Forum pour discuter de Keroro
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Sergent Keroro Shinka - Yoake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 16 Juil - 21:59

Eeeeeet non! Dans la comédie musicale, c'est Le Renouveau (reprise)
Indice : fiez vous aux paroles originales, pas françaises...

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mariri-Dono
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 402
Age : 17
Localisation : *Prépare ses bagages pour aller au Brésil*
Date d'inscription : 04/01/2015
Titres : (Anciennement Lunana)

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 16 Juil - 22:03

Mais zuteu! XP
Bon bha... je vais chercher mieux! (Relis tout)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Mariri-Dono
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 402
Age : 17
Localisation : *Prépare ses bagages pour aller au Brésil*
Date d'inscription : 04/01/2015
Titres : (Anciennement Lunana)

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 16 Juil - 22:28

(Déso pour le double post)

Je crois que c'est dans la partie où Giroro a eu un flash black de Tinana à l'hopital, non?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 16 Juil - 22:46

Non plus! Wink
(réponse demain soir)

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mariri-Dono
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 402
Age : 17
Localisation : *Prépare ses bagages pour aller au Brésil*
Date d'inscription : 04/01/2015
Titres : (Anciennement Lunana)

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 16 Juil - 22:50

MAIS ZUTEUUUU!!! DX

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 18 Juil - 4:27

- Bonsoir tout le monde! Very Happy
- Il est quatre heures du matin... :/
- Oui je sais.

Voici donc la réponse. J'admet que c'était pas simple du tout (je sais même pas pourquoi j'ai lancé ce défi, c'était pas évident en plus!) Mais voici la réponse!

Donc, la réplique :
Mukurochan a écrit:
Garuru: J'ai eu votre mère et toute ma famille qui me répétaient sans cesse que vous ne deviez pas voir ça, que je devais être le bon père de famille que tout le monde voulait!! Je devais me cacher, ne rien ressentir, prendre sur moi... Tout ça pour que vous n'appreniez jamais la vérité... Mais c'est terminé maintenant...

Reprenez "presque" mot pour mot ça :
Elsa a écrit:
Don't let them in, don't let them see
Be the good girl you always have to be
Conceal, don't feel, don't let them knooooow
Well now they knoooooooow ♪


Voilà, c'était complètement gratuit et dégueulasse! Wink

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mariri-Dono
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 402
Age : 17
Localisation : *Prépare ses bagages pour aller au Brésil*
Date d'inscription : 04/01/2015
Titres : (Anciennement Lunana)

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 18 Juil - 13:19

Ahhhhhhhh! Shocked
Ah bha ouais! Comme je suis conne! XD

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 18 Juil - 14:49

Mais non, tu t'es bien débrouillé! Ne t'inquiètes pas : c'est moi qui ais donné un challenge trop difficile! Wink
Et si tu veux éviter les doubles post, tu peux faire comme moi : tu copies ton message précédent avant de l'effacer puis tu le colles dans un nouveau post où tu ajoutes le seconde message. (je sais pas si c'est clair, désolé)

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3022
Age : 27
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Dim 19 Juil - 18:46

Ce drama, ce drama mes amis...

Un Zoruru vs Garuru...hmmmmmm~ C'est un de mes rêves (c'est peut-être bizarre mais...) Tu aurais pû le faire durer....çà laisse à désirer cette fic....

*trois coups dans la tête plus tard*
C'était bien, j'attend la suite!

ps:
"Chisa: Tu crois que ta fic t'appartient toute entière
Pour toi, tu y es libre comme l'air
Mais étant la modo, c'est moi qui choisit
Je décide, je réécris et banni. ♪"

C'est mon préféré je crois, haha!


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Dim 19 Juil - 19:05

Excuse moi Chisa, mais en temps que fan de Garuru, je dois cependant admettre que si on le fait combattre contre un assassin un temps soit peu déterminé, l'issu de ce combat sera rapide/claire/précise : one shot, mort.

Vuala.


(tiens je m'attendais à ce qu'elle me bute à cause de la chanson...)

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 31 Déc - 4:42

Mukurochan: ...Heu... Salut!

Putafa: ...Mumu', c'est toi?

Mukurochan: Je suis de retour à la maison, oui.

Chisa: T'es au courant que ça fait six mois que tu n'as pas posté?! J'espère que tu as une excuse!

Mukurochan: J'ai une vie, des études et une autre fanfiction.

Chisa: ...Awé.

Mariri: ...Ça se vaut, oui...

Tonyny: Pourquoi es tu revenu? Pour des news? Pour nous annoncer que tu arrêtes ta fanfic?

Mukurochan: Non, pour poster le nouveau chapitre.

Chisa: [la réponse de Chisa]

Mariri: [La réponse de Mariri]

Tonyny: Une nouveau chapitre?! C'est pas possible!!

Putafa: [La réponse de Putafa]

Chisa: Non mais tu plaisantes, c'est une blague?!

Mukurochan: Bah... Non... Bonne année et Joyeux Noël en retard! Very Happy

Putafa: C'est... C'est le plus beau jour de ma vie!! Crying or Very sad

Tonyny: Je chiale putain!!!

Mariri: ¡Madre mía!

Chisa: Je m'en vais de ce pas lire ton cadeau des cieux! T-T

Mukurochan: Je t'en pris, fais donc! Wink

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Chisa: Mais attend, j'ai jamais dis ça!

Mukurochan: C'est ma fanfiction, je peux te faire dire ce que je veux! :p

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l


Chapitre 7 : La crise.

Ce matin était plutôt calme sur Arxidus. Tout du moins, il n'y avait plus la même agitation qu'hier soir : les enfants dormaient encore tandis que les "plus âgés" vaquaient à leurs occupations. Artus, qui découvrait encore les lieux, s'était réfugiés dans ce que les autres appelaient la "salle de repos" où il regardait les informations à la télévision. (ne me demandez pas d'où sort cette salle, ask Chisa!) D'ailleurs, les dernières nouvelles n'étaient pas bonnes. D'abords, ce n'était pas les présentateurs télés classiques qui présentaient. Toutes les chaînes diffusaient la même chose : une image du président Nadejda, face à un pupitre, la mine sombre.

Milovan Nadejda: Il y a deux jours, l'armée titarienne a lancé une offensive sur notre planète. Une offensive victorieuse qui nous a fait perdre tout nos moyens de défense. Durant ces deux jours, mon gouvernement n'a pas su prendre les bonnes décisions et à mis en danger la vie de nos compatriotes.

- Artus, qu'est-ce que tu fais?

Artus continua de regarder l'écran tandis que sa soeur s'approchait en soupirant.

April: Tu te fais du mal pour rien, personne ne pouvait empêcher ça. Même pas nous.

Artus: Je sais que tu veux me remonter le moral mais je ne peux pas m'empêcher d'avoir l'impression d'être un déserteur.

April: Ne dis pas ça voyons! Si on était resté, on se serait fait tué lors d'une exécution publique! Crois-moi, il vaut mieux qu'on soit ici que là bas.

Milovan Nadejda: Afin d'assurer au mieux notre survie durant ces dernières minutes de présidence, j'ai décidé de pactiser avec le peuple titariens. C'est donc avec peine et honte que j'ai décidé de faire démissionner mon gouvernement et d'être remplacé par le candidat que les titariens m'ont proposé. Votre nouveau président sera... Fulrad Runhild.

April: Attend, quoi?!

À ce moment là, l'image changea pour montrer un autre lieu, un podium avec une baie vitrée ouvrant sur la Terre : ça devait sans doute être un vaisseau spatial. C'est alors qu'il arriva, celui que personne ne voulait revoir : Fulrad Runhild. Il semblait en meilleure forme que dans sa prison. En le voyant, April se crispa : elle avait beaucoup entendu parler de lui après le "retour à la normale". De ce qu'elle avait retenu, c'était le chef d'une secte, les Flux. Elle avait été crée cinq ans avant l'arrivé de Gyokuyami et Fulrad avait profité de son invasion pour gagner en puissance. Après, pour ce qui était des coutumes de ce groupe, elle n'en savait pas grand chose et ne voulait ne rien savoir d'autres : certaines semblaient si ignobles que même George Raymond Richard Martin avait déclaré publiquement qu'il en était choqué. (Oui, il l'a dit) Quoi qu'il en soit, il était hors de questions d'écouter ne serait-ce qu'un seul mot prononcé par cet homme : elle éteignit immédiatement la télévision, au grand damne d'Artus.

Artus: April! Tu aurais au moins pu me laisser écouter!

April: Plutôt devenir sourde que d'entendre cet imbécile! Viens plutôt, on va commencer à t'entraîner dés maintenant!

Artus: Quoi?! Mais pourquoi?!

April: Parce qu'il faut que tu rattrapes ton retard! Allez, en route!

Artus ne put retenir un soupir. Non pas que sa soeur avait tort, au contraire, mais parce que son éternel pessimisme à l'effort lui disait qu'il n'était pas fait pour se battre. Ayant passé toute l'ère de Gyokuyami endormis dans son subconscient, il n'avait jamais su ce que ça faisait d'avoir des pouvoirs et le dieu de la mort ne lui avait évidemment pas laissé de souvenirs. Toutefois, il n'avait pas cessé d'être rongé par le remord depuis et il avait enfin une occasion de se rattraper. Il inspira profondément puis emboîta le pas de sa soeur vers la salle d'entraînement, plus déterminé que jamais. Pendant ce temps, Kin'iro quittait la chambre de Chiwowo : Énéa, Garance, Maël, Elysione et En'you l'attendait dans le couloir, l'air inquiet.

Elysione: Alors?

Kin'iro: Il dort encore. J'ai pu l'ausculter cependant : ses blessures ne se sont pas infectés et elles semblent bien cicatriser. D'ici ce soir, il devrait être en pleine forme.

En'you: Plus de peur que de mal donc?

Kin'iro: Oui, on peut dire ça comme ça.

Maël: Et les autres?

Kin'iro: Même chose. Leurs blessures ne se résument qu'à des brûlures et des écorchures. Excepté pour Tinana qui a juste des bleus au poignet et à la cheville.

Garance: Me voilà rassuré : j'ai eu si peur en les voyant hier soir...

Énéa: On devrait s'écarter un peu : notre conversation risque de les réveiller.

Les autres approuvèrent du regard puis se dirigèrent, à pas de loup, vers la salle de réunion où Donaré les attendaient avec Fukuaijin : la jeune angol était en train de pianoter des commandes sur le super ordinateur.

En'you: Du nouveau Donaré?

Donaré: Rien pour l'instant, je veux dire : Domimi est indétectable et la sénatrice Tokoko ne répond plus.

Elysione: J'aurais dû m'en douter : c'était évident qu'il n'allait pas la libérer aussi facilement.

Maël: Alors non seulement, nous avons une déesse en moins, mais en prime la sénatrice et son assistante sont introuvables. Je ne vois pas ce qu'il pourrait arriver de pire...

Énéa: Ce qui compte pour l'instant, c'est que nous soyons présent pour les enfants et que nos familles aillent bien. Temps que nous serons ici avec eux, la brigade solaire continuera d'exister.

Fukuaijin: Tu as raison Shinawind. Notre priorité pour le moment est de retrouver les autres chevaliers pour réunir le groupe. Nous ne pouvons rien faire d'autre autrement. Temps que nous ne serons pas au complet, nous ne pourrons pas ne serait-ce que d'envisager de sauver la Terre.

Maël: Autrement dit, tout repose sur toi Donaré.

Donaré: Je vais faire mon maximum. Je veux dire, je vais utiliser tout les outils que l'adjudant Kururu nous a laissé.

Fukuaijin: De mon côté, je vais retourner aux orbes : j'ai remarqué des interférences depuis ce fameux combats, ça devrait nous avancer un peu.

Les dieux approuvèrent puis quittèrent la pièce, partant chacun dans une direction différente. Mais alors que Garance et Énéa s'engouffrait dans un couloir, Fukuaijin les arrêta.

Fukuaijin: Shinawind, Kuraqua, avant de vous laisser partir, j'aimerais vous poser une question.

Garance: Oui, bien sur, qu'y a-t-il Fukuaijin?

Fukuaijin: ....Est-ce que.... Est-ce qu'il va bien?

Garance et Énéa se regardèrent : lorsqu'ils étaient arrivés hier, Artus n'avait pas dit un mot à Fukuaijin. Non pas qu'il l'évitait, mais...

Énéa: Pour l'instant, il vaut mieux que vous attendiez un peu : Artus doit apprendre à assumer son nouveau rôle.

Garance: Mais il ne sera pas long, ne vous en faites pas.

Fukuaijin répondit par un petit sourire rassuré. Elle ne les dérangea cependant pas d'avantage et s'éclipsa dans la salle des orbes, laissant les deux déesses.

Énéa: La pauvre, elle s'est tant donné pour sauver l'univers et malgré cela, elle doit encore souffrir...

Garance: Oui mais on ne peut pas forcer Artus à laisser sa part divine prendre le dessus.

Énéa: Mais qu'est-ce que ça lui coûterait? Il ne risque rien : ce n'est plus Gyokuyami.

Garance: Il a quand même le droit d'avoir peur!

Énéa: ...Je sais.

Garance serra les bords de sa cape, par réflexe. Ce qui s'était passé hier, elle avait encore du mal à réaliser...
Les premières choses qui lui revinrent en mémoire, c'était les flammes, la poussière, la fumée, la chaleur, les cris des soldats de sa garde, le sifflement dans ses oreilles dû aux explosions, Paul, les clones, son manoir en ruine... Et cette embuscade. Alors qu'ils venaient de retrouver Elysione, Kin'iro, En'you et Donaré, venue à leur secours, ils avaient été pris au piège, entouré par des mechas titariens, sans aucun moyen de défense. C'est alors que c'est arrivé : une grande lumière les avaient envahis et l'instant d'après, ils étaient redevenu des dieux. Mais il n'y avait pas eu de combat, juste de la stupéfaction : tous les regards étaient braqués sur Artus. Alors que tout le monde s'attendait à le voir vêtue d'une longue robe noire, il n'en était rien. À la place, il portait une armure verte émeraude qui luisait légèrement. Il avait alors tendu une main en avant et, en un instant, tous leurs ennemies s'étaient écroulés. Ils n'étaient pas mort, non, ils étaient juste endormis. Après cela, il s'était tourné vers les autres, l'air à la fois distant et déterminé.

Artus: Voilà bien des siècles que je n'avais pas utilisé mes pouvoirs, j'en serais presque émue.

April: Oh non... Pas encore...

Garance: Artus, non...

Maël: Meisuta, c'est toi?

Artus s'était alors tourné vers Maël avec un sourire doux et chaleureux.

Artus: C'est bien moi, mon frère : je suis de retour.

La nouvelle sembla bouleversé Maël, ou plutôt Oujishiro, dont les yeux furent envahis par les larmes. À ses côtés, les déesses étaient dans l'incompréhension la plus totale : mais qui était Meisuta? En'you, contrôlé par Kouzumi, ne leur laissa pas le temps de se poser des questions et le prit dans ses bras, émue aux larmes lui aussi.

En'you: Meisuta, j'ai cru ne plus jamais te revoir!

Artus: Je suis heureux de te revoir aussi Kouzumi, mais le temps presse : nous ne sommes pas en sécurité ici.

April: Attendez une minute! Qu'est-ce que c'est que cette histoire?! Qui êtes-vous?!

Maël: Il est vrai que nous vous devons quelques explications. On vous expliquera en route.


Ils s'étaient alors dirigé vers un terrain vague afin de créer un portail vers Arxidus. Durant le trajet, Oujishiro leur avait expliqué la situation : de ce que Garance avait retenu, Gyokuyami n'avait pas toujours était un "monstre". Ce nom n'était d'ailleurs qu'un pseudonyme. Suite à un événement mystérieux, l'âme de Meisuta fut divisé en deux, comme celle de Fukuaijin, et tout comme elle, sa part démoniaque s'était débarrassé de la pure et avait tout fait pour conquérir l'univers. Et heureusement pour nos héros, il fallait croire que le reboot de Fukuaijin avait ressuscité le bon côté de Meisuta et avait définitivement effacé Gyokuyami. C'est ainsi qu'Artus avait désormais des pouvoirs et avait rejoint la brigade solaire non sans une certaine appréhension.

Cependant, Garance n'avait pas la conscience tranquille : elle se demandait ce qui était arrivé à sa garde personnelle resté sur Terre, s'ils allaient bien ou non. Elle savait juste que Paul avait rejoint Kakumei avec son père et sa mère, rien de plus. Elle soupira : le seul moyen de faire avancer les choses était de retrouver Tamama et les autres, il fallait donc attendre...

Un peu plus loin, Elysione était dans le hall d'entrée, visiblement anxieuse. Elle ne portait pas ses vêtements habituels de déesse : sa robe et sa cape avaient laissé place à une combinaison noire et un sac à dos de la même couleur. La jeune Sutaawoozienne avait même prit soin de s'attacher les cheveux, ce qu'elle faisait très rarement. Elle se trouvait face à un portail et semblait hésiter à s'y engouffrer. Elle inspira profondément : "je dois le faire" se disait-elle. Déterminée, elle se jeta à l'intérieur sans se rendre compte que Kin'iro l'avait surprise. La jeune Kokorienne, qui était arrivé là purement par hasard, était troublé : mais que pouvait-elle bien manigancer?

Au même moment, sur Terre, Milovan Nadejda était escorté par des soldats humains vers la sortie du studio à partir duquel il avait diffusé son message. Malgré l'humiliation qu'il venait de subir, il gardait un air digne. Arrivé à l'extérieur, les soldats le guidèrent jusqu'à un bâtiment annexe gardé par d'autres hommes armés : sans doute une "prison improvisée". Après être entré, il fut amené dans une pièce, ressemblant à un bureau désaffecté, avec quelques sièges. D'autres personnes l'attendaient : Felipe Perrez, le dirigeant de l'Amérique du sud, Olive Clément, dirigeante de l'Europe et Ilona Moana, d'Océanie. La porte se referma derrière eux, les laissant seuls. Le silence régna quelques instants avant d'être coupé net par Felipe.

Felipe Perrez: J'espère que tu es fier de toi?! Comment as-tu pu les laisser s'approprier la Terre aussi facilement?!

Le président Nadejda mit du temps à répondre : Felipe avait, comme tout habitant du sud, le sang chaud (non ceci n'est pas un amalgame, j'ai des cousins dans le sud, calmos amigos), le moindre mot de travers pouvais déclencher une vague d'insulte hispanique. Il inspira donc profondément et tenta de prendre une attitude qui se voulait sereine.

Milovan Nadejda: Nous n'avions pas le choix, notre armée a été décimé, nous n'avions plus aucun moyen de défense. Lutter d'avantage nous aurait conduit au suicide.

Felipe Perrez: ¡Joder! Je t'avais pourtant dis qu'il fallait enrichir notre armement!!

Olive Clément: Ah quoi bon?! Notre technologie dépend totalement des titariens : nous avons à peine développer la 7G grâce à eux alors pour les armes...

Ilona Moana: Olive à raison : ils connaissent nos armes, ils se seraient fait un plaisir de les désactiver à tawhiti! (=distance)

Felipe Perrez: Vous n'allez quand même pas me faire croire que cette défaite était inévitable?!

Personne ne répondit. Ilona se contenta de remettre une de ses mèches de cheveux tout en regardant dans le vide tandis qu'Olive s'assit silencieusement. Felipe, exaspéré, se tourna vers Milovan.

Felipe Perrez: Bueno, que faisons-nous à présent?

Milovan Nadejda: Attendre leurs ordres et leur obéir, nous ne pouvons rien faire de plus.

Olive Clément: Tu as eu des nouvelles de Yun, Anita et Steven?

Milovan Nadejda: Aucune : ils m'ont emmené sans m'en dire plus.

Ilona Moana: J'espère qu'ils vont bien...

Olive Clément: Nous le souhaitons tous Ilona.

Milovan prit un siège à son tour sans ajouter un mot. Lui aussi s'inquiétait pour les trois autres dirigeants : Yun Cheongug et Anita Leigh avait été prises en otage après les débuts de l'invasion. Quant à Steven Ravenswood, on avait plus eut de nouvelles de sa part : même les radars titariens ne l'avaient retrouvé. Ainsi, le président Polonais étaient aux abois : sa planète avait été envahit et son gouvernement, détruit. Et qui sait, la situation pouvait encore empirer...

Elysione, de son côté, était caché dans une ruelle sombre et vide. Les immeubles en forme de dés empilés au loin laissait penser qu'elle était sur Titar. Ne perdant pas une minute, elle fila telle une ombre vers le bâtiment adjacent : le musée archéologique de Titar. Elle escalada une échelle pour arriver sur le toit et prit le temps d'observer les lieux : il y avait, au centre, une grande coupole en verre servant de plafond au dernier étage du musée. Pas suffisamment discret pour elle. Elle se rabattit donc sur un accès réservé au personnel qui menait à une cage d'escalier. Elysione s'y précipita furtivement, ouvrit doucement la porte et dévala les marches en prenant soin de faire le moins de bruit possible. Cela faisait des années qu'elle ne s'était plus faufilé ainsi : elle avait appris ça lors de sa fuite de Sutaawozu quand elle était petite... Elle se ressaisit : ce n'était ni le lieu, ni le moment. Après quelques étages, elle arriva devant une porte où il était inscrit "Accès interdit, sauf personnels, risque d'électrocution".

Elysione: Bingo!

Après avoir crocheté la serrure avec son gant, elle s'engouffra dans la pièce : les lieux étaient éclairés par une faible lumière qui permettait toutefois de voir un long couloir et plusieurs machines de très grandes tailles.

- Mademoiselle Elysione?

Elysione sursauta au point qu'elle crû en bondir au plafond. Heureusement, un rapide regard l'empêcha juste à temps de lancer une attaque sur la personne qui l'avait interpellé : une personne heureusement digne de confiance.

Elysione: P...Professeur Chigaga?!

Chigaga: Désolé, je ne voulais pas vous effrayez votre altesse!

Elysione: Je vous en prie, ne prenez pas la peine de m’appelez par mon titre : je suis actuellement en mission top secrète!

Chigaga: Je vois ça oui. Et, sans vouloir être indiscret, quel est le but de votre mission?

Elysione: J'apprécie votre aide mais, je préfère mêler le moins de personne possible.

Chigaga: Je comprend mais, voyez vous : j'ai une certaine rancoeur envers Zariri, d'une part parce qu'il a mit en danger l'une de mes plus brillantes collègues, mais en prime ses petites expériences "confidentielles" ont salit la réputation de mon laboratoire. Alors, si je peux faire quoi que ce soit pour l'arrêter, je le ferais sans hésiter.

Elysione: Au point où on en est, je crois que votre aide me sera indispensable. Quand j'ai fuit ma planète lors de l'invasion de Sutaawoozu, j'ai entendu certaines rumeurs sur votre laboratoire et, si ces rumeurs s'avèrent réelle, j'aurais besoin de votre matériel.

Chigaga: De quoi avez-vous besoin?

Quelques minutes plus tard, Elysione et le professeur était installé face à un énorme ordinateur visiblement caché dans une pièce secrète. Cet endroit semblait émerveiller la jeune princesse.

Elysione: J'ignorais qu'il y avait de telles installations directement dans le musée...

Chigaga: Au départ, elles permettaient de recenser toutes les oeuvres du musée et les recherches du laboratoire mais Zariri est arrivé et a voulu "l'améliorer". Tous ces équipements étaient sous la direction de Mac Dog.

Elysione: ...Mac quoi?

Chigaga: Mac Dog : c'est un pseudonyme qu'on a donné a un physicien travaillant pour Zariri. Mais ce nom existe depuis bien plus longtemps. On raconte que les docteurs qui portaient ce nom faisait des expériences effroyables, interdites par l'armée titarienne. Mais personne n'a jamais réussit à le prouver et encore moins démontrer qu'ils existaient : avant que Zariri ne se l’approprie, ce nom était un véritable mythe.

Elysione: Décidément, Zariri a un don pour s'approprier les pires histoires...

Chigaga: Je ne vous le fais pas dire. Pour en revenir à l'ordinateur : quand le règne de Gyokuyami a cessé, les autorités ont remis à niveaux notre matériel mais j'ai quand même pris la liberté de garder quelques options, au cas où... Voilà, je l'ai!

Elysione regarda l'écran : il y avait une liste avec plusieurs noms de titariens ainsi qu'une carte de la planète et des points.

Elysione: Une carte de recensement? ...Attendez : vous êtes en train de me dire qu'un système pour géolocaliser les titariens est encore opérationnel?!

Chigaga: Je ne m'en suis rendu compte que très récemment mais en regardant de plus prêt, j'ai découvert que le logiciel n'était pas opérationnel : ce n'était qu'une alpha non connecté au réseau, impossible à utiliser. Je l'ai signalé aux autorités qui m'ont dit qu'ils s'en chargeraient, mais ils n'ont visiblement pas eut le temps...

Elysione: Et maintenant, vous pensez qu'elle marchera pour mes amis? Je veux dire : ça marche pour des civiles mais pour des chevaliers cachés par Zariri... Déjà que Fukuaijin n'arrive pas à les retrouver avec les orbes.

Chigaga: Ce logiciel a été conçu par ses équipes, on a peut-être une chance... Ah! Ça y est : j'ai un signal pour l'adjudant Keroro et le caporal chef Tamama... Attendez, j'ai même toute l'équipe!

Elysione: Qu... Quoi?!

Elysione se jeta littéralement sur l'ordinateur : il y avait effectivement treize petit points réunit à un seul endroit, chacun représentaient les disparus. La princesse de Sutaawoozu cru qu'elle allait s'écrouler : elle avait enfin la réponse à ses questions, elle savait enfin où était ses amis et son frère. Ils étaient...

Elysione: Dans le musée?!

Chigaga: ...Je dois avouer que je ne m'y attendez pas.

Elysione: Mais... Comment?!

Chigaga: Je n'ai rien remarqué d'anormal ces derniers jours pourtant... Un instant! Maintenant que j'y pense, il existe des galeries qui se trouve à plusieurs centaines de mètres en dessous de nous qui servaient à emprisonner des criminels de guerre, une sorte de couloirs de la mort. Mais elles ont été condamnés il y a des centaines d'années : toutes les personnes qui y ont eu accès ne sont plus de ce monde, certains pensent même qu'elles n'ont jamais existé.

Elysione: Connaissez-vous un moyen d'y accéder?

Chigaga: Malheureusement, j'ai d'ors et déjà fait des recherches pour une thèse mais je n'ai pas trouvé grand chose à leur sujet. Cependant, je pense qu'avec vos installations, vous pourriez trouver plus amples informations. Je crains qu'avec ce matériel ci-présent, nous ne trouvions rien.

Elysione: Au contraire professeur, avec votre aide, nous avons fait un bond gigantesque! Je vais envoyer les données à Kin'iro pour qu'elle commence les recherches : la Brigade solaire sera bientôt réuni grâce à vous, je ne pourrais jamais assez vous remercier!

Chigaga: Je vous en prie, je n'ai fais que mon devoir. Faites en sorte de retrouver vos amis, cela vaudra milles merci à mes yeux.

Elysione ne put retenir ses larmes : si tout ce passait bien, elle retrouverait son frère et son petit ami dans les heures qui suivent...

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Et pendant ce temps là, sur Kakumei:

Putafa: Hé Mumu', je viens de penser à un truc!

Mukurochan: Je sens que je vais regretter mais bon : à quoi?

Putafa: Quand on y pense, les 3/4 des événements dans ta fanfic aurait pu être évité si les mecs avaient pris les bonnes décisions.

Mukurochan: Oui c'est vrai mais j'ai clairement expliqué que tout avait été programmé par Fukuaijin Yang, l'Oracle et Lowana pour qu'on arrive à la bataille finale sans encombre donc...

Putafa: Non mais t'imagine si ça avait foiré?

Mukurochan: ...Mmmh...


Chapitre 1, partie 1 :


Garuru: Montez dans le vaisseau, on à une mission très importante à accomplir!

Pururu: Une mission importante?

Zoruru: De quoi s'agit-il?

Garuru: Je vous expliquerais en route...

Pururu: ...Mais, tu peux pas nous l'expliquer genre maintenant?

Garuru: Eh bien, c'est à dire qu'on est un peu pressé là...

Pururu: Justement, comme ça, ce sera fait.

Garuru: ...Bon si tu insistes : on doit aller sur une planète inconnue pour aller chercher un artefact, on peut y aller maintenant?

Taruru: Attendez, on nous envoie pour ça?!

Garuru: C'est une mission dangereuse et l'objet en question est très important.

Tororo: Justement : pourquoi ils n'envoient pas des clones dans ce cas? puh!puh!

Garuru: ...Là, tu viens de me poser une colle.

Taruru: Ok, une fois de plus, on sert de coursier de service, ça fait toujours plaisir!

Garuru: Allons, ne dis pas ça Taruru!

Zoruru: Pour une fois, je suis d'accords avec lui.

Taruru: Ah! Vous voyez!

Pururu: Au pire, j'ai une idée : on y va pas!

Tororo: Je vote pour!

Garuru: Dites, vous n'allez quand même pas refuser une mission pour ça?!

Taruru: Hé! Y a pas marqué la poste!

Zoruru: Et puis, vue ce que vous nous avez décrit, je pense que les clones pourront parfaitement se débrouiller.

Garuru: ...Oh et puis f*ck this shit : on laisse tomber! Venez tous, on va manger une pizza!

Les autres: Ouais!!

Quelques heures plus tard, Himegami regardait les clones en train de rentrer dans le temple, elle semblait soucieuse. L'âme de Kuraï apparu alors à ses côtés.

Kuraï: N'y pense même pas!

Himegami: Mais c'est les seuls disponibles!

Kuraï: C'est niet! Il est hors de question que je me réincarne dans un clone!

Himegami: Je pense surtout que tu fais ton difficile Kuraï!

Kuraï: Le difficile?! Tu veux me réincarner dans un être qui a à peine plus de cervelle qu'un Gungan, je suis censé le prendre comment?!

Himegami: Peut-être mais c'est la seule option valable : personne d'autre ne vient sur cette fichu planète et nous n'avons plus le temps de faire un casting!

Kuraï: Et pourquoi pas un Sutaawoozien pendant qu'on y est?!

Himegami: ...J'en ai bien croisé un il y a quelques jours, il doit traîner dans les parages, mais-...

Kuraï: De toute façon, tu ne peux pas m'envoyer dans un clone : l'armée titarienne le saura tout de suite.

Himegami: Ah! Oui, merde! ...Bon bah tant pis.


Générique
(cliquez)



Et pendant ce temps là, sur Kakumei:

Mukurochan: J'avoue, ça aurait été rigolo.

Putafa: Et si on allait encore plus loin!

Mukurochan: Heu, attend une minute!


Quelques mois avant l'invasion de Sutaawoozu :

Commandant: Bon les mecs, on va envahir Sutaawoozu. On a besoin des meilleurs soldats qui existent et vous avez été sélectionné. Est-ce qu'il y a des questions?

Giroro: Oui : pourquoi vous n'envoyez pas directement une bombe atomique pour détruire la planète?

Commandant: ...Ah oui, j'avoue, c'est pas con. Ouais, on va faire ça comme ça : annulez tout les mecs, préparez la bombe.

Garuru: T'es vraiment un génie frérot.

Giroro: Oui, je sais.


Générique
(c'est juste le thème, je sais)



Et pendant ce temps là, sur Kakumei:

Mukurochan: ...Ah bah bravo.

Putafa: Attend, j'ai encore mieux!

Mukurochan: Mais je-...


Au commencement de l'univers :

Oujishiro: Ô grande Geisha, nous requérons ton aide afin de créer neuf pierres pour nous permettre de contrôler deux galaxies qui nous sont chères.

Osaken: Démerdez-vous.

Kouzumi: Euké.


Générique
(J'ai vraiment besoin de le redire?)



Et pendant ce temps là, sur Kakumei:

Mukurochan: Arrête de fumer Putafouille.

Putafa: Mais c'était marrant!

Mukurochan: Oui mais non.

Putafa: Roh... Et si on ajoutait un T-rex!

Mukurochan: What?!


Lors de la bataille finale:

Gyokuyami: Ha! Ha! Ha! Qu'elle bande de d'idiot : même si vous me tuez, l'orbe continuera toujours de grandir et dés qu'elle aura atteint son paroxysme, tout ce qui nous entoure disparaîtra à jamais : la fin de l'univers est arri-...*ZBRAHHH!!*

T-rex: F*CK YOU BITCH!! I'M THE MOTHER FUCKING T-REX!!
(cliquez sur la réplique pour avoir le son en plus)


Et pendant ce temps là, sur Kakumei:

Putafa: Bah Mumu', t'es où?

Mukurochan: Je suis partie, voilà!

Putafa: Mais attend, j'ai pas encore fait avec le dupstep gun!

Mukurochan: Rien à foutre!!


l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Aux alentours de la Terre, le vaisseau où Fulrad Runhild avait diffusé son message continuait son vol orbitale. À l'intérieur, plusieurs clones et assistants s'affairaient à leurs tâches, comme si de rien n'était. Au coeur de cette fourmilière, un titarien, tout du moins en apparence, restait parfaitement immobile : c'était Elcidias. Sa présence semblait intriguer les autres : d'une part parce que personne ne l'avait vue auparavant, mais surtout parce qu'il semblait soucieux. Il était installé dans un grand siège face à une baie vitrée ouvrant sur la Terre, sa canne était posé à ses côtés. Contrairement à d'habitude, il ne se tenait pas droit : il était littéralement affalé. Quand à son humeur actuelle, elle était indescriptible : son regard était perdu au loin, il semblait troublé et en colère. En somme, personne n'avait envie de l'approcher. C'est pourtant ce que firent Alexander et Hermanus, suivit de près par le maître des ouvrages et Fulrad.

Alexander: Hé! Papy, regarde qui je te ramène!

Hermanus se raidit subitement : Elcidias détestait qu'on soit familier avec lui, le pire étant de le surnommer "Papy". Déjà qu'il semblait soucieux, son frère aîné allait peut-être signé son arrêt de mort. Il se prépara à fuir mais rien ne se produisit. Elcidias se contenta de détourner lentement le regard vers le jeune Keron puis hocha la tête, stupéfiant tout le monde. Hermanus le salua immédiatement puis prit son frère par le bras et l'entraîna en quatrième vitesse le plus loin possible. Il ne restait plus que Fulrad et le Maître des ouvrages qui s'avança prudemment.

Maître des ouvrages: Comme vous me l'avez demandé, les chevaliers ont étaient enfermés : l'expérience est officiellement arrêté. Quels sont vos ordres?

Elcidias: ...Vous avez retrouvé la fugitive?

Maître des ouvrages: ...Elle... Elle a retiré son symbole et perdu ses pouvoirs avec le temps... Elle est indétectable désormais.

Elcidias serra les dents, faisant sursauté le maître qui recula de quelques pas. Toutefois, le confrère de l'aube ne bougea pas d'avantage.

Elcidias: Qu'importe, elle est seule et sans défense : elle mourra sans doute de faim ou de fatigue. Laissez tomber les recherches, envoyez Hermanus garder le laboratoire : temps que les chevaliers sont emprisonnés, le reste de la Brigade Solaire reste faible. Ils ne doivent en aucun cas s'échapper... Est-ce clair?

Maître des ouvrages: ...Considérez cela comme d'ors et déjà fait.

La Maître s’éclipsa à son tour, laissant Fulrad avec le confrère de l'aube. Celui-ci se mit à ses côtés et admira la planète Terre avec un sourire malsain.

Elcidias: Alors Runhild? Tu devrais être heureux : la planète que tu convoitais est enfin sous ton contrôle.

Fulrad: Je ne pourrais être plus heureux qu'aujourd'hui. Tu peux être tranquille Elcidias : avec moi, la Terre sera entre de bonnes mains.

Elcidias: Je te fais confiance, de toute façon les habitants de cette planète ne sont guère une grande menace. Cependant, ne baisse pas ta garde : je veux une défense maximale. Ne tolère aucune infraction et punit le plus sévèrement possible chaque tentative de rébellion, même la plus minime. Compris?

Fulrad: Ne t'en fais pas : avec moi les terriens préféreront mourir que d'être "punit".

Elcidias esquissa un sourire qui en disait long sur ces intentions. La Terre se refléta dans son monocle : il avait désormais le contrôle absolue sur deux planètes...

Au même moment, Cassiopée racontait à Garuru et Kirara ce qu'il s'était passé depuis leur disparition. Elle tenta de donner le plus de détails possible, au point de s'emmêler, mais réussit à en venir à bout. Garuru et Kirara était resté attentif (l'un des avantages d'être dans un lieu où on a aucune notion du temps) et plus le récit avait avancé, plus leur mine s'était décomposé. Au final, Garuru semblait abattue et Kirara estomaquée.

Kirara: Alors... Ma fille, mes neveux et Taroro sont devenus chevaliers...

Cassiopée: Oui, comme je l'ai dis : Fukuaijin n'a pas trouvé d'explications. J'ai eu juste le temps de leur apprendre à se défendre mais... Je me suis fait capturer.

Kirara: Tu ne dois pas t'en vouloir : vue ce que tu nous as décrits, nos adversaires sont très puissants et tu débutes toi aussi. Est-ce que tu sais au moins s'ils s'en sont sortis sur Saiwoozu?

Cassiopée: Je l'ignore, je suis désolé...

Kirara: Ne t'excuse pas va, on est aussi responsable : si on ne s'était pas fait avoir par ces rats aussi...

Kirara jeta un rapide regard sur Garuru : il n'écoutait plus la conversation et s'était écarté pour s'asseoir contre un mur adjacent. Il semblait au bord des larmes.

Kirara: Garuru? Quelque chose ne va pas?

Garuru: A-t-on avis? On est enfermé ici alors que nos enfants et nos familles sont en danger, tu veux que je me sente comment?

Cassiopée: Avec un peu de chance, En'you, Kin'iro, Elysione et Donaré ont peut-être d'ors et déjà retrouvé les dieux : il ne faut pas que vous désespériez.

Kirara: Elle a raison Garuru : ce n'est qu'une question de temps, attendons encore un peu, nos enfants sont en sécurité avec eux.

Garuru: Kirara, est-ce que tu te rends compte que ça fait presque une semaine que nous sommes enfermés ici?! Mon... Mon père a été emprisonné, mon frère et Pururu sont retenus prisonniers, mon fils et ma fille ont failli mourir, ils sont recherchés par la milice de Zariri... Ils... Ils sont trop jeunes pour vivre ça, mon pire cauchemar était de les voir se battre et maintenant... Je... Je...

Kirara ne lui laissa pas le temps de finir sa phrase et l'enlaça affectueusement. Cassiopée, quant à elle, resta en retrait et regarda vaguement le plafond : elle se demandait ce que faisait les enfants en ce moment.

Sur Arxidus, Artus sortait de la salle d'entraînement d'un pas traînant : il semblait épuisé, courbaturé et à bout de souffle contrairement à sa soeur qui le regardait avec sévérité.

April: Oh! Arrête ton cinéma : je t'ai ménagé pour une première fois!

Artus: Tu plaisantes j'espère!! Tu m'as fais escaladé l'équivalent de l'Everest tout ça pour me faire aller chercher un drapeau avec des pics empoisonnés!

April: Plains toi : j'aurais pu ajouter des orcs des glaces qui t'aurait empêcher de monter!

Artus: Il n'empêche que je ne vois pas le rapport avec mes capacités de dieu!!

April: Je m'assure que tu puisses survivre dans un milieu hostile, tu devrais me remercier!

Artus: Je ferais ça demain, je suis sur les rotules!

April: C'est ça, repose toi le bleu!

Artus rejoignit rapidement sa chambre, laissant sa soeur seule dans la salle de simulation. Elle le regarda partir en souriant : oui, elle avait été dure avec lui mais c'était pour son bien. Et puis, il s'était bien débrouillé pour une première fois. Alors qu'elle s'apprêtait à éteindre la machine, la porte s'ouvrit derrière elle : c'était Chiwowo.

April: Chiwowo? Qu'est-ce que tu fabriques encore debout à une heure pareille?

Chiwowo: Je voulais m'entraîner.

April: Dans ton état? Ce n'est pas sérieux : tu n'es pas encore remis de tes blessures.

Chiwowo: Ça ira, je vais y aller doucement.

Chiwowo se dirigea vers le simulateur mais April l'arrêta d'une main et le souleva pour le mettre à sa hauteur.

Chiwowo: Mais qu'est-ce que tu fais?! Lâche moi!

April: Ecoute moi bien chiquito : j'arrive à maîtriser ton oncle sans aucune difficulté, alors n'essaie pas de me désobéir car tu n'as aucune chance contre moi.

Chiwowo: Je m'entraîne à cette heure ci depuis que je suis ici, pourquoi je changerais mes habitudes!

April: Peut-être parce que ce sont de mauvaises habitudes?

Chiwowo: ...T'as rien à me dire de toute façon, tu vaux pas mieux que les autres...

April sursauta : qu'est-ce qu'il entendait par là? Visiblement, Chiwowo ne faisait pas qu'un caprice : ce qui l'avait étonné d'ailleurs vue qu'il était du genre "docile".

April: De quoi tu parles Chiwowo?

Chiwowo: Tu savais pour Tenebrae?

April: ...Je comprend maintenant.

Chiwowo: T'as compris quoi?

April hésita puis reposa doucement Chiwowo au sol et s'accroupis pour arriver à son niveau.

April: Je n'ai su que tardivement que tes parents ne t'avaient rien dit, je n'ai pas vraiment pris le temps d'y songer vue que ce n'était pas mes affaires mais...

Chiwowo: Mais quoi?! tu trouves ça normal qu'on m'ait rien dit?! Depuis ma naissance, on m'a fait croire que mon père était un héro mais c'était qu'un lâche, un traite et un monstre!!

April: C'est faux : ton père n'était pas un monstre. Il était contrôlé par Gyokuyami, son hypnose était beaucoup trop puissante pour lui!

Chiwowo ouvrit subitement son col : on pouvait voir sur son cou les légères cicatrices laissés par la brûlure. En même temps, ses yeux commençaient à se remplir de larmes.

Chiwowo: Et ça alors, c'est qui qui me l'a fait?! Hein?! Arrête de me mentir : mon père n'est qu'un menteur et un escroc, il m'a même dit qu'on aurait jamais dû naître avec Kowawa!! Il fait du mal à tout le monde, il a fait pleuré Maman et a forcé Tonton a le rejoindre!! Il peut crever, j'en ai rien à faire!

April: Chiwowo, ne dis pas ça, ce n'était pas ton père : tu le sais!

Chiwowo: Laisse moi tranquille!!!

Chiwowo s'enfuit dans la simulation et s'enferma dans un monde virtuelle ressemblant à une forêt. April put l’apercevoir, grâce à une caméra, affalé contre un arbre, pleurant à chaude larme. Elle eut un pincement au coeur mais que pouvait-elle faire? Rien, aucun mot ne pouvait le consoler dans son état. Elle soupira puis quitta la pièce, émue et s'avança dans le couloir. C'est alors qu'elle reçu un appel de Kin'iro.

Kin'iro: April! Elysione vient de rentrer : elle sait où se trouve les chevaliers!


À SUIVRE...

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Que de suspens mes enfants!!
L'équipe sera-t-elle un jour au complet?
Mukurochan va-t-elle atteindre le point Godwin avec ses méchants?
Va-t-elle au passage devenir la Antoine Daniel des fanfictions?
Vous le saurez... Je sais pas quand, mais vous le saurez... Un jour!

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Clin d'oeil à :
La SNCF
La Poste
Star Wars
Retour vers le Futur
Les Looney Tunes
Jurassic World et techniquement Nostalgia Critic
Saints Row 4

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )


Dernière édition par Mukurochan le Jeu 31 Déc - 16:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3022
Age : 27
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Jeu 31 Déc - 15:36

Bonjour, très bon chapitre, à plus!

....

......

....ce chapitre est-il réel? Bonté divine!

Beaucoup de larmes dans cet épisode! Je kikiff! 
C'est bien que tu la continue! J'espère que tu réussira à arriver au bout!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Mariri-Dono
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 402
Age : 17
Localisation : *Prépare ses bagages pour aller au Brésil*
Date d'inscription : 04/01/2015
Titres : (Anciennement Lunana)

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Sam 2 Jan - 18:36

f-finalement! snif... Sad

iOh madre mía! XD

il est trop bien ce chapitre! Continue comme ça! ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 24 Fév - 4:40

...Heu... Salut.
Oui bon, ok, je sais. Ça fait plus d'un an que j'ai pas posté la suite. Oulàlà, c'est scandaleux.
Je sais et je m'en veux. Je pourrais vous dire que j'ai des excuses mais même moi, je ne me trouve pas excusable.

J'ai mon autre fanfiction à côté, oui. Mon dernier chapitre à mis beaucoup de temps à sortir notamment à cause de ma bêta lectrice peut scrupuleuse. Bon...

J'ai mes études. C'est du cinéma d'animation, ça demande beaucoup de travail à la maison... Mais je gère très mal mon temps, je n'en suis pas fière.

Je pourrais aussi sortir l'excuse "sentimental". Le fait que Romain Barbieux nous ait quitté, que c'était la voix française de Taruru, que je gère très mal les deuils et que du coup j'avais du mal à écrire à cause de ça, ma nécrophobie quoi... Mouais.

J'ai aussi le fait que certains thèmes abordés dans ce chapitre était dur pour moi parce que c'est du "vécu". Je ne vais pas vous spoiler mais à la fin du chapitre, vous devriez comprendre... Ok.

Quoi qu'il en soit les gens, sachez que je ne compte pas arrêter Keroro Shinka. Hors de questions : j'ai relu le script complet il y a quelques temps et je me suis rendu compte que j'avais bien géré l'écriture et j'ai hâte que vous découvriez tous ça. J'apprécie toujours autant d'écrire cette fanfiction, c'est l'un des plus gros projets de ma vie (si! si!) et je ne compte pas laisser tomber là. Aussi, j'ai appris de mes erreurs, je pense désormais savoir comment optimiser mon temps d'écriture et j'espère que ça s'arrangera pour la suite.

Je ne vous fait cependant pas de promesse : ça semble me porter malheurs. J'espère juste sortir la suite de ce chapitre "rapidement". (moins d'un an quoi! #lol)

D'autres parts, je me permet de vous signaler aussi : vous risquez de remarquer des soucis de rythmes, des différences narratives, etc. C'est normal : j'ai écrit ce chapitre de manière très hachés, il y a eut de long laps de temps entre certains paragraphes et je m'en excuses si c'est trop visibles.

Sur ces mots pitoyables, je vous souhaite quand même une bonne lecture et je vous fais de grôôôôs câlins! Wink
(et pour la peine, aucun troll gratuit anti-modo n'a été ajouté à ce chapitre, si! si!)


l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l


Chapitre 8 : Le sauvetage


Sur Arxidus, c'était branle-bas de combat : malgré le fait qu'il fasse encore nuit, les dieux étaient parfaitement réveillés, se préparant à l'une des missions les plus dangereuses auxquelles ils n'aient jamais participé. Cette effervescence réveilla Kowawa qui peina à ouvrir les yeux. L'arrivé en trombe d'April dans sa chambre acheva de la réveiller.
 
April: Oh! Tu es déjà réveillée Kowawa? C'est parfait, ça me fera une tache à faire en moins!
 
Kowawa: ...Que... Qu'est-ce qui s'passe...?
 
April: Désolé de te tirer du lit aussi tôt mais on va avoir besoin de toi pour une mission importante.
 
Kowawa: Maaaaiiiis~ je veux encore dormir moi...
 
April: Même pour retrouver tes parents?
 
Kowawa resta stoïque quelques instants avant que l'information remonte jusqu'à son cerveau et qu'elle comprenne.
 
Kowawa: Mon papa et ma maman?!
 
April: On les a retrouvé et nous comptons aller les chercher sur le champs! Tu es de la partie?
 
Kowawa: Oh! Oui, oui, oui! Je viens!
 
Kowawa venait littéralement de se jeter hors du lit, devant le regard amusé d'April qui l'autorisa à monter sur ses épaules pour l'amener jusqu'au hall. Arrivées à bas, elles furent accueillis par les trois petits chevaliers, Spinelle et les dieux qui semblaient régler les derniers préparatifs : Donaré venait de terminer la programmation du vaisseau tandis qu'Elysione était en train d'expliquer son plan. April se tourna vers Chiwowo mais celui-ci détourna immédiatement le regard : il la boudait encore. Désespérée, elle se contenta de faire descendre sa soeur jumelle tandis qu'Amalight l'interpellait.
 
Elysione: Ah! April, tu tombes bien! J'étais justement en train de terminer les préparatifs.
 
April: On t'écoute!
 
Elysione: Comme le disait Kin'iro avant que vous n'arriviez, on a découvert dans les ouvrages de la bibliothèque un passage secret dans le musée. Nous avons combiné ses données avec celles de l'ordinateur du Professeur Chigaga qui nous ont permis d'avoir l'indication précise de l'endroit où se trouvent les chevaliers.
 
Artus: Est-on sûr que ce n'est pas un piège?
 
Fukuaijin: J'ai vérifié les orbes pour être sur. Grâce aux donnés d'Amalight, j'ai pu réduire le champs de recherche au musée de Titar. De ce fait, les orbes n'ont pas eut besoin de s'étendre autant qu'avant et était donc plus puissantes : elles ont ainsi détecté leurs chevaliers respectifs dans les sous-sols. Le signal était certe faible mais suffisant comparé à ce que nous avions avant.
 
Kin'iro: Ils se trouveraient effectivement dans les galeries servant autrefois de prisons. Et en vérifiant l'accès, on s'est rendu compte qu'il y avait beaucoup de soldats.
 
April: Mais ce n'est pas un peu louche qu'il y ait autant de soldats devant une entrée "sois disant" secrète?
 
Maël: Elle se trouve dans un bâtiment annexe du musée regroupant plusieurs oeuvres en restauration : c'est facile de se justifier avec ça.
 
Tinana: On y va alors?
 
Elysione: Nous partons sur le champs! Si on s'attarde trop, nos ennemis risquent de s'amuser à les déplacer, voir pire. On ne peut plus attendre et on a largement de quoi se mesurer à eux.
 
Donaré: Le vaisseau est près à décoller, je veux dire : on peut partir immédiatement!
 
Kowawa: Chouette! On va retrouver mon papa et ma maman!
 
Maël: On lui dit que c'est dangereux ou pas?
 
En'you: Laisse-la va...
 
Fukuaijin: Je vais rester ici pour vous guidez à distance et surveillez la base : qui sait ce que nos nouveaux ennemis ont en tête. En attendant, restez prudent : le but est de secourir nos chevaliers et rien d'autre.
 
Les membres de la Brigade Solaire approuvèrent tous unanimement, y compris Spinelle qui répondit en piaillant. Ils n'avaient tous qu'une hâte : se rendre sur Titar. Au même moment, sur la base de la confrérie de l'Aube, le Maître des Ouvrages vagabondait avec anxiété : Elcidias lui avait demandé de l'attendre mais celui-ci n'avait toujours pas donné de nouvelles. Il déglutit difficilement quand Alexander arriva à son tour, bien plus détendu que lui.
 
Alexander: Tiens! Kylo Ren! T'attend Elcidious?
 
Maître des ouvrages: Je peux savoir ce que tu fiches ici demi-ange?
 
Alexander: Bah je traîne, comme toi! J'ai croisé Elci' tout à l'heure, tu vas prendre cher...
 
Maître des ouvrages: J'aimerais bien savoir pourquoi...
 
Alexander: Va savoir! Je l'ai salué et il m'a répondu un truc qui ressemblait à "grublublunyanya", j'ai pas cherché à comprendre.
 
Maître des ouvrages: Sérieusement Alexander!
 
Alexander: ...Bon, si tu insistes, ne te plains pas de spoil après : monsieur a découvert que la Brigade Solaire s'apprêtent à secourir leurs potos et mon frangin est introuvable.
 
Maître des ouvrages: Hermanus a disparu?
 
Alexander: Ouep. Je ne sais pas ce qu'il fout mais j'aimerais pas que ça retombe sur moi. Enfin, actuellement, c'est toi le premier sur la liste donc je n'ai pas à m'en faire!
 
Alexander avait beau parler avec légèreté, ces paroles touchèrent le Maître en pleins coeur : déjà qu'il était en danger à cause de l'échec des clones, si son acolyte faisait lui aussi des siennes, alors s'en était fini de lui... Non, il ne devait pas laisser tomber. Il avait longuement travailler sur ce projet et il était hors de question de le voir se faire saboter de la sorte. Il tourna la tête vers l'un des murs où un écran affichant des images de surveillances diffusait des vidéos saccadées. Il serra le poing : il ne se laisserait pas faire.
 
Au même moment, le vaisseau de la brigade solaire était en orbite autour de Titar. Le voyage s'était fait dans le plus grand calme : les dieux avaient organisés les derniers préparatifs tandis que les enfants et la petite Kiridan récupéraient leurs heures de sommeil interrompus. Seul Chiwowo restait éveillé et semblait perdu dans ses pensées : il n'avait pas dit un mot depuis hier soir, même pas à Elysione qui était venu le réveiller. April l'avait surveillé durant tout le voyage mais il n'avait pas bougé d'un pouce, au contraire : il ne semblait même pas impatient de retrouver ses parents. Elle allait être fixé très rapidement : ils venaient d'atterrir. Mais à peine arrivé, la riposte ne se fit pas attendre : des coups de feux retentirent et des projectiles ricochèrent sur les boucliers du vaisseaux.
 
Donaré: Des soldats clones s'attaquent à nous!
 
Elysione: C'est pas vrai, on est pourtant arrivé discrètement!!
 
Maël: Ils ont dû prévoir qu'on viendrait, ils ont pensé à tout...
 
Tinana: J'ai peur!!
 
Taroro: Qu'est-ce qu'on va faire?!
 
En'you: Ne vous en faites pas les enfants, tout va bien se passer! Donaré, tu resteras ici avec Artus tandis que moi et les autres, on va s'occuper des gardes.
 
Artus: Hé! Mais pourquoi je n'ai pas le droit de me battre?!
 
April: Comme si ça te dérangeait de rester en sécurité...
 
Artus: Ne m'enfonce pas, je me sens déjà assez pathétique comme ça...
 
Kowawa: Et nous, on fait quoi?
 
Elysione: Vous, les enfants, vous irez chercher vos parents : on va attirer les méchants près de nous et Donaré vous guidera.
 
Taroro: ...Y a que moi qui n'ai pas confiance du tout?
 
Kowawa: ...Bah...
 
April: N'ayez pas peur : on n'est pas loin, quoi qu'il arrive! Tous ce que vous avez à faire, c'est de localiser vos parents. On se chargera du reste en cas de soucis.
 
Maël: On ne vous laisserait pas y aller si c'était dangereux, vous n'avez aucun soucis à vous faire.
 
Chiwowo: Tu parles...
 
Chiwowo n'avait pas parlé suffisamment fort pour être entendu par les Dieux, en revanche, sa soeur et sa cousine avait parfaitement compris. Elles ne purent que s'échanger un regard malheureusement : ils devaient aller sur le terrain.
 
La porte du vaisseau s'ouvrit puis les enfants se mirent à courir à corps perdus dans la mêlée : des cris et des explosions retentissaient tout près d'eux mais ils n'en tinrent pas rigueur et foncèrent à vive allure jusqu'à l'entrer de la prison, utilisant leurs pouvoirs pour accélérer le pas. Ils avancèrent jusqu'à ce que le calme revint avant de s'arrêter pour reprendre leur souffle : ils venaient d'entrer dans une sorte de bunker dont les murs étaient fait de pierre et de métaux investit par plusieurs système électronique. Le couloir semblait s'étendre sur plusieurs mètres et l'écho qui résonnait à chacun de leur pas témoignait de la grandeur des lieux. Pas de doute : ils semblaient au bonne endroit.
 
Tinana: Ça m'a l'air super grand ici, comme on va faire pour retrouver nos parents?
 
Donaré: Ne vous inquiétez pas les enfants, l'ordinateur est en train de charger les plans de la base, je veux dire ce n'est plus qu'une question de temps... Ah! J'ai déjà une partie de la base. Bonne nouvelle, j'ai trouvé une cellule : l'ordinateur y détecte la présence du commandant Garuru, de l'adjudante Kirara et de Cassiopée.
 
Kowawa: C'est mon papa! Youpi!
 
Tinana: Y a ma maman aussi!
 
Taroro: Et les autres?
 
Donaré: Pas de nouvelles pour le moment, la carte continue encore de s'afficher mais il y a un couloir que vous pouvez emprunter en attendant.
 
Chiwowo: Ok, j'y vais.
 
Taroro: Je viens avec toi!
 
Chiwowo n'attendit pas d'avantage et s'engagea dans le couloir, suivit de près par Taroro qui avait du mal à suivre la cadence. De leur côté, les deux fillettes et Spinelle suivirent les indications de Donaré. Ce qu'elles ignoraient cependant c'est que quelqu'un les observait, mais les pauvres petites étaient trop absorbés par leurs missions pour s'en rendre compte.
 
De leurs côtés, les deux petits garçons arrivèrent face à un grand couloir avec des dizaines de portes. Celui-ci était si long qu'on en voyait pas le bout. Taroro déglutit difficilement : ils allaient mettre des heures voir des jours pour toutes les inspectés.
 
Artus: Les garçons? Vous me recevez?
 
Taroro: Oui Artus?
 
Artus: Comme Donaré s'occupe des filles, je vais prendre le relais avec vous pour l'aider. D'après la carte... Attendez! Donaré, comment on fait pour zoomer? ...D'accords, merci! Je disais donc : d'après la carte, il y a plusieurs portes face à vous.
 
Chiwowo: Merci, on les voit déjà très bien...
 
Artus: Désolé Chiwowo, je ne suis pas familier à ce genre de système... Alors, ce sont principalement toutes des salles de stockage, rien de bien important... Ah! Attendez! Il y en a une plus grande qui mène à un escalier qui débouche sur une grande salles avec des outils médicaux. L'ordinateur détecte des présences... Je crois que les chevaliers y sont!
 
Taroro: C'est quelles portes?!
 
Artus: La 18ème à droite, vous... Oh non, des gardes viennent vers vous, cachez vous!
 
Effectivement, un brouhaha de plus en plus fort se fit entendre dans le couloir. Le deux petits titariens n'attendirent pas plus longtemps et partirent se cacher derrière une porte adjacente. À peine furent-ils dissimuler qu'une horde de clones passèrent devant eux, heureusement sans les remarquer, avant de continuer leur route.
 
 - Bon sang! Magnez-vous! Nos gars vont pas tenir longtemps!
 
 - Sérieusement, c'est nécessaire de faire venir autant de renfort?!
 
 - Nos assaillants sont très puissants, nous ne serons jamais de trop face à eux!
 
 - Mais ils ne sont que trois!!
 
 - Fermez là! Ne sous-estimez pas ces types là! Ils sont coriaces!
 
Chiwowo: ...Trois?!
 
Taroro: Mais de qui est-ce qu'ils parlent...
 
Chiwowo ne su pas quoi répondre : les Dieux étaient bien plus nombreux, sa soeur et sa cousine étaient deux... Alors qui? Artus semblaient partager les mêmes interrogations.
 
Artus: De toute évidence, vous n'êtes pas seuls dans ces galeries... Donaré, tu détectes quelque chose de ton côté?
 
Donaré: Rien de mon côté... Attendez, il commence à y avoir des interférences et... Oh non! Les filles! Les clones viennent vers vous!
 
Kowawa: C'est bon, nous sommes déjà caché derrière un escalier : Spinelle avait senti le danger.
 
Tinana: Chut! Ils approchent!
 
Effectivement, le brouhaha des clones commença à se faire entendre à leur niveau. Kowawa se blottit d'avantage sous les marches tandis que Tinana serra Spinelle plus fort contre elle. C'est alors qu'un nouveau bruit se fit entendre : des explosions, elles aussi de plus en plus forte. Les soldats le remarquèrent aussi visiblement vue qu'ils s'arrêtèrent sur les marches, piles au dessus des titariennes et du Kiridan.
 
 - Vous avez entendu?
 
 - Oh bon sang, je ne veux pas y aller...
 
 - À l'aide! Au secours!
 

 - Pitié, ne nous tuez pas!
 
 - Va crever sale clone de merde!!
 
 - Ok, Starfoullah : j'y vais pas.
 
 - Du nerf camarades! Nous devons les secourir!
 
 - Comme par hasard, il fallait que ça tombe le jour où on réduit nos effectifs!
 
 - Vous avez entendu? Y en a d'autres encore?
 
 - Laissez-les moi!

 
 - Eh mer-...
 
Fort heureusement pour les jeunes demoiselles, le clone n'eut pas le temps de dire ce mot grossiers : une lumière éblouissante envahit la pièce et sembla anéantir tout sur son passage, y compris les soldats qui hurlèrent d'agonie avant d'être désintégré en tas de ferraille informe. Les filles étaient figé d'effroi : mais qui était donc ces trois monstres?!
 
 - Eh beh, ils sont pas très solide...
 
 - Bon sang, est-ce que c'était vraiment nécessaire?!
 
 - Au moins, j'ai retrouvé mes pouvoirs, c'est toujours ça!
 
Kowawa: Cette voix... C'est mon...
 
Tinana: Non! Attend! Et si c'était un piège?!
 
 - Vous avez entendu?
 
 - ...Cette aura... Je la reconnais, c'est celle de...
 
Au diable la sécurité! Kowawa se dégagea des mains de Tinana et se précipita hors de la cage d'escaliers. Face à elle se trouvait trois personnes, des titariens, deux femmes et un homme. Cassiopée et...
 
Garuru: ...K... Kowawa...
 
Kowawa: Papa...?
 
Pas de tâches noirs sur la peau, des vêtements de chevaliers senchô classique, aucune haine dans le regard... C'était lui!
Kowawa n'attendit pas plus longtemps et se précipita dans ses bras. Garuru, assommé par l'émotion, en tomba à genoux. Il serra sa fille dans ses bras comme jamais, retenant vainement ses larmes. Ils furent bientôt rejoint par Kirara et Tinana qui s'enlacèrent à leur tour avec la même émotion. Cassiopée dû se contenter de Spinelle, bien que la Kiridan semblait soulagée de voir la déesse de l'éther en bonne santé.
 
Garuru: Kowawa, ma chérie, j'ai eu si peur, si tu savais...
 
Kowawa: J'ai eu trop peur aussi... J'ai cru que t'étais devenu méchant!!
 
Garuru: Je sais, Cassiopée m'a tout raconté, mais c'est fini maintenant : tout va bien, je suis là.
 
Tinana: C'est toi qui a explosé tous les clones maman?
 
Kirara: Oui c'est moi ma puce, tu en connais d'autres qui aurait pu le faire aussi bien que moi? ...Mais ne t'avise pas de m'imiter.
 
Tinana: ...Ok.
 
Donaré: Les filles, j'ai perdu le contact, vous allez bien?
 
Garuru: C'est la voix de Donaré?
 
Donaré: Commandant Garuru, c'est vous?
 
Garuru se reprit immédiatement. Il se releva, tout en prenant au passage le gant solaire de sa fille, mais il la garda toutefois au près de lui.
 
Garuru: Oui, c'est nous Donaré! Les filles nous ont retrouvé... D'ailleurs, c'est quoi ce...
 
Cassiopée: C'est un Kiridan que les filles ont adopté.
 
Kowawa: S'il vous plait, laissez nous le garder!!
 
Garuru: ...Chaque chose en son temps. Quelle est la situation?
 
Donaré: Artus?
 
Artus: Tout d'abords : heureux de vous entendre Commandant. Ensuite, les garçons sont en train de continuer leurs marches vers les autres chevaliers, pas d'ennemis à l'horizon, il semblerait que vous les ayez tous anéanti Kirara.
 
Kirara: Ah. Pas désolé.
 
Garuru: Il n'y avait que ça comme défense?
 
Kirara: J'ai pratiquement fait un strike à la fin, je t'avouerais que je n'ai pas compté avant de tirer.
 
Tinana: Tout à l'heure, l'un des soldats a dit qu'ils avaient réduit leurs effectifs!
 
Garuru: Ils ont réduits leurs effectifs alors qu'il savait que vous alliez venir... Étrange...
 
Cassiopée: Ça plus le fait que la porte de notre cellule se soit ouverte aussi facilement...
 
Kowawa: On vous a libéré?
 
Garuru: D'après les clones présents à côté, l'une des attaques des Dieux à causer un dysfonctionnement... Ça fait beaucoup trop de coïncidence, je n'aime pas ça. Nous devrions nous dépêcher d'aller retrouver les autres.
 
Artus: Je vais vous trouver un itinéraire sûr... Oh! Ça alors! Donaré, regarde, est-ce que c'est ce que je crois?!
 
Donaré: Qu'est-ce que tu as... Ah!
 
Kirara: Qu'est-ce qui vous arrive?!
 
Donaré: L'ordinateur a détecté une aura divine : c'est celle de l'infirmière générale Pururu!
 
Kowawa: Maman?!
 
Garuru: Où est-elle?!
 
Artus: Si vous revenez sur vos pas, vous devriez trouver un couloir ovale avec une porte au fond : Pururu semble s'y trouver.
 
Garuru n'attendit pas d'avantage et se précipita dans le couloir, mitraillette à la main. Les filles le suivirent rapidement à leur tour : si Pururu avait été isolé des autres, on pouvait s'attendre au pire...
 
Pendant ce temps là, Chiwowo et Taroro avait pris la deuxième étoile à droite et tout droit jusqu'au matin la 18ème porte à droite, comme convenu. La pièce dans laquelle ils s'étaient faufilés était effectivement très grande et mal éclairée : plusieurs objets étaient posé sur des tables aux centres mais les deux petits garçons avait tout sauf envie de s'approcher pour voir ce que c'était. Leur calvaire se termina rapidement : ils arrivèrent enfin à une nouvelle porte. Cependant, un nouvel obstacle se dressa devant eux.
 
Taroro: Mince, elle est verrouillée!
 
Chiwowo: Attend, Cassiopée a bien dit qu'on contrôlait l'éther?
 
Taroro: Tu veux qu'on défonce la porte?
 
Taroro n'eut pas besoin d'attendre la réponse : Chiwowo avait déjà tendu la main vers la porte, sa paume s'illumina d'une lueur mauve puis, après un bruit de cliquetis, le verrou se déverrouilla, laissant la porte s'ouvrir lentement.
 
Taroro: Wah! Comment t'as fais ça?!
 
Chiwowo: À ton avis?
 
Taroro: ...Ah beh oui c'est vrai.
 
Chiwowo mit fin à la conversation en devançant son acolyte et passa la porte. Il tomba, comme prévue, sur un grand escalier en colimaçon qui semblait descendre vers un étage inconnu. En tendant l'oreille, on pouvait entendre un vrombissement étrange et la lumière bleuté qui se dégageait n'était pas des plus rassurantes. Mais ils n'allaient surement pas reculer si près du but. Ainsi, les deux petits garçons se décidèrent à descendre. Le bruit se précisa, la lumière s'intensifia, mais ils continuèrent malgré tout. Il fallait dire qu'ils s'étaient habitués à l'obscurité, cette source lumineuse était, par conséquent, assez mal venue. Taroro fut le premier arrivé face à cette nouvelle salle : il cligna plusieurs fois des yeux, puis il se figea. Face à lui se trouvait plusieurs caissons en verre qui semblait contenir quelque chose... Des titariens.
 
Taroro: Grand frère!!
 
Taroro se précipita sur l'un des container, rapidement suivit par Chiwowo. Le jeune chevalier bleu se jeta sur la vitre et tenta de regarder à l'intérieur : il y avait effectivement Taruru, en vêtement de chevalier, visiblement profondément endormis.
 
Taroro: Taruru!! Tu m'entends?! Réveille toi!!
 
Chiwowo: Arrête, ça ne sers à rien, tu ne pourras pas le réveiller comme ça!
 
Taroro: Mais comment on fait alors?!
 
Chiwowo: ...Je ne capte plus les autres, il va falloir se débrouiller.
 
Chiwowo regarda les autres caissons plus en détails : il reconnu facilement les autres chevaliers, ils étaient donc tous là, c'était déjà ça. Les caissons semblaient quant à eux fonctionner grâce à une technologie très avancée, ils étaient tous reliés à une sorte de grande tourelle affublée d'un tableau de bord et d'un écran. Chiwowo s'y précipita et s'empressa d'utiliser son interface.
 
Taroro: On dirait un panneau de contrôle...
 
Chiwowo: Oui mais il m'a pas l'air simple à utiliser, et en plus, tout est écrit dans une langue étrangère. Si seulement on pouvait réveiller Kururu et Tororo tout de suite...
 
Taroro: Hé! Je pense à un truc : nos gants solaires! Ils peuvent peut-être nous aider! Taruru m'a dit une fois qu'il s'en servait pour tout et n'importe quoi!
 
Chiwowo hésita mais après tout, il n'avait pas mieux. Il saisit donc son gant et l'activa : celui-ci projeta une lumière dorée sur le panneau de commande dont les lettres changèrent de formes pour correspondre à leur alphabet.
 
Taroro: Ça marche!
 
Chiwowo: Voyons voir... On a "allumer les lumières", "couper l'oxygène"... Ah là! On peut désactiver les containers et les ouvrir!
 
Taroro soupira de soulagement. Il lança un dernier regard aux caissons avant d'activer le mécanisme. Le bruit s'arrêta alors progressivement avant de disparaître dans un bruissement sourd puis les vitres s'ouvrirent. Les deux garçons restèrent immobiles, n'osant plus faire le moindre geste ayant peur d'avoir échoué. Ce fut le silence total pendant de longues secondes.
 
Un petit bruit se fit alors entendre : un gémissement. Rapidement suivit par un autre puis il commença à y avoir du mouvement dans les caissons. Taroro revint immédiatement vers le caisson de son frère et ne se fit pas prier pour grimper directement à l'intérieur : il fut soulagé de constater que Taruru grimaçait et avait l'air d'essayer de se lever.
 
Taruru: ...B...Bordel... Chui où...
 
Taroro: Grand frère! Est-ce que ça va?!
 
Taruru ne répondit pas immédiatement : il semblait complètement dans les vapes et son corps était engourdis. De son côté, Chiwowo était en train de vérifier l'état des autres : même constat. Zoruru et Dororo furent cependant les premiers à se relever, bien que le réveil semblait difficile.
 
Zoruru: Argh... Ma tête...
 
Dororo: Je peux à peine bouger...
 
Tamama: J'ai l'impression de m'être fait écraser par le sceptre de Donaré...
 
Meisei: Qu'est-ce qui nous est arrivé...?
 
Tororo: Quelqu'un se souvient de ce qui s'est passé?
 
Kururu: Attend, laisse moi reprendre mes esprits...
 
Keroro: ...Bon sang, mais où sommes-nous?!
 
Giroro: Chiwowo... C'est bien toi?
 
Chiwowo se retourna en sursaut vers son oncle : celui-ci avait réussit à s'asseoir sur le bord de son caisson et le regardait avec fatigue, certe, mais aussi avec de l'étonnement. Bientôt, tout le monde commença à le fixer, ce qui l'intimida énormément, lui qui n'aimait pas être au centre de l'attention... Il dû son salut au cri sur-aigu de Taruru, accompagné d'un bruit de chute et d'un hoquet de surprise de Taroro : allez savoir comment ils avaient fait mais ils étaient tous les deux tombé hors du caisson.
 
Taruru: PUTAIN DE MERDE, TARORO!!!
 
Taroro: Chui désolé! C'est l'émotion! J'pensais que tu pouvais me retenir!
 
Taruru: Mais quelle idée de te jeter sur moi aussi?!
 
Taroro: Je suis content, c'est pas ma faute!!
 
Chiwowo lança un regard désespéré à son oncle qui le lui rendit, faute de pouvoir réagir autrement.
 
Zoruru: Bon, ça en fera déjà un de réveillé...
 
Tamama: Karara? Karara! Réveille toi!
 
Autre interruption spontanée (décidemment...) mais qui, cette fois, était réellement importante et urgente. Tamama avait réussit à se pencher pour atteindre le caisson adjacent et secouait Karara, en vain. Inquiets, Taruru se releva pour la rejoindre, talonné par Dororo qui trébucha à peine debout. Chiwowo se précipita pour l'aider.
 
Chiwowo: Ça va aller?
 
Dororo: Ne t'en fais pas, je me suis levé trop vite, ce n'était qu'un vertige...
 
Dororo reprit sa marche, malgré les appréhensions de Chiwowo et pu rejoindre Tamama, Taruru et Karara qui semblait mal en point. Il l'examina immédiatement en vérifiant son pouls.
 
Taruru: Qu'est-ce qu'elle a? Pourquoi elle ne se réveille pas?
 
Dororo: Son pouls est plutôt lent... Elle n'a pas eut d'entraînement comme nous, elle n'est pas préparé à subir ce genre d'expérience, il va falloir la stimuler un peu pour l'aider. Taruru, je vais avoir besoin de toi : il faudrait que tu masses son cou pendant que je lui envoie de l'oxygène.
 
Taruru: Entendu.
 
Keroro: En parlant d'expérience : c'est quoi tout ça? Où sommes nous?
 
Chiwowo: Vous êtes dans les galeries secrètes du musée archéologique de Titar. On a supposé que c'est des potes à Zariri qui vous ont enfermé là.
 
Tororo: Alors ce n'était pas un mythe...
 
Kururu: Ces machines... Ce sont des containers à conscience : ils permettent de transférer l'âme des personnes à l'intérieur dans un autre corps.
 
Keroro: Mais qu'est-ce qu'on fichait là dedans au juste?
 
Zoruru: On nous a cloné et hypnotisé afin qu'on s'attaque aux enfants...
 
Keroro: Pardon?!
 
Giroro: Il dit vrai. Tu ne t'en souviens pas parce que tu n'es pas revenu à toi mais moi, oui : on était sous leur contrôle absolu, je... Je m'en suis pris à ma propre fille... Tinana... Mais au faite : où est-elle?!
 
Taroro: Elle est avec Kowawa, elles vont bien : aux dernières nouvelles, elles étaient partie chercher le commandant Garuru, l'adjudante Kirara et Cassiopée.
 
Giroro: Garuru et Kirara?!
 
Meisei: Mais pourquoi ne sont-ils pas avec nous dans ce cas?
 
Zoruru: J'ai ma petite idée : contrairement à nous, ils n'ont pas utilisé leur conscience pour créer ces clones. J'ignore pourquoi ils ont fait ça mais la personne que j'ai affronté après m'être réveillé avait beau avoir les mêmes souvenirs, ce n'était pas le commandant.
 
Chiwowo serra les dents. Zoruru le remarqua mais n'en tint pas compte pour le moment.
 
Giroro: Même chose pour Kirara : l'aura que j'ai ressentie n'était pas la sienne. Mais pourquoi les ont-ils épargnés?
 
Keroro: Sauf votre respect, nous avons certes beaucoup de questions mais nous devrions nous les poser plus tard : cet endroit ne me dit rien qui vaille et vue les bruits que j'entends, il doit y avoir des affrontements à proximité. Chiwowo, as-tu plus de détails sur la situation?
 
Chiwowo: J'aimerais bien mais je n'ai plus de signal pour joindre Donaré et Artus ici.
 
Tororo: Ce n'est pas un soucis, montre moi ton gant : je vais amplifier le signal...
 
Giroro: Attend! Tu as bien dis Artus?
 
Taroro: Oui, il y a eu une invasion de la Terre pendant que vous étiez... "Là". Mais les autres ont sauvé les humains.
 
Giroro: Dieu merci...
 
 - Aaaah!! Je suis où?! Qu'est-ce qui se passe?! Pourquoi le plafond est gris?! Qu'est-ce que vous fichez à deux sur moi là?!
 
Keroro: ...Mais qu'est-ce que-...
 
Tororo: Ne cherchez pas : c'est Karara.
 
Keroro se tourna vers la titarienne : celle-ci venait de faire, on ignore comment, un bond jusqu'au caisson désormais vide de Tamama et semblait tétanisé par la peur.
 
Taruru: Calme toi Karara, tout va bien, tu étais dans les pommes, Dororo t'a réanimé.
 
Dororo: Évite les mouvements brusques, tu reviens de loin.
 
Karara: Je reviens de loin? ...Attendez, on était pas en train de se faire bouffer par des rats il y a deux minutes?
 
Tamama: Oh non, j'avais oublié ça...
 
Keroro: Nous reviendrons là dessus plus tard, nous-...
 
Donaré: Ici Donaré, est-ce que quelqu'un me reçoit?
 
Keroro: ...Je suis à deux doigts de m'énerver, vous vous en rendez compte j'espère?
 
Donaré: Sergent?! C'est bien vous?! Oh je suis tellement heureuse d'entendre votre voix!
 
Artus: Vous êtes avec les autres Sergent? Est-ce qu'ils vont bien?
 
Keroro: ...Je sors en éclaireur, finissez ce que vous avez à faire.
 
Giroro: Keroro, voyons...
 
Keroro: Pour la centième fois, appelez moi ADJUDANT!!
 
Keroro quitta la pièce d'un pas tremblant mais rageur devant les yeux stupéfaits de ses amis. Mais bon, ils avaient "l'habitude" : Keroro restait toujours aussi teigneux. Giroro reporta rapidement son attention sur la conversation entre Donaré et Artus : les deux informateurs improvisés leurs faisaient état de la situation qui était certe stable, mais ça n'allait pas durer : les Dieux commençaient à s'épuiser et les renforts de Zariri n'aller pas tarder. Ils ne pouvaient pas s'éterniser, d'autant qu'ils étaient encore loin d'être remis de leur "hibernation".
 
Meisei: Leurs renforts ne sont pas encore arrivé, c'est notre chance : tout le monde est près à partir?
 
Karara: Je crois que je peux marcher...
 
Taruru: Ne t'en fais pas, je te porterais.
 
Kururu: Pendant que vous discutiez, j'ai pris la liberté de brancher une clé USB pour récolter les données présentes sur la tourelle, j'espère que vous ne m'en voudrez pas?
 
Giroro: Pas le moins du monde!
 
Meisei approuva lui aussi d'un hochement de tête. Mais alors qu'ils se dirigeaient vers la sortie, le sol se mit à trembler puis un hurlement se fit entendre : en un instant, l'escalier par lequel Chiwowo et Taroro étaient arrivé fut envahit par des ronces qui semblait tracté quelque chose vers le bas.
 
Tororo: Mais c'est quoi ce truc?!
 
Dororo: Keroro, c'est toi qui a fait ça?!
 
Aussitôt après que son nom fut prononcé, l'adjudant apparu à son tour depuis les marches, l'air grave.
 
Keroro: J'ai bien fait de partir en éclaireur : regardez qui j'ai surpris en train de nous espionner.
 
Tous les regards se braquèrent sur la boule de ronce qui s'ouvrit, laissant apparaître un titarien habillé de vêtement bleu.
 
Giroro: Hermanus?!
 
Hermanus: ...Salutations Ignis...

 
l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l


Et pendant ce temps là, sur Kakumei :


Putafa: N'empêche, 2016 a vraiment été une année de merde.

Chisa: Ne dis pas ça : on a eu de supers films au cinéma!

Mukurochan: Oui mais tu as vue le nombre de personnes qui sont mortes?

Chisa: C'est la vie vous savez, les gens finissent par partir, tout ça...

Putafa: Alan Rickman.

Chisa: ...On a eut les Animaux Fantastiques vous savez.

Mukurochan: Romain Barbieux.

Chisa: ...Star Wars Rogue One, les enfants.

Putafa: Carrie Fischer.

Chisa: ...Civil War?

Putafa: Georges Michael.

Chisa: Zootopie!

Mukurochan: Prince.

Chisa: Le monde de Dory, quoi!

Putafa: David Bowie.

Chisa: Doctor Strange...

Mukurochan: Michel Galabru.

Chisa: Kubo!!

Putafa: Claude Gensac.

Chisa: Kung Fu Panda 3!!!

Mukurochan: René Angélil.

Chisa: Oui bon, j'ai compris : 2016 était une année pourris! Là, z'êtes contente?!

Mukurochan: Non.

Chisa: ...Vous m'avez déprimé les filles.

Putafa: Désolé.

Mukurochan: ...Ça vous dit que j'écrive une fanfiction où genre ils sont tous vivant et ils sont partis affronter un giga méchant comme les chevaliers senchô et tout?

Chisa: Voyons! Ça serait indécent... Do it.

Putafa: Je vais chercher du Popcorn.

Et c'est ainsi que Mukurochan commença à écrire un script. Cependant, le manque de temps et le fait qu'elle ait déjà 2 grosses fanfictions sur le dos a fait que le projet fut abandonné. Désolé.

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 24 Fév - 4:40

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

 
Le calme était revenu dans les sous-sols du musée. Ça et là, plusieurs carcasses de clones en milles morceaux gisaient sur le sol. Le silence était totale... Jusqu'au retour de Garuru (je viens de me rendre compte que cette tournure de phrase pouvait faire rire, sorry x') ). Celui-ci, revenu sur ces pas, courrait à une vitesse folle, faisant à peine attention à ce qui l'entourait. Il ne ralentissait qu'à de rare moment, hésitant quand il se retrouvait face à plusieurs chemins mais ça ne durait jamais longtemps. Après quelques mètres, il se retrouva dans une nouvelle pièce avec une immense porte au fond. Sans attendre, il s'y précipita et s'acharna pour tenter de l'ouvrir... En vain. Ses accompagnatrices, à bout de souffle, finirent par le rejoindre.
 
Kirara: Bordel Garuru, tu pouvais nous attendre!!
 
Garuru: Pururu est peut-être en danger!! Je sens sa présence, elle est là juste derrière! Mais... Elle semble si faible...
 
Kirara: Je veux bien te croire mais ce n'est pas en courant comme un demeuré et en foutant le feu partout au passage que tu la sauveras!
 
Cassiopée: C'est une porte avec un verrou artisanale si je ne m'abuse? Je devrais pouvoir l'ouvrir facilement dans ce-...
 
Trop tard, Garuru avait fait apparaître sa nouvelle arme de chevalier et avait mitraillé la serrure qui ne résista pas bien longtemps. La déesse du l'éther n'eut pas le temps de lui en tenir rigueur : le commandant avait déjà ouvert la porte en grand : ce qu'il vit le tétanisa.
 
Garuru: Oh non... Pururu!!!
 
Kirara: Cassiopée, écarte les filles!
 
Tinana: Mais qu'est-ce qui se passe?!
 
Kowawa: Où est ma maman?!
 
Cassiopée réussit à bloquer les filles afin de les empêcher de voir, car il valait mieux pour elles qu'elles ne voient pas ce qui se passait à l'intérieur. La pièce où Garuru et Kirara venait d'entrer était un énième laboratoire. Plusieurs ordinateurs emmurés littéralement la pièce et au centre se trouvait une table d'opération où Pururu était allongée. Elle semblait énormément souffrir et pour cause : ses deux bras avait était perfusés de manière archaïques par un amas de petits tuyaux vert d'eau enroulés ensembles et rejoignant de gigantesques bornes. Ils semblaient puiser en l'infirmière des espèces de petites étincelles blanches, sans doute de la magie. On lui avait aussi bloqué les bras, les jambes et la tête et un masque à gaz semblait lui envoyait de l'air de nature... Suspecte. Kirara s'empressa de le lui retirer et l'examina tandis que Garuru la libérait des anneaux qui la bloquait.
 
Kirara: Les enfoirés! C'est du chloroforme!
 
Garuru: Bon sang... Chérie, tu m'entends? Je t'en supplie mon amour, ouvre les yeux!
 
Pururu se mit à gémir avec peine mais sans plus : la pauvre était complètement intoxiquée. Garuru commença à paniquer de manière incontrôlable, comment avait-on pu lui faire subir ça?! Kirara, de son côté, regarda l'installation médicale plus en détails : les perfusions étaient affreusement mal installées, on pouvait voir des filets de sang séchés et des hématomes autour des aiguilles, c'était un miracle que Pururu soit encore en vie. Problème : il fallait les enlever mais elle n'avait ni compresses, ni pansements et il était hors de question de laisser les petites s'en occuper avec leur pouvoir alors qu'elles n'avaient certainement jamais fait une chose pareil. Tant pis, elle devrait utiliser la méthode dangereuse elle aussi. Elle s'empressa d'arracher quelques morceaux de sa cape et se prépara à retirer la première aiguille
 
Garuru: Kirara, qu'est-ce que tu fais?!
 
Kirara: Il va bien falloir qu'on lui retire tout ça, on a pas le choix Garuru!
 
Garuru: Attend!! Et si ça la tuait?!
 
Kirara: Ces saloperies sont en train d'aspirer son énergie ou je ne sais quoi d'autres! Les lui retirer ne lui sera que bénéfique! Tiens, prend un bout de tissus et compresse en retirant l'aiguille. Cassiopée!
 
Cassiopée: Besoin d'aide?
 
Kirara: Ça ira! Retourne dans le couloir avec les filles et va prévenir Donaré : dis lui de préparer une assistance médicale!
 
Cassiopée: Compris!
 
Kowawa: Mais ma maman! Je veux la voir!!
 
Cassiopée: Ne t'inquiète pas Kowawa, tu la verras...
 
Kowawa continua de crier mais Kirara tenta de l'ignorer, malgré la difficulté. Elle reporta son attention sur Garuru qui avait retiré la première aiguille et compressé le bras de Pururu : il semblait avoir pâlit mais elle le connaissait, il saurait "supporter". Elle fit donc de même tandis que son beau frère utilisait un bout de sa cape pour s'en servir comme bandage.
 
Pururu: ...G...Garu...ru...
 
Garuru: Pururu?! Mon petit ange, comment tu te sens?! Est-ce que ça va?!
 
Pururu: Je... J'ai mal...
 
La voix de Pururu était rocailleuse et les larmes lui montait aux yeux. Garuru crû que son coeur allait se déchirer : non seulement on s'en était prit à ses enfants mais on avait aussi torturer sa femme! Peu importe qui étaient les responsables : ils allaient le payer très cher. Il tenta toutefois de rester fort pour elle. Il lui caressa la joue avec une immense précaution pour la réconforté mais réalisa avec effrois que son front était brûlant. Mais il ne le montra pas et lui parla doucement.
 
Garuru: Ne t'en fais pas, on va s'en sortir, je t'en fais la promesse. On va quitter cet endroit et retourner sur Arxidus avec nos enfants et les autres. Tu as ma parole...
 
Kirara: Ça y est, j'ai retiré la dernière perfusion. On va pouvoir sortir de là.
 
Garuru: Entendu! Accroche toi mon amour, on va y aller.
 
Pendant ce temps là, les Dieux profitaient d'un cours moment de répit : ils venaient de se débarrasser de la dernière vague de clones et attendaient, sans impatience, la suivante. Ils n'allaient pas se mentir, ils espéraient pouvoir partir avant de se faire attaquer une nouvelle fois.
 
April: Eh bien! Je ne sais pas comment fonctionnent les usines à clones sur Titar mais elles doivent être hyper productives si Zariri en envoie autant au casse pipe.
 
Elysione: Tu ne crois pas si bien dire : quand j'étais dans la résistance sutaawoozienne, j'avais entendu dire qu'ils pouvaient en fabriquer 1000 par heure quand toutes les usines étaient opérationnelles et qu'elles tournaient à plein régime.
 
Kin'iro: Alors, ça voudrait dire que Zariri a réussit à toutes les ré-ouvrir?
 
En'you: Oui et ça veut dire que si les autres ne se bougent pas, on ne va pas s'en tirer.
 
Énéa: Heureusement qu'ils sont facile à battre, hein?
 
Il y eut un long silence, ponctué par une vague de soupir désespéré.
 
Garance: Mais qu'est-ce qu'ils fabriquent aussi?! Faut pas trois heures pour sortir de là?!
 
Maël: ...Hé! Il y a quelque chose qui arrive à l'entré!
 
Effectivement, une lueur bleuté semblait s'approcher à grande vitesse depuis les couloirs. Arrivé à la porte, celle-ci décolla comme une fusée dans les airs, projetant son énergie aux alentours.
 
April: C'était quoi ça?!
 
Maël: Elle a déjà disparu, impossible de la suivre.
 
Elysione: J'ai déjà vue cette énergie quelques parts...
 
 - Hermanus!! Reviens ici sur le champs!!
 
Les Dieux reportèrent leur attention sur l'entrée : Keroro venait d'arriver, essoufflé, suivit par les autres. L'adjudant semblait sur le point d'exploser de colère mais il fut interrompu par Énéa, April, Garance et Elysione qui s'était jeté sur leurs chevaliers respectifs avec... Des émotions différentes, dirons nous.
 
Elysione: Bande de sombres crétins!!! Papa vous a dit que restez sur Sutaawoozu : qu'est-ce que vous foutiez sur Titar?!
 
Garance: Tamama, comment as-tu pu entraîner Meisei avec toi alors que c'est le prince?!
 
Tamama: Quoi?! Mais je-...
 
Meisei: Non, tais-toi, elles vont nous tuer quoi qu'il arrive.
 
Tamama: ...C'est vrai.
 
April: ...Euh... Très bien et sinon : est-ce que tout le monde va bien? Personne n'est blessé?
 
Dororo: Un peu secoué mais ça va : Chiwowo et Taroro nous ont libéré, on leur doit une fière chandelle.
 
Énéa: Bien joué les garçons, nous sommes fiers de vous!
 
Giroro: ...Attendez : Garuru et Kirara ne sont pas avec vous?
 
En'you: On a perdu leur signal mais Donaré nous a dit que, la dernière fois qu'elle les avaient contacté, ils étaient partis chercher Pururu.
 
Zoruru: Pururu était aussi emprisonnée?!
 
Keroro: Et vous n'êtes pas aller les aider après tout ce temps?!
 
April: On était bloqué ici par les clones, on ne pouvait pas quitter notre poste!
 
Taruru: Regardez! Ils sont là!
 
Keroro fut le premier à réagir en se précipitant une nouvelle fois vers l'entrée (c'est pas ma faute, il n'y a qu'un seul accès! x'D) pour rejoindre les nouveaux arrivants : Cassiopée était en tête avec Kowawa et Tinana, suivit de près par Kirara et Garuru qui tenait Pururu dans ses bras, enroulée dans sa cape prune. Ils furent aussitôt rejoint par Giroro, qui s'empressa de prendre sa femme et sa fille dans ses bras, ainsi que par Zoruru, Elysione, Kin'iro et April. Chiwowo, lui, se contenta de suivre les autres qui retournaient au vaisseau.
 
Giroro: Ça va, vous n'avez rien toutes les deux?
 
Kirara: Ne t'en fais pas, nous allons bien.
 
Tinana: Et toi Papa, t'es blessé?
 
Giroro: Tant que vous êtes en vie, c'est tout ce qui compte à mes yeux.
 
Keroro: Que lui est-il arrivé?!
 
Cassiopée: Les personnes qui nous ont enfermé l'ont drogués et ont tenté de lui drainer de l'énergie. On l'a retrouvé dans cet état là.
 
Keroro: ...Attendez, je peux savoir qui...?
 
Garuru: Cassiopée, déesse de l'éther.
 
Cassiopée: Nice to meet you.
 
Keroro: On ne s'est pas déjà vue quelques pa-...
 
Maël: Les clones reviennent!!
 
Keroro: ...Bon, tout le monde dans le vaisseau, j'en ai marre.
 
Le comportement de Keroro surpris Cassiopée mais elle n'eut pas le temps de le faire savoir : Garuru se précipitait déjà vers le vaisseau avec l'aide de Zoruru et le grondement dans le ciel ne présageait rien de bon. Elle fut, de toute façon, entraînée par Kirara qui referma la porte du vaisseau derrière elle. Celui-ci décolla immédiatement, évitant de justesse les premiers tirs ennemis tout juste naissant.
 
Au même moment, dans le QG de la confrérie, Cloera faisait les cent pas, plus inquiète que jamais. Elle redressa la tête quand Alexander arriva à son tour.
 
Cloera: Alors? Tu l'as retrouvé?
 
Alexander: Ouep! Ce petit polisson voulait à tout prit rester sur Titar pour rattraper les chevaliers mais je l'ai résonné : il est dans sa chambre là.
 
 - Ai-je bien entendu?!
 
Elcidias arriva à son tour, visiblement très en colère. Cloera se plaça immédiatement devant son fils pour le protéger, bien que celui-ci ne semblait pas réaliser, une fois de plus, la gravité de la situation.
 
Cloera: Elcidias, s'il te plait, laisse moi lui parler : il y a forcément une raison à son échec!
 
Elcidias: Je n'ai que faire de ses excuses!! Il a trahit la Confrérie en laissant s'échapper les chevaliers! Si ça ne tenait qu'à moi, je l'aurais déjà envoyé brûler à petit feu au centre d'une planète!
 
Cloera: Qui te dis qu'il les a laissé s'enfuir?! Mon fils ne m'aurait pas trahi, tu le sais : il a risqué sa vie pour nous libérer, pourquoi nous ferait-il une chose pareil?!
 
Alexander: J'peux dire un truc?
 
Cloera: Pas maintenant Alex...
 
Alexander: C'est pour sa défense : je voulais juste dire qu'il était revenu blessé en faite...
 
Cloera: Quoi?! Blessé?!
 
Elcidias: Tiens donc? Et en quoi cela innocente-il ton petit frère? Je te préviens : ta réponse à intérêt à être "satisfaisante"...
 
Alexander: Alors, de ce que j'ai compris, vous le connaissez, lui et les explications claires et précises ça fait 50 amaguiz : il était retourné sur Titar justement pour les stopper mais il est arrivé trop tard et l'adjudant Keroro l'a "accueilli comme il se doit".
 
Elcidias: Tu es en train de me dire qu'un demi-ange n'a pas su tenir tête à un chevalier sortant d'hibernation?
 
Alexander: J'en sais rien moi, je rapporte ce qu'il dit.
 
Cloera: De toute évidence, on a un soucis de communication : on devrait demander les images de vidéos surveillances au Maître des ouvrages.
 
Elcidias: ...Si c'est si gentiment proposé : Maître?
 
Aussitôt appelé, le Maître arriva à son tour depuis une porte adjacente, à croire qu'il attendait qu'on l'appel pour entrer.
 
Maître des ouvrages: Je crains malheureusement... Être dans l'incapacité de vous donner des détails sûr quant aux événements qui ont eu lieu...
 
Elcidias serra d'avantage sa canne : même Alexander semblait "troublé" cette fois.
 
Elcidias: ...Comment ça "sûr"?
 
Maître des ouvrages: Nous... Nous avons eut des dysfonctionnements du système de télé-surveillance : les affrontements des Dieux et surtout, le piratage de nos données par le Major Kururu ont fait planter notre système. Toutefois, nous avons pu constater qu'Hermanus avait effectivement tenté d'intercepter les chevaliers mais... Il a visiblement échoué.
 
Cloera: Tu vois! Mon fils s'est retrouvé face à l'équipe au complet, il ne pouvait pas faire grand chose contre eux.
 
Maître des ouvrages: Monsieur, avec votre autorisation, je souhaiterais dépêcher une équipe pour aller à leur Quartier Général et les anéantir une bonne fois pour toute.
 
Elcidias: C'est inutile. Leur "planète" est protégé par un champs d'énergie que j'ai... Que je n'aurais jamais dû leur accorder à travers cette légende. On ne les aura pas ainsi. Il est même hors de questions de leur offrir une défaite aussi douce...
 
Maître des ouvrages: ...Mais alors, que comptez-vous faire?
 
Elcidias: Soyons logique : qu'est-ce que les chevaliers vont chercher à faire après ça?
 
Cloera: ...Cherchez des réponses? Trouver un moyen de retrouver leur planète?
 
Elcidias: Exactement. Et nous allons les accompagner justement : Alexander, va à la prison militaire de Titar et fait en sorte d'augmenter la sécurité afin qu'elle soit optimale. Vous irez avec lui Maître des ouvrages, mais attention : faites juste en sorte que les chevaliers soient "occupés".
 
Maître des ouvrages: Occupés? Mais que voulez vous dire par là?

Elcidias: Vous m'avez très bien compris Maître : nous avons suffisamment attendu, je pense qu'il est temps pour vous de passez à la phase suivante de notre plan...
 
Maître des ouvrages: ...Bien monsieur.
 
Alexander: Juste avant de partir : Maman, j'avais promis à Hermichou de lui amener du chocolat chaud, tu pourras t'en charger?
 
Cloera: Ce sera fait mon petit canard jaune!
 
Alexander partie au pas de course derrière le Maître qui n'avait qu'une hâte : quitter la pièce avant qu'Elcidias ne change d'avis. Celui-ci était d'ailleurs déjà en train de partir vers un autre couloir, laissant Cloera seule. Après quelques instants de silence, elle se crispa : la vie des ses fils étaient sans cesse menacée par les chevaliers et ça commençait sérieusement à l'agacer...
 
Quelques heures plus tard, la nuit venait tombé sur Arxidus. Tout était calme dans la forteresse, si ce n'est une légère animation au niveau de la salle de soin, et pour cause : tous les chevaliers, exceptés Garuru, Kirara, Cassiopée et les enfants, s'y étaient réunis afin de subir une batterie de test dirigés par April, Kin'iro, Énéa, Elysione et Donaré. Heureusement pour eux, la conclusion fut positive "aucune modification d'ADN, aucune séquelle dû au comas prolongé". C'est donc exténués qu'ils quittaient les lieux pour rejoindre leurs chambres pour certains, les enfants pour les autres. C'était d'ailleurs le cas de Giroro qui suivait ces coéquipiers afin de retrouver sa fille et sa femme. N'ayant jamais était sur Arxidus auparavant, mieux valait pour lui qu'il se laisse guider. Dororo lui avait d'ailleurs promis une visite guidé le lendemain.
 
Dororo: ...Mh... C'est la première fois que je vois ce couloir. Ça doit être là.
 
Taruru: La forteresse aurait changé?
 
Kururu: Kih! C'est possible : à l'époque, je me souviens avoir lu qu'elle était enchantée, de sorte qu'elle s'adapte à ses occupants.
 
Tororo: Si elle est adapté alors pourquoi on a pas de jacuzzi?
 
Zoruru: Peut-être qu'elle s'adapte pour qu'on ait le strict "nécessaire" justement?
 
Giroro ignora leurs disputes pour s'avancer et vérifier les portes : il reconnu aisément le symbole de Tinana sur l'une d'elle, entrouverte. Il ne se fit pas prier pour l'ouvrir, le plus doucement possible, tandis que Taruru fit de même en entrant à son tour dans une pièce annexe avec le symbole de son frère. Les chevaliers restants, n'ayant plus rien à faire là, quittèrent les lieux pour les laisser seul.
 
L'ancien caporal se glissa doucement dans la pièce : la lampe de chevet était la seule source de lumière mais il voyait suffisamment pour s'approcher du lit. Tinana y était allongé et dormait paisiblement avec Spinelle, couchée à ses côtés. Kirara était assise près d'elles et semblait assoupis. Elle se réveilla en sursaut quand Giroro s'approcha.
 
Kirara: Vous en avez mit du temps pour vos examens.
 
Giroro: Désolé, April et Elysione ont insisté pour nous faire passer tous les tests possibles et imaginables.
 
Il se pencha vers elle et l'embrassa avant de la bercer dans ses bras : le fait d'avoir était séparé lui avait été ridiculement insupportable.
 
Kirara: Ça valait le coup au moins?
 
Giroro: Nous n'avons rien, mise à part la fatigue nous sommes en pleines formes. Et toi?
 
Kirara: Rien non plus : d'après En'you, la cellule dans laquelle nous étions enfermés nous "immunisait" contre les effets du temps. Il n'y a aucun risque pour la santé.
 
Giroro: Une cellule qui vous empêchait de ressentir le temps qui passe? Mais pourquoi vous avoir foutu là dedans?
 
Kirara: Il faut croire qu'il voulait nous garder en forme...
 
Giroro: ...Décidément, ces types là ne sont pas net... Viens, il ne vaut mieux pas réveiller Tinana.
 
Kirara hocha la tête puis elle s'appuya sur Giroro, qui éteignit la lampe, pour se relever. Ils se dirigèrent ensuite doucement vers la sortie en prenant soin de ne pas faire de bruit.
 
Giroro: Au faite, tu as des nouvelles de Pururu et Garuru?
 
Kirara: Aux dernières nouvelles, ils étaient dans leurs chambre. Pururu n'avait pas de séquelles grave, elle a juste besoin de repos elle aussi.
 
Giroro: ...Je devrais peut-être aller le voir.
 
Kirara: Taratata! Tu as passé ta semaine dans un container à conscience : hors de question que je te laisse vagabonder dans la forteresse! Et puis tu connais Garuru : si ce n'est pas moi qui te forcera à aller te coucher ça sera lui.
 
Giroro eut un petit rire amusé. Avant de refermer la porte, il lança un dernier regard sur sa fille. Les souvenirs de son affrontement sur Saiwoozu lui revinrent en mémoire : le fait d'avoir lever la main sur elle lui brisait le coeur, comment avait-il pu faire ça aussi impunément? Quoi qu'il en soit, elle était en sécurité dans sa chambre désormais, il focalisa donc son attention sur Kirara qui l'interpella.
 
Kirara: Dis moi, tu as pu voir les autres enfants en passant?
 
Giroro: Je n'ai pas grand chose à leur sujet. Je sais juste que Taroro a été ramené dans sa chambre par Garance. Pour Kowawa et Chiwowo, je suppose que les dieux sont aller les coucher.
 
Kirara: ...Je vois...
 
Giroro: Quelque chose ne va pas?
 
Kirara: Tu n'as rien remarqué? Tout à l'heure, quand on s'est réunit, Chiwowo semblait distant.
 
Giroro arrêta sa marche et se tourna face à Kirara : maintenant qu'elle en parlait, il était vrai que Chiwowo n'avait pas rejoint ses parents tout à l'heure et s'était éclipsé dés leur arrivé dans la forteresse.
 
Giroro: Tu sais... Tu le connais tout autant que moi : il n'est pas très pot de colle contrairement à sa soeur jumelle mais c'est son caractère... Habituel.
 
Kirara: Il a beau être solitaire, il n'est pas sans coeur. Je suis sûr que tu l'as vue comme moi : il n'allait pas bien.
 
Giroro: Je vois ce que tu veux dire mais tu sais, il a vécu des choses terribles ces derniers jours, c'est peut-être ça.
 
Kirara: Giroro, ne soit pas naïf, tu n'as pas pu rater les regards qu'il lançait à Garuru!
 
Giroro serra les dents : oui, il les avait vue, mais la tension et l'urgence était passé en priorité à ce moment là. Il ignorait ce qu'il s'était passé exactement mais vue ce qu'il avait fait à sa fille, il craignait déjà le pire.
 
Au même moment, les autres chevaliers avaient rejoint leur quartier : Keroro et Karara s'étaient déjà enfermés dans leurs chambres respectives, il ne restait plus que Tamama, Meisei, Tororo, Dororo et Zoruru.
 
Tororo: Les mecs, je viens d'avoir une idée : la prochaine fois qu'un truc pareil nous arrive, on demande à nos kidnappeurs de nous laisser un compte rendu médical pour nous éviter ce genre de test.
 
Kururu: Je vote pour, kih! kih!
 
Meisei: Moi de même.
 
Tamama: Personnellement, je vous dirais quoi demain, je suis trop fatigué pour réfléchir...
 
Dororo: Nos amies ont été très claire de toute façon. Je ne vais pas me faire prier pour suivre leurs recommandations et aller me coucher.
 
Tororo: Bon, du coup, je vous laisse là moi : 'ne nuit!
 
Meisei: À toi aussi.
 
Tororo, Kururu, Meisei et Tamama s'enfermèrent dans leurs chambres, il ne restait plus que Dororo et Zoruru qui s'apprêtait à faire de même quand une porte s'ouvrit un peu plus loin : Garuru en sortie, visiblement exténué et déprimé.
 
Dororo: ...Garuru?
 
Garuru: ...Oh! Vous n'êtes toujours pas couché?
 
Dororo: Je te retournerais bien la question.
 
Garuru: Je suis resté au chevet de Pururu jusqu'à ce qu'elle s'endorme. Je préfère la laisser seule, je ne veux pas déranger son sommeil.
 
Dororo: Mais il faut bien que tu dormes.
 
Garuru: Je ne pourrais dormir tranquillement que lorsque je serais sûr et certains que ma famille va bien...
 
Zoruru bloqua sa respiration : Garuru n'était au courant de rien, il devait le prévenir.
 
Dororo: Son état s'est-il amélioré?
 
Garuru: ...Je ne dirais pas que "oui" personnellement mais, d'après Fukuaijin, elle ne peut qu'aller mieux. Elle a juste besoin de se reposer un jour ou deux... Et moi, je ne peux rien faire...
 
Dororo: Ne dis pas ça Garuru : être auprès d'elle est déjà une grande chose. Qui plus, tu n'es pas responsable de ce qui s'est passé, Fukuaijin elle-même était dépassé par nos assaillants.
 
Garuru: J'aimerais être d'accords avec toi, sincèrement. Mais je ne peux pas, c'est au dessus de mes forces...
 
Dororo échangea un regard désolé avec Zoruru avant de reprendre.
 
Dororo: Tu ferais mieux d'aller te coucher Garuru. Même si Pururu est affaiblit, tu as toi aussi besoin de récupérer des forces. Et puis la nuit porte conseil.
 
Garuru: Je vais suivre ton conseil mais avant toute chose, je veux m'assurer que mes enfants vont bien. Maintenant, si vous voulez bien m'excusez, je dois y aller.
 
Garuru s'engagea dans le couloir, les laissant tout les deux seuls. Zoruru serra le poing : il savait qu'il allait regretté ce qu'il s'apprêtait à faire mais ne rien dire engrangerait des conséquences plus grave encore. Agacé, il se lança à sa suite.
 
Dororo: Zoruru? Qu'est-ce que tu fais?!
 
Zoruru: Je dois lui parler en privé!
 
Dororo resta immobile, surpris par sa réaction : il était rare de voir Zoruru dans un tel état et le connaissant, on pouvait s'attendre au pire...
 
Au même moment, Chiwowo s'était affalé sur l'un des canapés du salon de la forteresse et regardait vaguement le plafond. Il tenait la télécommande de la télévision dans ses mains mais ne l'avait pas allumée : il y avait des choses "bizarre" à la télé à cette heure-ci. (les vrais savent...) Ainsi, il était resté là, sans rien faire, attendant que les autres soient partis ce coucher : hors de question qu'ils croisent qui que ce soit, il n'avait définitivement pas envie de parler, il voulait juste rejoindre sa chambre seul et aller se coucher. Et puis... Il y avait "lui", son père. Evidemment, il avait fuit en s'occupant de sa mère mais c'était tant mieux : il ne voulait pas le voir, il ne voulait plus jamais lui parler.


Jugeant l'heure suffisamment tardive, il se leva et se dirigea à pas de loup vers sa chambre : tout le monde devait être couché à l'heure qu'il est, non?
 
Les bruits de pas qui venaient vers lui répondirent à sa question. Tétanisé par la peur, il réalisa avec effroi qu'il n'avait aucune cachette possible dans les parages. Il reconnu aisément les voix qui s'approchaient.
 
Zoruru: Comprenez-le : vérité ou pas, il vient d'apprendre quelque chose de terrible. Laissez-lui le temps.
 
Garuru: Zoruru, est-ce que tu réalises au moins ce que je lui ai fais?
 
Zoruru: Vous n'avez rien fait chef : c'est votre clone qui s'en ai pris à lui!
 
Garuru: Ne fais pas comme si tu n'avais pas compris : ce clone représentait les faces les plus obscures de mon être, il était moi! Je ne peux le nier! Je... Je suis un monstre... Je lui dois des explications.
 
Zoruru: Et que comptez-vous lui expliquer? Que vous êtes avant tout un être avec des émotions? Que, comme n'importe lequel d'entre nous, vous avez trouvé cela grisant d'avoir des pouvoirs? Que le fait d'être autant respecté et craint dans l'univers était plaisant? Que vous avez eu peur de devenir père?
 
Garuru: Je t'interdis de me dire ça!!!
 
Garuru avait été si piqué à vif qu'il avait inconsciemment hurlé sa réponse. Sa voix résonna un long moment dans la pièce, faisant frissonner Chiwowo : cela le figea d'avantage.
 
Zoruru: Chef, je ne dis pas ça pour vous critiquez mais soyez réaliste : vous ne pouvez pas vous en vouloir pour des émotions aussi naturelles. Vous êtes quelqu'un d'humble avant tout et vous remplissez très bien votre rôle de père : ce clone, peut importe d'où il venait, était fait de vos pensés les plus obscures. Même si vous les désapprouvez, vous les aurez quoi qu'il arrive. Et croyez moi, je suis bien placé pour le savoir.
 
Garuru: Mais je... Je m'en suis pris à mon fils...
 
Zoruru: Et Giroro et Kirara s'en sont prit à Tinana, moi à Kowawa et Taruru à Taroro. Je ne dirais pas que nous n'avons rien à nous reprocher mais vous ne devez pas être aveuglé par vos remords : notre ennemi a utilisé la plus grande faiblesse qu'il soit, nous ne devons pas être déstabilisé par ça mais au contraire se dire que s'ils ont eut besoin d'autant de moyen pour mettre ces clones au point, c'est pour une excellente raison : ces clones ne représentent pas ce que nous sommes vraiment.
 
Garuru: ...Tu le penses vraiment?
 
Zoruru: Écoutez commandant, vous...
 
Zoruru s'arrêta net : il avait enfin aperçu Chiwowo à l'autre bout du couloir. Son regard fut traître car Garuru le vit à son tour. Il y eut alors un silence, les trois hommes s’échangèrent juste des regards : l’un stupéfait, l’autre effrayé et le dernier effaré. Chiwowo fut cependant le premier à bouger en s’enfuyant dans l’autre sens, malgré les appels de son père qui le suivit aux pas de courses. Zoruru tenta de l’arrêter mais c’était trop tard : ils étaient déjà trop loin et la fatigue le rattrapait. Il maudit son impuissance face à cette situation, souhaitant de tout cœur que le commandant réussisse à rétablir le dialogue.

Plus loin, donc, le petit garçon filait à vive allure vers sa chambre : s’il l’atteignait, il serait en sécurité. Qui plus est, son père n’était pas au meilleur de sa forme : il avait toutes ses chances.
 
Garuru: Chiwowo!! Attend!!
 
Oh non! Hors de question qu’il attende! Il voyait enfin sa chambre, il y était presque. Il utilisa ses pouvoirs pour l’ouvrir à distance, se jeta littéralement à l’intérieur et la referma aussi sec en actionnant le verrou. C’était décidemment pratique de contrôler l’éther, il aurait bien aimé avoir ça plus tôt!

Tandis qu’il s’enfouissait sous sa couverture, un bruit de choc se fit entendre : est-ce que son père venait de se prendre la porte? Les légers bruits de pas et de respiration saccadée lui confirmèrent sa théorie.
 
Garuru: Chiwowo… Je t’en prie, ouvre moi…
 
Chiwowo: Non!! Va-t-en!! Je ne veux plus jamais te voir!!
 
Garuru: Je sais, je sais… Tu veux garder ta porte close, d’accords, j’ai compris. Mais s’il te plait, écoute-moi…
 
Chiwowo: T’as rien à me dire, dégage!!
 
Garuru: …Je suis désolé fiston, je ne voulais pas que tu… Ça n’aurait jamais dû se passer comme ça, je suis le seul fautif.
 
Chiwowo: Fautif?! T’as tué des gens! Tu t’en ais pris à ma mère, ma sœur, mon oncle et… Pratiquement tout le monde! Et en plus, tu nous as raconté n’importe quoi!!
 
Garuru: …Je sais.
 
Chiwowo: "Je sais" ?! C’est tout ce que tu trouves à dire?!
 
Garuru: …Malheureusement oui, je n’ai pas de mots Chiwowo. Et je n’en aurais sans doute jamais…
 
La voix de Garuru se brisa, ce qui fit au moins réagir Chiwowo : son père pleurait?
 
Garuru: ...Je n’ai aucune excuse, c’est clair et net. Et tenter de me justifier n’amènera à rien non plus… Je veux juste que tu saches que contrairement à ce qu’à pu dire mon clone, je ne suis en aucun cas fier de ce que j’ai fais… Je… Je n’aurais jamais dû vous mentir, j’aurais dû être franc dès le départ et assumer ce qui s’était passé pendant le règne de Gyokuyami. Et surtout, j’aurais dû être un bon père pour toi et ta sœur…
 
Il marqua encore une fois une pause, retenant un sanglot. Cette fois, Chiwowo sortie sa tête de la couverture, intrigué. Son père semblait beaucoup trop sincère, il avait du mal à ne pas le croire. Et en parlant de "bon père", les souvenirs de ses moments passés à jouer avec lui dans leurs maisons lui revinrent en mémoire. Il réalisa alors que cette histoire les lui avaient fait oublier.
 
Garuru: Je… Je ne peux certes pas changer le passé, ça c’est sûr et certains. En revanche, je peux te promettre une chose : peu importe si tu ne me reparles plus, je ne t’en voudrais jamais pour ça, tu as le droit de m’en vouloir à vie, je n’ai aucunement le droit de te forcer à me voir. Mais je jure sur ma vie que je ferais en sorte de ne plus jamais te décevoir, ni toi, ni ta mère, ni ta sœur, ni les autres… Et je vous protègerais, au péril de ma propre vie s’il le faut. Car s’il y a bien une chose dont je suis sûr, c’est que même si j’ai eu peur de la paternité et du mariage… Je vous aime tous les trois, plus que tout au monde… Et s’il vous arrivait quelques choses, je ne me le pardonnerais jamais…
 
Il y eu encore un silence. Garuru s'appuyait complètement sur la porte désormais : les larmes coulaient toutes seules, impossible de les arrêter. S'il avait pu se donner des baffes, il l'aurait fait, mais la fatigue l'engourdissait au fur et à mesure. Il crû qu'il allait s'écrouler de fatigue devant la chambre quand la serrure de la porte s’illumina soudainement d’une lueur mauve. Garuru s'en écarta juste à temps : un cliquetis se fit entendre puis la porte s’entrouvrit dans un léger grincement. Il hésita un instant puis il poussa lentement la porte et entra. Malgré la pénombre, il devina aisément que son fils s’était caché sous sa couverture. Il s’approcha donc doucement et s’assit à ses côtés sans dire un mot. Evidemment qu’il avait envie d’aller le chercher en dessous pour le prendre dans ses bras et le consoler mais il se retint : il avait trop peur de le blesser, même pour si peu. Il serra les dents : il commençait à se comporter comme son frère, décidemment…
 
Chiwowo: …Tu m’as fais mal.
 
Garuru ne su quoi répondre dans l’immédiat. Confirmer? Oui, merci, prend ton fils pour un abruti. S’excuser? À quoi bon, le mal était déjà fait. Il ne savait pas quoi dire et c’était décidemment rageant. Il ne fallait cependant pas qu’il le laisse sans réponse. Peu importe, il se lança.
 
Garuru: Fiston, si tu savais à quel point je…
 
Il ne finit pas sa phrase : Chiwowo se dégagea des draps et se jeta à son cou. Garuru s’attendait à ce qu’il l’étrangle mais non, il le serra fort dans ses bras, en pleurant qui plus est. L’ancien lieutenant perdit patiente et lui rendit son étreinte comme jamais, en pleurant à son tour. Ils restèrent ainsi tous les deux dans cette position, sans rien dire : leurs larmes en disaient déjà assez. Il était difficile de dire si c'était des larmes de joies ou de tristesses, voir les deux. La seule chose que le petit garçon retenait, c'était que son père était là pour lui et c'était tout ce qu'il avait besoin de savoir.

Les minutes passèrent, Chiwowo sanglota de moins en moins fort, respirant de plus en plus profondément jusqu'à finalement s’endormir. Son père le garda contre lui encore quelques minutes, pour s'assurer qu'il se soit bien endormi, avant de le recoucher délicatement dans son lit. Il lui souhaita malgré tout "bonne nuit" à voix basse avant de lentement se diriger vers la porte. Cependant, alors qu’il s’apprêtait à fermer la porte, une petite voix l’interpella.
 
Chiwowo: Bonne nuit papa…
 
Garuru sourit, lança un dernier regard derrière lui, puis il referma la porte.
 

À SUIVRE…


l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l


Kirara: Au faites Giroro, j'ai une question.
 
Giroro: Oui?

Kirara: Tu sais où est notre chambre à nous?
 
Giroro: ...Oups.

l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l*l

Pas de références ce coup-ci.
Je me permet encore une fois de m'excuser pour le giga retard, vous avez le droit de me traiter de grosse vilaine tomate pendant 24h pour la peine.

Et bon, je sais que c'est totalement zarb de faire ça après un chapitre comme celui là mais voilà : je souhaite dire un dernier au revoir à Romain Barbieux. Certains ici ne le savent peut-être pas mais je lui dois beaucoup de chose. Alors merci, sincèrement.

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Mariri-Dono
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 402
Age : 17
Localisation : *Prépare ses bagages pour aller au Brésil*
Date d'inscription : 04/01/2015
Titres : (Anciennement Lunana)

MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   Ven 24 Fév - 22:20

*après avoir eu le temps de tout lire*

C'est trop kawaii à la fin putain!! Je chiale! ;w;

Je ne suis pas déçu DU TOUT! Je suis même très satisfait! Very Happy
J'attends le prochain chapitre avec impatience!

Et je confirme: 2016 était une année de (censored)!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sergent Keroro Shinka - Yoake   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sergent Keroro Shinka - Yoake
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Sergent Keroro Shinka - Yoake
» Sergent Keroro - Shinka cycle 2 : Les étoiles de la peur
» Keroro - Shinka cycle 1 : La disparition des étoiles noires
» Sergent Keroro - Shinka cycle 3 : La brigade solaire
» Keroro Gunso (Keroro Mission Titar)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La chambre de Keroro :: DIVERS :: Fan-fictions-
Sauter vers: