakumei, en sécurité, et les enfants étaient resté avec eux, juste une nuit. Ce qui devait être un temps de repos était, pour Chiwowo, une occasion de vérifier certaines choses. Alors que tout le monde dormait, il était dans l'ancienne chambre de son père, sur un ordinateur portable qu'il avait "emprunté" à Chisa et était sur un moteur de recherche. Les mots clés : Tenebrae, Gyokuyami. Ce qu'il découvrit lui donna envie de tout détruire autour de lui mais ses émotions le figèrent. Son père avait donc dit vrai. Tout ceux en quoi il croyait venait de se briser : son père n'était pas un héros et sa mère était "faible". Il regarda le plafond : il se surprit à se demandait s'il devait le sauver ou pas...
 
 
A SUIVRE...
 
l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l
 
Putafa: Mais t'es sur que tu veux pas de film?
 
Mukurochan: Non, je veux une série!!
 
l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l
 

clin d'oeil à :

Link face of evil
Pratiquement tout ce qui concerne le cinéma...

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3014
Age : 26
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Dim 19 Avr - 17:26

Ce délire putain! XD C'était pas trop difficile de piocher les bonnes phrases?

Y a de la bonne destruction d'enfance dans ce chapitre en tout cas! La bonne odeur de l'enfance brisée...
Bon ben moi je dis, la suite!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Mer 27 Mai - 21:34

Oh non, pas du tout : c'était extrêmement simple de faire le tri dans 60 chapitres! :'D
Le plus dur était aussi de trouver les gifs et faire les affiches, mais ça...

PS : Désolé d'avoir était aussi longue, le chapitre ne me plaisait pas et j'ai mit du temps à l'améliorer.
Mais le voilà : beau comme un cochon!

Et petite note : évitez de lire ce chapitre si vous êtes arachnophobe.
Et ne mangez pas. Vous allez le regretter.

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Chapitre 5 : Enfance brisée.

Une sirène résonna dans toute la capitale de Titar. De base, celle-ci était utilisé pour signaler les attaques sur la planète. Mais au vue des circonstances, elle n'avait plus été utilisée depuis des années. Et pourtant, aujourd'hui, elle sonnait de nouveau, non pas pour signaler une bataille, mais quelque chose de plus terrible que ça : le retour de la terreur. (je vous jures que j'ai pas fait gaffe) Ce son, lourd et strident, réveilla l'ancien président Jorere. Il était toujours enfermé dans une cellule du parlement, le corps mutilé par la torture, les yeux bandés et attaché solidement à une chaise. C'était peut-être mieux ainsi, se disait-il. On l'avait tellement frappé que le moindre mouvement brusque lui provoquait une douleur fulgurante qui lui faisait littéralement tourner la tête. Mieux valait le paralyser qu'autre chose. Il tenta tant bien que mal de comprendre ce qu'il se passait. Au moins, le fait d'avoir la vue coupé lui permettait de mieux se concentrait sur son ouïe. La sirène continua quelques secondes, puis des bruits de hauts parleurs se firent entendre : une voix féminine plutôt douce et entêtante se fit entendre.

- Peuple de Titar. Afin de préserver au mieux l'ordre et la discipline au sein de notre chère planète, de nouvelles règles vont être instaurés. Celles-ci prendront effet dés la fin de ce message. Désormais, il vous sera demandé de rester chez vous entre 21h et 5h du matin. Une milice, armée par nos soins, s'assurera du respect de cette règle pour votre sécurité et votre bien être. Il est interdit de communiquer ou d'échanger avec d'autres planètes, peu importe la race d'alien que vous souhaitez joindre. Toute personne identifié comme étant non Titarienne devra être signalé et envoyé à l'astroport le plus proche. Le gouvernement Titarien apprécie grandement la solidarité : si vous détenez des informations pouvant nous aider à combattre la criminalité et l'injustice, nous vous invitons à venir nous en parler avec nos autorités compétentes. Votre coopération vous sera grandement récompensée. La nouvelle classification citoyenne, mise en place par le commandant suprême Zariri, est active dés maintenant. Ainsi, tout citoyen n'entrant pas dans les classes ouvriers, publiques, sanitaires et bureaucratie, en phase d'apprentissage ou en exercice, seront classés en catégorie soldats de l'armée et devront immédiatement rejoindre la caserne la plus proche afin de commencer leurs services. Nous rappelons que les personnes mineures, à la retraite ou souffrants de problèmes physiques et mentaux ne correspondent à aucune de ces classes, et que celles-ci sont priés de n'aller que dans les lieux catégorisés en priorité une. Tout manquement à cette règle sera interprété comme un acte dangereux et déséquilibré, puni sévèrement. Nous rappelons également, afin d'assurer une sécurité optimale, que toute réunion dans un lieu publique est désormais interdite, et que toute personne ayant participé sera poursuivi pour trouble à l'ordre publique. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à contacter notre service de renseignement. Merci de votre coopération, le nouveau gouvernement Titarien vous souhaite une agréable journée.

Jorere enrageait intérieurement tandis que la sirène retentissait une nouvelle fois, puis se fut le silence totale. Il se demandait comment une telle dictature avait pu être mise en place jusqu'à ce que des bruits de pas retentirent dans la cellule. Il sursauta : il y avait quelqu'un avec lui depuis le début.

- Alors Jorere, que dites-vous de ce petit message? J'ai hésité entre le faire enregistrer par un titarien ou une titarienne mais finalement, je ne regrette pas mon choix. Qu'en pensez-vous?

Jorere: Allez au diable, Zariri...

Zariri: Alors même plus bas que terre, vous continuez de provoquer. Vous êtes encore plus ridicule que ces jeunes qui se croient politiciens juste en arrivant à dire à haute voix ce que les gens veulent entendre. Vous n'arrivez même pas à envisager le pouvoir tel qu'il est réellement, il était temps que je revienne...

Jorere: Vous êtes monstrueux. Comment pouvez-vous vous attaquez à des familles, des femmes et des enfants innocents, tout ça pour contrôler Titar!! ...Où devrais-je dire, comment osez-vous sacrifier votre planète pour servir les intérêts d'êtres malfaisants?!

Zariri: Ainsi, vous me voyez comme une personne soumise à plus forte que soi. Détrompez vous : je ne suis pas qu'un simple lion dans une meute, je suis plus que ça. Je suis celui qui sauvera Titar de la décadence dans laquelle vous l'avez plongé, vous et vos chers chevaliers...

Jorere: Alors c'est après eux que vous en avez?!

Zariri: Eux et ceux qui ont osé me remplacer, mais ça va changer. Que dis-je : ça a changé! Vous n'êtes plus rien désormais! J'ai largement gagné! Quand aux chevaliers, ce n'est plus qu'une question de temps avant qu'ils soit tous exterminés...

Jorere: Alors qu'attendez-vous pour me tuer? Manquez-vous donc de courage? À moins que le fait de ne plus sentir mon regard sur vous vous suffit. Mais détrompez-vous : je n'ai pas besoin de mes yeux pour voir le mal que vous faites autour de vous!

Zariri: Que de métaphores pour rien. Si vous voulez tout savoir, j'aime garder les trophées de mes victoires, en particuliers s'ils sont vivants. Quand au bandage qui couvre vos yeux, non pas qu'il ait été placé ici pour raison médicale mais simplement : à quoi bon réduire quelqu'un à l'état de vermine insignifiante si on lui laisse encore la possibilité de nous regarder?

Jorere entendit la voix de Zariri s'éloignée puis une porte s'ouvrir et se refermer. Il était de nouveau seul. Il serra les dents et se mit à prier, prier pour que les chevaliers combattent ce dictateur. Il avait et il aurait toujours confiance en eux. Quoi qu'il arriverait. Durant l'ère de Gyokuyami, il avait été l'un des derniers à les avoir défendu. Il avait participé à de nombreuses rébellions avec la sénatrice Tokoko, et il ne l'avait jamais regretté. Maintenant, il ne lui restait plus qu'à attendre...

Au même moment, Kowawa se baladait dans le jardin d'Arxidus. Sa mère lui avait raconté qu'elle adorait passer du temps sous le grand arbre, quand il faisait chaud. Même si le sol était gelé par le froid, à cause de la mauvaise saison, cela n'empêcha pas la petite titarienne d'y aller à son tour, ne serait-ce que pour se sentir proche de sa maman. Elle retira sa cape et la posa sur l'herbe, entre les racines de l'arbre, pour s'asseoir dessus. Malgré tout, le froid traversa le tissus, mais cela ne la dérangea pas plus que ça. Elle regarda les branches et la lumière du soleil qui perçait les feuilles, et soupira : trois jours s'étaient écoulés depuis le combat sur Saiwoozu, et celui-ci avait beaucoup marqué les esprits. L'ambiance était devenu lourde sur Arxidus, les chevaliers et dieux ne se parlaient presque plus entre eux. D'une part parce que certains n'arrivaient pas à pardonner aux enfants d'être parti seuls en mission, mais aussi à cause des autres membres de la Brigade Solaire : le fait de les avoir vue dans cet état là en avait bouleversé plus d'un. Les questions s’enchaînaient sans réponse : qui était le responsable? Pourquoi ici et maintenant? Qu'est-ce qui était arrivé aux autres chevaliers? Allaient-ils réussir à les sauver? Est-ce qu'elle allait un jour revivre normalement? Retourner à l'école?... Et encore des centaines d'autres questions que Kowawa se posait, sans trouver de réponses.

Elle n'était pas la seule à déprimer : Taroro ne parlait plus à personnes depuis qu'ils avaient quitté Kakumei. Il restait enfermer dans sa chambre et ne sortait que pour manger. Quand à son frère jumeaux, il passait son temps à s'entraîner dans l'univers virtuel qu'avait créer Kururu et Tororo, il y passait des heures au point d'en négliger sa santé et elle n'était pas la seule à s'en inquiéter. Il n'y avait que Tinana qui ne semblait pas malheureuse. À vrai dire, elle avait trouvé une occupation : elle s'était rendu compte que personne n'avait étudié sérieusement les Kiridans. Elle s'était donc décidé à faire un carnet sur Spinelle, regroupant tout ce qu'elle savait et ce qu'elle apprendrait sur le petit extraterrestre. Elle en était très fière. D'ailleurs, elle les aperçu en train de jouer plus loin. Elle les enviait de ne pas être trop affecté par tout ça. Tout à coup, Spinelle se tourna vers Kowawa et se précipita pour se blottir affectueusement contre elle, comme si elle voulait la consoler. Cela fit fondre la petite titarienne qui lui rendit son étreinte avant d'être rejointe par sa cousine. Elle remarqua alors que le petit être blanc portait, à son cou, un ruban magenta accroché en nœud papillon avec une clochette.

Tinana: Désolé, elle m'a échappée! Qu'est-ce que tu fais là toute seule?

Kowawa: Maman m'a dit qu'elle adorait passer du temps sous le grand arbre. Je crois que c'était celui là justement.

Tinana: Effectivement, j'en vois pas d'autres.

Kowawa: Et toi, tu fais quoi?

Tinana: On jouait à trape trape, mais vue que je lui ai mis une clochette, je gagne tout le temps!

Kowawa: Mais c'est de la triche!

Tinana: Non, c'est mignon! D'ailleurs, tu as vue Chiwowo ce matin? Je l'ai entendu ce coucher tard hier soir, En'you le ramenait de force.

Kowawa: Ah bon? Moi je l'ai entendu sortir tôt justement...

Les filles n'ajoutèrent rien, elles avaient les mêmes inquiétudes. Soudain, Taroro déboula dans le jardin, haletant.

Taroro: Faut que vous veniez vite, un gars du parlement titarien veut nous parler!!

Les deux fillettes se regardèrent : c'était bien la première fois que ça arrivait. Taroro, en tout les cas, ne semblait pas différent de d'habitude : comme s'il n'avait pas déprimé. Kowawa remit sa cape puis ils se précipitèrent tout les trois vers la salle de vidéo conférence (si on peut appeler ça comme ça...). Ils retrouvèrent En'you, Elysione, Kin'iro, Donaré et Chiwowo, qui semblait encore plus fatigué. Mais elles n'eurent pas le temps de poser des questions : l'écran s'alluma soudainement puis l'image d'un titarien qu'elles connaissaient apparu.

Kowawa: Papy?!

Goruru: ...Les enfants?! Dieu soit loué, vous êtes en vie-...

Il s'interrompit, quelqu'un à côté de lui, hors champs, semblait lui donnait des ordres. En'you en profita pour se tourner vers les autres et chuchota.

En'you: Surtout, ne dites rien sur nos combats et votre grand mère.

Kowawa: Mais c'est notre Papy!

En'you: Oui mais il n'est certainement pas retenu par des alliés. Donc taisez-vous, laissez nous gérer.

Kowawa hocha la tête : En'you ne lui avait plus parlé depuis leurs escapades sur Saiwoozu. Mieux valait lui obéir. Goruru finit par revenir devant l'écran, il semblait avoir le teint pâle, l'air fatigué et il tremblait. Sa manière de parler laissait penser qu'il récitait un texte.

Goruru: Je parle au nom du nouveau gouvernement Titarien. Ils... Ils contrôlent désormais toute la planète et ont reprit les rennes de l'armée qui... Qui... Qui a retrouvé sa puissance d'autrefois. Celle-ci est opérationnelle et son rayon d'action est quasiment... Infinie...

Il fit une pause : il commença à sérieusement pâlir, il pouvait faire un malaise d'une seconde à l'autre. Même Kowawa l'avait compris et le voir ainsi lui donnait presque envie de pleurer, mais elle se retint pour rester brave. Il y avait autre chose qui l'enrageait : pourquoi personne n'intervenait? Elle regarda les autres : mise à part les enfants, tous regardait l'écran avec un air plus ou moins froid et dure. Elle déglutit de dégoût : il n'avait donc aucune pitié pour son grand père?! Celui-ci reprit.

Goruru: Ils... Ils veulent à tout prix éviter des affrontements inutiles et vous propose... Un compromis... Par conséquent... S'il vous plait, rendez-vous pendant qu'il en est encore temps...

Sa voix avait changé, comme s'il parlait sincèrement. Kowawa eut envie d'intervenir mais Elysione l'a bloqua doucement. Elle eut envie de se débattre mais, quand elle vit son regard, elle s'arrêta. Ses yeux étaient plein de compassion. Comme si elle comprenait ce que ressentait la petite fille. Hébétée, Kowawa se blottit dans ses bras, cherchant à garder son calme à tout prix. De son côté, En'you s'avança face à l'écran.

En'you: Je parle au nom de toute la Brigade Solaire. Il est évidemment hors de questions de nous rendre. Nous ne changerons pas d'avis et s'ils veulent nous affronter, qu'ils viennent : nous les attendons de pied ferme.

Goruru: ...En'you, je t'en supplie...

En'you: Ne vous inquiétez pas, nous veillons toujours sur vos petits enfants, ils ne risquent rien. Les personnes qui se servent de vous actuellement ne les auront pas.

Goruru: Vous ne savez pas contre qui vous vous battez. J'ai vue ce qu'ils sont capables de faire, c'est trop tard... Tout est perdu, vous n'avez aucune chance contre eux...

En'you: ...Amiral Goruru-...

Goruru: Le gouvernement vous propose un ultimatum... Vous avez jusqu'à midi pour changer d'avis... Sinon... Ils... Ils n'hésiteront pas à attaquer...

Chiwowo: Mais tu es de quel côté à la fin?!

Tout le monde sursauta. En'you lança un regard noir à Chiwowo qui ne broncha pas et continua de fixer son grand père à l'écran, qui semblait tout aussi surpris, mais aussi attristé.

Goruru: Chiwowo, je serais toujours de ton côté, tu le sais très bien...

Chiwowo: Foutaise!! Si tu étais avec nous, tu n'aurais pas accepté de faire ça : tu nous aurais d'office ordonné de nous battre, pas de nous rendre!! T'as trop peur pour ta pomme, c'est ça?!

En'you: Chiwowo, tais-toi!

Chiwowo: Non, je me tairais pas!!! Je croyais que tu te battrais pour nous protéger mais au final, t'as rien fais : t'obéis comme un chien à ses enflures juste pour pas te faire taper dessus et t'as même pas essayé de t'enfuir!! T'es qu'un lâche!!

Les yeux de Goruru commencèrent à luire, comme s'il allait pleurer. La dernière fois que Kowawa l'avait vue ainsi, c'est lorsque sa cousine avait été à l'hôpital : elle se souvenait de son air bouleversé en voyant sa petite fille ainsi. Kowawa et son frère n'avait pas pu entrer dans la chambre durant les premières semaines mais elle se doutait bien que ce qui s'y passait n'était pas jolie à voir.

Goruru: ...Je n'ai pas eu le choix Chiwowo, je-...

Chiwowo: Menteur!! Tu fais ça uniquement pour être tranquille de ton côté!! Tu t'en fous de nous!! Tout ce qui t'importe, c'est ta vie et pas celle des autres!! Toi et Papa, vous êtes les pires personnes de la galaxie : je vous déteste, allez au diable!!!

Chiwowo s'enfuit en courant, suivit par Elysione qui fit signe aux autres de ne pas s'en mêler. Goruru l'appela, en vain. Il y eut alors un long silence, si lourd que même les personnes au parlement Titarien n'osait le briser. Il y eut soudain du mouvement aux cotés de Goruru qui se tourna une dernière fois vers la caméra, sans arriver à prononcer un seul mot : honteux par ce qu'il venait de vivre. L'image changea pour afficher le logo officielle de Titar, tout du moins l'ancien remit au gout du jour, puis une voix automatisé leur rappela l'ultimatum. Puis la communication se coupa nette. Personne n'osa bouger. Même Spinelle semblait avoir comprit la gravité de la situation. Pendant ce temps là, Chiwowo s'était enfermé dans sa chambre. Elysione arriva devant sa porte et tenta de l'ouvrir, mais c'était inutile : elle était verrouillée. Et, sur Arxidus, mieux valaient ne pas forcer les portes, déjà que les chambres elles même étaient enchantées. Elle laissa donc tomber en soupirant. Après tout, il valait mieux le laisser seul...

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Le calme et la sérénité régnait sur Kakumei...
Mais ça n'allait pas durer...

Putafa: Mumu'! Chisa!

Muk': Que se passe-t-il?!

Putafa: Quelqu'un a tenté d'assassiner Vel!

Chisa: Quoi?!

Chisa se leva d'un bond (oui parce qu'elle était assise à une table avec Mukurochan, j'aurais peut-être dû le préciser) et fixa Putafa avec son regard de braise.

Chisa: Que s'est-il passé?!

Putafa: ...Bah quelqu'un a tenté de buter Vel, je viens de le dire...

Chisa: Oui, j'avais compris, merci, mais les détails : je veux les détails!!

Putafa: Ah! Ok! Il était dans la véranda, Gilu nous y attends : venez!

Muk': On a une véranda maintenant?

Chisa: C'est pas le moment Mukuro!

Putafa, Mukuro et Chisa se précipitèrent vers la dite véranda. Là bas se trouvait Gilu, en train d'examiner les lieux et Asako qui soignait Vel.

Chisa: Gilu, au rapport!

Gilu: D'après mes premières observations et mon interrogatoire ultra poussé, j'en ai conclu que Vel était seul dans la véranda quand quelqu'un s'est attaqué à lui par derrière.

Muk': L'arme du crime?

Gilu: Un caillou assez gros ramassé dans le jardin. D'après Asako, l'agresseur l'aurait frappé avec deux fois avant de prendre la fuite. Arca, qui se trouvait dans la pièce d'à côté, aurait ensuite entendu quelqu'un partir en courant.

Muk': Alors le coupable court toujours?

Gilu: Depuis le temps, il devrait être un peu fatigué, donc je sais pas trop mais nous n'avons que peu d'éléments. Malheureusement...

Chisa: Au contraire, je pense même savoir comment retrouver le coupable.

Tout le monde se tourna vers Chisa, la stupéfaction était palpable.

Gilu: Mais comment?!

Chisa: Élémentaire mon cher Watson.

Gilu: Moi c'est Gilu...

Chisa: Je vais avoir besoin de la coopération de tout le monde. En tout les cas, c'est la dernière fois que ce criminel fera...

(•_•)
( •_•)>⌐■-■
(⌐■_■)

D'une pierre deux coups!

YEEEEEEEAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHH !!!!!

Le suspens est insoutenable!!!
Comment Chisa va retrouver le coupable?!
Qui a agressé Vel?!
Chisa est-elle la fille cachée d'Horatio?!
Depuis quand Asako est infirmière?!
D'où sort cette véranda?!
Muk' a-t-elle touchée le fond avec son jeu de mot pourri?!

Vous le saurez dans le prochain épisode!

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Le calme était revenu sur Arxidus, même si la tension était toujours palpable. En'you, hors de lui, était partie précipitamment se défouler ailleurs. Quand aux autres, ils étaient retournés à leurs occupations. Ou plutôt : ils faisaient tout pour ne pas se croiser mutuellement. Chiwowo, de son coté, se réveillait doucement dans sa chambre : la fatigue avait eu raison de lui et il s'était endormi sans s'en rendre compte. Il s'assit sur son lit et inspira profondément tout en tremblant : son monde s'écroulait petit à petit et son grand père venait d'en achever l'une des bases majeures. Les seules personnes qui lui restaient étaient sa soeur, sa grand mère et peut-être sa mère. Encore fallait-il qu'il la retrouve. Il fut soudain prit de fourmillements et fut obligé de bouger. Il était resté trop longtemps immobile. Il regarda l'heure : 16h00. Midi était largement passé, mais l'armée ne semblait pas avoir encore attaqué. Le petit titarien prit alors l'initiative de sortir de sa chambre pour marcher un peu : qu'il rencontre ou non l'un de ses camarades ne le dérangerait pas de toute manière, une dispute de plus ou de moins... Qu'elle différence?

Toutefois, ce choix lui pinçait le coeur : il en avait marre des problèmes. Il avait juste besoin qu'on le soutienne, qu'on le prenne dans les bras pour le consoler. Mais maintenant, plus personnes n'allait le faire. Depuis ce fameux soir où tout le monde avait disparu, il avait l'impression de ne plus être à sa place nul part : il se trouvait médiocre en tant que chef, subalterne et même combattant. On lui avait même dit qu'il était un horrible fils et, malgré tout ses efforts, il commençait à y croire.

Il redressa la tête et regarda autour de lui : même cette forteresse ne lui semblait pas accueillante. Tout les murs étaient d'un blanc froid, le sol était dur et glacé comme du marbre et les chambres, bien qu'un peu plus colorées, était à peine décorées. Pour un peu, il se serait cru dans un hôpital, lieu qu'il détestait pour ses mauvais souvenirs et l'odeur infecte qui s'y dégageait. D'ailleurs, Arxidus n'avait aucune odeur particulière : juste de l'air, simple, qui envahissait ses poumons. Il n'était pas fade, lourd ou sec, juste simple, sans aucunes caractéristiques particulières. Quand au jardin, il n'avait rien d'enchanteur : l'herbe et la végétation était givré, les feuilles et fleurs se fanaient, le ciel était grisâtre et le fameux grand arbre avait plutôt l'air mort. Sans doute à cause de l'hiver qui s'installait peu à peu. Quand bien même, tout cela le dégoûtait. Non : il n'y serait jamais à sa place. Rien ne le retenait ici, si ce n'était son sois disant "devoir". Il hésitait sérieusement à retourner sur Kakumei. Là bas, il y avait des gens qu'ils connaissaient, des gens de sa famille qui le soutiendrait. De toute façon, ici où là bas, il ne servait à rien. Avec ou sans pouvoir. Pouvoir dont il ne connaissait toujours pas l'origine et que personne ne trouvait... Où ne cherchait à trouver.

Sans s'en rendre compte, alors qu'il venait tout juste de quitter son couloir, il tomba nez à nez sur Elysione, qui semblait se balader elle aussi. Il s'arrêta juste à temps face à la sutaawoozienne qui le regarda avec un petit sourire malicieux.

Elysione: Alors grincheux? Tu t'es enfin décidé à sortir de ta tanière?

Chiwowo ne répondit pas et se contenta de la regarder : elle était la seule à continuer à le traiter comme un enfant et, depuis le début, elle était l'unique personne qui lui offrait un minimum d'affection sur Arxidus. Elle s'était occupé de lui comme une grande soeur et il se rendit alors compte qu'il ne le lui rendait pas : il n'avait fait que désobéir depuis qu'il était ici. Même lui n'arrivait plus à se comprendre. Elysione, elle, voyait bien que le petit garçon était en plein tourment. Elle se mit à sa hauteur et lui caressa doucement la joue, comme si elle lui essuyait des larmes invisibles. Chiwowo ne tint alors plus. Sans se contrôler, il se jeta dans ses bras et la serra fort, pleurant comme il n'avait plus pleuré depuis des années, dévoilant toute sa tristesse et sa détresse aux yeux de la sutaawoozienne, qui lui rendit son étreinte en silence. Ils restèrent ainsi un long moment puis Elysione finit par parler, doucement.

Elysione: Je sais que c'est difficile, je comprend ta détresse. Moi même, à une époque, je me suis senti trahi quand j'ai découvert ce qu'avait fait mon frère. Mais ça ne doit pas te faire déprimer, moi et les autres, nous serons toujours là pour toi.

Chiwowo: ...Mais... Mais je... J'ai plus que ma grand mère et ma soeur comme famille...

Elysione: Ne dis pas ça. Tu n'as rencontré qu'un clone, ton père devrait pouvoir te donner de vrais explications.

Chiwowo: ...Ça j'en doute...

Elysione: Et que dirais-tu d'aller le lui demander?

Chiwowo sursauta, interloqué : Elysione avait pourtant un regard bienveillant et sérieux. De quoi voulait-elle parler?

Chiwowo: Comment ça?

Elysione: J'allais justement venir te voir pour te l'annoncer mais tu avais besoin que je te réconforte un peu, alors j'ai préféré t'en parler après.

Chiwowo: Me parler de quoi?!

Elysione: Fukuaijin a sentit la présence des chevaliers sur ma planète, et elle voulait que j'y aille en éclaireur. Ça te dirait de venir avec moi?

Chiwowo: Evidemment! On y va tout de suite?

Elysione: Sauf si tu ne veux pas sauver ton gros vilain papa...

Chiwowo grimaça, ce qui fit rire Elysione. Celle-ci emmena le petit titarien dans le hall où un portail était déjà ouvert. Il n'y avait d'ailleurs personnes mais ça devait être normal : Fukuaijin ne devait pas être sur d'elle et avait décidé de ne prévenir que deux personnes. Ils entrèrent donc dans le vortex et se retrouvèrent sur Sutaawoozu. Il faisait nuit mais des lampadaires diffusant une lumière bleu cyan éclairait les lieux. Il y faisait aussi assez frais : à croire que même ici, les saisons étaient rudes. C'était d'ailleurs la première fois que Chiwowo venait sur cette planète et il ne regretta pas le voyage : tout était bien plus différent que Titar. Le style architectural était plus soigné et fantaisiste, la technologie en ces lieux semblait presque inexistante. Malgré tout, ce peuple ne semblait pas du tout en retard, loin de là : ils avaient réussi à trouver le parfait équilibre entre la magie et la mécanique. Il dût cependant s'arrêter d'observer : Elysione activa son gant solaire et s'en servit comme d'un radar pour avancer. Il l'a suivit de près tout en surveillant les alentours : il n'y avait personne mais, malgré tout, il n'était pas rassuré. C'était après tout la première fois qu'il venait ici.

Ce qu'il vit ensuite le rassura moins : ils arrivèrent face à une sorte d'immense bâtiment dont le style architectural était très excentrique. Il était fait entièrement de métal et sa forme ressemblait à un cône biscornu mais lisse. Il y avait plusieurs petits carrés placés de manière visiblement aléatoire, sans doute des fenêtres, ainsi qu'une grande ampoule rouge accrochée à la pointe de la tour.

Chiwowo: C'est quoi ça Elysione?

Elysione: L'université des sciences cosmo-planétaires. C'est un bâtiment qui fut bâti il y a très longtemps, lors de la colonisation de la planète. Au départ, elle servait d'école mais elle a finit comme prison et asile. Mais elle est vide depuis une vingtaine d'année...

Chiwowo: Et tu crois qu'ils sont enfermés dedans?

Elysione: Il n'y a qu'un moyen de le savoir... Reste bien derrière moi : nous ne sommes pas là pour nous battre, juste pour faire du repérage.

Chiwowo: Et si on les trouve?

Elysione: On appelle les autres en renfort et on fonce : viens!

Ils s'engouffrèrent à l'intérieur. Les couloirs semblaient infini : tout était fait de métal gris et seules quelques petites lampes permettaient d'éclairer. Quand bien même, il y faisait sombre et très froid. Tout semblait cependant normal. Mais très vite, les lieux devinrent étranges : le chemin en face d'eux semblait former une spirale, ou plutôt une vrille, comme dans ces films bizarres où les héros se retrouvent dans des dimensions parallèles. Malgré tout, l'apesanteur ne semblait pas changer. Cette sensation dérouta Chiwowo qui s'arrêta net : des bouffés de chaleur lui faisait tourner la tête et brouillait sa vue, au point de lui donnait la sensation de perdre connaissance. Il se sentait chuter quand quelqu'un le prit par les épaules. Il regarda en l'air : c'était Elysione.

Elysione: Respire profondément, ça va aller...

Chiwowo: ...Qu'est-ce qui m'arrive?

Elysione: Tu as le mal de l'apesanteur : j'aurais dû me douter que tu l'aurais, tu n'es pas habitué. C'était pratique pour empêcher les prisonniers de s'évader, mais maintenant-...

Chiwowo: Faut retrouver mes parents...

Elysione: Evidemment. Ecoute : je vais continuer seul, tu n'as qu'à rester là pour surveiller. Je reviens vite, d'accords?

Chiwowo: Ok.

Elysione lui sourit puis partie en courant. Il l'a vit marcher littéralement au plafond puis disparaître après une sorte de looping. Il resta immobile puis s'adossa contre un mur : sa mère lui avait toujours dit que dans cet état là, la seule chose à faire était de garder les yeux ouvert, bien respirer et rester vif en faisant travailler ses méninges. La dernière fois qu'il avait fait un malaise, il avait récité les tables de multiplication... Il grogna : il détestait l'algèbre, au plus haut point. Son truc à lui, c'était la géométrie : point. Enfin, il commença à réciter dans sa tête la table de deux. Il n'avait que ça à faire de toute façon.

Il en était à sept quand toutes les petites lumières rouges s'éteignirent subitement, le laissant dans le noir complet. Paniqué, il s'empressa d'utiliser ses pouvoirs pour créer des cristaux mauves, transparents. Ceux-ci diffusait une légère lueur mauve, suffisante pour qu'il puisse voir à au moins trois mètres. Il les fit léviter autour de lui et se leva : les ombres crées et sa faible distance de vision rendait l'ambiance lugubre et pesante. Son coeur commençait à s'accélérer : il avait beau se convaincre qu'il ne se passait rien, il avait quand même la sensation d'être épié. Mais c'était surement sa chute de tension précédente qui lui donnait des hallucinations. Il fit apparaître son épée puis ferma les yeux, essayant de ressentir une énergie potentiel autour de lui... En vain : il n'y avait rien. Même Elysione ne semblait plus présente... Il sursauta. Elysione! Sans perdre un instant, il se précipita dans le couloir. Mais soudain, quelque chose le prit par l'épaule et l'arrêta net. Il se retourna, prêt à riposter, mais se détendit en voyant qui était son adversaire : c'était Elysione.

Chiwowo: Elysione?

Elysione: Je t'avais dis de ne pas bouger.

Chiwowo: Les lumières se sont éteintes, j'ai cru qu'on t'avait attaqué...

Chiwowo remarqua alors quelque chose de suspect : le couloir derrière Elysione était celui par lequel ils étaient arrivés. Alors comment se faisait-il quelle venait de là alors qu'elle était partie de l'autre côté?

Chiwowo: Comment t'as fais pour arriver par là?

Elysione ne répondit pas, Chiwowo remarqua alors son regard presque inexpressif qui le mettait très mal à l'aise.

Chiwowo: ...Pou... Pourquoi tu réponds pas?

Elysione: ...Garuru avaient bien raison : tu n'as rien d'un chevalier...

Chiwowo: Quoi?! Mais je... De quoi tu parles?!

Elysione: Ça fait vingt minutes que je te bernes et tu ne t'en ais même pas rendu compte. Pathétique. Je ne comprends pas comment on a pu ne pas te tuer toi et tes acolytes plus tôt. Mais je vais arranger ça.

Chiwowo recula lentement, terrifié : Elysione commença à scintiller en rouge, jusqu'à ce qu'elle ne ressemble plus qu'à une silhouette. Celle-ci changeant alors de forme tout en créant une explosion d'énergie qui propulsa Chiwowo plus loin et qui fit disparaître son épée. Il s'attendait à tomber au sol mais il finit plutôt au plafond : il était dans le looping. Quand il redressa la tête, il fut tétanisé par la peur : au plafond, ou plutôt au sol retourné, ne se trouvait plus Elysione mais une tarentule gigantesque aux pattes crochus, affublé d'un tas d'yeux rouges transparents aux tailles toutes différentes, et à la mâchoire armée d'immenses dents pointues dont suintait de la bave qui semblait acide. Chiwowo était pétrifié par la peur : cette vision d'horreur le paralysait complètement. Il avait beau ordonner à son corps de bouger, rien ne se passait, comme dans un cauchemar. L'araignée, quand à elle, semblait se remettre de sa transformation. Soudain, elle se raidit : sa tête pivota dans un craquement sourd et tout ses yeux louchèrent vers le petit titarien. Il était devenu sa proie.

Elle se précipita alors sur lui, et c'est à ce moment précis que sa paralysie disparu. Il se leva et commença à courir. Il s'entoura de son énergie pour accélérer mais cela ne semblait pas suffire : les huit pattes poilus de l'araignée s’agitait à tout allure, dans des petits mouvements vifs et rapides, et lui permettait de filer à une vitesse effrayante, sans que la gravité n'ait un quelconque effet sur elle. Elle restait au plafond, malgré les distorsions, avec une telle aisance que fuir semblait impossible. Chiwowo tenta de doubler sa vitesse et de ne plus regarder derrière lui : les éclaboussures acides qu'il sentait dans son dos lui suffisait amplement pour savoir où était le monstre, et il était justement trop près.

Alors qu'il prenait enfin de l'avance, il brassa l'air avec son bras et dégagea une vague d'énergie qui frappa l'araignée. Celle-ci poussa un cri strident et s'arrêta : une énorme cicatrice fumante avait déformé sa gueule de part en part. Un liquide pourpre et poisseux en dégoulinait le long des poils de son visage jusqu'à ses lèvres, où il se mélangeait à sa bave acide dans un bouillonnement vif. La blessure traversait une partie de son amas d'yeux, ressemblant désormais à des fruits écrasés, rendant un jus à l'aspect gluant et pourri. Quand à sa mâchoire, la partie touché laissez paraître les gencives de l'araignée, ainsi que d'autres rangés de centaines de dents minuscules, impossible à compter. Chiwowo déglutit pour se retenir de vomir puis s'enfuit une fois de plus. L'araignée, quand à elle, se remit en position de combat et lança des milliers de regards assassins avec ses derniers yeux valides avant de se jeter une nouvelle fois sur lui.

Elle semblait désormais enragée : ses pattes, dont les crochets étaient désormais sortie, faisaient trembler les murs, leurs mouvements étaient si rapide qu'on les devinaient à peine dans ce qui était désormais une masse noire et informe. Si rapide que l'araignée semblait avoir des difficultés à les synchroniser et se retrouva plusieurs fois à trébucher. Chiwowo continua à regarder droit devant lui, ne serait-ce que pour ne pas être écoeuré. Mais un grand craquement doublé d'un bruit de chute et d'un cri strident eurent raison de son estomac. Il n'avait pas besoin d'avoir vue la scène pour comprendre ce qui venait d'arriver. Tandis qu'il régurgitait, l'araignée semblait sonnée par la vive douleur qu'elle subissait. Après quelques secondes, Chiwowo réussit à relever la tête et voir le monstre : ce qu'il s'était imaginé n'était rien comparé à ce qu'il s'était réellement passé. L'araignée n'avait plus que sept pattes et une moitié de huitième. L'autre se trouvait plus loin, plantée fermement au sol par son propre crochet, un bout d'os cassé dépassait au dessus. L'araignée avait dû s’emmêler les pattes au point de s'en briser une et se l'arracher.

Chiwowo crut qu'il allait faire un autre malaise mais reprit sa course avant de finalement faire demi-tour pour rejoindre l'entrée : fuir dans l'autre direction, qui semblait être un long labyrinthe, était visiblement une perte de temps et le décourageait. Il passa doucement à côté de l'araignée puis de la patte inerte. Alors qu'il allait la dépassait, celle-ci se courba et tomba au sol, éclaboussant légèrement de sang violet Chiwowo, qui se crispa. Excédé et à deux doigts d'hurler, il puisa dans ses dernières forces et son adrénaline pour pousser dans ses jambes et courir. Qui que soit la personne à l'origine de ce piège : il avait bien choisit son lieu. Maintenant qu'il y repensait, Elysione ne pouvait pas être ici. Il avait progressé : il pouvait sentir les présences. Cela voulait dire que non seulement quelqu'un s'était introduit sur Arxidus mais avait aussi abusé de ses faiblesses. C'était donc pour ça qu'il n'était partie qu'à deux. Il se sentait vraiment stupide d'y avoir cru mais ne pu se morfondre d'avantage : ses jambes le rappelait à l'ordre en se dérobant sous lui. Il se rendit alors compte de son état : il ne voyait plus où il allait, ses forces l'avait abandonné et il sentait de la bile dans sa gorge. Les cristaux qui lévitaient autour de lui commencèrent à s'effriter et disparaître, le laissant dans le noir total. À moins que ce soit sa vue elle même, il n'en savait rien. Il avait l'impression de chuter et sentait son coeur battre dans ses tympans. N'y tenant plus, il se laissa envahir par cette sensation et perdit connaissance alors qu'il sentait l'araignée s'approcher de lui...

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Et tout de suite, retournons sur Kakumei où nos héros sont réunis pour enfin savoir qui a frappé Vel!!

Muk': Mais attend mais c'est quoi ce climax de merde?!

Putafa: Je sais que tu t'inquiètes pour Chiwowo mais nous, en attendant, on sait toujours pas qui c'est qu'a tapé Vel!

Muk': Oui mais du coup, les gens vont savoir puis vont se casser sans lire la fin!

Putafa: Bah non vue qu'ils voudront savoir pour Chiwowo! Du coup, c'est tout bénéf'!

Muk': ...Putain, t'es un génie toi...

Putafa: On reprend du coup?

Muk': Je vous en pris!

Donc!!
Chisa était au milieu de la pièce. Autour d'elle se trouvait Vel, Gilu, Asako, Mukuro, Putafa et Arca. Le suspens était à son comble. Mais qui était donc le coupable?!

Chisa: J'ai désormais tout les éléments pour savoir qui est le coupable. Et celui-ci se trouve dans cette pièce!

Toutes les personnes présentes échangèrent des regards inquiets : un meurtrier potentiel était caché ici et allait bientôt être dévoilé. La vie de tout le monde allait être bouleversé dés maintenant.

Chisa: Le meurtrier n'est autre que... CETTE PERSONNE!!!!

Mukuro sursauta : ça va pas la tête de gueuler comme ça?! Chisa venait de pointer du doigt quelqu'un. Elle suivit son regard qui désignait... Un axolotl.

Gilu: ...Wut?

Putafa: Nié?

Arca: D'où il sort ce con?!

Gilu: ...Euh... Chisa, tu nous expliques?

Muk': Qu'est-ce à dire que ceci?!

Chisa: C'était pourtant clair! Ce qui m'a fait tilter, c'était cette fameuse véranda qui sortait de nulle part. Et pour cause puisque ce n'était pas une véranda mais un AQUARIUM!!

Muk': JE L'SAVAIS!!!

Vel: ...Ok, je me casse.

Asako: J'te suis.

Putafa: Là je comprend plus rien...

Chisa: La vérité c'est que Pallas avait fait construire cette aquarium immense pour le petit axolotl mais Vel l'a pris pour une véranda et y est entré! Ça a énervé la bestiole qui s'est emparé d'un caillou et l'a frappé avant de prendre la fuite!

Arca: Ok mais ça n'explique pas les bruits de pas que j'ai entendu?

Chisa: C'était Guimodas qui voulait le rattraper.

Putafa: Ah parce que c'est le sien?!

Chisa: Bah oui!

Muk': ...Non sérieusement : t'as fais comment pour déduire tout ça?

Chisa: J'ai regardé la vidéo surveillance.

Muk': ...Je me disais aussi.


Et c'est ainsi que Chisa résolu l'enquête de l'assassin de la véranda qui n'en était pas une.
Fin.

*insérer générique ici*


l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Chiwowo!! Chiwowo!!! Réveille toi!!!

Chiwowo se réveilla en sursaut. Taroro était à genoux à côté de lui et semblait essoufflé.

Chiwowo: Je t'en pris : dis moi que tu m'as pas fais du bouche à bouche.

Taroro: Bah non pourquoi?

Chiwowo soupira de soulagement et redressa la tête avant d'hurler de terreur : L'araignée était juste en face d'eux.

Taroro: Calme toi! Elle l'a buté!

Chiwowo: ...Qui ça elle?

Effectivement, l'araignée semblait avoir était écrasé : son thorax était aplatit et ses pattes rétractées. À côté d'elle se trouvait une lumière rose : la fameuse aura. Celle-ci se tourna vers eux

- Désolé de ne pas avoir pu t'aider plus tôt : j'avais besoin d'aide et je ne pouvais prévenir que Taroro. Mais je vois que tu t'en ai sortie indemne et tu as même réussi à blesser l'araignée : je suis très fière de toi Chiwowo.

Chiwowo: Qui êtes-vous?

Taroro: ...Ah parce que c'est pas Kowawa finalement?!

- Hi! Hi! Non, je ne suis pas ta soeur!

La lueur prit la forme d'une titarienne : elle avait la peau couleur gris de lin, des yeux vert qui brillaient comme des émeraudes, des cheveux blanc aux reflets menthe et, surtout, elle était vêtu comme une déesse. Ses vêtements étaient, d'ailleurs, de couleurs vert et violet. Chiwowo recula légèrement : il était pourtant persuadé que c'était sa mère. Il se rappela alors qu'il avait déjà vue la lueur rose autre part.

Chiwowo: Alors c'était vous dans la forêt, pas Spinelle.

- Exact. Je suis pourtant comme une kiridan : je suis attiré par le désespoir.

Taroro: Mais vous êtes... Une déesse.

- La votre pour être exacte.

Chiwowo sursauta : elle était SA déesse? Donc elle connaissait forcément son élément!

- Je suppose que vous voulez connaitre votre élément? Permettez moi de refaire les présentations. Je suis Cassiopée, jeune titarienne et déesse de l'éther.

Chiwowo sentit à la fois du soulagement et de l'insatisfaction : il était heureux de pouvoir enfin mettre un nom à son élément mais, d'un autre côté, l'éther n'était pas ce qu'il y avait de plus clair, c'était encore une notion assez flou. Mais qu'importe : il aurait tout le temps de lui demander plus de détails après.

Pendant ce temps là, sur Titar, le moral de Goruru était au plus bas. Il était assis sur un canapé avec Danini qui essayait de le consoler, en vain : il était en état de choc. Teroro, quand à lui, restait adossé à côté de la porte du bureau dans lequel ils étaient désormais enfermé. Les soldats leurs avaient dit d'attendre ici, sans donner plus d'information. Il se sentait complètement impuissant face à cette situation et voir sa troupe dans cet état lui donnait la sensation d'avoir échoué. Ajouté à cela le fait d'avoir vue son fils sous les ordres de l'ennemi et d'avoir été forcé à coopérer lui donnait l'envie de déclarer forfait. Quoi que, en y réfléchissant, il l'avait déjà fait. Il redressa la tête : il remarqua alors le teint blafard de Danini et ne pu que s'en vouloir d'avantage. Il finit par rejoindre ses collègues et s'assit à leurs côtés.

Teroro: ...Je crois qu'on a plus aucune chance de s'en sortir.

Danini: Ne dis pas ça : on s'est déjà sortie de situation bien pire.

Teroro: Sauf que nos familles n'ont jamais été mêlé à ça. Et notre planète non plus... Nous n'avons plus d'armes, plus de soldats, rien. On a échoué, il faut se rendre à l'évidence.

Danini: On a encore une chance : les enfants et une partie de la brigade solaire s'est reformé, ils pourront nous sauver, ils en ont les moyens.

Goruru: Hors de question...

Teroro et Danini sursautèrent : Goruru n'avait plus parlé depuis sa vidéo conférence et sa voix semblait enroué mais ferme. Teroro tenta toutefois d'entamer le dialogue.

Danini: Goruru?

Goruru: Je refuse que mes petits enfants se battent... Ils ne doivent pas être mêler à ça... Ils n'auraient jamais dû... Ils...

Goruru commença à hyperventiler. Danini fit signe à Teroro de s'écarter et le mit en position latérale de sécurité. Dire qu'il se croyait au fond du trou, là il creusait encore : si l'un de ses soldats tombait malade, il ne se pardonnerait jamais. Au même moment, plus loin, Zariri et Alexander se trouvait dans le grand bureau et était en visioconférence avec Elcidias et Théodore.

Zariri: Toutes les actions que j'avais prévue se sont déroulés avec succès. Titar est officiellement à l'image que vous vouliez.

Elcidias: J'ai pu voir ça oui, le résultat est absolument parfait. Cependant, les titariens n'ont pas l'air aussi coopératif.

Zariri: J'ai déjà prévue une ou deux réformes de plus pour calmer les plus "réticents". La terreur fera le reste.

Théodore: Dans ce cas, notre travail sur cette planète est quasiment terminé. Vous pouvez agir comme bon vous semble. Alexander, nous te laissons veiller sur la planète.

Alexander répondit par un rapide salut militaire puis l'écran s'éteignit. Alexander se détendit alors aussitôt.

Alexander: Bon! C'est pas tout ça mais moi, j'ai des choses à faire!

Zariri: Une minute Alexander! Nous ne nous sommes toujours pas accordé sur le sort des prisonniers et de leurs semblables.

Alexander s'arrêta et fit mine de réfléchir, malgré son manque flagrant d'implication et de sérieux

Alexander: Mmmmh... Effectivement. Pour la Brigade Solaire, Elcidias s'en occupe. Quand aux autres... Bof! Après tout, je crois que nous les avons suffisamment martyrisé. À moins que vous vouliez continuer?

Zariri: Je ne suis pas un psychopathe. Temps qu'il ont compris qu'ils avaient échoué, ça me suffit amplement.

Alexander hocha la tête. Pile au même moment, cinq soldats entrèrent dans la pièce.

- Soldats, au rapport!

Alexander: Vous avez fait vite! Enfin : allez enfermer Bulbizarre, Salamèche et Carapuce dans la prison militaire! Et faites de même pour Jorere.

- À vos ordres!

Les soldats partirent aussitôt. Zariri se mit alors à glousser.

Zariri: Bulbizarre, Salamèche et Carapuce! Je n'aurais pas dis mieux!


A SUIVRE...

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Clin d'oeil à :
CSI Miami
Kaamelott
Pokémon

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3014
Age : 26
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 28 Mai - 22:53

"Un liquide pourpre et poisseux en dégoulinait le long des poils de son visage jusqu'à ses lèvres, où il se mélangeait à sa bave acide dans un bouillonnement vif."

<3

Eh bien eh bien! Chiwo ce pti rebelle! C'était vraiment cool!

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 16 Juil - 20:08

Salut à tous!!
Incroyable mais vrai, le nouveau chapitre est enfin sortie!! (god, y a même eu la fin de Game of Thrones saison 5 et Unknown Movies saison 2 entre temps!)

Je suis sincèrement désolé pour le retard mais j'ai eu quelques soucis de mon côté qui m'ont prit tout mon temps! (voyage, recherche d'appartement à Paris...)

Mais ça va mieux maintenant, my body is ready!! >:3

Chisa-chan a écrit:
"Un liquide pourpre et poisseux en dégoulinait le long des poils de son visage jusqu'à ses lèvres, où il se mélangeait à sa bave acide dans un bouillonnement vif."

Spoiler:
 



Sympas le costume : j'exige une fanfiction! °-°


Au passage : je sais pas si vous avez vue dans le prologue mais il y a un lien (cliquez sur l'image de l'hologramme) qui mène à un blog wordpresse avec des infos dessus. Vue que ça date un peu, je préfère vous prévenir que vous devez le relire un petit coup avant de lire ce chapitre car certains éléments risque d'être incompréhensible pour vous.

note : un lien sauvage menant à une musique de Lorie s'est glissé dans ce chapitre, saurez-vous le retrouver?

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Chapitre 6 : La chute.

À des milliers d'année lumière, sur Terre, au large des côtes Norvégiennes, plusieurs soldats étaient en alerte. Ils se trouvaient dans un fort au milieu de la mer. De l'orage, des vents violents, de puissantes vagues et une pluies torrentielles rendait la vie à l'extérieur impossible. Cependant, ce vacarme était couvert par une alarme qui résonnait au travers des couloirs de l'édifice. Plusieurs hommes armés se plaçaient dans les entrées principales, prêt à faire feu, tandis que d'autres surveillaient les couloirs où se trouvaient des cellules occupées par des criminels. Cette armée était surveillé par un autre militaire, un colonel, qui observait tout depuis une cabine de surveillance, entouré par d'autres personnes. Il semblait cependant gardé un calme olympien contrairement à ses subalternes qui envoyaient maladroitement des messages radios dans plusieurs langues différentes. Soudain, la porte s'ouvrit : un autre homme entra, essoufflé.

- Colonel! Tous nos hommes sont en position, nous attendons vos ordres!

- Et vous êtes venu jusqu'ici pour me dire ce que je sais déjà? Décidément, les bleus ne savent plus faire la part des choses entre l'utile et l'inutile.

- ...Désolé Colonel.

- Ne vous excusez pas! Vous continuez à gaspiller votre temps et votre énergie! Retournez à votre poste!

Le jeune soldat fit le salut militaire et partie aussi vite qu'il était arrivé. Le colonel se tourna de nouveau vers les écrans, préférant oublié cette scène, et fronça les sourcils. L'une des images affichait une porte de cellule blindée et sur-protégée par plusieurs soldats armés jusqu'aux dents. Il était l'une des rares personnes à savoir ce qu'il y avait dedans et on lui avait interdit d'en diffuser l'identité, sous peine de se faire exécuter. Mais ce n'était pas pour lui déplaire : il savait aussi ce que cette chose, qu'il refusait de qualifier d'homme, et de se rappeler même de son existence, était capable de faire et elle ne devait pas s'échapper. Sous aucun prétexte. Ce qui l'angoissait n'était pas que le fort soit attaqué, mais que ce monstre soit libéré. Il s'essuya le front avec un mouchoir tandis qu'une autre alarme s'enclencha. L'une des techniciennes se tourna vers lui.

- Colonel!! Ils arrivent!!

Le colonel regarda l'écran de la jeune femme : le sonar affichait plusieurs masses noires gigantesque, ressemblant à des vaisseaux, qui s'approchaient de leurs positions. Le colonel ne perdit pas son sang froid et activa les hauts parleurs.

- Ordre à tous les hommes de rester en position. Armez les missiles gamma, les canons anti-aériens et les catapultes à proton!

Il redressa la tête : les soldats était en train de préparer les armes en question. C'était du matériel qui avait été développé avec d'autres extraterrestres. Depuis qu'ils les avaient, les militaires avait gagné en puissance. En espérant que ça suffise aujourd'hui. Un autre homme interpella soudain le colonel.

- Colonel, on vient de recevoir un message du ministère : l'armée Titarienne a bloqué toutes nos recrues. Nous sommes littéralement les derniers soldats de la Terre!!

- Quoi?! Soldat, j'espère pour vous que vous plaisantez!

- Pas du tout Colonel! Plus personne ne répond, nous sommes seuls!!

Le Colonel commença à trembler : la situation était critique. Soudain, des détonations se firent entendre : ils avaient commencé à tirer sur les vaisseaux. Mais très vite, des explosions plus grosse résonnèrent au point d'en faire trembler les murs : l'ennemi avait riposté et ils avaient été touché. Les caméras de surveillances commencèrent à grisailler mais on pouvait clairement voir des clones titariens entrer et massacrer chaque soldats. Le Colonel commença à paniquer : c'était la fin. Il garda les yeux rivés sur la caméra affichant la cellule sur-protégée : plusieurs soldats étaient à terre. Il déglutit : son pire cauchemars allait se réaliser. Deux Titariens apparurent : c'était Hermanus et Alexander. Ils étaient suivit de deux clones qui retenait un prisonnier, lui aussi Titarien, avec un turban blanc. Celui-ci leur hurlait des insultes en arabes.

- الأوباش ! أنا ذاهب لقتل لكم جميعا واحدا تلو الآخر!

Alexander: Conserve ta salive Sakuku! Si tu coopères, on te libérera, c'est promis!

Sakuku: Je refuse de coopérer!! J'ai promis allégeance et fraternité aux terriens et je refuse de les trahir!

Alexander se retourna vers Sakuku : celui-ci n'avait plus la capacité de se transformer en sable mais gardait toujours son tempérament de feu.

*Pour des raisons évidentes, les blagues sur les terroristes islamistes ont été censuré*
*On s'excuse, on le fera plus, c'est promis*
*Amande, caramel et petits marcassins*

Alexander s'avança et se mit à sa hauteur.

Alexander: C'est sympas que tu ais promis ce genre de choses mais, je ne sais pas si tu t'en souviens mais nous détenons ta chère petite Anita. Tu n'aimerais que l'épisode de la grande défaite contre Gyokuyami se répète?

Sakuku: ...Vous n'oseriez pas : elle est la ministre de l'Afrique, vous n'auriez aucun intérêt à la tuer!!

Alexander: Au contraire : nous aurions plus vite le contrôle de la Terre! Alors sois tu obéis bien sagement et tu nous ouvres cette porte, soit Anita Leigh mourra.

Sakuku hésita : il s'était énervé trop vite et il était désormais dans l'impasse. Il savait lui aussi qui était retenu prisonnier ici et ne voulait pas le voir en liberté. Mais il était sous la menace. Il finit par abdiquer et se dirigea vers le boitier de sécurité. Après avoir entré une suite de codes et fait un scanner rétinien et vocal, la porte s'activa. Un enchevêtrement de murs blindés s'ouvrit pour dévoiler l'intérieur de la cellule qui, contrairement aux autres, étaient d'un blanc immaculé. Les murs étaient lisses et la pièce n'était pas meublé. Au milieu se trouvait un homme, aux cheveux brun mi-long et négligé, fermement attaché par des sortes de cordes transparentes où un courant électrique circulait. Il était à genou, sa tête semblait pendre lourdement au bout de son cou. Il avait l'air faible et incapable de bouger, il ne fit d'ailleurs aucun geste quand Alexander entra. Hermanus, lui, resta en retrait : cette homme ne semblait guère le mettre à l'aise. Il fit signe aux clones d'éloigner Sakuku, qui gardait la tête haute malgré la honte qui l'envahissait, tandis que son frère se mit face au prisonnier, le toisa quelques instants, et eut un sourire en coin.

Alexander: Désolé du retard, Fulrad.

L'homme redressa lentement la tête en entendant son nom. Sous les mèches poisseuses qui recouvrait sa tête se cachait le visage d'un homme à la barbe mal taillée. Ses traits étaient marqués à l'extrême par la fatigue et ses yeux jade pales, injectés de sang, semblaient vitreux. Cependant, celui-ci esquissa un très large sourire, aux dents étrangement blanches et pointus, qui fit frisonner Hermanus. Le gourou était de retour. Le colonel avait assisté à toute la scène depuis la cabine de surveillance et était atterré : il avait lamentablement échoué. La prison dite inviolable de la Terre, surnommait Azkaban par certains, avait était prise, et son plus terrible locataire s'était échappé de la cellule la plus sûre. Il retomba sur un siège et ne réalisa même pas que des clones étaient entré dans la pièce et prenait tout le monde, lui comprit, en otage.

Au même moment, le soleil venait à peine de se lever sur Arxidus. Chiwowo était dans son lit et peinait à se réveiller : son combat contre l'araignée la veille l'avait tellement chamboulé qu'Elysione avait dû lui donner du sirop pour le faire dormir. Il était aussi encore un peu nauséeux et n'avait que de vagues souvenirs de son retour dans la forteresse. La seule chose dont il se souvenait, c'est qu'il avait été faible : non seulement il n'avait pas fait la différence entre un clone et la vrai Elysione mais il n'avait pas réussi à vaincre une araignée en allant jusqu'à tomber malade. Frustré, il s'enfouit sous ses couvertures, et tenta de se rendormir. Mais, quelques minutes plus tard, quelqu'un frappa à la porte, ce qui réveilla Chiwowo en sursaut. Il se redressa lentement, les yeux encore fermés.

Chiwowo: ...'est qui...

- C'est Cassiopée et Taroro!

Chiwowo mit du temps à analyser la situation et finit par les inviter à entrer. Taroro entra le premier suivit de la jeune déesse : elle avait avec elle un plateau avec un bol de chocolat chaud et des tartines. Elle l'apporta à Chiwowo : ça devait être son petit déjeuné. Il remarqua aussi que Cassiopée s'était attachée les cheveux en couronne tressée.

Cassiopée: Alors? Ça va mieux depuis hier soir?

Chiwowo: Vite fait...

Taroro: Elysione est restée sur Sutaawoozu toute la nuit mais il parait qu'elle n'a trouvé aucuns signes de l'araignée.

Chiwowo s'apprêtait à avaler une tartine mais il s'arrêta net : merci de lui rappeler ce monstre, ça fait plaisir quand on mange! Il la reposa donc et se tourna vers Cassiopée : il avait énormément de question à lui poser.

Chiwowo: Alors, ils ont dit quoi quand ils t'ont vue arrivé?

Cassiopée: ...Eh bien... Evidemment, au début, ils étaient méfiants mais Donaré, Kin'iro et Elysione m'ont cru quand je leur ai montré mes pouvoirs. Tu n'as aucun soucis à te faire pour moi : ma destinée est d'être avec vous et j'y resterais.

Taroro: Mais tu viens d'où? T'étais sur Titar?

Cassiopée regarda quelques instants Taroro puis se tourna vers la fenêtre : son regard se perdit sur l'horizon, comme si elle était nostalgique.

Cassiopée: Je n'ai malheureusement pas grand chose à raconter : je suis orpheline, on m'a retrouvé quand j'avais 10 ans mais je n'ai aucun souvenir de mes précédentes années. J'ai donc vécu dans un internat, mais je n'ai pas à me plaindre : j'y étais très heureuse. Et puis, le coup d'état est arrivé et je suis devenu une déesse. C'est arrivé si soudainement... Mais je suis heureuse d'aider, d'autant plus que je n'ai pas "connue" l'aire de Gyokuyami.

Taroro: Tu n'as pas connue? Mais tu as quel âge?

Cassiopée: Généralement, ce ne sont pas des questions qu'on posent aux dames. Mais, si tu veux tout savoir, j'ai vingt ans.

Chiwowo: Vingt ans?!

Cassiopée: Oui, pourquoi? Tu me trouvais plus âgé?

Chiwowo: ...Non... Enfin je veux dire...

Cassiopée: Inutile de te justifier, ce n'est rien. Je te taquine!

Cassiopée lui sourit tout en ayant un petit rire amusé : il se sentait bien avec elle. Et puis, elle parlait calmement, d'une voix douce. Non pas qu'il était amoureux mais elle était presque une mère de substitution, comme Elysione. Au moins, sa présence rendrait son séjour sur Arxidus plus agréable. Il se souvint soudainement de l'autre question qu'il voulait lui poser.

Chiwowo: Hier, tu m'as dis que je contrôlais l'éther, mais c'est quoi au juste?

Cassiopée: ...En faites, ce n'est pas très simple à expliquer, je vais donc faire du mieux que je peux. L'éther, ou la quintessence (mais éther est plus court) est un élément ultime, comme la vie. C'est en gros la matière spatiale, ce qui remplit le vide si vous préférez. Normalement, il se définit comme une énergie fluide et indétectable mais vos pouvoirs vous permettent de l'invoquer et de la comprimer pour la rendre solide, afin de vous en servir comme une arme. On le lie souvent à la vie car ils représentent tout les deux l'esprit et la matière, ce qui est la base de l'univers... Vous comprenez à peu près?

Taroro: En gros c'est des atomes neutres.

Cassiopée: ...C'est exactement ça!

Chiwowo regarda Taroro, surprit : c'était bien la dernière personne qu'il pensait capable de sortir ce genre de chose. Il se ressaisit malgré tout.

Chiwowo: Mais comment as-tu su tout ça? Quelqu'un te l'a expliqué?

Cassiopée: Étrangement, non. Ça m'est vraiment arrivé d'un coup : j'étais à l'internat et d'un seul coup, il y a eu cette lumière et l'instant d'après, j'avais tout en tête. Aucun souvenir, aucune image, juste les informations dont j'avais besoin qui était directement dans mon cerveau. C'est très mystérieux, je n'ai pas plus d'explications. Fukuaijin pense que je dois être une conséquence de la suite de la légende, d'où le fait que ça se soit passé ainsi, mais je n'ai pas d'autres hypothèses.

Chiwowo regarda Cassiopée plus en détail : elle semblait soucieuse. Il se rendit compte que lui aussi était devenu chevalier mystérieusement : il était donc lui aussi une conséquence? Cependant, quand il avait invoqué son arme, il avait eu la sensation de la connaitre depuis longtemps : encore un mystère de plus à élucider. Après cela, la discussion devint plus légère et Chiwowo retrouva l'appétit. Quelques heures plus tard, Chiwowo s'était levé et avait rejoint sa soeur et sa cousine, avec Taroro, dans une sorte de salon. Kowawa avait eu si peur pour lui qu'elle ne le lâchait plus, pour son plus grand malheur. Spinelle elle aussi semblait contente de le voir en forme et n'arrêtait pas de se frotter à lui en ronronnant. Cela ne les empêcha pas de discuter entre eux mais, cependant, un détail attira l'attention de Chiwowo : il n'avait croisé personnes d'autres depuis ce matin. C'est alors que Cassiopée revint vers eux.

Cassiopée: Les enfants, j'ai deux annonces à vous faire. La première est que les autres ont décidés que vous alliez vous entraînez dés aujourd'hui.

Kowawa: Youpi! Je vais me battre comme ma maman!

Chiwowo: Mais pourquoi s'entraîner maintenant? Et ils sont où d'ailleurs?

Cassiopée: ...Eh bien, c'est justement ça l'autre nouvelle : ils sont partis sur Terre. Durant la nuit, la planète a été envahi par les troupes de Zariri.

Chiwowo: Quoi?!

Tinana: Oh non! Pas les terriens!! Et April?!

Cassiopée: Elle est les autres vont bien. Ils nous ont envoyé un message, tôt ce matin, depuis le manoir des Bellairs. Elysione, Kin'iro, En'you et Donaré sont partis les chercher et Fukuaijin est dans la salle des orbes, vous n'avez aucun soucis à vous faire. En revanche, ils veulent que vous soyez prêt à vous défendre en cas de problèmes.

Taroro: Ils vont revenir vite?

Cassiopée: Pour être franche, je l'ignore. Ça peut très bien prendre une journée. Mais ils nous mettront au courant, ne vous en faites pas.

Malgré les inquiétudes, Kowawa, Tinana et Taroro était fou de joie : ils allaient enfin apprendre à se servir de leurs pouvoirs, au point d'oublier l'importance de leurs nouveaux rôles. Cette décision avait malgré tout irrité Chiwowo : il avait fallu qu'il passe à deux doigts de mourir et qu'une planète soit envahi pour qu'ils se décident enfin à les considérer avec sérieux. Ça l'avait tellement agacé qu'il n'avait même plus le coeur à s'entraîner, lui qui ne faisait que ça depuis qu'il était sur Arxidus. Alors, arrivé dans la simulation, il s'était contenté d'observer Taroro, Kowawa et Tinana, qui suivait les conseils de Cassiopée, tandis qu'il était tranquillement assis sur un rocher avec Spinelle à ses côtés. Malgré le temps passé, le souvenir de l'araignée le hantait encore. Il fut tiré de ses pensées par la Kiridan qui se mit à courir. Il redressa la tête et esquiva juste à temps des cristaux d'éther qui lui fonçait dessus.

Chiwowo: Taroro, tu pourrais faire gaffe!!

Taroro: Dit l'andouille qui rêvassait!

Chiwowo grimaça : il n'avait pas tort. Il se décida finalement à rejoindre les autres. Il valait mieux qu'il évite de songer à ce genre de choses, d'autant plus qu'à l'heure actuelle, les autres étaient sur Terre pour essayer de sauver les dieux. En cas de problèmes, ils étaient seuls. Cependant, Chiwowo fut rassurer en voyant sa soeur et sa cousine réussir à créer des boucliers et Taroro qui arrivait à manipuler ses griffes. Bientôt, ils seraient à son niveau... Ce qui était déjà le cas en faite. Il s'en voulu presque de se sentir jaloux face à cette situation. Il fit apparaître son épée et se joignit à eux. Au même moment, dans le quartier général de la confrérie de l'aube, Elcidias recevait le rapport d'Alexander et Hermanus. Théodore, qui avait plusieurs bandages, et Cloera était non loin de lui, installés sur un fauteuil.

Elcidias: Parfait! Je n'aurais pas rêvé mieux. Continuez les opérations et faites en sortes que les dieux, ou "humains" s'ils n'ont pas leurs pouvoirs, soit hors d'état de nuire dans l'heure. Mais attention : je les veux vivants!

Alexander: Ce sera fait chef! Allez Hermichou, on repart à l'aventure!

Hermanus: Ne m'appelle pas comme ça!

Les deux frères repartirent pour la Terre tandis qu'Elcidias revint vers Théodore et Cloera. L'une semblait plus enjouée que l'autre.

Cloera: Ahlàlà! Mes deux fils sont si courageux! Et si brave!

Théodore: Si misérable surtout...

Cloera: ...Tu as de la chance d'être encore convalescent sinon je t'aurais arraché les yeux de la tête!

Théodore: Ils auront beau être tes fils, tu ne pourras pas nier le fait qu'ils n'ont rien d'un confrère de l'aube. Ce ne sont que des "angelots" tout ce qu'il y a de plus banals. Ça ne m'étonne même pas que tu es choisis cette race après ton bannissement.

Cloera ne répondit pas et partie, vexée. Elcidias prit sa place tandis que Théodore s'affala sur le siège, fier de sa remarque.

Elcidias: De la part d'un confrère incapable de guérir soit même ses blessures, je trouve ça limite "hautain".

Théodore: Attends que je retrouve mes pouvoirs, c'est la dernière fois que je ressentirais la douleur! Et puis, elle l'a cherché : comment peut-on avoir de la pitié pour ces créatures et tomber amoureux? C'est dégoûtant et ridicule!

Elcidias, tout en écoutant son acolyte, alluma un cigare et commença à fumer avant de lui répondre.

Elcidias: Il est vrai que, pour le moment, la seule façon qu'elle a trouvé pour se faire pardonner et de s'être "crée" un lien avec la légende. Mais je suis d'accords, cette trahison aurait mérité un bannissement bien plus long. Cependant, la situation actuelle et cette satanée légende ne nous permet pas de nous exempter d'un confrère aussi précieux : ses fils sont un atout majeur pour nous, et notre vengeance ne peut se faire sans eux...

Théodore: ...Tu ne devrais pas arrêter de fumer?

Elcidias: Pourquoi diable me priverais-je d'un cigare?

Théodore: Tu es immortel certes, mais ton corps peut être blessé, et ce n'est pas l'âge qui va arranger les choses.

Elcidias: La seule chose dont les créatures peuvent se vanter, c'est de m'avoir apprit que ce qui comptait le plus n'était pas la vigueur de la jeunesse mais la sagesse de la vieillesse. Et d'avoir aussi crée le cigare.

Théodore: Il n'empêche que tu ne devrais pas fumer!

Elcidias: On en reparlera quand tu seras sur pied.

Théodore: C'est cela oui...

Elcidias eut un petit rire amusé : c'était assez rare de le voir ne serait-ce que sourire, et pas de manière sadique. Autant en profiter un peu. Mais soudain, une ombre passa derrière Théodore.

It's raining... It's pouring... Earth has been invaded...

Théodore: Je me demandais quand il allait arriver lui...

Humans are our now and for ever... And they will can't insult and disrespect us....

Théodore: ...Je m'en vais aussi!

Théodore se leva péniblement et boita le plus loin possible, laissant Elcidias seul.

Elcidias: Mon cher, je veux bien te défendre contre le scepticisme de Théodore mais si tu n'y met pas du tiens, je ne pourrais rien faire...

À quoi bon s'acharner pour quelqu'un qui ne peut pas comprendre que ne pas comprendre est comprendre quand on ne peux pas comprendre… Compris?

Elcidias: Evidemment.

L'inconnu sembla s'en aller tandis qu'Elcidias finit son cigare. Il en profita pour regarder sa main : il sentait ses pouvoirs revenir peu à peu, lentement, trop lentement pour lui. Mais ça ne le déplaisait pas, au contraire : ça lui permettait d'avoir plus de temps pour tout pour préparer et savourer sa vengeance. D'ailleurs, tout se déroulait exactement comme il le souhaitait : le piège qu'il avait tendu hier au fils d'Ardet et Osaken n'avait certes pas fonctionné mais, au moins, il savait quel était son élément et qui était sa déesse, ce qui lui offrait une avance majeur. Il sourit : il n'avait plus qu'à se débarrasser d'eux. Mais pas tout de suite, il fallait au contraire faire durée cette situation...

Sur Arxidus, les enfants avaient finit de s'entraîner depuis presque une heure. En peu de temps, ils avaient énormément progressé et Cassiopée avait jugé que c'était suffisant pour aujourd'hui. Ils étaient donc tout les cinq dans le salon, les jeunes chevaliers jouaient à un jeu de société (faites votre choix entre Cluedo, Monopoly et SOS Ouistiti) tandis que la déesse lisait des livres qu'elle avait ramené de la bibliothèque. Cependant, elle était inquiète : les dieux n'avaient toujours pas donné signe de vie. Elle sursauta soudainement : son gant solaire sonnait. Il fallait croire qu'elle était synchrone avec les autres. L'image d'Elysione apparu.

Elysione: Cassiopée, les enfants sont avec toi?

Kowawa: On est là Tata Elysione!

Elysione: Ah! Parfait! Je n'ai pas beaucoup de temps donc je vais faire vite : tout se passe bien sur Terre mais on a besoin de vous pour une petite mission.

Cassiopée: On est tout ouïe.

Elysione: L'assistante de la sénatrice Tokoko, Domimi, a émit un signal de détresse depuis Saiwoozu. Elle devait voyager jusqu'à Idiotoron mais elle a eu un soucis technique. Elle est bloqué sur la planète et il faudrait que vous alliez la chercher en vitesse : elle n'a aucun moyen de défense.

Cassiopée: Entendu, cela permettra aux enfants de s'entraîner un peu.

Elysione: N'y restez pas trop longtemps, on ne sait jamais!

Cassiopée: Ne t'inquiète pas, on ne s'y attardera pas!

Elysione approuva puis coupa la communication. Entre temps, les enfants s'étaient levés, prêt à partir, même si certains étaient hésitants. Taroro se rappela de sa dernière rencontre avec Taruru : il avait eu si peur, il avait déjà vue son frère en colère mais pas à ce point là. Il en avait parlé à son père mais il lui avait répondu de ne pas s'inquiéter et que ça lui passerait. Mais le petit titarien en doutait : il avait beau avoir l'apparence d'un enfant de 6 ans, il n'était pas immature. Il savait que c'était sérieux. Quoi qu'il en soit, il suivit les autres.

Quelques minutes plus tard, ils étaient tous sur la fameuse planète, en plein coeur de la jungle. Chiwowo fut envahit par un sentiment de mal être en arrivant : son précédent combat contre son père lui revint en mémoire. Mais il n'avait aucune raison de paniquer, il n'était pas là cette fois. Qui plus est, malgré les cris d'animaux résonnant aux travers de la végétation, aucunes bêtes féroces ne semblait traîner dans les parages. Il souffla et se concentra sur sa mission : il devait juste sauver Domimi. Point final. Il fut tiré de ses pensées par Cassiopée qui se tourna vers lui et les trois autres.

Cassiopée: Bien, maintenant qu'on y est, je vous propose de faire un petit test. Vous allez chercher Domimi en vous servant de vos pouvoirs.

Tinana: Comme dans la simulation?

Cassiopée: Exactement Tinana! Nous sommes dans un environnement idéale avec pleins d'obstacles. Essayez en déployant votre énergie tout autour. Rappelez vous que vous devez rester bien concentré.

Les enfants approuvèrent et se mirent en cercle. Ils se prirent chacun la main et fermèrent les yeux : Cassiopée leur avait expliqué que c'était plus simple pour commencer de le faire tous ensemble en se donnant la main afin d'unir plus facilement leurs énergies. Très vite, des auras apparurent et se mélangèrent pour ne faire qu'une.

Cassiopée: Alors? Vous voyez quelques choses?

Chiwowo: ...Je la vois! Ça y est!

Taroro: Elle est à l'entrée d'un temple! En haut de l'escalier.

Kowawa: Il est juste derrière nous!

Effectivement, le temple était proche. Cassiopée était fière d'eux. Elle les invita à arrêter et entama sa route vers l'édifice. Chiwowo resta cependant aux aguets : il pouvait y avoir des monstres ici. Ils arrivèrent finalement dans une grande clairière où siégeait le temple : Domimi les attendaient aux bas des marches.

Tinana: Bah zut alors! Je croyais qu'elle était en haut!

Domimi: Pas du tout, tu avais tout bon. Je vous ai aperçu d'en haut, je suis donc descendu.

Chiwowo se détendit : cette mission était simple finalement. Il regretta son manque de confiance en lui : on lui avait juste demandé d'aller chercher quelqu'un, pas d'affronter des monstres. Il s'apprêtait à créer un portail avec son gant mais Cassiopée l'arrêta.

Cassiopée: Nous étions en pleine jungle pourtant, comment avez-vous fait pour nous apercevoir au travers des arbres?

Chiwowo sursauta : elle parlait avec un ton étrangement dur et presque effrayant, mais elle n'avait pas tort. Quand il se tourna vers Domimi, il se rendit compte qu'elle avait l'air effrayé et fatigué. Il était tellement stressé qu'il n'y avait pas prêté attention. Il se crispa : qu'est-ce que ça voulait dire?

Cassiopée: Domimi? Quelque chose ne va pas?

La titarienne commença à reculer, n'osant plus regarder les enfants qui se regroupèrent autour de Cassiopée. Elle finit par sangloter.

Domimi: Je suis désolé, ils m'ont promis qu'ils laisseraient Tokoko fuir si je leur obéissais...

- Et tu as parfaitement rempli ta mission Domimi.

Les iris de Domimi se floutèrent puis elle s'écroula subitement au sol, endormit. Au même moment, dans un éclair lumineux, douze autres titariens apparurent : c'était les chevaliers, ils étaient tous là, sauf Pururu. Keroro, Karara, Tamama, Taruru, Giroro, Garuru, Kururu, Tororo, Dororo, Zoruru, Meisei et Kirara les entouraient, il était impossible pour eux de s'enfuir. Chiwowo eut envie de hurler : c'était un piège et il s'était encore fait avoir alors qu'il avait analysé les lieux. Keroro était devant eux et s'avança en enjambant à peine le corps de Domimi. Des clones apparurent et la prirent en charge pour ensuite disparaître de nouveau tandis que Keroro dévisagea Cassiopée quelques instants. Celle-ci le regarda sans bronché, puis il sourit sarcastiquement.

Keroro: Alors c'est donc toi la nouvelle déesse? Le Maître nous a parlé de toi, je dois avouer que je m'attendais à quelqu'un d'un peu plus "robuste" vue sa description.

Cassiopée ne répondit pas à sa provocation et garda les enfants près d'elle sans rien ajouter. Keroro comprit alors qu'elle était imperturbable et continua.

Keroro: À ce que je vois, tu n'es pas ouverte à la conversation. Tant pis, ça nous fera gagner du temps. Mais c'est dommage, j'aurais tant voulu en savoir un peu plus sur l'éther...

Chiwowo serra les dents : ils connaissaient son élément. Discrètement, il tendit sa main pour créer un portail mais à peine eut-il appuyé qu'une petite décharge frappa sa paume. Il ne put retenir un hoquet de surprise qui fut remarqué par tous.

Kururu: Tu pensais vraiment que j'allais te laisser utiliser ton gant? Il n'y a vraiment qu'un enfant pour être aussi stupide.

Chiwowo lança un regard assassin à Kururu avant de se raviser : le major se tenait étrangement droit et parlait avec une voix plus grave. Il se comportait de manière si sérieuse qu'il eut du mal à le reconnaître. Lui aussi avait donc changé. Il en profita pour regarder les autres : Tororo semblait complètement effacé et silencieux, il regardait la scène mais semblait être absent des lieux. Tamama avait l'air déterminé et son regard traduisait son envie d'en découdre le plus rapidement possible. Meisei affichait un sourire narquois, comme si la situation l'amusait. Quant à Karara, elle tenait fermement le bras de Taruru et semblait essayer de se cacher derrière lui, ou plutôt : elle voulait rester proche de lui. Les autres, de leurs côtés n'avaient pas changé depuis leurs dernières rencontres. Garuru en profita pour s'avancer à son tour et fit apparaître son épée.

Garuru: J'aurais dû me douter que tu ne changerais pas en quatre jours. J'ai une fois de plus espéré pour rien. Mais Keroro a raison, inutile de perdre du temps : vous êtes en infériorité numérique, vous n'avez aucune chance!

Tinana: Hors de question qu'on se rende!!

Kowawa: Et puis d'abords, tu as fait quoi à Domimi?!

Garuru glissa lentement son regard sur sa fille qui sursauta : c'était la première fois qu'il la regardait ainsi. Il la considéra quelques instants puis il fronça les sourcils : il semblait lui reprocher quelques choses, comme à son frère jumeaux. Quelques choses de longuement enfoui en lui. Kowawa fut prise de peur : elle savait qu'il s'était passé quelque chose entre son père et son frère mais celui-ci avait refusé d'en parler. Elle avait juste compris qu'il s'était disputé, rien de plus. Pourtant, son père semblait désormais lui en vouloir, mais elle n'avait rien à se reprocher. Tout du moins, elle ne se souvenait pas avoir mal agit. Elle commença à être mal à l'aise. Chiwowo le remarqua et se plaça devant elle pour la protéger.

Chiwowo: Répond à sa question!!

Garuru: De quel droit oses-tu me donner des ordres?!

Chiwowo: J'ai le droit en tant que chevalier qui devait sauver Domimi! Et puis, c'est quoi cette histoire avec Tokoko?! Depuis quand vous faites du chantage?!

Dororo: Dans le mille...

Garuru: La ferme!!! N'essayez pas de gagner du temps avec vos tentatives minables, vous n'avez aucun moyen de défense!!

Chiwowo: ...Si, on a ça.

Les iris de Chiwowo brillèrent en mauve et, en un instant, des pics d'éther sortirent du sol, permettant à Cassiopée et aux enfants de fuirent... Mais pour aller où? Ils étaient à cinq contre douze, il n'avait aucune chance. Qui plus est, le gant de Chiwowo était désormais inutilisable depuis que Kururu l'avait court-circuité. Il essaya d'accélérer avec ses pouvoirs, mais, très vite, il s'éloigna des autres qui se dispersèrent eux aussi. Ce n'était peut-être pas si mal : groupé, ils étaient facilement repérable. Un cri se fit entendre derrière lui, il risqua un regard : Cassiopée venait de se faire électrocuté et cloué au sol par Keroro, Tamama, Dororo, Tororo et Kururu. Il voulut intervenir mais c'était trop tard. Il quitta la plaine et s'enfonça dans la jungle, souhaitant de tout coeur que personne ne le suive.

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Cet été, au cinéma, retrouvez la chambre de Keroro : la comédie musicale!
Un spectacle enchanteur qui ravira petits et grands!

Muku: Forum sage, sur un petit nuage. ♪

Pallas: C'est une planète en faite...

Muku: Où les jours se tiennent immobiles.
Où les gens, dès le matin, bavardent
De tout et de rien. ♪

Chisa: Bonjour!
Lunana: Bonjour!
Arca: Bonjour!
Guimo: Bonjour!
Putafa: BONJOUR!!! Very Happy

Retrouvez tous vos personnages préférés!

Chisa: C'est moi Chisa, c'est moi la reine du forum Keroro! ♪
Gilu: C'est la première fois qu'je vois une reine avec un tel égo! ♪

Dans toute leur splendeur!

Muku: C'est géant! Vel est dans le vent! ♪
Putafa: D'allégresse en Grèce on chante qu'il est le plus grand!
Chisa: C'est un pro! L'Apollo du show ♪
Lunana: Un monstre sacré qui met tous les monstres K.O. ♪

Chisa: Il n'était personne! ♪
Muku, Putafa et Lunana: Un zéro, zéro ♪
Chisa: Il tire le banco! ♪
Muku, Putafa et Lunana: C'est un héros!! ♪

Muku: Lui le marmot qui ne disait mot! ♪

Chisa, Muku, Putafa et Lunana: D'un zéro en héros, il a changé de peau! Zéro en héros! ♪
Putafa: Illico! ♪

Qui partageront leurs bonnes humeurs.

Putafa: Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Il faut se satisfaire du nécessaire
Un bon PC et du Wifi
Que nous prodigue Orange et Free
Quelques pots d'nutella et du ice tea. ♪

Comme leurs tristesses...

Muku: Moi je voudrais voir les épisodes
Moi je voudrais avoir les DVDs
Entendre la série en... Comment ça s'appelle ? Ah ! VF...
On ne voit rien avec un disque dur
Il en faut plus pour la pub et les fans
Et la diffusion sur la... Comment ça s'appelle ? Télé...
Si les fans aiment, si les fans veulent,
S'ils peuvent sur terre avoir d'autres animes
Comme j'aimerais si je pouvais voir la vf ♪

Découvrez leur formidable aventure!

Tout le monde: À la file indienne, indienne, indienne!
Tous à la file indienne!
Nous marchons en chantant  ♪

Qui leur feront affronter les plus terribles danger!

Gyokuyami: Votre dieu vous invite à la fête, soyez prêêêêêêt! ♪

Putafa: Je crois qu'on est dans la merde...
Muku: Je confirme.

Et se risqueront à briser leur amitié...

Muku: Tu as cassé le grille pain... Et causé une panne de courant dans le quartier tout entier.
Putafa: Le quartier tout entier ?
Muku: Mais ce n'est rien, change les plombs!
Putafa: Je ne peux pas, j'en suis incapable

Muku: Mais si voyons, tu en es capable!
Parce qu'il faut remettre le courant... Tu n'auras plus jamais peur... ♪

Putafa: Dites-moi comment ne pas désespérer! ♪
Muku: Ensemble nous ferons ce qu'il faut! ♪
Putafa: Je suis trop maladroite!! ♪
Muku: Pour sortir de cette torpeur! ♪
Putafa: Toutes ces belles promesses n'ont pas de sens!!! ♪

Et devront utiliser autre chose que la violence pour résoudre les problèmes.

Chisa: Pour toi, je suis la fan girl sauvage
Tu me parles de rester calme
Je crois sans amalgame
Mais si dans ton langage
Tu emploies le mot sauvage
C'est que tes yeux sont remplis de nuages
De nuages... ♪

Muku: Non mais, je te disais juste que certes, Giroro était en couple mais il t'apprécie toujours et que c'était pas la peine d'essayer de me tuer toutes les cinq minutes!

Chisa: Tu crois que ta fic t'appartient toute entière
Pour toi, tu y es libre comme l'air
Mais étant la modo, c'est moi qui choisit
Je décide, je réécris et banni. ♪

Muku: Oh putain...

Heureusement, ils auront pleins de ressources!


(cliquez sur l'image pour la version longue)


Une histoire merveilleuse à découvrir en famille, en juillet!





Muku: ...Putafa, c'était quoi ça?

Putafa: Bah quoi?! Tu m'as dis "trouve une interlude", en voilà une!

Muku: Mais c'est de la merde!

Chisa: En plus, ça va pas plaire à Vel...

Putafa: T'en as une autre peut-être?

Muku: ...Non.

Chisa: Bon bah on va laisser comme ça du coup.

Muku: Oui, faisons ça comme ça... Mais bon, juste pour le bonus : devinez de quelles chansons viennent ces parodies!

Putafa: Tu parles à qui?

Muku: À ta mère! ...Encore une fois!

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 809
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 16 Juil - 20:09

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Chiwowo traversait la végétation à tout allure, esquivant les troncs d'arbres et les lianes. Il ne pu s'empêcher de penser à ce fameux soir où il était devenu chevalier et où il avait fuit avec Kowawa, Tinana et Taroro. Mais il se re-concentra : ce n'était pas le moment. D'autant plus qu'il n'avait aucun endroit où se cacher : il y avait certes d'autres temples mais il était risqué de s'y cacher, il n'y était jamais aller et les autres pourraient le rattraper facilement. Il serra les dents : sa fuite était inutile, il faudrait un miracle pour qu'il s'en sorte. Un hurlement strident surgit derrière lui.

Chiwowo: Kowawa!!!

Guidé par son instinct, il fit demi tour. Au point où il en était, l'attaque était une option bien plus utile. Mais à peine eut-il atteint une sorte de petite clairière que quelque chose happa son bras, le tira en arrière et le propulsa contre un arbre. Ventre à terre, il tenta de se redresser mais une sorte de pointe froide s'abattit sur son dos, le forçant à rester au sol. Il reconnu malheureusement l'objet en fer et ne bougea pas. Il redressa la tête et vit sa soeur, terrorisée, retenu par Zoruru : il lui bloquait le cou avec son bras armé de sa lame. Chiwowo sentit soudain du mouvement au dessus de lui puis un souffle chaud près de son oreille.

Garuru: Tu pensais réussir à fuir ainsi? J'aurais presque trouvé ça drôle si tu n'étais pas mon fils...

Chiwowo: Renie moi si tu as si honte.

Garuru: ...Ne me tente pas.

Kowawa: Arrête Papa, dis pas ça!!

Zoruru la fit taire en serrant son bras pour l'étouffer. Chiwowo se retint de s'énerver : il n'avait jamais laisser personne s'attaquer à sa soeur et la voir ainsi l'enrageait. Et comme ci ce n'était pas suffisant, son père la regardait fixement sans broncher : comment osait-il?! Chiwowo réalisa alors que le regard de son père exprimait plus de la haine qu'autre chose. Il frissonna : allait-il lui reprocher les mêmes choses? Il finit par se lever, laissant son fils au sol, se plaça devant Zoruru et regarda sa fille de toute sa hauteur. La petite fille fut intimidée et chercha désespérément du réconfort auprès de l'assassin, mais celui-ci la retint fermement sans rien ajouter. Chiwowo devait agir vite, mais comment? De son côté, Kowawa était dans l'incompréhension totale : pourquoi son père semblait la détester soudainement? Il lança un rapide regard à Zoruru.

Garuru: Relâche-la.

Zoruru: On est pas censé les capturer le plus rapidement possible?

Garuru: Relâche-la, c'est un ordre!!

Zoruru: Ok! Ok!

Zoruru s'exécuta et poussa la petite fille en avant. Chiwowo se releva et tenta d'intervenir mais l'assassin le regarda fixement, ce qui le paralysa, l'obligeant à observer la confrontation entre Kowawa et Garuru sans intervenir.

Kowawa: ...Papa-...

Garuru: Je suppose que ton frère ne t'as rien dit?

Kowawa: ...N...Non...

Garuru: Ça ne m'étonne qu'à peine. Il n'a même pas le courage d'admettre ses torts.

Chiwowo ne répondit pas : c'était clairement de la provocation. Garuru sembla attendre sa réponse mais, n'entendant rien, il reprit.

Garuru: Donc tu ignores la vérité?

Kowawa: Quelle vérité?

Chiwowo: Ne l'écoute pas Kowawa, il te ment!!

Garuru: C'est étrange, selon ton frère, je ne dis la vérité que quand ça l'arrange... Mais si tu veux tout savoir : toutes les rumeurs que tu as entendu à l'école était vrai. J'étais chevaliers de Gyokuyami. Mais à cause de vous, j'ai dû me mentir à moi même et cacher qui j'étais réellement...

Chiwowo ferma les yeux, frustré : il lui reprochait donc les mêmes choses. Et si lui l'avait mal prit au point de haïr son père, alors sa soeur...

Kowawa: Ah! Mais je le savais déjà ça!

...Hein?

Muku: Qu'est-ce que putain de quoi?!

Zoruru: Même le narrateur et l'écrivaine sont choqués...

Chiwowo: Attend : comment ça "tu savais déjà"?!

Kowawa: Bah! Tout le monde en parlait à l'école et sur les photos de Taruru sur Facebook, on te voit jamais. Pour moi, c'était logique en tout cas.

Chiwowo: Tu pouvais pas le dire avant?!

Kowawa: Mais personne me l'a demandé!! Et puis, je me suis dit que ça ferait plaisir à Papa alors j'ai rien dit!

Chiwowo: Mais c'est pas possible d'être aussi débile!!

Kowawa: Je suis PAS débile!!

Garuru: Alors tu n'as rien dit exprès pour que je me crée un personnage.

Kowawa se tourna vers son père : il avait une expression indescriptible qui lui fit perdre son calme. L'ambiance semblait s'être tendu une fois de plus. Chiwowo lui fit signe de rester silencieuse mais elle hocha toutefois la tête pour approuver.

Kowawa: Je pensais que ça te ferait du bien...

Garuru: ...Petite idiote...

Kowawa: Hein?

Chiwowo: Hé! Je t'interdis de l'insulter!!

Garuru: Tu as sérieusement cru que jouer la comédie me ferait me sentir mieux?! Tu es donc assez puérile et stupide pour croire ce genre de chose à ton âge?!

Kowawa: ...Je voulais pas-...

Garuru: Arrête de te chercher des excuses!! Tout ce que je vois c'est que tu m'as pris pour un jouet sans âme ni sentiment! Tu as cru que les adultes pouvait oublier aussi facilement?! Eh bien non!! Je n'oublies pas!! J'ai dû subir pendant toutes ces années vos caprices et votre imagination malsaine sans jamais avoir à me plaindre! J'ai eu votre mère et toute ma famille qui me répétaient sans cesse que vous ne deviez pas voir ça, que je devais être le bon père de famille que tout le monde voulait!! Je devais me cacher, ne rien ressentir, prendre sur moi... Tout ça pour que vous n'appreniez jamais la vérité... Mais c'est terminé maintenant...

Chiwowo: Mais on y est pour rien!!

Garuru: ...Pour rien? Vous n'y êtes pour rien?! Dés votre naissance, j'ai subit un véritable calvaire!! Je n'étais plus libre, vous m'avez emprisonné dans vos mensonges et je... Vous... Vous n'auriez jamais dû voir le jour...

Chiwowo se crispa : étrangement, il s'y attendait. Vue l'état de son père, ce genre de réflexion était logique de sa part, clone ou non. Si seulement sa mère était là, elle saurait quoi faire. Il se rendit alors compte qu'elle lui manquait affreusement. Il croisa le regard de Kowawa qui commençait à pleurer de nouveau, se laissant capturer par Zoruru sans résister. Cette fois, s'en était trop pour lui : il fit apparaître son épée, dans un éclair de lumière mauve, et la brandit en direction de son père, une lueur de défi embrasait son regard.

Chiwowo: Comment oses-tu faire pleurer ma soeur comme ça?! Sale monstre!

Garuru: Alors c'est moi le monstre maintenant?! Après tout ce que tu m'as fais?!

Chiwowo: Je n'ai rien fais espèce de parano!

Garuru: Parano?! Moi?!

Chiwowo esquissa brièvement un sourire : son oncle lui avait appris que pour vaincre ses ennemis, il suffisait parfois de les pousser à bout. Et inutile de préciser qu'un enfant peut faire ça sans problème.

Chiwowo: Oui parano! Tu t'es inventé une vie pour justifier le fait que tu es incapable d'imposer tes choix à des enfants de huit ans! Toi qui disais que pour changer les choses, il fallait dire la vérité, je vois juste que tu n'es qu'un lâche et un imposteur! Et, si tu veux tout savoir, j'aurais préféré avoir Tonton Keroro plutôt que toi comme papa car lui, au moins, il ne ment pas! Et Maman serait d'accords avec moi!

Chiwowo n'attendit pas son reste et s'enfuit en accélérant avec ses pouvoirs. Il sentit alors une vague de chaleur derrière lui : son père le poursuivait. Au même moment, Taroro courrait en travers de la forêt. L'agitation de la végétation autour de lui le faisait déduire que Karara n'était pas loin. Alors qu'il se sentait toutefois en sécurité, une masse noire apparue soudainement devant lui : un mur. Celui d'un autre temple de la planète. Il freina juste à temps, mais il arriva si vite qu'il dérapa au sol et se vautra par terre. Alors qu'il retrouvait ses esprits, il sentit quelque chose l'enlacer et le propulser dans les airs avant de le plaquer contre le mur du temple. Il tenta d'invoquer Durgal mais ses mains, bloquées, n'arrivèrent pas à faire apparaître de portail. Il se rendit alors compte qu'il était cloué au mur par des racines sorties directement du sol. Il déglutit : son regard se posa sur les bois qui entourait la clairière. Les plantes commençèrent à s'agiter puis deux personnes se montrèrent au grand jour : Karara et Taruru. Pourtant, ceux-ci ne semblait pas intéressé par Taroro : ils se regardaient droit dans les yeux, l'air faussement amoureux.

Taruru: Bravo Karara, tu maîtrises de mieux en mieux la terre.

Karara: C'est grâce à toi.

Taruru eut un petit soupir amusé puis embrassa doucement Karara sur la joue. Après cela, il se focalisa sur son petit frère. Son expression changea subitement. Il s'avança lentement vers les racines, le regard figé sur son cadet. Un voile d'eau fin entourait peu à peu ses mains. Taroro se tortilla dans tout les sens pour essayer de se déloger mais les racines semblaient se resserrer au fur et à mesure.

Taruru: Inutile d'essayer de te dépêtrer : tu ne peux pas t'échapper.

Taroro: ...Tu... Tu vas pas me tuer quand même, hein?

Taruru regarda l'eau qui s'écoulait autour de son avant bras, l'air absent, puis il leva les yeux vers Taroro, aucune émotion ne transparaissait sur son visage.

Taruru: Ô crois moi, si ça ne tenait qu'à moi, je t'aurais déjà noyé de mes propres mains. Mais tu as de la chance : le patron te veut avec tes petits amis, vivants. Et j'obéis toujours aux ordres...

Taroro avait beau se concentrer : la panique l'empêchait d'utiliser son élément, il allait se faire capturer. Un peu plus loin, Tinana était dans l'un des temples : elle avait trouvé un accès secret au détour d'un bosquet et arpentait les couloirs. Entre temps, elle se demandait si elle ne devait pas ouvrir de portail pour rentrer sur Arxidus... Non, trop risqué : les autres pouvaient la suivre. Elle releva soudain la tête : des torches étaient allumées au mur. Ce qui était étrange vue que le temple était abandonné depuis des années... Comme pour répondre à ses craintes, des murs de flammes lui barrèrent la route. Effrayé, elle tenta de forcer le passage avec ses pouvoirs, en vain.

- Tu as pensé sincèrement que la vie pouvait vaincre le feu?

Tinana ne se retourna même pas quand elle sentit la présence de ses parents derrière elle. Giroro la saisit alors par l'épaules et la bloqua avec son avant bras.

Kirara: Ce fut plus facile que prévue, je me suis presque ennuyé...

Giroro: Effectivement.

Tinana: Laissez moi partir!! Lâchez moi sinon...

Giroro: Sinon quoi? Tu vas me lancer un rayon de vie? J'en tremble de peur.

Tinana n'attendit pas son reste et mordit le bras de son père. Celui-ci, prit par surprise, eut un hoquet de douleur et recula tandis que sa fille prit la fuite. elle s'entoura de son énergie pour traverser les flammes mais ça ne semblait pas suffire : elle sentit une vive brûlure sur ses joues et ses jambes. Déséquilibrée par la douleur, elle ne remarqua pas le gouffre qui s'ouvrait devant elle. Elle bascula et fit un roulé boulé le long d'une pente. Elle dévalait en s'écorchant et en faisant des bonds dont l'atterrissage lui était douloureux. Elle finit par ralentir et s'arrêter, complètement sonné. Giroro la suivait, précédé par Kirara : elle semblait presque dégoûté de voir sa fille ainsi. L'ancien caporal s'approcha de la petite fille, qui était allongé sur le dos. Elle tenta de se redresser mais une douleur à la cheville et au poignée la bloqua au point de la faire pleurer.

Giroro: Tu as beau mordre comme un chaton, tu ne retombes par sur tes pattes à ce que je vois. Mais fini de jouer : nous allons enfin pouvoir te livrer à notre Maître.

Tinana: ...P...Papa...

Giroro s'arrêta subitement, le fait de voir Tinana ainsi lui rappela quelque chose. Un souvenir. Pendant quelques secondes, la scène devant lui changea. À la place du sol se trouvait un lit d'hôpital et Tinana n'avait plus ses vêtements de chevaliers mais une blouse bleue. Elle portait un masque à oxygène et une perfusion lui injectait d'étranges produits. Giroro se vit en train de l’enlacer tout doucement et sa propre voix résonna au travers de sa gorge :

Giroro: Ça va aller ma princesse, Papa est là. Je resterais avec toi jusqu'au bout : je te le promet...

Tinana: Suis désolé Papa... Je voulais pas que mon coeur fasse ça...

Giroro: Ne t'excuses pas ma chérie, ce n'est pas de ta faute : j'aurais dû être plus prudent. Il faut que tu te reposes maintenant...

Giroro: ...Tinana...

Une larme coula le long de la joue de Giroro. Kirara, le remarquant, s'approcha de lui avant de subitement s'écarté : une aura dorée commença à l'entourer. Elle se brouilla soudainement pour virer au noir, comme une image parasite, puis implosa littéralement, sans pour autant faire de dégâts alentours. Giroro s'écroula alors au sol, à genoux. Étonnée, Tinana passa outre sa douleur pour se mettre elle aussi à quatre pattes et s'avança lentement vers son père : celui-ci était muet comme une tombe, seul sa respiration profonde le faisait bouger.

Tinana: Papa?

Giroro redressa alors lentement la tête et regarda sa fille : son regard n'était plus haineux, il était chargé de tristesse, de compassion et d'amour. Plus étrange encore : les marques noires sur son visage avait disparu. La respiration de Tinana se coupa : elle aurait cru que son père était de retour.

Giroro: ...Tinana, ma princesse... Comment ai-je pu...

Tinana n'attendit pas une seconde de plus et se jeta dans les bras de son père qui la serra fort contre lui. Ils étaient enfin réuni, après 5 jours de séparation qui avait semblé interminable pour la petite fille. (oui, oui, 5 jours, vous pouvez compter) Giroro, quant à lui, avait du mal à réaliser ce qui se passait : il se souvenait de ce qui s'était passé mais n'avait pas eut l'idée de se rebeller. Mais ce n'était pas le plus urgent, sa fille avait besoin qu'on la rassure et... Une minute. Il se retourna : Kirara était derrière et semblait désemparée. Étonné, il utilisa rapidement ses pouvoirs puis fronça les sourcils.

Tinana: Tu peux la faire redevenir comme avant?

Giroro: ...Elle aurait déjà dû l'être.

Kirara: Qu'est-ce que tu insinues?! Qu'est-ce qu'elle t'as fait?!

Giroro se leva d'un coup et fit apparaître Zémal, sa vieille épée. Kirara recula légèrement mais garda une posture offensive, prêt à en découdre.

Giroro: Je ne suis pas dupe! J'ai toujours mes pouvoirs en moi et, bien que ton apparence soit trompeuse, je saurais reconnaître l'amour de ma vie entre milles!!

Kirara: Quoi?! Mais de quoi tu parles?!

Giroro: Ne fais pas l'innocente, tu n'es PAS Kirara!! La véritable Kirara, la mère de ma fille, n'aurait pas supporté de voir Tinana dans cet état là! ...Et elle n'aurait pas cette aura malfaisante...

Tinana se blottit contre Giroro qui la gardait derrière lui en signe de protection : elle était complètement confuse. On lui avait répété que son père et les autres étaient des clones mais c'était à la fois plus et toujours le cas. Kirara, de son côté, semblait enrager sur place : elle fit alors apparaître des étincelles lumineuses, menaçant à tout instant d'attaquer.

Kirara: Je ne sais pas ce qui te prend tout à coup mais j'ai une mission à accomplir et je ramènerais cette gamine à mon maître, avec ou sans ton aide!

Giroro: Je t'attend...

Au même moment, Karara venait de retirer les racines, à la demande de son petit ami, et fit atterrir Taroro juste devant son frère. Le petit titarien tenta toutefois de reculer, mais le contact du mur le stoppa net. Il se sentit de nouveau impuissant, comme la dernière fois. Il se souvint alors de tout ce que lui avait avoué Taruru : il y avait réfléchit depuis le temps et s'était rendu compte qu'il n'avait pas tout à fait tort. Il ressentit de nouveau le même pincement au coeur mais il tenta de ne pas pleurer. Malgré l'acharnement, il ne réussit pas : les larmes vinrent toutes seules. Il ne pouvait plus se voiler la face : il n'arrêtait pas de culpabiliser et en avait marre de cette situation. Alors, si se rendre lui permettrait de tout arranger, alors il le ferait. Cependant, Taruru, voyant son frère pleurer, serra le poing, exaspéré par un tel comportement.

Taruru: Alors on en est encore là?! Tu vas encore essayé de m'échapper en chouinant comme un bébé?! Tu es ridicule!!

Taruru le saisit par le bras et le força à avancer, mais Taroro tira de toutes ses forces pour rester immobile.

Taruru: Arrête de résister, tu-...

Taroro: CHUI DÉSOLÉ!!! Pardon!! Pardon...

Taruru se retourna en sursaut, surprit : Taroro pleurait encore plus fort. Il remarqua la façon avec laquelle il le retenait : il ne cherchait pas à le repousser mais à le rapprocher de lui. Karara, qui était resté au bord de la clairière, semblait elle aussi interloquée.

Taruru: ...Tu t'excuses?

Taroro: ...Chui désolé... T'avais raison, je... C'est ma faute si Papa t'as fais du mal, j'aurais pas dû le laisser faire... Mais j'avais peur qu'il s'énerve contre moi... Et qu'il m'aime plus... Et puis... J'aurais jamais dû tomber malade... Je sais pas comment j'ai fais et si c'est vraiment ma faute mais Maman est malheureuse à cause de moi... Mais j'voulais pas... J'voulais pas... Chui désolé... Chui désolé...

Taroro se blottit contre son frère qui resta immobile, figé par la stupeur. Karara elle aussi semblait surprise, surtout parce que Taruru n'intervenait pas. Elle essaya de lui faire signe mais celui-ci semblait ne plus vouloir quitter le petit titarien du regard. Mais soudain...

Taruru: ...T... Taroro...

Taroro: ...Grand frère?

Taruru se crispa soudainement et tomba sur le côté, retenant sa tête entre ses mains. Karara se précipita sur lui tout en repoussant Taroro. Celui-ci était stupéfait : il avait vue le regard de son aîné changer pendant à peine quelques secondes, comme avant.

Karara: Taruru, ça va? Qu'est-ce qu'il t'as fait?!

Taruru: ...Je... Argh... Ma tête...

Karara se retourna vers Taroro, ses yeux semblaient cracher des flammes.

Karara: Comment as-tu pu t'attaquer à lui?! Sale petit morveux!!

Taroro: Mais je... Je me suis juste excusé!!

Karara se leva et, tout en avançant vers Taroro, elle fit apparaître une Spada : son air menaçant effraya le petit chevalier.

Karara: Je vais t'en donné moi des excuses, une fois que je t'aurais mis en pièce-...

Elle s'arrêta, Taruru venait de la saisir par le bras, sans afficher une quelconque émotion. Il y eut alors un silence que même Karara n'osa pas rompre. Tout à coup, Taroro ressentit comme un frisson : quelque chose était en train d'arriver. Quelque chose au niveau son frère : le chevalier de l'eau sembla alors clignoter, ou plutôt grisailler, comme s'il était une image sur un écran défectueux, puis les marques noires qu'il avait sur le visage disparurent dans un nuage de poussière. Cette disparition soudaine le déséquilibra, mais il se rattrapa avec ses avant bras. Taroro ne quittait plus son frère des yeux : qu'est-ce qu'il lui arrivait?

Karara: Taruru, chérie, c'était quoi ça?

Taruru: ...Qu... Qu'est-ce qui s'est passé?.. Pou... Pourquoi j'ai fais ça?!

Karara: Mais de quoi tu parles?!

Taroro: Grand frère, c'est bien toi?

Le regard de Taruru glissa entre Karara et Taroro : il semblait complètement perdu mais avait l'air d'avoir retrouvé son état normal, au grand soulagement du plus jeune.

Karara: Taruru, ressaisis-toi, on doit ramener ce gosse au maître!!

Taruru ne répondit pas et se leva pour se mettre face à Karara. Il en profita pour prendre son frère par la main.

Taruru: Hors de questions, on ne le ramènera à personne.

Karara: Quoi?! Est-ce que tu es en train de me trahir?!

Taruru: Non, je fais pire que ça...

La tension monta alors d'un cran, les deux amoureux se regardèrent droit dans les yeux sans prononcer un mot. Le temps semblait s'être arrêté, ce qui perturba Taroro qui, comble de hasard, ne supportait pas le silence justement. Soudain, Taruru inspira profondément et se lança :

Taruru: Je ne supporte pas la série Once upon a Time : c'est bourré d'incohérences, c'est pas foutu de se détacher de Disney, les acteurs jouent très mal, l'un d'eux joue même Christian Grey et Colin O'Donoghue est tout aussi séduisant qu'un Bernard l'Hermite!!

Karara: KEUWAAAAHHHHH??!!! Mais comment oses-tu critiquer Colin O'Donoghue, espèce d-...

Karara s'écroula subitement, de la même manière que Taruru précédemment. Celui-ci la rattrapa juste à temps : elle semblait simplement évanoui.

Taruru: Bah dis donc, j'aurais pas cru que ça soit aussi simple...

Taruru sentit alors quelqu'un l'enlacer par le cou : c'était Taroro. Ému, il lui rendit son étreinte. Mais il ne pouvait s'empêcher de se poser des questions : qu'est-ce qui s'était passé pour qu'il finisse comme ça?

Plus loin dans la forêt, Chiwowo était en train de contrer les attaques de son père mais, très vite, celui-ci commença à fatiguer, contrairement à son fils qui avait privilégié la défense à l'attaque. Au bout d'un moment, Garuru prit du temps pour reprendre son souffle. Chiwowo réalisa alors qu'ils étaient retournés à leurs points de départs : Kowawa pleurait toujours dans les bras de Zoruru qui ne lui accordait même pas un regard. Il voulu intervenir mais son père le devança.

Garuru: N'essaye même pas de réparer tes fautes, tu ne peux en vouloir qu'à toi même! Si tu n'avais pas mêlé ta soeur jumelle à tout ça, elle ne pleurerait pas à l'heure qu'il est!

Chiwowo: Je n'ai rien à me reprocher : je lui ai épargné tes délires de psychopathe!!

Garuru: Mes "délires"?! Tu te protèges en prétextant que j'ai perdu la raison?!

Chiwowo sentit son coeur s'enflammait : ça faisait trois jours qu'il se sentait trahi par son père et qu'il avait envie de lui faire comprendre qu'il ne l'aimait plus comme avant. Et maintenant, il avait l'occasion de le lui dire en face. Il serra le poing en repensant à tout ce qu'il lui avait dit puis se lança.

Chiwowo: ...Je me protège pas, je constate juste que tu te défoules sur nous alors que c'est toi qui n'a pas eut le cran d'admettre devant tout le monde que tu avais été un traître! On a rien inventé, tu nous a d'office dit que tu avais été un bon chevalier!! Mais c'est toujours plus facile d'accuser les plus faibles en premier!! Tu dis que je ne suis pas digne d'être chevalier mais, contrairement à toi, j'ai bien plus de mérite et de courage!!! Les autres à l'école avait bien raison : Maman ne te méritait pas!! Et vue tout les dégâts que tu as causé, si quelqu'un ici n'aurait jamais dû naître, ça serait toi!!

Chiwowo eut à peine le temps de réaliser qu'il se retrouva de nouveau projeté dans les airs puis écrasé violemment au sol par une masse brûlante. Kowawa se mit à hurler tandis que Zoruru la saisit par le col pour l'empêcher de partir. Chiwowo tenta d'ouvrir les yeux et vit une ombre fait de flammes violettes dont les yeux améthyste semblait le foudroyer. Son souffle se coupa : c'était Garuru.

Chiwowo: Papa... Tu me fais mal...

Garuru: Je t'interdis de m'appeler "Papa"!! Je ne veux plus que ton nom soit lié au mien, c'est clair?!

Kowawa: Papa!! Arrête!! S'te plait!!!

Garuru: ...Or de question que j'arrête... J'aurais dû faire ça depuis le début...

Chiwowo sentit le poignée enflammé de Garuru se refermer lentement sur sa gorge. Il ne pouvait évidemment pas le repousser, il allait se faire encore plus mal. Il déglutit, et se brûla d'avantage : il allait mourir cette fois.

Kowawa: Papa!!! Non!! J't'en supplie, fais pas ça!! Arrête!!! Papa!!!

Chiwowo: ...Pap... Commandant...

Garuru: Tu pourras m'appeler par tout les noms que tu voudras... Je suis Tenebrae, le seul, l'unique... Et plus personne ne pourra le changer...

Kowawa s'agita dans tout les sens pour échapper à l'étreinte de Zoruru, en vain. Affolée, elle se tourna vers lui et le saisit par sa veste. Les yeux embrumés de larmes, elle tenta son unique espoir.

Kowawa: J't'en supplie, fais quelque chose!!!

Zoruru: T'as cru que j'allais intervenir? Ok, on devait vous ramenez vivants mais bon... Un de plus ou de moins...

Kowawa: Mais dis pas ça!!! D'accords, t'es un assassin mais t'es pas un meurtrier!! Je t'aime Tonton, et je veux pas que tu laisses mon frère se faire tuer! ...S'te plait intervient!! S'te plait... Tonton Zouzou...

Zoruru fut traversé par un frisson. Il vit devant ses yeux des images de Kowawa, plus petite, qui essayait de lui échapper en riant. Il se rappela alors de ces après midis où il jouait avec elle et son frère, pendant que son chef était occupé avec la paperasse. Il posa ses mains sur ses épaules pour essayer de la repousser mais ses bras ne répondirent pas.

Zoruru: ...Kowawa...

Pendant ce temps, Chiwowo essayait de se débattre contre Garuru, malgré la chaleur qui devenait insupportable. Il crut qu'il allait s'évanouir quand son père se retrouva soudainement projeté sur le côté. Il tourna la tête et vit Zoruru, accompagné de Kowawa. Son bras était entouré d'une petite tornade. Chiwowo resta immobile, trop assommé pour faire quoi que ce soit, tandis que Garuru se relevait péniblement : il n'utilisait plus l'ultime force et semblait affaiblit et blessé.

Garuru: Zoruru, comment as-tu pu-...

Zoruru: Toi, je te conseil de la fermer! Je suis un assassin je te rappelle : les clones comme toi, je les démasquent en à peine une seconde!

Chiwowo sursauta : est-ce que Zoruru venait de dire à son père de la fermer?!... Non, attendez : est-ce qu'il vient de confirmer que c'était un clone?!

Garuru: Tu pourras dire ce que tu voudras, j'aurais ce petit merdeux et je le tuerais!!

Zoruru: Ne m'obliges pas à faire ça devant eux.

Garuru: Quoi donc? M'arrêter? Oh! Mais je t'en pris, essaye donc!

Garuru se précipita sur Chiwowo qui recula péniblement, en rampant sur le dos. Zoruru lança un rapide regard compatissant à Kowawa et, rongé par le remord, il se précipita d'un mouvement si rapide que la petite fille n'eut pas le temps de le voir partir. En à peine une seconde, Zoruru était passé au dessus de Chiwowo, avait fait apparaître une lame en argent et l'avait enfoncé dans la poitrine de Garuru dans un bruit de craquement sourd. Les deux enfants étaient horrifiés face à cette scène : Zoruru venait de tuer leur père. Celui-ci semblait essayer de dire quelque chose mais sa gorge, envahit par le sang, ne dégagea qu'un vague râle. Il s'écroula subitement et disparu dans un nuage de poussière d'étincelles noires. Zoruru resta immobile, lui même choqué par son geste, et se tourna vers les deux enfants apeurés. Il ne savait pas quoi dire : il avait l'habitude de voir des gens mourir, mais eux non. Il se mit finalement lentement à genoux et tenta de parler le plus calmement possible.

Zoruru: N'ayez craintes, c'était un clone, vous ne risquez plus rien maintenant.

Chiwowo: ...Tu... Tu l'as tué?

Zoruru: Ce n'était pas ton vrai père, c'était un clone crée par magie. Je n'aurais jamais osé lever la main sur lui, tu le sais très bien.

Les deux enfants restèrent silencieux. Kowawa finit par s'approcher de son "Tonton" et se blottit contre lui. Chiwowo n'osa plus bouger, paralysé par la douleur : il se rendit alors compte que ses mains et son coups avaient rougit. Zoruru le remarqua et s'approcha lentement de lui pour examiner ses blessures.

Zoruru: Ça va, ce ne sont que des brûlures superficielles, d'ici une semaine il n'y paraîtra plus.

Chiwowo: Tu te rappelles de ce qui s'est passé il y a cinq jours?

Zoruru fut surpris par la question de Chiwowo mais il avait raison : il ne devait pas perdre une minute.

Zoruru: C'est très vague. Je me rappelle juste qu'après votre départ, la vague de rats a augmenté en puissance et je me suis retrouvé ensevelie avec les autres. Ça couinait de partout, c'était affreux... Après, c'est assez flou... Je me souviens m'être réveillé et le maître nous a donné des missions.

Kowawa: Mais c'est qui ce maître?

Zoruru: Je l'ignore, mais quelque chose en moi me forçait à lui obéir et à agir différemment... Une minute!

Zoruru se regarda en détail puis jeta un oeil son bras affublé par sa fameuse prothèse fait d'une matière noire.

Kowawa: Qu'est-ce que t'as?

Zoruru: Ce... Ce n'est pas mon corps!

Chiwowo: Hein?! Mais comment ça?! Toi aussi tu es un clone?!

Zoruru: Pas exactement non! Je crois qu'ils ont transférer ma conscience dans ce corps, contrairement à votre père... J'en suis même certains!

Kowawa: Mais pourquoi ils ont fait ça?

Zoruru: J'ai deux hypothèses : soit c'était pour faciliter l'hypnose, soit c'est parce qu'ils veulent garder nos corps en lieux sûrs... Si seulement je me souvenais où...

Chiwowo: Tu ne te souviens de rien d'autres?

Zoruru: ...J'ai beau essayer... Je me souviens juste des "missions". Je ne me souviens même plus d'où je viens ni où j'allais après. Les personnes qui ont fait ça ont tout prévue...

Kowawa: Qu'est-ce que tu vas faire alors?

Zoruru allait répondre quand une silhouette passa à toute vitesse près d'eux avant de disparaître dans la végétation, comme si elle prenait la fuite.

Kowawa: C'était pas Tata Kirara ça?

Zoruru ne répondit pas, il eut un hoquet de douleur. Devant le regard effaré des deux enfants, Zoruru commençait à disparaître de manière visiblement douloureuse.

Kowawa: Tonton Zouzou, qu'est-ce que t'as?!

Zoruru: J'ai déjà ressenti ça une fois... Ils me ramènent à la base...

Chiwowo: Quelle base?! Où elle est?!

Zoruru: Je ne sais pas, ils l'ont effacé de ma mémoire... Argh!!

Kowawa: Qu'est-ce qu'on peut faire alors?!

Zoruru: Juste : écoutez moi... Ces types... Peu importe qui ils sont... Ils semblent visiblement très puissant pour réussir à créer des clones de la sorte... Alors, surtout, faites très attention à vous... Ne faites confiance à personnes...

Chiwowo: Mais on veut vous sauvez!!

Zoruru: Retrouvez les dieux, ils sauront quoi faire... Maintenant que Cassiopée a été capturé, vous avez une chance de les vaincre en la retrouvant... En attendant, ne partez plus sur le terrain... J'ai beau avoir retrouvé mes esprits aujourd'hui, je risque de ne plus me ressaisir par la suite... Si je reviens..

Kowawa: Mais Tonton...

Zoruru lança un regard doux à Kowawa puis disparue complètement. Le silence revint dans la jungle : même les bêtes sauvages avait disparue. La petite titarienne finit par se relever pour observer les alentours : autour d'elle, l'herbe était carbonisé et une partie de la végétation avait était arraché, voir pulvérisé. Malgré tout, le calme était enfin revenu. Tout à coup, il y eut du mouvement dans les herbes. Elle se blottit contre Chiwowo mais, fausse alerte, ce n'était que Tinana et Taroro. Sa cousine avait l'air de boiter.

Taroro: Ah bah vous êtes là!

Tinana: Chiwowo, qu'est-ce qui t'es arrivé?!

Chiwowo: Dégâts collatéraux.

Tinana regarda rapidement la clairière : elle comprit aisément d'où venait ces "dégâts". Taroro s'approcha de lui pour l'aider à se relever tandis que Tinana pianota difficilement sur sa montre, son poignée étant encore douloureux.

Kowawa: Vous aussi vous avez affronté vos...

Taroro: Pas exactement : Taruru et Karara sont redevenu normaux puis ils ont disparue d'un coup!

Tinana: Ah oui? Mon Papa aussi, mais ma Maman... Bah, c'était pas ma maman en faites...

Kowawa: C'est pareil pour Papa, Zoruru a dû le... Stopper.

Tinana: ...Ils vous ont aussi expliqué pour leurs "comportements"?

Chiwowo: ...Comment ça?

Tinana: Papa m'a dit, ou plutôt à déduit, qu'on l'avait contrôlé de manière à ce que sa part la plus sombre ressorte. Il m'a dit de ne pas le prendre mal pour autant et qu'il en était désolé... Les votre aussi?

Cette annonce instaura une ambiance glaciale dans la petite troupe. D'après Giroro, le fait que Taruru déteste Taroro et que Garuru soit agacé de mentir était donc bien réel? Chiwowo serra le poing : lui qui s'apprêtait à croire que tout ce qu'avait dit le clone était faux, il venait de se prendre de nouveau la réalité en pleine face. Mais c'était un clone justement... Un clone qui avait les mêmes souvenirs... Il tenta d'ignorer le pincement au coeur qu'il commençait à ressentir et poussa Taroro à l'aider à avancer.

Chiwowo: On en discutera plus tard, rentrons à la base, on est pas en sécurité ici!

Taroro obéit sans attendre tandis que Tinana resta en retrait : elle n'aurait peut-être pas dû annoncer ça comme ça. Gêné, elle s'empressa; malgré sa cheville, de créer un portail pour la forteresse. Quand les quatre enfants arrivèrent, Spinelle fut la première à les accueillir. Un autre groupe arriva alors : c'était tout les dieux et déesses.

Tinana: April!!

Tinana se jeta dans les bras d'April qui la souleva dans les airs et la fit tournoyer. Taroro, de son côté, remarqua qu'ils portaient tous leurs vêtements de dieux. À l'exception d'Artus qui portait la même armure que Maël et En'you, de couleur verte. Mais il fut interrompue par Elysione qui se précipita sur Chiwowo.

Elysione: Qu'est-ce qu'il s'est passé?! Où est Cassiopée?! Et... Oh mon dieu mais tu es blessé, et Tinana aussi!!

Maël: Du calme Elysione, ne les assomme pas de questions comme ça!

Taroro: On était sur Saiwoozu, Domimi était contrôlé par les méchants et ils ont capturés Cassiopée. On s'est battue et puis... Et puis...

Taroro se perdit dans le fil de son histoire. Garance et Enéa prirent les devants pour l'interroger à l'écarts avec Kowawa tandis que Tinana et Chiwowo furent ramené dans leurs chambres afin d'être soignés. Malgré ce douloureux combat, le petit titarien fut heureux de constater que les humains allait bien...

Au même moment, dans le QG de la confrérie de l'Aube, Elcidias tournait en rond avec anxiété, quelque chose semblait l'angoisser. Il en avait même oublié sa canne, placé sur un canapé adjacent. Soudain, une porte s'ouvrit près de lui : le Maître des Ouvrages entra dans la pièce et se mit face à lui.

Maître des ouvrages: Pardonnez mon retard : que se passe-t-il Elcidias?

Elcidias: Ne faites pas semblant de ne pas savoir!!

Le Maître se figea, assourdit par le hurlement d'Elcidias. Il se tint le plus droit possible pour s'empêcher de trembler et garda la tête haute.

Maître des ouvrages: ...Sans vouloir vous offensez, je crains de n'être pas au courant des événements qui vous ont... Mit dans cet état là...

Elcidias regarda longuement le Maître des ouvrages qui n'avait qu'une envie : disparaître. Non seulement, quand il était énervé à ce point, il était capable de tuer dans un spasme, mais il y avait aussi son oeil droit, dont l'iris était déjà blanche, qui avait la manie de devenir totalement opaque quand il était énervé, ce qui était assez effrayant. Heureusement pour lui, il finit par sortir une télécommande de sa veste et appuya sur le bouton central. Un écran holographique apparue à leurs côtés : il y avait des images de Saiwoozu montrant les chevaliers redevenir eux-mêmes et disparaîtrent.

Maître des ouvrages: Mais c'est impossible!!

Elcidias: Insinuez-vous que les images que je vous présente ici sont fausses?!

Maître des ouvrages: Non!! ...Mais je... Ce n'était pas prévue, je suis tout aussi surpris que vous-...

Elcidias: Surpris?! Vous êtes juste Surpris?!

Maître des ouvrages: ...Croyez moi, je suis tout aussi "scandalisé"!.. Je m'en vais de ce pas en parler au supérieur!

Elcidias: Il le sait déjà!!

Le Maître n'osa même plus regarder Elcidias, de peur de croiser son regard : il fallait la jouer fine, il pouvait très bien commettre l'irréparable d'une seconde à l'autre.

Maître des ouvrages: Et... Qu'a-t-il dit? A-t-il une explication?

Elcidias: On arrête tout, maintenant!

Maître des ouvrages: Quoi?! Mais Elcidias, ce-...

Elcidias: On a quatre chevaliers hors services et une fugitive qui a échappé à notre contrôle!! Cette expérience est un fiasco et on ne pas de temps à perdre!! Prenez ça comme une punition pour votre manque de professionnalisme!!

Elcidias quitta la pièce en boitant, oubliant sa canne. Le Maître commença à chanceler, l'émotion reprenant le dessus, mais il tint bon. Il se tourna vers l'écran qui affichait l'image du clone de Kirara fuyant à travers la forêt. Il grogna : à cause d'elle, son plan avait échoué.


Et pendant ce temps là...

Il semblerait que ça soit une déesse effectivement, mais de qui, de quoi?
Elle respire encore, tu crois qu'elle va se réveiller bientôt?
Je l'ignore, si Pururu était là, elle le saurait...
Hé! Je crois qu'elle a bougé!
...Mademoiselle, vous nous entendez?

Cassiopée battit plusieurs fois des cils : elle ne vit au début que des tâches grises, oranges et violettes mais, très vite, sa vue s'éclaircit. Elle était dans une sorte de cachot rudimentaire fait de béton avec, cependant, une porte fait de matériaux blancs dont la technologie semblait assez avancée. En face d'elle se trouvait deux titariens qu'elle reconnu tout de suite.

- Vous vous sentez bien?

Cassiopée: ...Oh mon dieu!! Vous... Vous êtes Garuru et Kirara?! Les vrais?!

Les deux titariens se regardèrent quelques instants, surpris, puis le violet se tourna de nouveau vers elle.

Garuru: Eh bien... Oui, c'est nous.

Kirara: Qui êtes vous au juste?

Cassiopée prit le temps de respirer quelques instants. Vue son comportement, ils avaient dû la prendre pour une fan. Elle reprit ses esprits et tenta de les analyser. Mais rien ne se passa : elle avait perdu ses pouvoirs.

Garuru: Inutile d'essayer, on arrive à rien ici. Même nos armes n'apparaissent pas.

Cassiopée: Oh non... Enfin, je... Je ne me suis pas présenté. Je m'appelle Cassiopée, je suis récemment devenu déesse. Déesse de l'éther.

Kirara: L'éther? Tu es la déesse des nouveaux chevaliers donc?

Cassiopée: ...Les nouveaux chevaliers? Alors vous n'êtes au courant de rien?

Garuru: Non, on a aucun contact avec le monde extérieur. Et je ne sais pas comment ils ont fait mais le temps n'a aucun impacte sur nous dans cette cellule. On ignore depuis combien de temps nous sommes ici...

Cassiopée ne pu s'empêcher de penser à Chiwowo : son père était là et elle n'avait aucun moyen de lui dire. Elle se retrouva face à un terrible dilemme : elle allait devoir tout leurs raconter.

A SUIVRE...



l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Clin d'oeil à :
Lorie
Disney
Orange et Free
Le Fossoyeur de Films
Facebook
Let it go (cherchez bien, c'est subtile)
Once Upon a Time
50 nuances de Grey


Ces chapitres sont dédiés à Christopher Lee et Satoru Iwata.

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mariri-Dono
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 390
Age : 17
Localisation : Dans le TARDIS avec le 10° Docteur
Date d'inscription : 04/01/2015
Titres : (Anciennement Lunana)

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 16 Juil - 21:57

Par hazar let it go ne serait pas la comédie musicale du forum? XD

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sergent Keroro Shinka - Yoake
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sergent Keroro Shinka - Yoake
» Sergent Keroro - Shinka cycle 2 : Les étoiles de la peur
» Keroro - Shinka cycle 1 : La disparition des étoiles noires
» Sergent Keroro - Shinka cycle 3 : La brigade solaire
» 3ème film

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La chambre de Keroro :: DIVERS :: Fan-fictions-
Sauter vers: