Forum pour discuter de Keroro
 
AccueilGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Tonyny
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 473
Age : 24
Localisation : La Terre. "Pokopen" pour les kerons.
Date d'inscription : 19/09/2015

MessageSujet: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mer 14 Oct - 14:23

Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours par nous rattraper


Je souhaiterais vous dire quelques mots avant de commencer le chapitre suivant.
Vous l’aurez sans doute compris, mais à partir de maintenant, mon histoire se déroulera en même temps que le manga Sergent Keroro.
Comme le chapitre qui va suivre se déroule durant le tome 3 de Sergent Keroro, je vais faire un rapide résumé de ce qui s’est passé entre le tome 1 et le 3 pour ceux qui ne les auraient pas lus :

En 1999 : Des extra-terrestres nommé « les kerons » ont décidé d’envahir la Terre. Pour évaluer la menace, l’unité Keroro, composé de 5 membres, est envoyé en éclaireurs. Mais ces membres vont très rapidement se retrouver dispersés.
Le sergent Keroro, le chef de cette unité, se fera capturer par Fuyuki et Natsumi Hinata, un jeune garçon de 12 ans et sa grande sœur âgée de 14 ans.
Un peu plus tard, par erreur, Fuyuki entrera en contact avec le vaisseau mère keron. L’état-major de l’armée ne voulant pas prendre le risque de se faire repérer par les humains, il décidera de reporter à plus tard l’invasion de la Terre et laissera l’unité Keroro sur place.
C’est ainsi que l’unité Keroro s’est retrouvée obligée de vivre parmi les humains. Mais ils n’ont pas pour autant renoncés à conquérir le monde. Même s’ils prennent rapidement goût à leur vie sur Terre.
Au début du tome 3, le sergent Keroro, qui depuis son arrivée sur Terre s’est passionné pour les figurines Gundam, a déjà retrouvé trois des membres de son unité :
Le caporal Giroro. Spécialiste des armes à feu de l’unité Keroro. Il est tombé fou amoureux de Natsumi après avoir perdu un combat face à la jeune Hinata. Depuis, Giroro a planté sa tente dans le jardin des Hinata.
Le soldat de 2ème classe Tamama. D’un naturel jaloux, il puise sa force dans la jalousie. Après avoir été sauvé par une jeune fille du nom de Momoka, membre de la richissime famille Nishizawa, Tamama vit désormais chez elle.
Et l’adjudant Kururu. Spécialiste en informatique. Après un affrontement qui s’est terminé en match nul, Kururu s’est lié d’amitié avec un jeune garçon du nom de Mutsumi. Depuis les retrouvailles avec son sergent, il vie également dans la maison des Hinata.
Voilà ce qui s’est passé entre le tome 1 et 3 !

Une dernière chose, certains des chapitres qui vont suivre se dérouleront en même temps que des chapitres du manga Sergent Keroro. C’est pourquoi, lorsque cela arrivera, comme je sais qu’il y a des gens qui n’ont pas forcément les tomes de Sergent Keroro, je ferais d’abord un bref résumé du chapitre (tel qu’il est si vous le lisiez) et seulement ensuite je vous raconterai ce que j’y fais.

Voilà ! C’est tout ! Vous êtes prêt ? Alors, c’est parti pour le chap… Oups ! Excusez-moi une seconde !

*Prend son téléphone* *Tut-tut-tut-tut*

- Allo… Oui, c’est moi ! Ecoute, tu pourrais venir, s’il te plait, j’ai un petit souci… Super ! Merci !

*Tut* *Range son téléphone*

Bien, écoutez-moi, je ne vais pas vous mentir, j’ai un besoin pressant ! J’ai donc appelé quelqu’un qui va vous raconter ce chapitre à ma place ! Il sera là dans quelques secondes ! Je vous laisse entre de bonne main ! A tout à l’heure !

*Quelques secondes plus tard, un keron fait une entrée fracassante*

Salut à vous, soldat ! Je suis le caporal Giroro !  Giroro  C’est moi qui vais vous raconter le chapitre 17 ! J’espère que vous êtes prêt, car je ne me répéterai pas !




Chapitre 17 (Façon Giroro) : Un docteur pas comme les autres

Ce chapitre de l’histoire de Tonyny se déroule en même temps que le chapitre 22 de Sergent Keroro. (Tome 3)
Ce jour-là, Natsumi fut atteinte d’une forte fièvre. Comme elle ne voulait pas appeler les urgences, Keroro et Fuyuki firent tout leur possible pour faire baisser sa température. *Snif* (Natsumi… tu es si forte !) Hum-hum ! Je continue !
Le lendemain matin, malgré leurs efforts, la fièvre de Natsumi n’avait toujours pas baissé. A cet instant, je suis revenu en piteux état dans la chambre de Natsumi avec un foie de cerbère. C’est un excellent remède contre toutes sortes de maladies. (Non, je ne suis pas allé affronter un cerbère de l’espace pour sauver Natsumi ! Je l’ai trouvé par hasard !) Mais à peine je l’avais ramené que cet idiot de Keroro l’avait mangé par erreur.
Désespéré, Fuyuki voulu appeler une ambulance. Mais Kururu l’en empêcha, car la maladie dont Natsumi était atteinte n’était autre que l’une de ces inventions. La médecine humaine ne pouvait donc pas la sauver. (Grrr ! Ce Kururu !)
Keroro ordonna à Kururu de créer un remède, mais vu l’état de Natsumi, le temps que Kururu le prépare n’aurait peut-être pas suffit pour la sauver.
Alors que nous étions tous très inquiet pour Natsumi, quelqu’un a sonné à la porte…

*Ding-dong*

Fuyuki a alors dit…

- Ça doit être maman ! Elle sonne sûrement parce qu’elle a perdu ses clefs ! Je vais aller lui ouvrir !

Fuyuki est donc allé ouvrir la porte. Tout en ouvrant la porte, il a dit…

- Maman, tu… Euh… Bonjour. Que puis-je faire pour vous ?

Mais à sa grande surprise, ce n’était pas sa mère. C’était un pokopen adulte au teint pâle, au cheveux blancs et portant une blouse de médecin ainsi qu’un foulard gris sur le front avec une croix rouge dessus.
Le pokopen a répondu à Fuyuki…

- Bonjour, monsieur. J’habite le quartier, et en passant par hasard devant votre maison, je vous ai entendu crier qu’une certaine Natsumi est malade. Je suis médecin. Si vous voulez, je peux l’examiner.
- Ben… Euh… (Je ne peux pas lui dire qu’il n’a aucune chance de sauver Natsumi.) D’accord. Vous m’accordez juste une minute ?
- Bien sûr !

Fuyuki a alors refermé la porte, puis est revenu dans la chambre de Natsumi en toute hâte. C’est là qu’il nous a dit…

- Sergent, caporal, activez votre anti-barrière !
- Pourquoi ?
- Un médecin est devant la maison ! Comme il m’a entendu crier que Natsumi est malade il veut venir l’examiner !

Keroro, puis moi avons immédiatement répondu…

- Quoi !!?
- Pourquoi avez-vous accepté, Fuyuki !? Il n’a aucune chance de sauvé Natsumi avec la médecine pokopen !
- Comment voulez-vous que je lui dise ça !? Activez votre anti-barrière !
- D’accord.

Tout de suite après que Keroro et moi ayons réglé notre anti-barrière pour qu’aucun pokopen ne puisse nous voir, Fuyuki est retourné voir le médecin, puis lui a dit…

- Voilà ! Je vous en prie, entrez !
- Merci.
- Je vais vous emmener jusqu’à la chambre de ma grande sœur.

Fuyuki a alors conduit le médecin jusqu’à Natsumi. Lorsqu’ils sont entrés dans la chambre, Fuyuki a dit au médecin…

- La voilà !
- Alors, voyons voir ça.

Le docteur s’est alors assis aux côtés de Natsumi. Il a ensuite posé le doigt sur son front, puis a dit…

- 40,7 degré. C’est très mauvais.

J’ai été très surpris…

- (Ce pokopen a réussi à déterminer la fièvre de Natsumi rien qu’en posant le doigt sur son front !? Mais qui est donc ce médecin !?)

Quelques secondes plus tard, alors que le docteur examinait Natsumi, à ma grande surprise, ce dernier a dit…

- Oui, je vois ce qu’elle a.
- (Quoi !? Mais c’est un pokopen ! Comment peut-il…)

Le docteur s’est ensuite tourné vers Fuyuki, puis lui a demandé…

- Excusez-moi, monsieur…
- Fuyuki !
- Monsieur Fuyuki ! Pourriez-vous aller me chercher un verre et une bouteille d’eau, s’il vous plait ?
- Tout de suite !

Après que Fuyuki soit sorti de la chambre, quelque chose qui me trottait dans la tête…

- (Hmm…)

Je suis soudainement sorti de mes pensées lorsque Keroro m’a demandé…

- Caporal, vous m’écoutez !?
- Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ?
- Je vous ai demandez si vous pensez que ce pokopen puisse sauver mademoiselle Natsumi ?
- Je… Je ne sais pas.
- Quelque chose ne va pas, caporal ?
- Si, si, ça va !

Bien que je ne l’ai pas dit à Keroro, il y avait en effet quelque chose qui me trottait dans la tête…

- (C’est étrange… La voix de ce médecin m’est familière.)

Quelques secondes plus tard, Fuyuki est revenu dans la chambre avec un verre et une bouteille d’eau, puis a dit au docteur…

- Voilà ! Je vous ai ramené ce que vous m’avez demandé !
- Merci.

Le médecin a d’abord sorti des herbes de son sac. Il les a pressé entre elles pour en faire une poudre, il a mis la poudre dans le verre, a remplis le verre d’eau, puis a mélangé le tout.
Le médecin a ensuite donné des petites tapes sur la joue de Natsumi pour la réveiller…

- Mademoiselle Natsumi… Mademoiselle Natsumi ! Réveillez-vous !

Natsumi s’est réveillée à bout de force, puis a demandé d’une faible voix…

- Hein ?
- Bonjour, mademoiselle. Je suis médecin. Je vous ai préparé un médicament.

Le docteur a délicatement levé la tête de Natsumi, lui a donné le verre, puis lui a dit…

- Tenez, buvez doucement. Et surtout, ne le recrachez pas !
- D’accord.

Natsumi a alors bu le médicament. Tout de suite après qu’elle ait fini le verre, elle était totalement écœurée…

- Beurk ! C’est dégueulasse !

Le docteur a alors demandé à Natsumi…

- Comment vous sentez-vous, mademoiselle ?
- Vous croyez vraiment qu’un médicament va agir en…

Natsumi s’est soudainement arrêtée de parler. Elle a ensuite posé sa main sur son front, puis a dit d’un air surpris…

- Mais… ça commence déjà à aller mieux. Ma fièvre diminue. Je me sens beaucoup mieux, en fait !
- !!!

Je n’en revenais pas. La fièvre de Natsumi avait chuté en à peine quelques secondes. Fuyuki a alors demandé au docteur…

- C’est incroyable ! Comment avez-vous fait ça, docteur ?
- Je lui ai fait un remède de ma fabrication. C’est radical.

Fuyuki a alors serré le docteur dans ses bras tout en hurlant de joie…

- Merci ! Merci infiniment, docteur ! Vous avez sauvé ma grande sœur !

Tout en rougissant et en se grattant l’arrière de la tête, le docteur a répondu avec un immense sourire…

- Mais je vous en prie ! Hé-hé !
- !!!

Lorsque j’ai vu le docteur rougir et se gratter l’arrière de la tête en souriant, ça m’a fait un choc…

- (Mais… ce rougissement… cette façon de se gratter l’arrière de la tête… C’est pas possible ! Ça ne peut pas être lui !)

Fuyuki a alors demandé au docteur…

- Comment pourrais-je vous remercier ?
- Il y a bien quelque chose que vous pourriez faire !
- Dites-moi !
- Vous pourriez dire à vos amis kerons qu’ils peuvent arrêter de se cacher ?
- !!!/!!!/ !!!/!!!

A cause du choc provoqué par ce que le docteur venait de dire, le silence a régné dans toute la pièce durant plusieurs secondes. Fuyuki a ensuite demandé au docteur…

- Que… Qu’est-ce que vous venez de dire ?
- Keroro ! Giroro ! Je vous vois, vous savez !

C’est là que j’ai compris ! Il n’y avait plus aucun doute…

- (Maintenant j’en suis sûr ! Ça peut qu’être que lui !)  

J’ai alors désactivé mon anti-barrière. Keroro a immédiatement hurlé…

- Caporal ! Que faites-vous !?

Puis j’ai demandé au médecin…

- C’est toi, Tonyny !?

Le médecin a alors repris sa forme d’origine. Celle d’un keron de couleur blanc, portant une blouse blanche, un chapeau gris avec pour emblème une croix rouge, ainsi qu’un pendentif autour du cou sur lequel est accroché un petit keron en peluche.
Il a alors dit avec un immense sourire et tout en faisant salut de la main…

- Salut les amis ! Ça faisait longtemps !
- Tonyny…

J’ai immédiatement serré Tonyny dans mes bras, puis je lui ai dit…

- Tonyny… Je pensais ne plus jamais te revoir. Je suis tellement heureux de te savoir en vie.
- Hé-hé ! C’est gentil ! Toi aussi tu m’as beaucoup manqué, Giroro !

Alors que Keroro était bouche bée, Fuyuki lui a discrètement demandé…

- Sergent… Vous connaissez ce keron ?
- Oui… C’est un ami de très longue date. Je vous raconterais bien… mais avant…

Keroro s’est soudainement mis à courir vers Tonyny et moi tout en hurlant…

- Tonyny !!!
- Keroro ! Viens dans mes bras !

Keroro est également venu faire un câlin à Tonyny. Nous étions tellement heureux de le revoir.

*Tonyny réapparait devant Giroro narrateur*

- C’est bon, Giroro ! Je reprends le relais ! Merci de m’avoir remplacé !
- Je t’en prie. A la prochaine, soldat !
- A la prochaine, Giroro !

*Giroro s’en va*

Je vous demande pardon de m’être m’éclipser. Ce sera à nouveau moi qui vous raconterai les chapitres suivants.

_________________


Dernière édition par Tonyny le Ven 28 Oct - 22:14, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mer 14 Oct - 19:05

Tonyny a écrit:
- Keroro ! Viens dans mes bras !



Confusion passé, c'est un super passé! T'as réussi à imbriqué Tonyny sans que ça paraisse sortie de nul part! C'est génial! Continue!

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3022
Age : 27
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mer 14 Oct - 19:12

Non Giroro! Reviens!!! *tend la main vers la silhouette lointaine de Giroro qui s'en va*

Sinon, c'est cool le principe d'incruster Tonyny directement dans les chapitres existant! Ca fait vraiment réalité alternative! x )

ps: Il y a trop de câlins dans cette fiction!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Tonyny
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 473
Age : 24
Localisation : La Terre. "Pokopen" pour les kerons.
Date d'inscription : 19/09/2015

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mer 14 Oct - 19:40

Alors...
Mukurochan a écrit:
Confusion passé, c'est un super passé! T'as réussi à imbriqué Tonyny sans que ça paraisse sortie de nul part! C'est génial! Continue!

Hé-hé! Merci beaucoup Mukurochan! keroro joyeux

Chisa-chan a écrit:
Sinon, c'est cool le principe d'incruster Tonyny directement dans les chapitres existant! Ca fait vraiment réalité alternative! x )

Merci beaucoup Chisa-chan! Je craignais justement que ça ne plaise pas!

Enfin bref, un grand merci à vous deux! Vos commentaires me font toujours autant plaisir!  Keroro exisé

Un dernier truc :
Chisa-chan a écrit:
ps: Il y a trop de câlins dans cette fiction!!

Si seulement tu savais ce que réserve les chapitres suivants...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Tonyny
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 473
Age : 24
Localisation : La Terre. "Pokopen" pour les kerons.
Date d'inscription : 19/09/2015

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Ven 16 Oct - 14:43

Chapitre 18 : Rencontre avec l’unité Keroro

J’étais tellement heureux de revoir mes vieux amis kerons. La dernière fois que je les avais vus, ils avaient encore la face blanche et leur queue de têtard.
Le soir venu, alors que j’étais à la maison en train de faire mes exercices physiques, j’ai entendu Aurélien rentré du travail…

- C’est moi ! J’suis rentré !

Lorsqu’il est entré dans le salon, je l’ai salué…

- Bonsoir, Aurélien !
- Salut, Tonyny ! T’as passé une bonne journée ?
- Un peu spécial.
- Comment ça ?
- J’ai revu des vieux amis.
- !?

J’ai bien évidemment raconté à Aurélien mes retrouvailles avec Keroro et Giroro.
Le lendemain matin, je suis retourné chez les Hinata pour voir mes amis kerons. Lorsque j’ai sonné à la porte, c’est une très jolie dame qui m’a ouvert. Je lui ai donc dit bonjour…

- Bonjour, madame !
- Bonjour ! Tu dois être Tonyny ! Entre, je t’en prie !
- Merci !

Tout de suite après être entré dans la maison, la dame s’est présentée à moi…

- Je ne me suis pas encore présentée ! Je m’appelle Aki Hinata ! Je suis la maman de Fuyuki et de Natsumi que tu as déjà eu l’occasion de rencontrer ! D’ailleurs, je tenais à te remercier d’avoir sauvé ma fille !

Comme toujours, tout en rougissant et en me grattant l’arrière de la tête, j’ai répondu avec un immense sourire…

- Mais je vous en prie ! Hé-hé !
- Je suppose que tu es venu rendre visite à Keroro et ses amis ?
- Oui !
- Suis-moi, je vais t’emmener jusqu’à sa chambre.
- Merci beaucoup !

Aki Hinata m’a donc emmené jusqu’à la chambre de Keroro. Lorsque je suis entré, Keroro m’a immédiatement accueilli à bras ouvert…

- Tonyny ! Sois le bienvenu dans la chambre du sergent Keroro !
- Oh !? Tu es… euh, pardon… Vous êtes devenu sergent !? Toutes mes félicitations !
- Merci, Tonyny ! D’ailleurs, je vais te présenter les membres de mon unité !

J’avais en effet remarqué la présence de trois autres kerons dans la chambre de Keroro.
Le premier… que je connaissais déjà…

- Je pense que je n’ai pas besoin de te présenter le caporal Giroro !
- Non, en effet ! Salut, Giroro !
- Salut, Tonyny !

Le second était de couleur jaune. Il portait des écouteurs sur les oreilles, un chapeau orange, ainsi que des lunettes en spirale. Il avait pour emblème, son chapeau et sur son ventre, une spirale de couleur rouge orangé.

- Voici, l’adjudant Kururu !

Je lui ai alors tendu la main pour lui serrer la sienne…

- Enchanté !
- Khi ! Khi ! Khi !
- ?

Mais il s’est contenté de rigoler de manière étrange et ne m’a pas serré la main.
Le dernier était de couleur noir, avait encore la face blanche ainsi que sa queue de têtard indiquant son jeune âge. Il avait des yeux noirs scintillants, portait un chapeau jaune, et l’emblème qui s’y trouvait ainsi que sur son ventre avec était la marque Wakaba*.

(*Marque Wakaba : Autocollant japonais que l’on colle aux voitures pour désigner les jeunes conducteurs.)

- Et voici le soldat de deuxième classe, Tamama !

Tamama m’a immédiatement tendu la main, puis m’a dit avec un immense sourire…

- Ravie de vous rencontrer, docteur Tonyny !

Mais au moment où je lui ai serré la main…

- Tout le plaisir est pour… moi…

Tamama m’a regardé bizarrement. J’ai soudainement entendu Keroro hurler…

- Attention, Tonyny !!!

Sans que je le voie venir, Keroro m’a brutalement plaqué au sol. Je lui ai donc demandé…

- Mais qu’est-ce qui vous prend, sergent !?

Keroro m’a alors répondu à voix toute basse…

- Désolé, Tonyny. Mais le soldat Tamama souffre d’un dédoublement de personnalité. Il est impossible de savoir quand il va s’énerver, mais quand ça arrive, il devient totalement incontrôlable.

Tout en étant au sol, j’ai tourné la tête en direction de Tamama. Il nous regardait l’air de dire « Qu’est-ce qui se passe ? ». J’ai donc répondu à Keroro, également à voix basse…

- Mais il n’a pas l’air énervé, là.

Keroro a regardé à son tour Tamama, puis a dit…

- Tiens, c’est vrai. Vu comme il t’a regardé, je pensais qu’il allait s’énerver.

Keroro s’est soudainement relevé, puis a dit d’une voix héroïque…

- Désolé de t’avoir poussé, Tonyny ! Mais un terrible moustique était sur le point de te piquer !

Je n’ai pu m’empêcher de penser…

- (Tu crois vraiment qu’il va gober ça, Keroro !?)

Mais à ma grande surprise, Tamama a répondu…

- Waouh ! Vous êtes trop fort, sergent ! Je n’ai pas vu le moindre moustique !
- (J’en reviens pas… il y a cru.)

Je me suis ensuite relevé, j’ai essuyé ma blouse, je me suis approché de Tamama tout en disant…

- Maintenant que ce « terrible moustique » est parti, je peux reprendre là où j’en étais…

Puis je lui ai à nouveau serré la main tout en disant…

- Tout le plaisir est pour moi, Tamama !
- …

Mais cette fois-ci encore, Tamama m’a regardé bizarrement. Je lui ai donc demandé…

- Quelque chose ne va pas, Tamama ?
- On… On ne se serait pas déjà vu quelque part ?
- Euh… Non, je ne crois pas.
- J’ai dû me tromper…

Puis il a terminé sa phrase avec un immense sourire…

- Excusez-moi !
- Il n’y a pas de mal !

Keroro a immédiatement repris…

- Bien ! Maintenant que les présentations sont faites, j’ai une question à te poser, Tonyny : Qu’est-ce que tu fais sur Pokopen ?
- Hé-hé ! Je vais vous expliquer.

J’ai alors raconté à Keroro et à son unité comment je suis arrivé sur Terre. Après leur avoir tout raconté…

- Et voilà toute l’histoire !
- Je vois. Une dernière question, Tonyny : Comment tu fais pour te transformer en pokopen ?
- Hé-hé ! Désolé, c’est un secret. Je ne peux rien vous dire.

J’ai alors regardé l’heure, puis j’ai constaté…

- Mince ! J’ai parlé trop longtemps ! Veuillez m’excuser, mais il est bientôt midi. Je dois rentrer, maintenant. Mais avant, je tiens à vous donner ceci.

J’ai alors donné à chaque membre de l’unité Keroro, un petit ticket avec mon numéro écrit dessus. Puis je leur ai dit…

- Je vous donne à chacun mon numéro. Si l’un d’entre vous se blesse ou tombe malade, n’hésitez surtout pas à m’appeler. Je viendrai aussitôt vous soigner !

Alors que je me dirigeais vers la sortie tout en disant au revoir…

- A la prochaine, tout le monde !

Giroro m’a soudainement interrompu…

- Mais, Tonyny… Tu n’as pas à nous soigner. Tu n’es plus un soldat.
- Et alors !? Je n’en reste pas moins un médecin !

Les semaines suivantes, j’allais passer beaucoup de temps avec l’unité Keroro. Parfois pour les soigner, et parfois juste pour passer du temps avec eux.
Par la suite, j’ai rencontré un par un les amis humains de l’unité Keroro.
A commencer par Momoka Nishizawa, l’amie de Tamama. Une jeune collégienne et seule héritière de la richissime famille Nishizawa. Sa famille contrôle 51% de l’économie mondiale. Il parait même que leurs activités s’entendent au-delà de la Terre.
Puis, lorsque j’ai rencontré l’ami de Kururu, je me suis tout de suite rendu compte… que je le connaissais déjà…

- M… Mutsumi !?
- On se connait ?
- Oui ! Tu es ami avec Aurélien, non ?
- C’est exact !
- C’est mon frère ! On vit sous le même toit, lui et moi !
- Ah ! Et bien… Je suis ravie de te rencontrer… officiellement !
- Moi aussi !

Keroro m’a également présenté Angol Mois. C’est une amie à lui qui vie également sous le toit des Hinata. Elle ressemble beaucoup à une humaine, mais c’est en fait le seigneur de la terreur. Pour faire simple, elle peut détruire une planète entière en seulement quelques secondes. Mais malgré ce pouvoir dévastateur qu’elle possède…

- Ravie de vous rencontrer, mademoiselle Mois !
- Tout le plaisir est pour moi, docteur Tonyny ! En fait, je suis trop contente de vous rencontrer, quoi !
- Hé-hé ! Merci !

Elle est très gentille.
Un jour, je m’étais rendu chez les Hinata pour passer la journée avec Keroro et ses amis. Le soir venu, alors que j’étais sur le point de repartir, Aki Hinata est venue me voir…

- Tonyny !
- Oui ?
- Tiens ! J’aimerais que tu prennes ça.

Aki Hinata a placé une clé dans mes mains. Je lui ai donc demandé…

- Qu’est-ce que c’est ?
- C’est un double des clefs de cette maison.
- Ah oui ? Pourquoi me la donnez-vous ?
- Tonyny, sache que tu es le bienvenu ici ! Tu peux venir quand bon te semble !
- Euh… Eh bien… Merci beaucoup, madame Hinata !

Je pouvais donc entrer chez les Hinata à ma guise.
Enfin bref, je vous raconterais bien toutes les aventures que j’ai vécues en compagnie de l’unité Keroro, mais ce serait bien trop long. Je vous les raconterai une fois mon histoire terminée, si le cœur vous en dit. Lors du prochain chapitre, nous continuerons avec l’essentiel.

_________________


Dernière édition par Tonyny le Ven 30 Sep - 0:20, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3022
Age : 27
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Dim 18 Oct - 13:56

Il aurait déjà rencontré Tamama? Hmmmmm.....
Enfin, j'attend toujours autant le suite!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Tonyny
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 473
Age : 24
Localisation : La Terre. "Pokopen" pour les kerons.
Date d'inscription : 19/09/2015

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Lun 19 Oct - 15:08

Chapitre 19 : La folie de Tamama

Ce chapitre se déroule en même temps que le chapitre 47 de Sergent Keroro. (Tome 6)
Ce jour-là, suite à un message de la direction des ressources humaines de Keron, Tamama allait dorénavant prendre le commandement de l’unité à la place de Keroro.
Le lendemain matin, Tamama fit une entrée fracassante dans la chambre de Keroro, vêtu d’un uniforme de commandant. Il transforma la chambre de Keroro en son nouveau QG et commença immédiatement à faire sa loi tel un dictateur.
Quelques minutes plus tard, pour avoir osé lui désobéir, Tamama enferma à tour de rôle : Keroro, Angol Mois, Giroro, Fuyuki, Natsumi, et pour finir, Kururu. C’est au moment où il enferma ce dernier en activant une trappe sous ses pieds…

- Tamama !?
- ?

Que je suis entré dans la pièce, surpris par ce que Tamama venait de faire. L’instant d’après, lorsqu’il a remarqué ma présence, Tamama m’a tout de suite accueillit avec un grand sourire…

- Tiens ! Tonyny ! Quelle bonne surprise ! Qu’est-ce que tu fais là ?
- Bah… j’étais venu pour vous rendre visite. Et là… je te découvre dans cet accoutrement… et tu fais tomber Kururu par une trappe. Je crois que j’ai loupé le début du chapitre, là !
- En effet ! Félicite-moi ! Je suis le nouveau chef de l’unité !
- Et… c’est pour cette raison que tu as fait tomber Kururu par une trappe ?
- Nan ! J’ai dû enfermer tous ces imbéciles parce qu’ils ont osés me désobéir !
- !!!
- Enfin bref ! Tonyny, je…

J’ai alors interrompu Tamama en lui demandant…

- Une minute, attend une minute ! Tu veux dire… que tu as enfermé toute l’unité !?
- Exact ! Ainsi que deux ou trois autres gêneurs. Enfin bref, passons ! J’aurais besoin d’un médecin comme toi au cas où ces idiots viendraient à nouveau se rebeller contre moi ! Tu seras hautement récompensé pour cela, bien sûr !
- Mais qu’est-ce qui t’arrive, Tamama !? Je vais aller les libérer !

Mais alors que j’allais sortir de la chambre de Keroro pour aller libérer les prisonniers, Tamama m’a interrompu…

- Tonyny ! Si tu acceptes mon offre, je te nommerai caporal-chef !

Tout en étant dos à Tamama, je lui ai répondu d’une voix très grave…

- Laisse tomber, Tamama…

Puis j’ai terminé ma phrase tout en tournant la tête vers Tamama et en lui lançant un sombre regard…

- Je ne travaille pas pour les dictateurs comme toi !

Tout de suite après m’être retourné, j’ai entendu Tamama hurler…

- Grrr ! Tu l’auras voulu !!!

Tamama a appuyé sur un interrupteur qui a fait ouvrir une trappe juste sous mes pieds. Au moment où j’ai commencé à tomber, la peluche d’Oréré s’est détachée de mon pendentif. J’ai essayé de le rattraper…

- Nan ! Oréré !!!

Mais la trappe s’étant refermé peu de temps après que j’ai commencé à tomber, Oréré est resté dans la chambre de Keroro.
Je suis finalement tombé dans la même cellule que tous les autres prisonniers. Alors qu’ils étaient en train de jouer aux cartes, lorsqu’ils m’ont vu tomber dans la cellule, Giroro m’a demandé…

- Tonyny !? Qu’est-ce que tu fais là ? Toi aussi tu t’es fait emprisonner par Tamama ?
- (Oréré ! Il est resté en haut avec Tamama !)

J’ai immédiatement levé la tête, puis j’ai crié à Tamama…

- Tamama ! Je sais que tu m’entends ! Ecoute, la peluche d’Oréré est restée là-haut, avec toi ! Tu peux me le rendre, s’il te plait ?
- …

Mais il ne m’a pas répondu. Je lui alors demandé gentiment…

- Tamama, je t’en supplie, rends-le-moi.
- …

Mais il ne m’a toujours pas répondu. J’ai alors hurlé de rage…

- Tamama !!! J’vais t’tuer !!! Rends-le-moi !!!

Alors que je hurlais de toutes mes forces après Tamama, Giroro m’a saisi par la taille pour essayer de me calmer…

- Calme-toi, Tonyny !

J’ai alors commencé à me débattre en hurlant…

- Lâche-moi, Giroro !!! J’vais l’corriger !!!
- Tonyny ! Plus tu t’énerveras, plus ça lui fera plaisir !
- Il n’a pas l’droit de faire ça !

J’ai soudainement arrêté de me débattre… puis j’ai commencé à pleurer…

- *Snif* Il n’a pas le droit.

Giroro m’a relâché, a posé sa main sur mon épaule, puis m’a dit d’une voix réconfortante…

- Je suis désolé, Tonyny. Viens jouer aux cartes avec nous en attendant qu’il se calme.
- D’accord.

J’ai alors rejoint le groupe à leur partie de cartes.
A peine quelques minutes plus tard, Fuyuki a découvert que le message que Keroro a reçu des ressources humaines contenait en fait une double protection : En réalité, le commandement ne revenait pas à Tamama.
L’instant d’après, nous avons entendus Tamama frapper à la porte en hurlant…

- Ouvrez-moi ! Laissez entrer votre ami !!

Même s’il ignorait ce que nous venions d’apprendre, il regrettait ce qu’il avait fait. Mais nous avons continués aux cartes en l’ignorant. Comme nous refusions de lui ouvrir la porte, Tamama a dit…

- Docteur Tonyny, je vous ai ramenez votre peluche !

J’ai alors ouvert la porte, je lui ai pris Oréré des mains, puis je lui ai claqué la porte au nez. Tout de suite après avoir refermé la porte…

- (Oréré !)

J’ai serré Oréré très fort contre moi tout en pleurant de joie…

- (Je suis désolé ! J’aurais dû faire plus attention ! *Snif* Je suis tellement heureux de te retrouver !)

J’ai alors rattaché Oréré à mon pendentif, puis j’ai demandé à Keroro et aux autres avec un immense sourire…

- Alors ? On continue de jouer ?

Tout le monde m’a répondu en même temps…

- Ouais !!!

Tamama continuait de hurler…

- Les amis ! Je suis désolé !!

Mais nous avons continué à jouer aux cartes.
On peut dire, en voyant ce chapitre, que Tamama et moi étions bien mal partis pour devenir ami.

_________________


Dernière édition par Tonyny le Ven 30 Sep - 0:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Lun 19 Oct - 16:49

Quelle infamie!! Mon précédent message n'a pas était posté!! (scrogneugneu de réseau FreeWifi cracké de gigot d'agneau)

Tout ça pour dire que :
Le précédent : cro mignon!
Le dernier : super fusion, j'adore!

C'est quand même bizarre cette histoire avec Tamama... *mode Sherlock activé*

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Tonyny
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 473
Age : 24
Localisation : La Terre. "Pokopen" pour les kerons.
Date d'inscription : 19/09/2015

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Lun 19 Oct - 16:53

Hé-hé!
T'inquiète, c'est pas grave pour ton message non posté.
Du coup, merci beaucoup pour ton commentaire du chapitre 18 et celui du 19!
Ça me fait toujours autant plaisir! keroro joyeux

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Tonyny
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 473
Age : 24
Localisation : La Terre. "Pokopen" pour les kerons.
Date d'inscription : 19/09/2015

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mar 20 Oct - 23:09

Chapitre 20 : Où es-tu, Tamama ?

Ce chapitre se déroule quelques jours après le chapitre 54 de Sergent Keroro. (Tome 7)
Ce soir-là, alors que l’hiver approchait, j’ai dû me rendre en urgence chez les Hinata car Natsumi s’était un peu trop défoulée sur Keroro.
Tout de suite après avoir recouvert le bras du sergent avec des bandages, je lui ai dit…

- Voilà, sergent ! Evitez de trop bouger le bras pendant quelques temps et ça ira mieux.
- D’accord. Merci, Tonyny.

Comme toujours, tout en rougissant et en me grattant l’arrière de la tête, j’ai répondu avec un immense sourire…

- Mais je vous en prie ! Hé-hé !

Après avoir rangé mes ustensiles dans mon sac, j’ai dit à Keroro…

- Bon, je vais y aller. A bientôt, sergent !
- A la prochaine, Tonyny !

En sortant de la chambre de Keroro, j’ai croisé Tamama dans le couloir. Il m’a alors salué avec un immense sourire…

- Bonsoir, docteur Tonyny !
- …

Mais j’ai continué mon chemin en l’ignorant. Je lui en voulais toujours pour ce qu’il avait fait dans le chapitre précédent.
Au moment où je suis sorti de la maison des Hinata…

- Brrr ! Tu sens ce froid, Oréré ? On voit que l’hiver approche ! Dépêchons-nous de rentrer nous mettre au chaud !

Alors que je marchais jusqu’à la maison, j’ai soudainement entendu hurler, derrière moi…

- Docteur Tonyny ! Docteur Tonyny !
- ?

Lorsque je me suis retourné, Tamama était en train de courir dans ma direction. Puis il s’est arrêté juste devant moi. Je lui ai alors demandé…

- Tamama…? Qu’est-ce que tu veux !?
- Docteur Tonyny…

Tamama s’est alors courbé devant moi comme signe de pardon, puis m’a dit…

- Je vous demande pardon pour ce que j’ai fait l’autre fois ! J’ai laissé l’adrénaline m’emporter et…
- Justement ! Quand on devient soldat, il faut savoir garder la tête froide ! Et ce, en toute circonstance !

Tamama s’est soudainement redressé, puis a rétorqué d’une voix colérique…

- Bah dis-donc, vous pouvez parler, vous ! Vous avez été banni de Keron parce que vous…

Avant même qu’il n’ait eu le temps de finir sa phrase, à la grande frayeur de Tamama…

- !!!

Je me suis précipité jusqu’à lui, puis j’ai placé mon scalpel juste au niveau de son cou. Je lui ai ensuite dit d’une voix très grave…

- Comment oses-tu faire une telle comparaison !? Si j’ai fait ce que j’ai fait, c’était dans le seul et unique but de sauver une vie ! Alors que toi, tu n’as rien fait d’autre que de faire du mal à tes amis !

J’ai ensuite retiré mon scalpel du cou de Tamama, puis j’ai repris…

- Tu sais, Tamama… Kururu et toi êtes les seuls membres de l’unité Keroro que je n’ai pas connu lorsque je vivais encore sur Keron. Malgré cela, je trouvais que tu étais quelqu’un de bien. Mais je m’étais trompé…

J’ai alors terminé ma phrase d’une voix très grave en en lançant le plus sombre des regards à Tamama…

- Tu n’es qu’un sale gosse capricieux qui a été trop gâté par ses parents !!!
- …

Puis je suis reparti, sans dire un mot.
Lorsque je suis rentré à la maison, comme à mon habitude, j’ai dit d’une forte voix pour signaler ma présence…

- C’est moi ! Je suis rentré !

Lorsque je suis allé dans la cuisine, Aurélien m’a salué à son tour…

- Salut, Tonyny ! Tu arrives pile à temps, le diner est prêt !
- Génial !

Aurélien et moi nous nous sommes assis à table, puis nous avons commencé à manger.
Mais à peine quelques secondes plus tard, je me suis arrêté de manger. Quelque chose me trottait dans la tête…

- (Je… Je n’aurais peut-être pas dû…)

C’est alors qu’Aurélien m’a interrompu dans mes pensées…

- Tonyny ?
- Hein ?
- Ça va pas ?
- Si, si, ça va ! C’est juste que… je n’aie plus très faim.
- Déjà !? Mais c’est ton plat préféré ! Je l’ai raté, c’est ça ?
- Non, non, non ! Ton hamburger est vraiment très bon, je t’assure ! Mais… je ne me sens pas très bien ce soir. Désolé.
- Non, non, ne t’excuse pas, c’est pas grave ! Tu sais quoi, je vais mettre ton hamburger au frigo ! Tu n’auras qu’à le manger demain !
- D’accord. Je vais me coucher.

Je me suis levé de ma chaise, j’ai souhaité une bonne nuit à Aurélien…

- Bonne nuit, Aurélien.
- Bonne nuit, Tonyny. (Il n’a pas l’air en forme.)

Puis je suis allé me coucher. Mais je n’arrivais pas à trouver le sommeil. Je n’arrêtais pas de penser à ce que j’avais dit à Tamama…

- (J’y suis peut-être allé un peu fort avec Tamama. C’est vrai, après tout… il est encore jeune. *Soupir* J’irai le voir demain matin pour m’excuser.) Bonne nuit, Oréré.

Le lendemain matin, alors que la température ne dépassait pas les cinq degrés, je me suis rendu à la résidence Nishizawa pour m’excuser auprès de Tamama.
Une fois arrivé, j’ai sonné à la porte…

*Ding-dong*

Paul, le majordome de la famille Nishizawa, a ouvert la porte, puis m’a salué…

- Bonjour, docteur Tonyny.
- Bonjour, Paul. Excusez-moi de vous déranger, est-ce que Tamama est là, par hasard ?
- Non. Monsieur Tamama est parti tôt ce matin.
- Oh ! Euh… Vous savez peut-être où il est allé ?
- Monsieur Tamama a parlé d’une réunion avec les membres de l’unité. Elle doit être très importante : monsieur Tamama n’a même pas pris le temps de prendre son petit déjeuné.
- Ah… D’accord. Bah… Merci beaucoup ! Je vous souhaite une très bonne journée, Paul !
- Une très bonne journée à vous aussi, docteur Tonyny.

Après m’être éloigné de la porte, je n’ai pu m’empêcher de penser…

- (Tamama n’a pas pris son petit déjeuné…? C’est bizarre, lui qui d’habitude mange tellement. Bon, je vais aller voir chez les Hinata !)

Une fois arrivé chez les Hinata, j’ai sonné à la porte…

*Ding-dong*

Angol Mois m’a ouvert, puis m’a salué avec un immense sourire…

- Tiens ! Bonjour, docteur Tonyny ! Quelle surprise !
- Bonjour, mademoiselle Mois ! Est-ce que le sergent est là ?
- Oui ! Il est dans le salon, en train de faire le ménage !
- (Il fait le ménage…? Cela voudrait dire que la réunion est déjà terminée ?) Est-ce que je peux le voir ?
- Bien sûr ! Entrez, je vous en prie !
- Merci !

Après être entré, je suis allé dans le salon où Keroro était en train de faire le ménage malgré sa blessure au bras. Dès l’instant où il m’a aperçu, il m’a salué avec un immense sourire…

- Tiens ! Salut, Tonyny !
- Bonjour, sergent ! Votre bras va mieux ?
- Oui, ça va, merci ! Alors, quel bon vent t’amène ?
- Je suis venu voir Tamama ! On m’a dit que je pourrai le trouver ici !
- Euh… on a dû mal te renseigner… Tamama n’est pas là.
- Quoi !? Mais j’étais chez lui il y a quelques minutes ! Paul m’a dit qu’il est partit tôt ce matin parce qu’il avait une réunion avec vous et le reste de l’unité !
- Une réunion…? Mais je n’ai pas fait de réunion ce matin.
- Mais alors… où est Tamama ?
- …

Le silence a alors régné dans la pièce durant plusieurs secondes. Puis j’ai compris…

- (Oh non.) Je dois vous laisser, sergent !

Alors que je m’apprêtais à repartir, Keroro m’a interrompu…

- Attend, Tonyny ! Je vais prévenir le reste de l’unité pour qu’ils le retrouvent !
- Non, sergent ! C’est à moi et à moi seul de le retrouver !
- Quoi !? Mais…

Je suis sorti de la maison avant même que Keroro n’ait eu le temps de finir sa phrase. Puis j’ai pensé…

- (Je suis sûr que c’est à cause de ce que je lui ai dit hier soir que Tamama s’est tiré ! Il faut que je le retrouve !)

Je me suis alors mis à arpenter toutes les rues de la ville pour retrouver Tamama.
Les heures s’écoulaient, mais je n’arrivais toujours pas à le retrouver.
Plusieurs heures plus tard, le soleil commençait à se coucher et toujours pas de traces de Tamama. Mes recherches m’ont amené à un terrain de jeu. Complètement épuisé par les recherches, je n’ai eu d’autres choix que de m’arrêter…

- (J’en peux plus… J’ai les jambes en compote… Je n’arrive pas à le retrouver… Où es-tu, Tamama ?) Euh…

Puis j’ai soudainement entendu quelqu’un parler. Cela semblait venir d’assez loin…

- Jalousie… Jalousie… Jalousie…
- (Jalousie ! C’est ce que Tamama dit quand il s’entraine !)
- Jalousie… Jalousie… Jalousie…

La voix devenait de plus en plus forte…

- (Ça se rapproche ! Il est tout près !)
- Jalousie… Jalousie… Jalousie…

Puis en tournant la tête, j’ai aperçus Tamama en train de courir à moins d’une centaine de mètres de moi.

- (Là-bas ! C’est lui !)

J’ai alors couru jusqu’à lui, je me suis mis sur son chemin, puis je lui ai dit…

- Tamama ! Enfin je te retrouve !
- Poussez-vous ! Je dois continuer de m’entrainer !

Mais Tamama a repris sa course. J’ai alors remarqué qu’il avait le visage tout rouge…

- (Il transpire. Il a l’air épuisé.)

Je me suis donc à nouveau mis sur son chemin, puis je lui ai demandé…

- Tamama, depuis combien de temps tu t’entraines ?
- Ça ne vous regarde pas !

Mais alors qu’il voulait reprendre sa course, j’ai posé mes mains sur ses épaules pour l’arrêter, puis je lui ai dit…

- Tamama, arrête !

Tamama a commencé à se débattre pour que je le relâche tout en hurlant…

- Lâchez-moi ! Je ne dois pas m’arrêter !
- Tamama ! Tu as l’air épuisé ! Si tu forces trop, tu vas t’effondrer ! D’autant qu’avec ce froid, tu risques aussi de tomber malade !
- Je m’en fiche !

Comme il voulait reprendre sa course, j’ai hurlé à Tamama…

- Tamama, ça suffit !!!

Puis il m’a répondu, également en hurlant…

- Pourquoi est-ce que vous vous occupez de moi, hein !!? De toute façon à vos yeux je ne suis qu’un sale gosse capricieux qui a été trop gâté par ces parents !!!
- Tamama…
- Comment avez-vous pu dire ça, alors que vous ne savez absolument rien de moi !!!
- …

Tamama a baissé la tête tristement, puis a dit d’une faible voix…

- Vous ne savez pas… ce que j’ai traversé.
- Tamama… Tu…
- Je… Je n’ai jamais connu mon père…
- !
- Il m’a abandonné avant même que je ne vienne au monde. A cause de ça, maman travaillait énormément pour que je ne manque de rien. J’étais très souvent seul.
- (Qu’est-ce qui m’a pris de lui dire tout ça !?)
- *Snif*

Tout en commençant à pleurer, Tamama a brusquement relevé la tête vers moi, puis m’a dit en hurlant…

- Alors n’allez pas dire que j’ai été gâté par mes parents !!! *Snif* J’ai souffert de la solitude !

Alors que Tamama baissait à nouveau la tête, je me suis reculé de quelques pas, j’ai commencé par lui dire…

- Tamama…

Je me suis ensuite prosterné devant lui, puis je lui ai dit…

- Je suis vraiment désolé ! Je suis désolé de t’avoir dit toutes ces choses horribles ! J’ai laissé la colère m’emporter !
- Justement ! Quand on devient soldat, il faut savoir garder la tête froide ! Et ce, en toute circonstance ! Vous l’avez dit vous-mêmes !
- Je sais ! C’est aussi pour ça que je te demande pardon ! Je n’avais pas de leçon à te donner ! Je t’en supplie, Tamama… Pardonne-moi.
- …

Tamama est resté silencieux durant plusieurs secondes, puis a finalement dit…

- Docteur Tonyny… relevez-vous, s’il vous plait.

Je me suis donc relevé, puis Tamama a repris…

- Je vous demande pardon aussi… pour ne pas vous avoir rendu votre pendentif, l’autre fois. Vous avez l’air de beaucoup y tenir.
- C’est vrai.
- D’ailleurs, j’aimerais beaucoup savoir pourquoi vous y tenez tellement, si ça ne vous dérange pas.
- Bien sûr ! Assis toi, je vais t’expliquer.

Tamama et moi, nous nous sommes assis sur un banc, puis je lui ai expliqué toute l’histoire de ce pendentif et ce qu’il représente.
Une fois l’histoire terminée…

- Et voilà toute l’histoire !
- D’accord ! Je comprends mieux maintenant. Du coup, je vous demande encore pardon pour ce que j’ai fait.

Tout en esquissant un immense sourire, j’ai répondu à Tamama…

- Je te pardonne ! Et moi… je m’excuse encore une fois pour avoir osé te dire de telles horreurs.
- C’est déjà oublié !
- Merci, Tamama. Tu sais… j’aimerais beaucoup qu’on devienne ami, toi et moi.
- Moi aussi !
- C’est vrai ? Dans ce cas…

J’ai alors sortit deux barres chocolatées de ma poche, puis j’ai dit avec un immense sourire…

- Il faut sceller notre amitié en mangeant une barre chocolatée !
- Youpi !!!

Tout de suite après que nous ayons finis notre barre chocolatée, Tamama m’a remercié…

- Merci, docteur Tonyny ! Elle était très bonne !
- Mais je t’en prie !

En levant les yeux vers le ciel, j’ai constaté que la nuit commençait à tomber, j’ai donc dit à Tamama…

- Il va bientôt faire nuit. On ferait mieux de rentrer.
- Vous avez raison ! Allons-y !

Mais lorsque Tamama s’est levé du banc…

- Waaah !

Il est aussitôt tombé lourdement au sol. Je lui ai donc demandé d’une voix paniquée…

- Ça va, Tamama !?
- Ouille ! Oui, oui, ça va !
- Je te l’avais dit, tu as trop forcé sur l’entrainement !

Tamama a essayé de se relever…

- Aïe ! Je… Je n’arrive pas à me relever.

Mais il n’y arrivait pas. Je me suis alors placé juste devant lui, je lui ai dit…

- Accroche-toi, Tamama.
- Qu’est-ce que vous…

Puis je l’ai pris sur mon dos. Je lui ai ensuite demandé…

- Tu es bien installé ?
- Euh… Oui, ça va.
- Parfait ! Allez, je te ramène chez toi.

Alors que je marchais avec Tamama sur mon dos depuis quelques minutes, ce dernier m’a dit…

- Docteur Tonyny…
- Oui ?
- Désolé que vous soyez obligé de me ramener chez moi.
- T’inquiète pas. Ce n’est pas la première fois que je ramène quelqu’un chez lui sur mon dos.
- Merci, docteur Tonyny.
- Tu veux bien me rendre un service, Tamama ?
- Oui !
- Arrête de me vouvoyer et arrête de m’appeler docteur ! On est ami maintenant !
- D’accord… Tonyny.

Tamama s’est endormi contre mon dos à peine quelques secondes plus tard. J’ignorais pourquoi… mais à cet instant précis… je n’ai pu m’empêcher… d’esquisser un immense sourire en voyant Tamama dormir. Comme si… un lien très fort venait de se forger entre nous.
Puis en le regardant dormir, j’ai soudainement remarqué que…

- Et bien sûr, il faut qu’il bave sur ma blouse !

Lorsque j’ai ramené Tamama chez lui, je l’ai confié au bon soin de Paul. Puis je suis finalement rentré à la maison. J’étais mort de fatigue.
Lorsque j’ai franchis la porte, j’ai annoncé mon arrivée d’une voix épuisée…

- C’est moi… Je suis rentré.

Lorsque je suis entré dans le salon, Aurélien a tourné la tête dans ma direction, puis m’a dit…

- Salut Tonyn… Ouh là ! T’as l’air épuisé ! T’étais où ?
- Bah… Je me suis fait un nouvel ami.
- Ah… D’accord ! Je suppose que tu vas dormir ?
- Nan ! Pas tout de suite !
- ?

Je suis allé dans la cuisine, j’ai ouvert la porte du frigo, puis j’ai dit…

- Ha-ha ! A nous deux, hamburger !
- Hé-hé ! (Il a retrouvé l’appétit ! Ça fait plaisir !)

Le lendemain matin, je me suis rendu chez les Nishizawa pour m’assurer que Tamama n’était pas tombé malade. Il dormait encore lorsque je l’ai examiné.
Après l’avoir ausculté, Paul m’a demandé…

- Alors, docteur ? Comment va-t-il ?
- Ne vous inquiétez pas, Paul, il va bien. Il a juste un peu trop forcé sur l’entrainement. Un peu de repos et ça ira mieux.
- Vous m’en voyez rassuré.

Après avoir rangé mes ustensiles dans mon sac, j’ai dit avec un grand sourire…

- Bon, je vais y aller !

Alors que je me dirigeais vers la sortie, Paul m’a interrompu…

- Attendez ! Vous ne m’avez pas dit combien je vous dois !
- Laissez tomber, Paul… Je ne fais jamais payer mes amis.
- !

Tout en continuant à me diriger vers la sortie, j’ai fait au revoir de la main à Paul, puis je lui ai dit…

- Au revoir, Paul ! Passez une bonne journée !
- Une très bonne journée à vous aussi, docteur Tonyny. Nous attendrons votre prochaine visite avec impatience.
- C’est noté !

C’est ainsi que Tamama et moi, sommes devenus amis.

_________________


Dernière édition par Tonyny le Ven 30 Sep - 0:33, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mer 21 Oct - 14:47

...Bah moi j'ai pas vécu avec mon père et je le vis très bien...
C'est bon, pas la peine, je sais où est la sortie.

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Tonyny
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 473
Age : 24
Localisation : La Terre. "Pokopen" pour les kerons.
Date d'inscription : 19/09/2015

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mer 21 Oct - 15:11

Mukurochan a écrit:
...Bah moi j'ai pas vécu avec mon père et je le vis très bien...

Le pokopen derrière Tonyny :
Bah en fait, l'idée m'est venu car dans le chapitre 183 du manga, Tamama est triste d'aller à l'école à cause du moment qu'il détestait le plus à l'époque où il était écolier :
Le moment où il devait attendre qu'on vienne le chercher, une fois l'école finie.
Je trouvais donc que ça coïncidait bien.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mer 21 Oct - 15:15

Ah! C'est de là que ça vient!
Non mais ne fait pas attention : je faisais ma fille de famille monoparentale de service! Wink
*s'en va en mode "hello my baby"*

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Tonyny
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 473
Age : 24
Localisation : La Terre. "Pokopen" pour les kerons.
Date d'inscription : 19/09/2015

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mer 21 Oct - 15:22

Pas de soucis!keroro joyeux
Au moins, ton commentaire m'a permis de donner l’explication!
Merci d'ailleurs pour ton commentaire!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3022
Age : 27
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mer 21 Oct - 19:39

Oui c'est sûr, après les situations monoparentales sont vécu de manière différentes selon les personnes! x ) Et l'exemple tout bête: les enfants Hinata n'ont pas l'air malheureux de l'absence de leur père! (même si on ne sait pas exactement ce qu'il fait et depuis combien de temps il est absent...)
Mais il est vrai que ce chapitre a suscité quelques interrogations concernant la jeune enfance de Tamama!

En tout cas, super chapitre Tony! ; ) (Pauvre Keroro au début haha...)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Tonyny
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 473
Age : 24
Localisation : La Terre. "Pokopen" pour les kerons.
Date d'inscription : 19/09/2015

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mer 21 Oct - 20:19

Chapitre 21 : L’aile d’assaut

Ce chapitre se déroule deux jours après le chapitre 65. (Tome Cool
Dans ce chapitre, Keroro avait acheté une KRR-SP d’occasion. Il s’agit d’une soucoupe volante qui a l’apparence d’une moto.
Tout de suite après, Keroro parti faire un tour dessus. Mais elle tomba en panne, et le pauvre Keroro se retrouva perdu au milieu de nulle part.
C’est finalement Natsumi qui retrouva Keroro grâce à une invention de Kururu : « L’aile d’assaut ». Un appareil qui, une fois activé, fait apparaître des ailes qui permettent de voler. L’aile d’assaut est également munie d’un radar.
Deux jours plus tard, ayant eu vent de cette histoire, je suis allé voir Kururu pour qu’il me fabrique une aile d’assaut. Ça pourrait m’être très utile en cas d’urgence.
Lorsque je suis entré dans son laboratoire, il était assis sur son fauteuil, face à son ordinateur. Je lui ai donc demandé…

- Euh… Adjudant Kururu ?
- …
- J’aurais un service à vous demander.
- …

Mais il ne me répondait pas. Je me suis alors souvenu de ce que Giroro m’avait appris un jour sur Kururu : Quand on veut lui demander un service, il faut dire la phrase magique. Je lui donc dit…

- Je suis prêt à vous payer.

Kururu s’est donc tourné vers moi, puis m’a dit…

- C’est par là que tu aurais dû commencer ! Khi ! Khi ! Khi ! Je t’écoute !
- Voilà… J’ai entendu parler de votre nouvelle invention : « L’aile d’assaut ». Est-ce que vous pensez qu’il serait possible de m’en fabriquer une ? Ça pourrait m’être très utile en cas d’urgence !
- Ça te coutera 7000 yens* ! Le prix n’est pas négociable !
- Ça me va !
- Vendu ! Reviens demain avec l’argent ! L’aile d’assaut sera prête ! Khi ! Khi ! Khi !
- D’accord.

(*7000 yens = environ 50 euros)

Le lendemain, lorsque je suis retourné voir Kururu, je lui ai tendu l’argent, puis je lui ai dit…

- Voilà votre argent, adjudant Kururu.

Je lui ai donc donné les 7000 yens qu’il m’avait demandé. Il a alors vérifié le compte…

- 5000… 6000… 7000 ! Le compte est bon ! Khi ! Khi ! Khi !

Kururu a ensuite appuyé sur une télécommande qui a activé une sorte de grue. Celle-ci a posé un carton juste devant moi. Puis Kururu m’a dit…

- Voilà ton aile d’assaut avec son radar ! Le mode d’emploi est dedans.
- D’accord !

J’ai alors pris le carton. J’ai immédiatement constaté qu’il était très lourd…

- Waouh ! C’est très lourd pour un si petit appareil !
- Si tu veux, je peux te le faire livrer à domicile ! Ça ne te coutera que 500 yens de plus ! Khi ! Khi ! Khi !
- Non merci ! Ça me fera un peu d’exercice ! En tout cas, merci, adjudant Kururu ! Cet appareil me sera très utile !
- C’est moi qui remercie ton portefeuille ! Khi ! Khi ! Khi !
- (Tu l’as dit, j’ai dû utiliser toutes mes économies.) Au revoir, adjudant.
- Khi ! Khi ! Khi !

Une fois rentré à la maison, j’ai immédiatement ouvert le carton. En plus de l’aile d’assaut, il y avait autre chose dans le carton…

- (Des poids !?)

Il y avait également des poids dans le carton. Je me suis donc demandé…

- (Pourquoi est-ce qu’il y a des poids dans ce carton ?)

Je ne comprenais pas pourquoi il y avait des poids dans le carton.

- !

Puis j’ai compris…

- (L’enfoiré ! Il a placé des poids dans le carton pour essayer de me faire payer la livraison à domicile ! Giroro avait raison… Ce Kururu est vraiment un sale type !)

Mais bon, même si ça m’avait couté cher, je ne regrettais pas d’avoir acheté l’aile d’assaut. Et puis, ça m’a pas mal facilité la vie pour rendre visite à grand-père Namumu…

- Bonjour, grand-père Namumu !
- Bonjour, mon petit Tonyny ! Qu’est-ce que tu as sur le dos ?
- Ça ? C’est un pote qui me l’a fabriqué !

Je n’avais plus besoin de prendre le train pour me rendre à Kyoto.
Les tomes continuèrent de passer. Je passais de très bons moments en compagnie de l’unité Keroro. D’autant que Zéroro, rebaptisé Dororo, le dernier membre de l’unité Keroro, était réapparut.
Ma vie sur Keron me paraissait si loin. Si loin… que je ne me doutais pas une seule seconde… que très bientôt… mon passé allait finir par me rattraper.

_________________


Dernière édition par Tonyny le Ven 30 Sep - 0:37, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3022
Age : 27
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mer 21 Oct - 20:34

Je vois les chapitres avec l'unité Garuru se rapprocher, et je me dis qu'il va se passer un truc... (raison ou pas??)

C'est vrai que c'était court pour le coup! XD C'est un peu comme un petit bonus!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mer 21 Oct - 20:45

Oh attend! Je crois avoir compris ce qui va se passer!
Bougez pas les mecs, je vais chercher le popcorns!! Very Happy

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Tonyny
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 473
Age : 24
Localisation : La Terre. "Pokopen" pour les kerons.
Date d'inscription : 19/09/2015

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Dim 25 Oct - 13:10

Avant de commencer le chapitre 22, je tiens à préciser quelque chose qui n'est pas précisé dans le chapitre et si je ne le précise pas, on va sans doute me poser la question :

Le chapitre qui va suivre se déroule bien après les chapitres où l'unité Garuru débarque sur Terre. (Chapitres 81 à 84 du tome 10 et 11)
Vous allez donc forcément me demandez : "Mais pourquoi Tonyny n'est pas présent lors de cette événement!?" Eh bien tout simplement, parce que j'étais à Kyoto avec grand-père Namumu ce jour-là. Lorsque je suis rentré à Tokyo le lendemain, tout était normal. D'autant que l'unité Keroro ne m'a pas fait part de ce qui s'était passé.

Voilà ! J'espère que vous ne serez pas trop déçu.
Voici donc, sans plus attendre, le chapitre 22.




Chapitre 22 : Mon vieil ami

Ce chapitre se déroule en même temps que le chapitre 115 de Sergent Keroro. (Tome 14)
Ce jour-là, alors qu’il était en vacances, Garuru se rendit chez les Hinata pour rendre visite à son petit frère, Giroro.
Suite à un accident, Garuru, Giroro et Natsumi durent livrer bataille face à une énorme créature extra-terrestre.
Après cette bataille, alors que le soleil commençait à se coucher, Garuru était sur le point de quitter la Terre. Quand soudain, Giroro, Natsumi et lui-même ont entendus hurler…

- Giroro !!! Mademoiselle Natsumi !!!

Ayant assisté à la bataille, j’ai couru à toute vitesse vers Giroro et Natsumi pour voir s’ils n’étaient pas blessés. J’avais alors ma forme humaine. Lorsque je suis arrivé devant eux, Giroro m’a demandé…

- Qu’est-ce qui t’arrive !?
- Je vous ai vu combattre contre cette créature ! Je suis venu aussi vite que j’ai pu ! Vous allez bien !?

Natsumi m’a alors répondu avec un immense sourire…

- Ne t’inquiète pas, on va tous très bien !
- Ouf ! Je suis content de le sav…

Puis en tournant la tête…

- !!!

J’ai remarqué la présence de Garuru. J’avais du mal à le croire. Je lui ai donc demandé d’une faible voix…

- Lieu… Lieutenant Garuru ?
- (J’ai pourtant réglé mon anti-barrière pour qu’aucun pokopen ne puisse me voir !)
- Lieutenant Garuru ! Comme je suis content de…

Alors que je m’avançais vers lui, Garuru a soudainement pointé son pistolet sur moi, puis m’a dit d’une voix menaçante…

- Comment connais-tu mon nom, pokopen !?
- Mais… lieutenant… c’est moi !
- …

J’ai alors compris qu’il ne me reconnaissait pas à cause de ma forme humaine. J’ai donc immédiatement repris…

- Ah oui, c’est vrai ! Juste une seconde !

Lorsque j’ai repris ma forme normale, j’ai fait le garde à vous, puis j’ai dit avec un immense sourire…

- Bonjour, lieutenant Garuru !
- !!!

La surprise de Garuru a été si grande qu’il a soudainement lâché son pistolet. Puis il m’a demandé d’une faible voix…

- Tonyny…? Tonyny, c’est toi ?
- Bah oui, c’est m…

Garuru m’a interrompu en me serrant violemment dans ses bras. Puis il m’a dit…

- Mon vieil ami… Je suis tellement heureux de te revoir.
- Moi aussi je suis content de vous revoir, lieutenant.

Après ce câlin, Garuru m’a demandé…

- Pourquoi tu me vouvoies !?
- Bah… Giroro m’a dit que vous êtes devenus lieutenant. Donc…
- Espèce d’idiot ! On s’en fiche de mon grade ! Tu es mon ami ! Et ce, quel que soit mon rang !
- Merci, lieutenant. Vos paroles me…
- Qu’est-ce que je viens de te dire, Tonyny !? Tu ne t’adresses pas au lieutenant Garuru ! Mais à ton ami, Garuru !
- D’accord ! Dans ce cas, permettez-moi de reformuler ma phrase…

J’ai alors brutalement serré Garuru dans mes bras de toutes mes forces, puis je lui ai dit avec un immense sourire…

- Moi aussi, je suis très content de te revoir, mon vieil ami ! Tu m’as tellement manqué !

Puis il m’a à son tour serré dans ses bras tout en disant…

- Toi aussi, tu m’as manqué.

Après ce câlin, j’ai remarqué qu’il portait la ceinture que je lui ai offerte juste avant de quitter Keron. Je lui donc demandé…

- Eh ! Tu portes la ceinture que je t’ai offerte ?
- Euh, oui ! D’ailleurs… comme je n’ai pas encore eu l’occasion de te le dire, je te le dis maintenant : Merci !
- Mais de rien ! Je suis content qu’elle te plaise ! Dis, si tu n’as rien faire, ça te dit qu’on discute un peu ?
- Bien sûr.

Garuru et moi nous nous sommes assis sur un banc, puis nous avons commencé à discuter.
Je lui ai tout d’abord expliqué comment je suis arrivé sur Terre, il m’a ensuite parlé de sa vie en tant que soldat, puis nous avons commencés à parler et a rigolé du bon vieux temps. Garuru m’a alors rappelé en rigolant…

- Ha-ha-ha ! Et tu te rappel que Giroro pleurais à chaque fois qu’il te voyait ?
- Arrête ! Ce n’est pas un bon souvenir, ça !
- Ha-ha-ha !
- Hé-hé !

Garuru a soudainement levé la tête vers le ciel, puis a dit…

- La nuit est déjà tombée.
- Tiens ! C’est vrai !

En effet, sans même nous en rendre compte, nous avions discuté durant plusieurs heures. Garuru m’a alors dit…

- Je suis désolé, Tonyny. J’aimerais rester discuter, mais je dois repartir.
- Bien sûr, je comprends.

Tout de suite après que nous nous soyons levés du banc, j’ai demandé à Garuru…

- Mais avant que tu partes, Garuru, j’aimerais te poser une question !
- Je t’écoute.
- Est-ce que tu sais… si Pururu va bien ?

Garuru m’a répondu tout en esquissant un petit sourire…

- Hé-hé ! Ne t’inquiète pas pour elle… Elle va très bien.
- Je suis content de le savoir. Merci.
- Je t’en prie. Bon, je dois y aller.

Mais alors que Garuru allait repartir avec son aile d’assaut, je l’ai une nouvelle fois interrompu…

- Un tout dernier truc, Garuru !
- Oui ?
- La prochaine fois que tu vois tes parents, passe-leur le bonjour de ma part. Et dis-leur merci pour tout ce qu’ils ont fait pour moi !
- Ce sera fait.

Garuru s’est avancé jusqu’à moi, m’a serré la main, puis m’a dit…

- Au revoir, mon ami. Ça m’a fait plaisir de te revoir.
- Moi aussi ça m’a fait plaisir. J’espère qu’on se reverra bientôt.

Après s’être dit au revoir, Garuru est reparti avec son aile d’assaut, puis est retourné dans son vaisseau.
Quelques minutes plus tard, à l’intérieur du vaisseau, Garuru s’est saisit d’un appareil de communication, l’a activé, puis a dit…

- Ici Garuru ! Vous me recevez ?
- Ah ! C’est vous lieutenant ! Vous allez bien ? Tout s’est bien passé sur Pokopen ?
- Oui, très bien, merci. Ecoutez, c’est justement pour ça que je vous appelle… Vous ne devinerez jamais sur qui je suis tombé là-bas.

Le chapitre s’achève avant que l’on entende la réponse de Garuru. Mais qui pouvait bien être la personne au bout du fil ? Rassurez-vous, vous le saurez dans le prochain chapitre !
Que de suspense ! Hein, Oréré ?

_________________


Dernière édition par Tonyny le Ven 30 Sep - 0:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Mukurochan
Sergent
Sergent
avatar

Nombre de messages : 818
Age : 21
Localisation : Partie à l'aventure avec RX-24.
Date d'inscription : 01/09/2010
Titres : Meilleure fanfic 2010

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Dim 25 Oct - 13:33

Tonyny a écrit:
Le chapitre qui va suivre se déroule bien après les chapitres où l'unité Garuru débarque sur Terre. (Chapitres 81 à 84 du tome 10 et 11)
Vous allez donc forcément me demandez : "Mais pourquoi Tonyny n'est pas présent lors de cette événement!?" Eh bien tout simplement, parce que j'étais à Kyoto avec grand-père Namumu ce jour-là. Lorsque je suis rentré à Tokyo le lendemain, tout était normal. D'autant que l'unité Keroro ne m'a pas fait part de ce qui s'était passé.

Ah non!! NON!!! Je suis pas d'accords!!
J'exige mon droit de réécriture : rendez l'argent des abonnés!!! *sbaff!!*

...Non mais sinon, il est bien ce chapitre hein... :3

_________________

(Cadeau de Putafa, trop beau, ze te n'aime ma Putput!! <3 )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.fanfiction.net/~kanariraspberry
Tonyny
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 473
Age : 24
Localisation : La Terre. "Pokopen" pour les kerons.
Date d'inscription : 19/09/2015

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Dim 25 Oct - 13:37

Je suis désolé!!! Ne me poursuis pas en justice, je n'ai pas d'argent!!!
Plus sérieusement : Merci pour ton commentaire! Je suis content que le chapitre t'ai quand même plu!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3022
Age : 27
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Dim 25 Oct - 14:30

Tellement cool ce Garuru Cool
Ca fait plaisir de les voir se retrouver! Et c'est le 1er pas pour revoir Pururu... ; D

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Tonyny
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 473
Age : 24
Localisation : La Terre. "Pokopen" pour les kerons.
Date d'inscription : 19/09/2015

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mar 27 Oct - 15:30

Chapitre 23 : Une visite inattendue

Ce chapitre se déroule en même temps que le chapitre 123 de Sergent Keroro. (Tome 15)
C’était une journée comme les autres. Je faisais ma balade quotidienne, comme toujours.
Lorsque je suis rentré à la maison, comme à mon habitude, j’ai annoncé mon arrivé…

- C’est moi ! Je suis rentré !

Aurélien se tenait à seulement quelques mètres de moi, puis m’a salué…

- Salut, Tonyny ! Tu vas bien ?
- Très bien et toi ?
- Ça va, merci !

Tout de suite après avoir refermé la porte derrière moi, j’ai remarqué qu’Aurélien me regardait avec un immense sourire. Je lui ai donc demandé…

- Quelque chose ne va pas, Aurélien ?
- Si, si, ça va ! Il faut juste que tu saches que nous avons de la visite.
- Ah bon ? Qui ça ?
- Hé-hé ! Retourne-toi.

Au moment où je me suis retourné…

- Grand frère !!!
- !!!

Une keron de couleur rose et portant un chapeau à corne rose m’a sauté dans les bras. Lorsque j’ai reculé la tête pour voir qui c’était, j’ai demandé d’une faible voix…

- P… Petite sœur…? C’est toi !?
- Bah oui, c’est moi !

Je n’en revenais pas. Pururu, ma chère petite sœur que je n’avais pas vue depuis si longtemps, était là, juste devant mes yeux. J’ai alors pleuré de joie…

- *Snif* Petite sœur !

Puis je l’ai immédiatement serré très fort contre moi tout en fondant en larmes, puis je lui ai dit…

- *Snif* Je suis tellement heureux de te revoir !
- Moi aussi je suis heureuse de vous revoir, mes deux grands frères adorés ! Vous m’avez tellement manqué !
- Tu nous as manqué aussi !

Après avoir reposé Pururu au sol, je lui ai dit en rigolant…

- Je vois que tu n’as pas perdu l’habitude de me sauter dans les bras dès que tu me voies !
- Nan, hi-hi !
- Mais qu’est-ce que tu fais là ?
- Je vais t’expliquer : Ce matin, j’ai dû me rendre chez la famille Hinata pour mener une enquête sur l’unité Keroro…
- Une enquête ? Comment ça ?
- Attend, je t’expliquerai ça après !
- D’accord, excuse-moi.
- Alors, comme je disais, ce matin, j’ai dû me rendre chez les Hinata pour mener une enquête sur l’unité Keroro. Après l’avoir réalisé, Giroro est tout de suite venu vers moi, puis m’a dit…

(Flash-back de Pururu)
- Au fait, Pururu ! Il faut que tu sache que…
- Oui, je sais, Giroro ! Mon lieutenant m’a exprès laissé toute la journée pour accomplir ma mission pour que je puisse aller le voir.
- Tu dois être impatiente.
- Oui ! Mais… il y a juste un tout petit problème : Mon lieutenant n’a pas su me dire où il habite. Giroro… est-ce que tu veux bien…
- Suis-moi, je t’y emmène.
- Merci beaucoup !

Giroro m’a emmené jusqu’à la maison de ton ami Aurélien. Lorsque nous sommes arrivés, Giroro a toqué à la porte…

*Toc-toc-toc*

Ton ami Aurélien a ouvert la porte…

- Oui ! Bah… N’y a personne ?

Il ne nous a pas vus à cause de notre petite taille. Giroro lui a donc fait signe…

- En bas, Aurélien.
- !

Aurélien a alors baissé la tête, puis a dit en rigolant…

- Ah, pardon ! Je ne vous avais pas vu ! Bonjour, caporal Giroro !
- Salut, Aurélien.

Tout de suite après avoir salué Giroro, Aurélien a tourné la tête dans ma direction, puis m’a salué…

- Euh… Bonjour ! Vous, je ne vous connais pas. Caporal, vous nous présentez ?
- Bien sûr. Alors, voici Aurélien, un très bon ami à Tonyny. Aurélien, je te présente Pururu, la…

Aurélien a immédiatement interrompu Giroro tout en étant très surpris…

- Pururu !? Vous… Vous êtes Pururu !?
- Euh… Oui… c’est moi.

Fou de joie, Aurélien s’est agenouillé devant moi, puis m’a violemment serré la main tout en disant…

- Je suis tellement content de vous rencontrer, Pururu ! Tonyny m’a tant parlé de vous !
- C’est vrai ?
- Oh oui, vous n’imaginez même pas à quel point !

Giroro a soudainement repris…

- Bon, comme j’ai fait les présentations, je vais vous laisser.

Aurélien et moi avons donc répondu, l’un après l’autre…

- Au revoir, caporal !
- Au revoir, Giroro ! Et merci !
- A la prochaine, tous les deux !

Giroro est donc repartit. Aurélien a immédiatement repris…

- Au fait, veuillez excuser mon impolitesse, Pururu. Je vous en prie entrez, faite comme chez vous !
- Merci !

Tout de suite après qu’Aurélien m’ait fait rentrer dans sa maison, il m’a annoncé…

- Par contre, je suis désolé, Pururu, mais Tonyny est parti se balader. Mais rassurez-vous, il ne devrait plus tarder.
- D’accord !

C’est alors que j’ai eu une idée…

- J’ai une idée !

Je me suis alors cachée derrière la porte d’entrée, puis j’ai dit à Aurélien…

- Quand mon grand frère arrivera, vous lui direz que vous avez de la visite, vous lui direz ensuite de se retourner et à ce moment-là je lui sauterai dans les bras !
- Oh oui, bonne idée !

Quelques minutes plus tard, alors qu’Aurélien regardais par la fenêtre, il m’a soudainement annoncé…

- Ça y est, je le vois, il arrive !
- Hi-hi !

Puis tu es entré !
(Fin du flash-back de Pururu)

Après que Pururu ait finie de raconter son histoire, j’ai immédiatement repris…

- D’accord ! Du coup, je reviens quand-même sur ma question : Tu as parlé d’une enquête, tout à l’heure. Quelle enquête ?
- Eh bien, de l’enquête…

Et là, Pururu a répondu d’un grand sourire, ce que je n’aurais jamais pensé entendre…

- Que mon lieutenant m’a chargé de mener !
- Quoi !?
- Tu m’as bien entendue ! J’ai décidé de suivre la même voie que toi, grand frère : J’ai fait des études de médecine, j’ai rejoint l’armée et je suis devenue infirmière en chef d’une unité !
- !!!

Lorsque j’ai entendu ça…

- Petite sœur !

J’ai immédiatement fait un énorme câlin à Pururu, puis je lui ai dit…

- Je suis tellement fier de toi !
- C’est vrai !? Moi qui avais peur que tu le prennes mal !
- Tu plaisantes ! C’est génial !
- Hi-hi, merci ! Et attend ! Tu ne devineras jamais de quelle unité je fais partie !
- Laquelle ?
- Je suis dans l’unité de ton ami Garuru !
- !!!

Une fois encore, la réponse de Pururu m’a laissé bouche bée. Je lui ai donc demandé…

- C… C’est vrai !?
- Ouais !
- Depuis longtemps ?
- Cela fait quelque temps maintenant.
- Bah… J’ai revu Garuru il y a peu de temps, pourquoi est-ce qu’il ne me l’a pas dit ?
- Justement ! Le lieutenant Garuru m’a appelé tout de suite après t’avoir revu pour me dire que tu vivais ici ! Il m’a bien dit qu’il ne te l’avait pas annoncé pour que ce soit moi qui te fasse la surprise !
- D’accord ! Bah… Je suis très heureux de savoir que tu fais partie de l’unité Garuru !

Puis j’ai terminé en esquissant un immense sourire…

- Et je suis encore plus heureux de te revoir, ma chère petite sœur !
- Moi aussi !
- Dis, si tu as le temps, ça te dit qu’on aille se balader, tous les deux ? Je te ferai visiter la ville !
- Avec grand plaisir !

J’ai donc pris la main de Pururu, puis j’ai couru vers la sortie en prenant juste le temps de dire à Aurélien…

- A tout à l’heure, Aurélien !
- Salut, Tonyny ! Au revoir, Pururu ! Amusez-vous bien !

Pururu et moi avons passés tout l’après-midi à nous balader et à nous amuser.
Dans l’après-midi, nous nous sommes arrêtés à un terrain de jeu. Nous y avons joués ensemble, nous avons fait de la balançoire et plein d’autres choses.
J’étais tellement heureux. J’avais l’impression d’être retombé en enfance.
Alors que le soleil commençait à se coucher, Pururu et moi nous nous sommes assis sur un banc, puis je lui ai dit avec un immense sourire…

- C’était une super journée !
- Oui… c’était génial.

En tournant la tête dans sa direction, j’ai remarqué que Pururu semblait tourmentée. Je lui ai donc demandé…

- Ça va, petite sœur ?
- Oui, oui, ça va !

Elle avait beau sourire, je voyais bien que ça n’allait pas. Je lui ai donc dit en souriant…

- Petite sœur, on a beau ne pas s’être vu pendant longtemps, je reconnaitrais ce regard entre mille… il y a quelque chose qui ne va pas !
- Non, non, il n’y a rien !
- Allez, dis-moi tout !
- Bon d’accord !

Pururu a alors tourné la tête dans ma direction, puis m’a dit d’une voix très sérieuse…

- Voilà… J’ai… une confession à te faire.
- D’accord. Bah vas-y, je t’écoute.
- D’accord.

Pururu est resté silencieuse durant plusieurs secondes. Elle respirait très fort et tremblais de peur. Je lui ai donc fait signe…

- Hé ! Petite sœur…

Je lui ai ensuite pris sa main, je l’ai regardé dans les yeux, puis je lui ai dit d’une voix réconfortante…

- C’est moi, ton grand frère. Tu peux tout me dire.
- D’accord.

Pururu a alors pris une très grande inspiration… elle m’a regardé droit dans les yeux… puis elle m’a dit…

- Il veut te revoir.
- Euh… Quoi ?
- Tu lui manques et il veut te revoir.
- Petite sœur, de qui tu parles ?
- Tu sais très bien de qui je parle.
- …

En effet, je savais très bien de qui Pururu parlait. Le silence a soudainement régné entre nous deux durant plusieurs secondes.
J’ai ensuite relâché la main de Pururu, puis je lui ai répondu…

- Euh… écoute, je crois que t’avais raison depuis le début, en fait. Faisons comme si tu n’avais rien dit.
- Grand frère…

J’ai immédiatement interrompu Pururu…

- Nan ! Je ne veux pas en parler !
- Écoute-moi, au moins ! J’ai passé beaucoup de temps avec lui depuis ton départ ! Il a changé !
- Changer !?
- Il a arrêté de fumer ! Et il a même arrêté de boire !
- Peuh ! Il a arrêté de boire !? Et il était sobre quand il te l’a dit !?
- Tu trouves ça drôle, grand frère !?
- Je peux te retourner la question !
- Moi ce n’était pas une blague !!!
- *Soupir* Tu n’as pas changé, petite sœur… Tu es toujours aussi naïve. Laisse tomber ce vieil ivrogne, on ne peut plus le changer.
- !!!

Pururu fut terriblement choquée de m’entendre dire ça. Elle a alors repris d’une voix colérique…

- Mais grand frère, comment oses-tu parler de notre père comme…

J’ai brutalement interrompu Pururu en hurlant…

- Nan !!! C’était mon père ! Il ne l’est plus ! Et c’est lui qui a voulu ça !
- Mais grand frère…
- Ecoute, petite sœur !

J’ai brusquement interrompu Pururu en posant mes mains sur ses épaules. Je l’ai ensuite regardé dans les yeux, puis je lui ai dit d’une voix très grave…

- Je ne veux plus qu’on parle de lui, tu as compris…!? C’est terminé !
- …

Pururu est resté silencieuse quelques secondes, puis a finalement répondu…

- D’accord.

Tout de suite après avoir relâché Pururu, une lourde ambiance a commencé à peser entre nous.
Après quelques secondes, Pururu a finalement dit…

- Ecoute, grand frère, je vais y aller.
- Tu t’en vas ?
- Oui. La limite de temps que Garuru m’a accordé pour accomplir ma mission touche à sa fin. Il faut que j’y aille.
- D’accord.

Tout de suite après que nous nous soyons levés du banc, tout en me faisant dos, Pururu m’a dit d’une voix très sérieuse…

- Grand frère… Tu te souviens tout à l’heure… quand tu as dit que je n’ai pas changé…? Eh bien laisse-moi te dire… que toi…

Puis elle a terminé sa phrase en se tournant vers moi tout en me lançant un regard triste…

- Tu as beaucoup changé… malheureusement.
- !
- J’y vais.

Pururu a alors activé son aile d’assaut pour repartir. Juste avant qu’elle décolle, je lui ai demandé tout paniqué…

- Petite sœur ! Tu reviendras me voir, hein !?
- …

Puis elle est repartie, sans dire un mot. Alors que je la voyais s’éloigner peu à peu de moi, j’ai demandé à Oréré…

- Oréré… Tu penses que Pururu reviendra nous voir, un jour ?

Les semaines suivantes, je passais mes journées enfermé dans ma chambre. J’étais triste que mes retrouvailles avec Pururu se soient si mal terminées. J’avais très peur qu’elle ne veuille plus jamais me revoir.
Si seulement je savais… ce que l’avenir allait me réserver.

_________________


Dernière édition par Tonyny le Ven 30 Sep - 1:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Chisa-chan
Amiral grand-mère Hinata
Amiral grand-mère Hinata
avatar

Nombre de messages : 3022
Age : 27
Localisation : Sachet de cacahuètes
Date d'inscription : 16/09/2007
Titres : CREATIF(dessin) 2009
Membre le + populaire 2010
Meilleurs fanarts 2010
Coeur d'or 2010
Membre 2012-ien !
WIN Concours dessin I

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mar 27 Oct - 18:26

Cette tensiooonnn!! Mais enfin le retour de Pururu! <3

Vivement la suite!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chisachandesu.tumblr.com/
Tonyny
Adjudant
Adjudant
avatar

Nombre de messages : 473
Age : 24
Localisation : La Terre. "Pokopen" pour les kerons.
Date d'inscription : 19/09/2015

MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   Mar 27 Oct - 18:31

Hé-hé-hé! Merci!!! keroro joyeux

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le keron Tonyny partie 3 : Le passé finit toujours...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le keron Tonyny partie 2 : Un nouveau départ
» Tout finit par se savoir...
» On finit toujours par retomber dedans
» BD KERORO!!!
» Tout est bien qui finit bien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La chambre de Keroro :: DIVERS :: Fan-fictions-
Sauter vers: